Archives par mot-clé : Vie quotidienne

Malbouffe, 47e régiment d’infanterie et Grande Guerre

Alors qu’en pleine seconde bataille de la Marne, le 27 juillet 1918, le 47e régiment d’infanterie (RI) de Saint-Malo prend position dans le secteur du bois de Rarrey, au nord de Chatillon-sur-Marne, le sous-lieutenant Fredéric Aubert de la 7e compagnie écrit dans ses carnets :

« Halte. Nous nous installons dans le fossé pour manger sur le pouce, mais nous nous sauvons en découvrant sous des branchages un stère de cadavres allemands empilés comme dans bûcher.

Nous allons un peu plus loin : un caisson renversé sur deux chevaux crevés… […] Décidément nous ne mangerons pas. »[1]

Glaçantes, ces quelques lignes ne décrivent toutefois qu’une partie de ce que peut recouvrir l’idée de « malbouffe » dans unité d’infanterie d’active pendant la Première Guerre mondiale. Car si le rythme des combats empêche bien des fois les combattants de manger, l’ordinaire est le plus souvent en quantité insuffisante et d’une qualité toute relative, voire même suspecte. On voit donc combien l’idée que les fantassins du 219e RI de Brest puissent manger aux tranchées des huitres et même de la langouste relève de la fable. En tant que discours, ce récit constitue néanmoins une formidable archive qui dévoile le rapport qu’entretient la société française de 1914-1918 à la nourriture mais aussi, par ricochet, à la « malbouffe ». Or ce sont précisément ces « mauvaises pratiques alimentaires » qui seront l’objet du colloque organisé par S. Le Bras et qui se déroulera à Clermont-Ferrand les 13 et 14 juin 2022, manifestation à laquelle j’aurai l’honneur et le privilège de participer pour évoquer le 47e RI[2].

Continuer la lecture de Malbouffe, 47e régiment d’infanterie et Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte de la Bretagne (détail) par Félix Benoist, XIXe siècle. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.6434.

Pour une histoire connectée de la Bretagne en 1870-1871

La presse en tant que source est, pour qui travaille sur la période contemporaine, et ce quel que soit ou presque le sujet envisagé, une évidence. Le journal est quasiment un réflexe de la sagacité historienne tant nombreuses sont les informations que l’on peut y puiser. Pourtant, l’archive n’est pas non plus sans biais, notamment lorsqu’il est question d’approches genrées. Contrairement à la figure de la munitionnette pendant 1914-1918, l’ouvrière d’arsenal n’est absolument pas mise en lumière, alors qu’un certain nombre d’annonces publiées dans la presse montrent qu’elles sont recherchées par les industries de guerre, notamment pour la confection des cartouches et des obus[1]. Elles sont d’ailleurs présentes en nombre au sein des ateliers de production, comme le démontre le bilan publié par le Phare de la Loire à la suite de l’explosion, le 15 novembre 1870, d’une de ces fabriques situées près du pont de Pirmil, à Nantes[2]. Là chose est connue et je ne souhaite pas insister outre mesure sur ce point[3]. En revanche, ce qui me paraît intéressant de rappeler, c’est combien la presse témoigne d’un système médiatique globalisé reposant sur une grande circulation de l’information. Or, lorsqu’on s’intéresse à la séquence 1870-1871, cette réalité contrevient frontalement à la représentation victimaire propagée par l’historiographie identitaire bretonne, grille de lecture postulant une péninsule armoricaine coupée du monde et entièrement ou presque anéantie – volontairement de surcroît – à Conlie. Indépendamment de ce qu’elle peut dire, ou ne pas dire, c’est donc aussi en tant que réalité technique, économique et culturelle que la presse est riche d’enseignements.

Continuer la lecture de Pour une histoire connectée de la Bretagne en 1870-1871

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Photographie publiée dans l'édition du 17 juillet 1939 de L'Ouest-Eclair et légende ainsi : "Les gymnastes défilent devant la tribune officielle".

Gymnastique, musique et nationalisme banal à Vitré (juillet 1939)

Conservé par la Cinémathèque de Bretagne, le film d’un certain Guiot – artiste dont on ignore par ailleurs tout – intitulé « Revue locale cinématographique – Vitré Guiot – 1939 » nous offre une passionnante plongée dans l’édition 1939 du « Concours de gymnastique et de musique » organisée en cette ville. Il s’agit d’une archive d’un grand intérêt qui nous montre combien l’armée en tant qu’institution est présente dans la vie quotidienne des Bretons d’alors, l’institution participant d’un véritable « nationalisme ordinaire». Forgé par le sociologue anglais M. Bilig, ce concept n’a été que peu mobilisé par la discipline historique alors que, manifestement, il est riche de nombreuses promesses[1]. En effet, le « nationalisme ordinaire » n’est pas celui qui s’exprime dans les pages de L’Action française ou que l’on pourrait observer, par exemple, à l’occasion d’une réunion des Croix de feu[2]. C’est celui beaucoup plus discret de rues pavoisées, de porte-drapeaux de clubs sportifs, de membres de sociétés de tir et de préparation militaire et bien entendu d’une musique régimentaire défilant clairons et tambours en tête… Soit autant d’éléments clairement identifiables dans le film de Guiot conservé à la Cinémathèque de Bretagne. Dans ce cadre, et c’est pour cela que le concept forgé par M. Bilig offre un cadre particulièrement stimulant de réflexion, l’institution militaire tient bien évidemment un rôle essentiel. Certes, ceci n’a rien d’étonnant quand on sait que, dans cette seconde moitié des années 1930, même une bien innocente Fête des fleurs accorde une place éminente à l’uniforme. Pour autant, ici, à Vitré, le contexte influe assurément sur l’événement, jusqu’à lui conférer une portée mobilisatrice qui en fait un objet d’histoire particulièrement intéressant.

Continuer la lecture de Gymnastique, musique et nationalisme banal à Vitré (juillet 1939)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

A Rennes, lors de la Fête des fleurs 1936 (détail). Musée de Bretagne : 977.0040.4.

Des fleurs et des fusils

Fleurs et fusils ne font pas bon ménage. On connait l’image du départ des mobilisés de l’été 1914 la « fleur au fusil », représentation mentale n’ayant plus cours depuis la fin des années 1970 et la thèse magistrale de J.-J. Becker[1]. C’est d’ailleurs au cours de cette seconde partie du XXe siècle que le végétal devient un puissant symbole antimilitariste et pacifiste, incarnation d’un flower power magnifié par la célèbre photographie de Marc Riboud figurant une jeune femme – Jan Rose Kasmir – manifestant le 21 octobre 1967 contre la guerre du Vietnam et faisant face aux soldats de la Garde nationale armée d’un simple chrysanthème. Pourtant, il est un événement qui à Rennes parvient à concilier fleurs et fusils : le corso. Aujourd’hui sortie des mémoires, cette fête extrêmement populaire dit la force de la sensibilité militaire dans la première partie du XXe siècle. Surtout quand elle se déroule au printemps 1936, celui-là même qui voit la victoire du Front populaire lors des élections législatives. Comme si les fractures politiques, imperceptibles à travers cet événement, pouvait se combler l’espace de quelques heures.

Continuer la lecture de Des fleurs et des fusils

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn