Archives par mot-clé : Vannes

Carte de la Bretagne (détail) par Félix Benoist, XIXe siècle. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.6434.

Pour une histoire connectée de la Bretagne en 1870-1871

La presse en tant que source est, pour qui travaille sur la période contemporaine, et ce quel que soit ou presque le sujet envisagé, une évidence. Le journal est quasiment un réflexe de la sagacité historienne tant nombreuses sont les informations que l’on peut y puiser. Pourtant, l’archive n’est pas non plus sans biais, notamment lorsqu’il est question d’approches genrées. Contrairement à la figure de la munitionnette pendant 1914-1918, l’ouvrière d’arsenal n’est absolument pas mise en lumière, alors qu’un certain nombre d’annonces publiées dans la presse montrent qu’elles sont recherchées par les industries de guerre, notamment pour la confection des cartouches et des obus[1]. Elles sont d’ailleurs présentes en nombre au sein des ateliers de production, comme le démontre le bilan publié par le Phare de la Loire à la suite de l’explosion, le 15 novembre 1870, d’une de ces fabriques situées près du pont de Pirmil, à Nantes[2]. Là chose est connue et je ne souhaite pas insister outre mesure sur ce point[3]. En revanche, ce qui me paraît intéressant de rappeler, c’est combien la presse témoigne d’un système médiatique globalisé reposant sur une grande circulation de l’information. Or, lorsqu’on s’intéresse à la séquence 1870-1871, cette réalité contrevient frontalement à la représentation victimaire propagée par l’historiographie identitaire bretonne, grille de lecture postulant une péninsule armoricaine coupée du monde et entièrement ou presque anéantie – volontairement de surcroît – à Conlie. Indépendamment de ce qu’elle peut dire, ou ne pas dire, c’est donc aussi en tant que réalité technique, économique et culturelle que la presse est riche d’enseignements.

Continuer la lecture de Pour une histoire connectée de la Bretagne en 1870-1871

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Crieur de journaux. Carte postale (détail), collection particulière.

La presse comme source: programme de la journée d’études du 8 juin 2022

Dans le sillage de l’appel à contributions « La presse comme source : retours d’expériences et mode d’emploi » lancé en novembre 2021, j’aurai le plaisir d’accueillir avec mon collègue et ami Alain Collas, le 8 juin prochain, sur le campus de l’Université catholique de l’Ouest – Bretagne-sud à Arradon, une journée d’études réunissant jeunes chercheurs et historiens et historiennes confirmés. Résolument éclectique, pour ne pas dire iconoclaste puisque le premier panel s’intéressera à « la presse avant la presse », le programme entend se présenter comme une sorte de bilan d’étape de cette recherche au long cours, dont l’aboutissement sera un ouvrage collectif.

Continuer la lecture de La presse comme source: programme de la journée d’études du 8 juin 2022

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Arch. dép. Morbihan : N 134.

Les Conseils d’arrondissements du Morbihan en 1870

L’un des aspects les plus intéressants du récent ouvrage de J. Foa sur la Saint-Barthélemy est ce qu’il dit du regard nécessairement biaisé de l’historien, vision prompte à déceler dans la moindre archive une trace ayant trait à ce qu’il étudie, comme si le temps se réduisait au champ d’étude. Or, « il y a de fait toujours une pluralité de contextes, qui se recouvrent à la manière des tuiles, partiellement »[1]. Autrement dit, y compris pendant l’Année terrible, on se marie, on se dispute, on entreprend, on paie ses impôts, même sur les portes et fenêtres… bref, on vit. Or cette réalité vient indéniablement diminuer la portée de ce concept d’Année terrible[2]. Dès lors, pour tenter de saisir non plus la guerre de 1870-1871 mais cette séquence chronologique marquée certes par un conflit majeur mais que celui-ci ne saurait résumer intégralement, il convient de consulter des archives adjacentes, conférant un regard sur la période renvoyant à un réel advenu mais non nécessairement militaire ou institutionnel. C’est là qu’interviennent, pour le propos de ce billet, les Conseils d’arrondissement du département du Morbihan. Véritables angles morts de l’historiographie, ces assemblées, qui feront prochainement l’objet d’un colloque organisé par mes amis M. Boisdron et F. Prigent pour la Société française d’histoire politique, constituent de ce point de vue une porte d’entrée particulièrement intéressante.

Continuer la lecture de Les Conseils d’arrondissements du Morbihan en 1870

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Portrait de Mgr Jean-Marie Bécel figurant en l'église Saint-Pierre de Béignon (Morbihan), détail. Wikicommons.

Ultramontanisme et guerre de 1870 : réflexions morbihannaises

Dans la thèse qu’elle consacre à Alcime Gouraud, évêque de Vannes, C. Picaud insiste sur l’ultramontanisme très fort en Morbihan, sentiment implanté dans ce département dès le XIXe siècle et tant parmi les laïcs que le clergé :

« Ce dernier n’est d’ailleurs pas seul à manifester ses sentiments ultramontains. Par leur contribution financière (denier de Saint-Pierre) et surtout par leur engagement militaire (zouaves pontificaux), les laïcs morbihannais témoignent de leur attachement au Pape. Avec 154 sous-officiers et soldats engagés pour la délivrance de Rome, le Morbihan se place au troisième rang des départements de l’Ouest, derrière la Loire-Inférieure (300) et l’Ille-et-Vilaine (167). Le contingent de 150 élèves envoyé par le collège Saint-François-Xavier de Vannes fit dire à Pie IX : ‘Le collège Saint-François-Xavier de Vannes….[1] Ah ! De tous les collèges de France, c’est celui qui m’est le plus cher, car aucun ne m’a donné autant de défenseurs’. Il est aisé de comprendre quel cruel dilemme le ralliement devait poser à ces catholiques morbihannais, aussi royalistes qu’ultramontains, d’autant plus royalistes que la République s’identifiait à la législation laïque. »[2]

Cette fidélité au Pape n’est du reste pas une spécificité morbihannaise, ni même bretonne d’ailleurs, comme le rappelle M. Launay dans un article paru en 1983 dans les vénérables Annales de Bretagne. Cette proximité avec Rome et les états pontificaux est même une caractéristique qui s’observe dans tout l’Ouest de la France et qui s’explique par le fait que l’auguste cité « devient la ville sainte par excellence, à cause bien sûr des souvenirs des premiers chrétiens, mais aussi parce qu’elle présente le bastion de la foi contre l’impiété moderne et le siège de la souveraineté de Jésus-Christ incarnée par le successeur de Pierre »[3]. Dès lors, la concrétisation de l’unité italienne à la faveur de la guerre franco-allemande de 1870 et au détriment du Vatican a-t-elle des répercussions en Bretagne, et pour ce qui concerne ces lignes, en Morbihan ?

Continuer la lecture de Ultramontanisme et guerre de 1870 : réflexions morbihannaises

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Toujours à propos du fait militaire en 1972

10 ans après les accords d’Évian, il n’est pas difficile de voir combien la société française – et pour ce qui m’intéresse dans ces colonnes, bretonne – s’est éloignée du fait militaire. Mais pour saisir ce mouvement de fond, qui débute avec la fin de la guerre d’Algérie et s’achève, fondamentalement, avec la suppression du service national en 1997, il importe de sortir des casernes pour appréhender le corps social dans son ensemble. Cette tendance lourde, en effet, ne peut se comprendre que par le seul prisme de l’uniforme et du kaki de manière générale. C’est en réalité un processus global de civilianisation de la société française qui est à l’œuvre au cours de ce derniers tiers du XXe siècle.

Continuer la lecture de Toujours à propos du fait militaire en 1972

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

A propos du fait militaire en 1972

Il est d’usage de considérer les accords d’Evian d’un strict point de vue diplomatique, c’est-à-dire comme la conclusion des négociations entre la France d’une part, le Gouvernement provisoire de la République d’Algérie d’autre part. S’il n’est bien entendu pas question, ici, de remettre en cause cette grille de lecture, il nous semble important de souligner la césure que constitue, sur un plan strictement franco-français, et donc pour ce qui nous concerne la Bretagne, le 19 mars 1962. En effet, du point de vue du fait militaire, cette date marque la fin d’une longue période, initiée pour faire simple en 1870, et liant la citoyenneté au port de l’uniforme, et non pas uniquement au bulletin de vote. Pour le dire autrement, ce qui débute avec la conclusion des accords d’Evian, ce sont des années 1968 qui amorcent un long processus de démilitarisation de la société française – et bretonne. Une tendance qui s’achève, à bien y penser, en 1997 avec la suppression du service militaire[1]. La commémoration du 10e anniversaire du 19 mars 1962 en donne un bel exemple.

Continuer la lecture de A propos du fait militaire en 1972

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De la géographie symbolique en sortie de guerre : processions vannetaises en juillet 1919

Intercalée par un hasard de calendrier entre la signature du traité de Versailles, le 28 juin 1919, et la fête de la Victoire, organisée le 14 juillet suivant, la commémoration du 500e anniversaire de la mort de Vincent Ferrier donne lieu, à Vannes, à une vaste démonstration de force catholique orchestrée par l’évêque, Mgr Alcime Gouraud. Ni le message politique, ni la portée de ce jubilé ne sont l’objet de ce billet. Ce qui importe ici est de voir comment ces manifestations participent d’une véritable occupation de l’espace public visant à affirmer non seulement le poids de Dieu dans la victoire mais la primauté de l’Église face à tout autre pouvoir, entendu celui de la République laïque.

Continuer la lecture de De la géographie symbolique en sortie de guerre : processions vannetaises en juillet 1919

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Crieur de journaux. Carte postale (détail), collection particulière.

La presse comme source : retours d’expériences et mode d’emploi. Appel à contributions.

L’histoire générale de la presse est aujourd’hui globalement bien connue. Aussi est-ce une autre veine que nous souhaiterions explorer avec cette démarche, celle consistant à produire un véritable guide pratique destiné aux étudiants et aux étudiantes et permettant, à partir de retours d’expériences de chercheurs et de chercheuses confirmés, d’utiliser cette source particulière. Que trouve-t-on dans la presse et que n’y trouve-t-on pas ? Quels sont les pièges à éviter et, au contraire, quelles portes ouvre cette archive ? Réceptive aux échanges interdisciplinaires, notre démarche entend également s’inscrire dans une perspective transnationale favorisant les comparaisons. Il en est de même en ce qui concerne l’éventail chronologique qui devra être le plus large possible, ce qui pourra nous amener à interroger les sources disponibles voire équivalentes pour les périodes préexistant à la presse.

Continuer la lecture de La presse comme source : retours d’expériences et mode d’emploi. Appel à contributions.

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale (détail). Musée de Bretagne : 980.0018.2102.

La fable de la langouste et du 219e RI

Dans son édition du 31 octobre 1914, le quotidien catholique breton L’Ouest-Eclair publie un intéressant article intitulé « La langouste du 219e »[1]. Non signé, ce « fait divers de guerre »[2] a, à première vue, tout du « bourrage de crâne » et de l’anecdote insignifiante : grâce à un fantassin obèse, un certain Le Goaziou, les réservistes du 219e RI de Brest peuvent déguster alors qu’ils sont aux tranchées des huitres ainsi qu’une langouste. Mais pour qui sait le lire, ce texte se révèle être en réalité un propos d’une grande subtilité et un fascinant objet d’histoire.

Continuer la lecture de La fable de la langouste et du 219e RI

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Bretagne dans « l’année terrible » : un essai de géographie

La séquence 1870-1871 est marquée par de grands mouvements : ceux des troupes pendant la guerre franco-allemande mais aussi ceux de nombreux séismes politiques, de la chute de l’Empire à la proclamation de la République, en passant par la Commune de Paris. Bien souvent, à en croire la vulgate mémorielle, la Bretagne apparaît en périphérie de ces dynamiques, immobile comme ces soldats englués dans la boue du camp de Conlie. Pourtant, c’est une toute autre géographie qui émane des archives, la péninsule armoricaine n’étant nullement exclue de « l’année terrible », bien au contraire. La mémoire n’est pas l’histoire et le souvenir associé à la Bretagne pendant la séquence 1870-1871 – grille de lecture bien souvent orientée et focalisée sur le seul camp de Conlie – ne saurait résumer la période. Si aucun combat ne se déroule dans la péninsule armoricaine, la région est au premier rang de bien des mouvements de troupes tout en constituant une sorte d’arrière jugé relativement sûr : en témoignent les bijoux de la Couronne impériale et les trésors du Musée du Louvre entreposés par mesure de sécurité à Brest. Dès lors, c’est l’image d’un espace à la fois en périphérie mais en même temps parfaitement connecté à la succession des événements qui se dévoile. Le propos n’est donc pas ici d’esquisser l’histoire de la Bretagne, des Bretonnes et des Bretons pendant la fort complexe séquence 1870-1871 mais, plus modestement, de tenter un état des lieux, une sorte de tableau nullement exhaustif de la péninsule armoricaine pendant cette période et de montrer, ce faisant, combien elle s’insère dans l’histoire globale de « l’année terrible »[1].

Continuer la lecture de La Bretagne dans « l’année terrible » : un essai de géographie

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Photographie de soldat français publiée en première page du Miroir le 31 mars 1940 (détail). Gallica / Bibliothèque nationale de France.

Roger Bellégou ou l’entrée en Seconde Guerre mondiale du pays de Guingamp

Roger Bellégou est un non-seulement un quasi-inconnu mais un non-objet d’histoire. Né le 30 avril 1920 au Merzer, petite commune située à quelques kilomètres seulement de Guingamp, il est répertorié comme étant mort pour la France le 25 septembre 1939 en Sarre, alors que même pas âgé de 20 ans. Un décès prématuré qui non seulement n’est pas évoqué par la presse des Côtes-du-Nord (La Presse guingampaise, Le Moniteur des Côtes-du-Nord mais aussi des titres diffusés dans ce département comme l’édition rennaise de L’Ouest-Eclair ou encore La Dépêche de Brest), alors que ce jeune breton compte parmi les premières victimes de la campagne en cours, mais qui paraît être passé sous silence. Or celui-ci est particulièrement instructif et dit, d’une certaine manière l’entrée en Seconde Guerre mondiale du pays de Guingamp.

Continuer la lecture de Roger Bellégou ou l’entrée en Seconde Guerre mondiale du pays de Guingamp

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale. Collection particulière.

Les obsèques de Fortuné Guézel, sous-marinier sur le Lutin

Les collections en partage du Musée de Bretagne offrent à la sagacité des curieux douze documents relatifs aux obsèques, en novembre 1906, de Fortuné Guézel, un homme ayant disparu dans le naufrage du sous-marin le Lutin au large des côtes tunisiennes. Non seulement ces archives offrent un passionnant témoignage quant à la vivacité de la sensibilité militaire dans la presqu’île de Quiberon, d’où est originaire ce sous-marinier, mais elles délivrent un point de vue singulier sur la séparation des Églises et de l’État.

Continuer la lecture de Les obsèques de Fortuné Guézel, sous-marinier sur le Lutin

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Bretagne des 10 et 11e régions militaires. Extrait d'une carte publiée dans les années 1880. Musée de Bretagne: 987.0083.1.7.

De l’inscription dans des territoires militaires artificiels

Dans un article de la revue Economie rurale publié en 1977, la géographe A. Guellec affirme que le département des Côtes-du-Nord, aujourd’hui des Côtes d’Armor, est « parfaitement artificiel ». A l’en croire, ce cadre géographique serait « contraire à des habitudes millénaires » et illustrerait, même, « on ne peut mieux la géographie administrative de la Révolution »[1]. Plus de quarante ans plus tard, un propos tel que celui-ci ne manque pas de laisser songeur : certes, en 1790, le département est un espace neuf donc nécessairement « artificiel » mais il n’en demeure pas moins qu’au fil du temps la population s’y identifie, voire même s’y attache réellement. En témoignent les vastes débats du tournant des années 1990 au moment de la transition des Côtes-du-Nord vers les Côtes d’Armor. Et quid des régions militaires ? Tout aussi parfaitement artificielles, elles naissent à la suite de la défaite de 1870 mais n’empêchent pas que se développe un esprit de corps propre aux corps d’armées. De quoi inciter à la réflexion !

Continuer la lecture de De l’inscription dans des territoires militaires artificiels

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Rémy, biographie d’un « type étrange »

Curieux volume que cet Étrange colonel Rémy publié chez Champ Vallon par P. Kerrand, à la fois tentative d’exégèse d’un écrivain prolifique et portrait au vitriol d’un homme sans doute moins complexe que ce que ne veut le faire croire l’auteur[1]. Un livre qui, contre toute attente, délivre ses meilleurs pages après le 8 mai 1945, offrant un portrait sans concession d’un individu mais aussi, et peut-être même surtout, d’une période et d’un environnement, celui des anciens combattants et des professionnels du témoignage résistant.

Continuer la lecture de Rémy, biographie d’un « type étrange »

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Près de la gare de Lorient, la passerelle du cours de Chazelles. Musée de Bretagne: 973.0033.534.

13 mars 1871 : quand Lorient accueille ses vaincus

C’est manifestement le 13 mars 1871 que le 1er bataillon de gardes mobiles de Lorient, élément du 31e régiment du Morbihan, retrouve sa garnison d’origine, sur les bords du Scorff. Vaincus, ces hommes n’en sont pas moins accueillis à bras ouverts par la population : une attitude qui masque en réalité de profondes divisions rappelant combien cette période est fondamentalement instable.

Continuer la lecture de 13 mars 1871 : quand Lorient accueille ses vaincus

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale du canal de Panama (détail). Collection particulière.

1er juillet 1914 : l’inspecteur des Finances vannetais et le canal de Panama

Dans son édition du 1er juillet 1914, le quotidien catholique rennais L’Ouest-Eclair publie en première page une intéressante tribune qui, non signée, reprend un certain nombre de réflexions relatives à l’ouverture du canal de Panama formulées par un inspecteur des Finances du nom d’Etienne Dejean[1]. Cet article est stimulant à plus d’un titre. Quelques jours seulement après l’attentat de Sarajevo, il rappelle que la tension continentale n’accapare pas encore l’attention. De plus, il montre que le canal de Panama est désormais un enjeu géostratégique pour le commerce mondial et que, en d’autres termes, il cesse d’être lié à ce scandale éponyme synonyme de pertes financières importantes pour de nombreux épargnants, y compris bretons. Mais, une analyse minutieuse du propos de cet inspecteur des Finances interroge l’équilibre des forces à la veille de la Grande Guerre, l’océan Pacifique constituant par bien des égards un champ d’affrontements entre impérialismes.

Continuer la lecture de 1er juillet 1914 : l’inspecteur des Finances vannetais et le canal de Panama

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Insigne du 35e RAD. La devise de l'unité est « Mourir en chantant ». Musée de Bretagne : 2010.0035.31.

14 juillet 1938 : accident du travail au 35e RAD

Les Archives municipales de Ploemeur conservent une passionnante liasse improprement – et pour une raison qui nous échappe – intitulée « Dossier Le Bruchec »[1]. Passionnants, les documents qu’elle contient permettent, dans le prolongement de nos travaux de thèse sur la culture professionnelle des combattants de la Première Guerre mondiale, d’approfondir pour les années 1930 le lien entre uniforme et travail[2]. Car c’est bien sous l’angle du « métier militaire » que les appelés envisagent leurs périodes sous les drapeaux, ce qui n’est pas sans mettre en lumière certains vides juridiques en termes de protection sociale.

Continuer la lecture de 14 juillet 1938 : accident du travail au 35e RAD

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Combat de cavalerie lors de la bataille de Sedan, 1er septembre 1870. Carte postale publicitaire. Collection particulière.

Le 50e anniversaire de la bataille de Sedan

C’est une formule que l’on répète comme une sorte de mantra : « la mémoire est l’outil politique du temps présent ». Autrement dit, si le souvenir d’un fait historique est convoqué dans le débat public, c’est qu’il offre au moment précis où il est employé une grille de lecture servant les intérêts de celui ou celle qui le mobilise. Là où l’histoire est la science qui s’attache à comprendre le passé sur la base d’une méthode dont l’alpha et l’oméga consistent en la critique interne et externe des archives, la mémoire a tout à voir avec le présent. Mais qu’en est-il de l’amnésie ? De l’absence de souvenir ? C’est à une telle réflexion qu’invite la non-commémoration du cinquantième anniversaire de la bataille de Sedan, au début du mois de septembre 1920.

Continuer la lecture de Le 50e anniversaire de la bataille de Sedan

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Arch. mun. Pontivy : 2 h 9, Rapport du commissaire de police de Pontivy, 2 mai 1917 (détail).

Citation à l’ordre et réhabilitation civique

Parmi les critiques que nous avons formulées à l’endroit des « Poilus de Haute-Savoie » de S. Chatillon, il y a notamment le reproche d’un manque de distance avec les sources, tout particulièrement avec les citations à l’ordre[1]. En effet, ces courts textes, qui accompagnent la délivrance d’une décoration telle que la Croix de guerre, la Médaille militaire ou la Légion d’honneur, sont avant tout un discours de l’institution militaire sur elle-même et ne sauraient donc être pris au pied de la lettre[2]. C’est ce que rappelle, sans ambiguïté aucune, un document conservé par les Archives municipales de Pontivy.

Continuer la lecture de Citation à l’ordre et réhabilitation civique

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Protéine de coronavirus. National Institutes of Health (NIH).

Covid-19 et War Studies

Loin de moi l’idée de prétendre à une quelconque expertise dans le domaine médial, ou même en histoire religieuse puisqu’il en sera aussi question dans les lignes qui vont suivre. Pourtant, force est d’admettre qu’il est difficile d’assister à l’actuelle épidémie de psychose collective liée au Covid-19 sans penser au précédent que constitue la pandémie de grippe dite espagnole survenue à la fin de la Première Guerre mondiale. A ce propos, on profitera de l’occasion pour conseiller la lecture de l’excellente synthèse que Freddy Vinet a publié en 2018, chez Vendémiaire, sur la question[1].

Continuer la lecture de Covid-19 et War Studies

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Tracts de la Ligue internationale des combattants de la paix. Collection particulière.

La LICP de Brest : aux sources du pacifisme des années 1930

Le nom de Jules Le Gall – aucun lien de parenté avec l’auteur des présentes lignes – est à peu près complètement tombé dans l’oubli. Seuls quelques spécialistes de l’histoire du mouvement ouvrier finistérien, et plus encore de l’anarchisme, le connaissent, à commencer par René Bianco qui rédige l’une de ses deux notices biographiques pour le Maitron. Pourtant, le parcours de cet individu est particulièrement stimulant pour qui s’intéresse aux mondes militaires et, plus spécifiquement, aux individus qui les contestent. En effet, l’exemple de Jules Le Gall montre que la généalogie de l’engagement pacifiste et antimilitariste est parfois beaucoup plus difficile à établir que ce que l’on pourrait, de prime abord, penser.

Continuer la lecture de La LICP de Brest : aux sources du pacifisme des années 1930

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn