Archives par mot-clé : Valeur

Le département de Loire-Inférieure (détail). Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.6408.

L’état de siège dans les faits (octobre 1918)

Bien que supprimé le 1er septembre 1915, l’état de siège, qui avait été décrété le 2 août 1914, est rétabli en Loire-Inférieure le 6 juillet 1917, afin notamment de prémunir contre l’espionnage les opérations de débarquement du corps expéditionnaire américain[1]. Celui-ci est ensuite étendu en février 1918 à tout l’arc Atlantique, de l’arrondissement de Brest à celui de Dax en passant par les îles du Ponant, de Ré et d’Oléron, mesure qui là encore doit être à rapprocher de l’intensification du flux de Doughboys arrivant en France[2]. Cette disposition prend fin en octobre 1919[3]. Il est néanmoins difficile de se faire une idée exacte des conséquences de cette proclamation de l’état de siège. Les archives départementales de Loire-Atlantique conservent un certain nombre de documents exigeant la surveillance des nomades ou au contraire refusant le séjour de détenus en liberté conditionnelle au nom précisément de cette disposition juridique. Mais on sait la pression démographique très forte sur les forces de police, puisque nombreux sont les agents à être envoyés au front, celui-ci réclamant, toujours ou presque, plus d’hommes, et nombreuses sont les archives témoignant de ce qu’elles parviennent difficilement à remplir leur mission. Aussi, la portée réelle d’un certain nombre d’opérations de police demeure-t-elle délicate à évaluer. L’édition diffusée en France du 31 octobre 1917 du Chicago Tribune fait par exemple état d’une descente de police dans les locaux de l’Action française à Nantes : faut-il voir là une conséquence directe de l’état de siège et de la surveillance d’un groupe non seulement volontiers xénophobe mais qui pourrait par la même occasion se montrer hostile au corps expéditionnaire levé par les États-Unis, une république ?[4] Je ne suis pour l’heure pas en mesure de répondre à cette question qui se pose avec d’autant plus d’acuité que l’on n’ignore encore une fois pas que ces services, de même que ceux des pompiers comme le rappelle l’incendie qui ravage une boulangerie du centre de Rennes en décembre 1916, sont en sous-effectifs chroniques pendant le conflit[5]. Tant les pertes au front, et la nécessité de combler les vides dans les rangs, que la chasse aux embusqués conduit à largement réduire les effectifs des commissariats. C’est précisément ce que montre l’incident qui se survient à Nantes, le 9 octobre 1918 : arrivé de l’Oise, un train transportant 500 prisonniers militaires, des individus de nationalité française donc et non pas des soldats allemands ou austro-hongrois capturés – entre en gare. Mais, alors que les wagons ne sont placés sous la surveillance que de quelques gendarmes, les détenus en profitent pour descendre des compartiments et gagnent la ville. À en croire les archives policières, les seules à notre disposition, il en a résulté un certain désordre et quelques vols[6]. Sans doute n’y a-t-il rien de bien remarquable dans ce fait divers ; sauf à perdre de vue qu’il correspond finalement assez mal avec l’idée que l’on peut se faire d’un espace placé sous l’état de siège.

Continuer la lecture de L’état de siège dans les faits (octobre 1918)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

À propos d’une guerre civile bretonne

Rares sont les ouvrages aussi stimulants que ce volume collectif dirigé, aux Presses universitaires de Rennes, par A. Rolland-Boulestreau et B. Michon et consacré aux mémoires des guerres civiles[1]. Si le propos part de la guerre de Vendée, il ne s’y limite aucunement et offre une histoire non seulement transnationale mais comparée. Ce faisant, les différents contributeurs, provenant d’horizons disciplinaires variés, invitent à de multiples et féconds prolongements dont il n’est pas possible de complètement rendre compte dans cette rapide recension. La fertile question des sorties de conflits, notamment traitée dans ce livre par S. Ledoux (p. 201-215), ne sera ainsi pas appréhendée. Aussi ne s’agira-t-il ici que de ce qui relève d’une part du périmètre de la notion de guerre civile, d’autre part de la construction des mémoires ; autant d’éléments qui seront abordés en rapport avec la péninsule armoricaine.

Continuer la lecture de À propos d’une guerre civile bretonne

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Céline, poilu ordinaire ?

La publication le 5 mai 2022 d’un roman inédit de Louis-Ferdinand Céline, Guerre, a constitué un événement comme les aime tant le Landerneau des arts et lettres[1]. Mais quid de l’histoire ? En effet, ce texte ne constitue-t-il pas aussi une source, à l’instar des œuvres d’autres grands écrivains combattants comme Maurice Genevoix et Roland Dorgelès, à l’instar aussi d’autres livres produits par des auteurs compromis dans la collaboration ? Et l’on songe, immédiatement ou presque, à la Comédie de Charleroi de Pierre Drieu la Rochelle, roman publié d’ailleurs au moment où Céline écrit Guerre[2]. Question évidente à la réponse qui l’est tout autant mais approche qui, curieusement, ne semble pas avoir retenu l’attention tant les débats, à dire vrai, se sont cantonnés à une sorte de positivisme célinomaniaque n’apportant, en définitive, pas grand-chose. C’est pourtant sous l’angle de l’histoire du fait militaire et guerrier, et plus singulièrement encore de la Bretagne tant les références à la péninsule armoricaine sont nombreuses dans ce roman, que je souhaite aborder ici ce qui à mes yeux est aussi une archive.

Continuer la lecture de Céline, poilu ordinaire ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Vue de la bataille d'Orléans, lithographie par Kurz & Allison (fin XIXe siècle), détail. The Huntington Library, Art Museum, and Botanical Gardens Digital Library : priJLC_MIL_001283.

La fonction Conlie

Grand historien de la Première Guerre mondiale, S. Audoin-Rouzeau est, avec des auteurs tels que J.-J. puis sa fille A. Becker, à l’origine du paradigme dit du consentement patriotique, grille de lecture invitant à non plus considérer les poilus – et au-delà les sociétés belligérantes – uniquement comme des victimes de la guerre mais aussi comme des acteurs de ce conflit, conflit auquel ils consentent pour des raisons idéologiques et notamment patriotiques[1]. Cherchant à conférer à cette représentation une certaine épaisseur chronologique, ce chef de file de l’approche culturelle de la séquence 1914-1918, et de ce que l’on a appelé l’École de Péronne, tente, à la fin des années 1980, de retrouver dans la guerre de 1870-1871 les racines de ces mécanismes d’adhésion nationale. Il en résulte un ouvrage fouillé, scrutant minutieusement « l’opinion », composé notamment à partir des nombreux rapports des préfets conservés aux Archives nationales et témoignant d’un réel intérêt pour l’histoire des opérations et d’un talent manifeste pour la synthèse et la formule percutante[2]. C’est d’ailleurs l’une de ces assertions que nous souhaiterions non pas discuter mais prolonger dans le cadre de ce billet et en nous penchant sur l’affaire dite du camp de Conlie.

Continuer la lecture de La fonction Conlie

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

A propos de l’antimilitarisme des Sârs et de la rougeole politique (1913)

Figure emblématique du groupe dit des Sârs, Jacques Vaché fait l’objet depuis quelques années d’un véritable retour en mémoire. La Cité des Ducs, dans une moindre mesure la Bretagne et la France, redécouvrent le poète surréaliste mort le 6 janvier 1919 en l’Hôtel de France, à Nantes, d’une surdose d’opium alors que pas encore âgé de 25 ans[1]. Parmi les faits d’armes fréquemment mis en avant de cet artiste, sa participation à une modeste revue – sauf à craindre l’anachronisme on pourrait parler de fanzine – tirée à seulement une vingtaine d’exemplaires au sein du Lycée de Nantes et intitulée En route, mauvaise troupe, mais dont l’écho est étonnamment persistant. La cause en est moins le talent littéraire de ses auteurs que le scandale provoqué par deux articles anarchisants et unanimement qualifiés, tant par la presse de l’époque que par la littérature postérieure à la mort de Jacques Vaché, d’antimilitariste[2]. Or c’est précisément cette idée que je souhaite discuter ici en apportant quelques éléments de contexte.

Continuer la lecture de A propos de l’antimilitarisme des Sârs et de la rougeole politique (1913)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Embarquez avec Tim Benbow

De la même manière que nous nous étions réjouis de la traduction française de l’Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale de C. L. Symonds, nous ne pouvons que nous féliciter de la publication dans la langue de Molière de La Guerre navale 1914-1918 de T. Benbow, éminent maritimiste britannique[1]. Magnifiquement illustré, cet ouvrage d’un très haut niveau saura conquérir un vaste public et notamment celles et ceux qui s’intéressent à la péninsule armoricaine pendant la Grande Guerre. Car c’est une chose que l’on a trop rapidement tendance à oublier ; si la Bretagne est effectivement en arrière des batailles terrestres que sont Verdun ou la Somme, cet espace se trouve en revanche aux premières loges du gigantesque conflit qui se joue aussi, à cette époque, sur les mers.

Continuer la lecture de Embarquez avec Tim Benbow

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La carte postale ancienne : l’impossible source ?

Publié sous la direction de B. Tillier aux éditions du CRNS, ce beau livre consacré aux cartes postales pendant la Première Guerre mondiale intéressera un lectorat très large : chercheurs confirmés, étudiants ayant à plancher pour une séance de travaux dirigés basée sur ce type d’archives ou encore collectionneurs, puisqu’on les sait nombreux à se passionner pour ces petits rectangles cartonnés et illustrés[1]. Composé de contributions d’auteurs venant d’horizons disciplinaires complémentaires, historiens et historiens de l’art pour l’essentiel, ce riche volume propose une réflexion d’autant plus utile que les conclusions qu’il apporte dépassent de très loin le strict cadre chronologique imposé par la séquence 1914-1918 – quand bien même celui-ci est en train de se dilater comme le rappellent fort justement les développements actuels autour de l’idée d’une plus Grande Guerre[2]. C’est donc d’un ouvrage éminemment digne d’intérêt dont il sera question ici.

Continuer la lecture de La carte postale ancienne : l’impossible source ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De la biopsie en histoire

J’ai eu la chance de rencontrer C. Dhennin-Lalart à l’automne 2014, lors d’un colloque organisé par R. Porte, D. Barjot et F. Cochet pour la Commission française d’histoire militaire. Elle était à quelques semaines de soutenir sa thèse, et nous avions échangé quelques mots alors que je débutais la mienne. Sa démarche me semblait absolument passionnante : prendre une toute petite partie du front – en l’occurrence le pays de Weppes, en Flandre française – et l’étudier le plus finement possible, des deux côtés du no man’s land. Pour qui s’intéresse aux variations d’échelles en histoire, il y avait là la réalisation concrète d’une belle idée trop rarement mise en œuvre, la biopsie[1]. C’est donc avec une réelle gourmandise que je me suis saisi du livre publié aux Presses universitaires de Rennes et tiré de ce doctorat[2]. Pourtant, mon enthousiasme a été rapidement douché en apprenant, lors de la lecture de la quatrième de couverture, la mort de l’autrice, en 2020.

Continuer la lecture de De la biopsie en histoire

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le 19e RI a désormais son Maurice Genevoix : Joseph Vincent

L’écriture de l’histoire est impossible sans archives. Ceci implique que celles et ceux qui s’adonnent à cette discipline aient une grande proximité avec les archivistes, bien entendu, mais aussi avec les conservateurs de musée : autant de professions susceptibles d’alimenter la réflexion grâce à de la matière première inédite. On sait d’ailleurs que ces deux corps de métiers répondent, aux côtés des enseignants-chercheurs, à la définition de l’historien « de métier » telle que posée par P. den Boer[1]. Il est toutefois une autre profession à qui les historiens, et notamment ceux de la Première Guerre mondiale, doivent énormément, c’est celle d’éditeur. Que serait en effet l’historiographie de la séquence 1914-1918 sans les milliers de témoignages qui, publiés dans le sillage des carnets de Louis Barthas, sont venus alimenter de vives controverses sur le statut du témoin, réactivant soit dit en passant les polémiques initiées à partir de la fin des années 1920 par Jean-Norton Cru ? Pas grand-chose assurément. Parmi ces éditeurs passionnés, militants de la mémoire mais aussi acteurs essentiels de la discipline historique, il y a Yann Prouillet, fondateur et directeur d’Edhisto, une belle maison dotée d’un riche catalogue et qui continue, contre vents et marées, à sortir des nouveautés intéressant la Grande Guerre… mais aussi la Bretagne. Tel est le cas de ce volume de textes dus à Joseph Vincent, vosgien passé par le 106e RI et le 19e RI[2].

Continuer la lecture de Le 19e RI a désormais son Maurice Genevoix : Joseph Vincent

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Tanguy Le Gentil de Rosmorduc : un officier de série B ?

Né le 23 novembre 1892 à Trémel, dans les Côtes-du-Nord, le lieutenant-colonel Tanguy Le Gentil de Rosmorduc commande au printemps 1940 le 48e RI, unité tenant garnison à Guingamp mais aussi à Landerneau, dans le Finistère[1]. Le parcours de cet officier nous est connu principalement par son dossier de Légion d’honneur, conservé aux Archives nationales, ainsi que par la reconnaissance optique de caractères disponible sur la presse en ligne[2]. Ces sources permettent de dessiner la carrière d’un aristocrate bien né et qu’un certain ethos familial semble promettre au métier des armes. Pour autant, ces prédispositions font-elles de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc un bon officier supérieur ? Répondre à cette question exige bien entendu de la prudence tant, en la matière, toute certitude est à proscrire. Mais une telle interrogation est d’importance en ce qu’elle semble dessiner, comme par ricochet, le niveau du 48e RI en 1939.

Continuer la lecture de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc : un officier de série B ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une prosopographie aux rayons X (1901)

L’idée sous-tendant l’ouvrage que publie l’historien H. Joly est aussi simple qu’efficace : ausculter méthodiquement le destin des 180 élèves de la promotion 1901 de l’École polytechnique et, à partir de cette minutieuse prosopographie, proposer une analyse fine de cette jeunesse brillante et appelée, par la grâce d’un concours, à assurer les plus hautes fonctions[1]. Cette intention est d’ailleurs rappelée par la formule choc « Ils étaient l’élite de la Belle Époque. Qu’ont-ils accompli ?» figurant sur la couverture de l’ouvrage. En d’autres termes, il s’agit de vérifier « preuve à l’appui » si cette « noblesse républicaine » (p. 15) est bel et bien digne du piédestal sur lequel elle trône. C’est parce que l’excellence est une notion subjective (p. 24) que porter un tel regard critique est nécessaire.

Continuer la lecture de Une prosopographie aux rayons X (1901)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Bretagne des 10 et 11e régions militaires. Extrait d'une carte publiée dans les années 1880. Musée de Bretagne: 987.0083.1.7.

De l’inscription dans des territoires militaires artificiels

Dans un article de la revue Economie rurale publié en 1977, la géographe A. Guellec affirme que le département des Côtes-du-Nord, aujourd’hui des Côtes d’Armor, est « parfaitement artificiel ». A l’en croire, ce cadre géographique serait « contraire à des habitudes millénaires » et illustrerait, même, « on ne peut mieux la géographie administrative de la Révolution »[1]. Plus de quarante ans plus tard, un propos tel que celui-ci ne manque pas de laisser songeur : certes, en 1790, le département est un espace neuf donc nécessairement « artificiel » mais il n’en demeure pas moins qu’au fil du temps la population s’y identifie, voire même s’y attache réellement. En témoignent les vastes débats du tournant des années 1990 au moment de la transition des Côtes-du-Nord vers les Côtes d’Armor. Et quid des régions militaires ? Tout aussi parfaitement artificielles, elles naissent à la suite de la défaite de 1870 mais n’empêchent pas que se développe un esprit de corps propre aux corps d’armées. De quoi inciter à la réflexion !

Continuer la lecture de De l’inscription dans des territoires militaires artificiels

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Joconde, Brest et la guerre de 1870

Le livre que P. Gourlay consacre, aux excellentes éditions Locus Solus, au transfert à Brest, pendant la guerre de 1870, de 293 chefs-d’œuvre du musée du Louvre pourrait apparaître de prime abord anecdotique[1]. Certes, il s’agit-là d’une histoire originale et de surcroît truffée de grands noms puisque s’y croisent Léonard de Vinci, Le Caravage, Véronèse, Rubens et Raphaël mais aussi l’impératrice Eugénie, Jules Simon, Gustave Courbet ou encore Edmond de Goncourt. Mais ne voir dans ce volume qu’un simple « coup éditorial » serait passer à côté de l’essentiel puisque cet ouvrage permet de tirer un certain nombre d’enseignements qui, indéniablement, contribuent à une meilleure compréhension de l’histoire de la guerre de 1870. En effet, comme dans tout bon essai de micro-histoire, les conclusions de ce Louvre au secret dépassent de très loin le cadre de la seule cité du Ponant.

Continuer la lecture de La Joconde, Brest et la guerre de 1870

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn