Archives par mot-clé : Volontaire

La Résistance en ses frontières : Jade objet d’histoire ?

Faire l’histoire d’un réseau de résistance pendant la Seconde Guerre mondiale est chose éminemment difficile. Lorsqu’il s’agit en plus de Jade, structure à double blanche liée non à la France libre mais à l’Intelligence Service britannique (IS), et dont de nombreuses ramifications parcourent la Bretagne, la tâche est sans doute encore un peu plus ardue. C’est dire si la démarche entreprise par A. Kervella dans ce livre qu’il publie chez Nouveau monde éditions est complexe[1]. Le texte, semblable par bien des égards à un gigantesque kaléidoscope, le reflète pour partie et le lecteur peut parfois perdre pied face à la multitude de récits et de portraits qu’il recèle, comme dans une sorte d’interminable roman choral. C’est d’ailleurs, paradoxalement, ce qui fait la force de ce volume qui constituera, grâce à un judicieux index nominatif, qui aurait pu être doublé d’un index des lieux, un très utile outil de travail pour toutes celles et ceux dont les recherches portent justement sur la Seconde Guerre mondiale. Pour autant, il nous semble que cette enquête pâtit d’un manque de réflexion sur l’objet en lui-même.

Continuer la lecture de La Résistance en ses frontières : Jade objet d’histoire ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Couverture du troisième numéro de Sao Breiz (détail). Collection particulière.

Sao Breiz : au-delà des clichés bretons

L’association Sao Breiz, qui prend à partir du 18 juillet 1942 la succession de Fidel Armor, regroupe pendant et après la Seconde Guerre mondiale un certain nombre de Bretons de la France libre[1]. Cette institution n’est pas inconnue et a notamment été mise largement à contribution lorsqu’il s’est agi pour certains d’écrire l’histoire de la « conscience bretonne » en Seconde Guerre mondiale, tout du moins lorsque celle-ci était investie aux côtés de la Résistance[2]. Bien évidemment, une telle approche n’a pas été sans susciter un certain nombre de polémiques. C’est néanmoins sur un autre terrain que nous souhaiterions nous situer dans le cadre de ce billet, celui d’une approche fonctionnaliste tendant à objectiver cette dimension régionale dans le but de la resituer dans un cadre à la fois spatial et chronologique plus vaste.

Continuer la lecture de Sao Breiz : au-delà des clichés bretons

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L'épave du Crapaud, devant le bâtiment K3 de la base de sous-marins de Keroman. Au fond, le port du Kernevel. Wikicommons.

Le Crapaud qui protégeait les U-Boot

Ce sont deux épaves qui obstruent volontairement l’accès aux alvéoles du bloc K3 de la base sous-marine de Lorient : le Strasbourg et le Crapaud. Echoués là par les Allemands en 1944 et reliés par des filets métalliques, ces deux navires, ou plutôt ce qu’il en reste, ont pour fonction d’empêcher que des torpilles lancées par l’aviation alliée viennent attaquer les U-Boot réfugiés dans leurs tanières de béton. L’histoire du Strasbourg, un croiseur allemand lancé sous le nom de Regensburg et remis à la France au titre des dommages payés après la Grande Guerre est bien connue. Celle du Crapaud, en revanche, l’est beaucoup moins.

Continuer la lecture de Le Crapaud qui protégeait les U-Boot

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Joconde, Brest et la guerre de 1870

Le livre que P. Gourlay consacre, aux excellentes éditions Locus Solus, au transfert à Brest, pendant la guerre de 1870, de 293 chefs-d’œuvre du musée du Louvre pourrait apparaître de prime abord anecdotique[1]. Certes, il s’agit-là d’une histoire originale et de surcroît truffée de grands noms puisque s’y croisent Léonard de Vinci, Le Caravage, Véronèse, Rubens et Raphaël mais aussi l’impératrice Eugénie, Jules Simon, Gustave Courbet ou encore Edmond de Goncourt. Mais ne voir dans ce volume qu’un simple « coup éditorial » serait passer à côté de l’essentiel puisque cet ouvrage permet de tirer un certain nombre d’enseignements qui, indéniablement, contribuent à une meilleure compréhension de l’histoire de la guerre de 1870. En effet, comme dans tout bon essai de micro-histoire, les conclusions de ce Louvre au secret dépassent de très loin le cadre de la seule cité du Ponant.

Continuer la lecture de La Joconde, Brest et la guerre de 1870

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le général de Gaulle faisant le V de la victoire, carte postale (détail). Collection particulière.

1946 : quand Charles de Gaulle fait sa rentrée politique à l’île de Sein

Charles de Gaulle n’est assurément pas un Français comme les autres. Néanmoins, comme tous les hommes politiques, il effectue tous les ans sa « rentrée politique ». Il s’agit là d’un exercice délicat et peu codifié destiné à mettre fin au silence médiatique des deux mois d’été pour créer une vertueuse dynamique journalistique censée attirer à soi, en dernier ressort, les intentions de vote. Et en 1946, c’est à l’île de Sein que Charles de Gaulle décide d’effectuer sa rentrée politique. C’est donc un moment important pour celui qui, bien qu’auréolé de son statut d’homme du 18 juin et de restaurateur de l’honneur de la France, a échoué à imposer ses vues institutionnelles et a été obligé de tenter un redoutable coup de poker quelques mois plus tôt en quittant la tête du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF), le 20 janvier 1946. Comme en 1940 donc, la reconquête de Paris démarre à l’île de Sein. Pourtant, rien ne va se passer comme prévu. C’est du reste ce qui permet à l’historien de rappeler que si les liens du Général avec la Bretagne sont forts, ils ne sont pas nécessairement ceux, complaisamment relayés par la presse d’alors et entretenus par Charles de Gaulle lui-même, que relaye la vulgate mémorielle.

Continuer la lecture de 1946 : quand Charles de Gaulle fait sa rentrée politique à l’île de Sein

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Acte d'engagement dans les Forces françaises libres (détail). Archives SD ONAC 22: dossier Yves Eouzan.

Le « réflexe patriotique » des 128 Français libres de l’île de Sein

L’histoire du ralliement de 128 Sénans dès la fin du mois de juin 1940 à la France libre est d’autant plus passionnante qu’elle est engoncée dans une chappe de gloire et d’héroïsme qui constitue un prisme éminemment déformant. Que l’on en juge par exemple par cette confession livrée au soir de sa vie par Charles de Gaulle à l’ancien chef du service de presse de l’Elysée, Pierre-Louis Blanc : « Qu’avais-je comme Français autour de moi ? Des Juifs lucides, une poignée d’aristocrates, tous les braves pêcheurs de l’île de Sein »[1]. Tous les braves pêcheurs de l’île de Sein ? Mais les hommes valides en âge de porter les armes ne sont-ils pas mobilisés depuis septembre 1939, tout particulièrement via l’inscription maritime ? Rappelons qu’à en croire les chiffres du recensement de 1936, l’île compte alors 1 328 habitants et qu’à notre connaissance la surreprésentation féminine n’y est démographiquement pas établie[2]. Il en est de même en ce qui concerne le « volontariat » de ces 128 Sénans.

Continuer la lecture de Le « réflexe patriotique » des 128 Français libres de l’île de Sein

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn