Archives par mot-clé : Verdun

1916 : et le vainqueur à l’applaudimètre est…

Que la numérisation et la mise en ligne d’archives soit synonyme de possibilités nouvelles pour l’historien n’a pas besoin d’être démontré tant il s’agit là d’une évidence. La presse constitue de ce point de vue un exemple flagrant. Pour autant, un outil tel que la reconnaissance optique de caractères rappelle que le digital n’entraine pas nécessairement une révolution du répertoire d’action disciplinaire tant la tension entre lectures distantes et rapprochées est une constante, mise en évidence du reste depuis des décennies[1]. Dès lors, c’est bien la signification à accorder à certains résultats acquis qui pose question. En effet, si la technologie permet de poser de nouvelles questions, il n’est pas dit que la réponse donnée soit pertinente, surtout quand celle qui ressort des thésaurus n’est pas nécessairement celle qui était attendue. C’est ainsi en préparant une communication pour un colloque que j’en suis venu à me demander qui était le général revenant le plus souvent dans les colonnes de la presse française en 1916. Spontanément, ce sont les noms de Philippe Pétain et Robert Nivelle qui me sont venus à l’esprit, bientôt suivis de celui du généralissime, Joseph Joffre. Pourtant, un outsider est venu causer la surprise : Maurice Sarrail. En effet, la reconnaissance optique de caractères appliquée à la presse en ligne disponible sur le portail Retronews fait apparaître pour la seule année 1916 plus d’occurrences du nom de Sarrail (6 983) que de Pétain (2 975) et Nivelle (2 598) réunis. À dire vrai, cette année-là, seul Joffre fait un meilleur score à l’applaudimètre avec 7 214 occurrences. Quant à d’autres officiers comme Charles Mangin (1 275) ou Fénélon Passaga (355), dont les noms sont pourtant largement associés à la bataille de Verdun, ils évoluent à l’évidence dans une autre catégorie médiatique. Même chose pour Edouard Curières de Castelnau (2 910), Ferdinand Foch (1 247) et Fernand de Langle de Cary (202).

Continuer la lecture de 1916 : et le vainqueur à l’applaudimètre est…

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Protégé : Permanences et ruptures de la géographie d’Eugène Perrussel en Grande Guerre

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

A Rennes, lors de la Fête des fleurs 1936 (détail). Musée de Bretagne : 977.0040.4.

Des fleurs et des fusils

Fleurs et fusils ne font pas bon ménage. On connait l’image du départ des mobilisés de l’été 1914 la « fleur au fusil », représentation mentale n’ayant plus cours depuis la fin des années 1970 et la thèse magistrale de J.-J. Becker[1]. C’est d’ailleurs au cours de cette seconde partie du XXe siècle que le végétal devient un puissant symbole antimilitariste et pacifiste, incarnation d’un flower power magnifié par la célèbre photographie de Marc Riboud figurant une jeune femme – Jan Rose Kasmir – manifestant le 21 octobre 1967 contre la guerre du Vietnam et faisant face aux soldats de la Garde nationale armée d’un simple chrysanthème. Pourtant, il est un événement qui à Rennes parvient à concilier fleurs et fusils : le corso. Aujourd’hui sortie des mémoires, cette fête extrêmement populaire dit la force de la sensibilité militaire dans la première partie du XXe siècle. Surtout quand elle se déroule au printemps 1936, celui-là même qui voit la victoire du Front populaire lors des élections législatives. Comme si les fractures politiques, imperceptibles à travers cet événement, pouvait se combler l’espace de quelques heures.

Continuer la lecture de Des fleurs et des fusils

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Couverture de ROUSSET, commandant Léonce, Histoire populaire de la guerre de 1870-1871, Paris, La Librairie illustrée, sans date (détail).

A propos d’une histoire populaire… de la guerre de 1870-1871.

Malgré le succès rencontré ces derniers mois par M. Zancarini-Fournel, G. Noiriel ou par A. Croix, G. Guillaume, D. Guyvarc’h et T. Guidet avec leurs « histoires populaires » respectives, force est de constater que cette expression n’est pas neuve[1]. En témoigne notamment un volume célèbre, L’Histoire populaire de la guerre 1870-1871, publié vraisemblablement au mitan des années 1890 par le commandant Léonce Rousset, alors professeur à l’Ecole de guerre[2]. Mais reste une question qui demeure entière : qu’est-ce au juste que l’histoire populaire ? En nous basant sur l’exemple particulier que constitue cet ouvrage sans pour autant nous livrer à un exercice exégétique, nous tenterons d’avancer ici quelques éléments de réponse et pistes de réflexion.

Continuer la lecture de A propos d’une histoire populaire… de la guerre de 1870-1871.

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Scène de combat, sans lieu ni date. Creative commons.

Pierre de Portgamp : pas nécessairement vrai mais authentique ?

La « lettre de mobilisé » que publie Le Salut, un bi-hebdomadaire de la région de Saint-Malo, dans son édition datée des 25 et 26 avril 1916, est aussi intéressante que difficile d’emploi[1]. Signé Pierre de Portgamp, ce courrier est présenté par ce journal comme étant « profondément imprégné de l’esprit breton ». Ce faisant, cette archive témoigne de la collusion de la petite et de la grande patrie, doubles appartenances gigognes toutes deux investies dans l’effort de guerre[2]. Mais un examen approfondi du parcours biographique de l’auteur amène de nouveaux éléments qui interrogent l’authenticité de ce document, questionnement que n’ont pas manqué de se poser de nombreux historiens face à ces lettres publiées par la presse à une époque où la censure est très largement de mise : s’agit-il ou non d’un matériau exploitable ?

Continuer la lecture de Pierre de Portgamp : pas nécessairement vrai mais authentique ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn