Archives par mot-clé : Sursis

Le nerf de la guerre de la Générale

Historien prolifique, H. Bonin publie chez Droz une histoire de la Société générale pendant la Première Guerre mondiale, troisième tome d’une vaste enquête au long cours consacrée à cette banque, qui mérite d’être connue[1]. Certes, un tel sujet pourra paraître bien aride, et pour tout dire peu engageant, ce d’autant plus que la documentation fait souvent défaut et que le propos se limite fréquemment à d’austères tableaux comptables. Mais il n’en demeure pas moins que s’intéresser à la guerre sans prendre en compte ce qui fait son nerf relève d’une démarche dont on parvient rapidement à toucher les limites. Aussi le détour par le système bancaire s’avère constituer une étape impérative pour qui s’intéresse à la Bretagne pendant la séquence 1914-1918, ce d’autant plus que ce terrain d’investigation relève pour l’heure, à l’échelle de la péninsule armoricaine, il faut bien l’avouer, d’un véritable angle mort des connaissances[2].

Continuer la lecture de Le nerf de la guerre de la Générale

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Protégé : Permanences et ruptures de la géographie d’Eugène Perrussel en Grande Guerre

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

(Hommes) politiques et fait guerrier (1972)

L’un des éléments les plus marquants des mémoires de l’emblématique maire de Rennes Edmond Hervé, pour qui s’intéresse au fait militaire et guerrier, est sans doute ce qui le sépare, justement, du port de l’uniforme[1]. Si on compare la trajectoire du natif de La Bouillie, dans les Côtes-d’Armor, alors du Nord, à quelques-uns de ses prédécesseurs, le contraste est frappant. Que l’on songe quelques instants par exemple à Jean Janvier, officier de réserve qui se sert aussi du son cursus honorum militaire pour pénétrer des cercles de notabilités auxquels son extraction modeste ne le prédestine pas ; ou encore à Henri Fréville dont les états de service dans la Résistance ne sont plus à rappeler. À l’inverse, Carle Bahon, élu en 1925, ne dispose pas de cette expérience du port de l’uniforme, et encore moins du combat dans les tranchées : souffrant de « bronchites chroniques », il est exempté définitivement en 1894. Pourtant, là s’arrête la comparaison avec Edmond Hervé, qui lui d’ailleurs effectue son service militaire : deux socialistes donc, deux rapports assez distants au fait militaire et guerrier mais qui suscitent en revanche des réactions fort contrastées de la part de leurs adversaires. En effet, si la droite conservatrice n’hésite pas à attaquer Carle Bahon sur son absence d’états de service, personne ne paraît reprocher à Edmond Hervé son inexpérience militaire, bien que Rennes soit une importante ville de garnison. Sans doute est-ce là une marque supplémentaire du processus de civilianisation de la société française – et pour ce qui nous intéresse ici bretonne – au cours lors de ces années 1968, processus qu’un certain nombre de figures politiques émergeant autour de l’année 1972 permet de circonscrire.

Continuer la lecture de (Hommes) politiques et fait guerrier (1972)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Insigne des blessés de la tuberculose d'Ille-et- Vilaine, 1918. Musée de Bretagne : 949.3089.

Carle Bahon au prisme du patriotisme… et de la plus Grande Guerre

Dans son édition du 6 février 1910, le quotidien catholique L’Ouest-Éclair qualifie le socialiste Carle Bahon de « plus élégant des conseillers municipaux » rennais[1]. Quand on connaît les attaques, fort peu élégantes du reste, dont fait l’objet celui qui devient maire du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine entre 1925 et 1929, un tel propos ne manque pas d’interpeller. Il est vrai que le Musée de Bretagne conserve un portrait de lui, cliché posé figurant un homme manifestement distingué, peut-être même dandy. Mais faut-il vraiment prendre au pied de la lettre ce qualificatif ? Ne faut-il pas au contraire pas y voir une marque d’ironie cinglante, quand on sait les attaques publiques dont fait l’objet ce maître de conférences en langue et littérature allemande à la faculté de Rennes ? C’est ainsi par exemple que, dans son édition du 22 mai 1926, Le Nouvelliste de Bretagne, sous la plume de Louis Téry, un ancien prisonnier de guerre pendant la Première Guerre mondiale, affirme que l’on aurait « probablement tort d’attendre » de la part du maire de Rennes « des gestes empreints d’une élégance purement française »[2]. Né d’une mère allemande, Carle Bahon voit en effet régulièrement son patriotisme mis en doute par la frange la plus xénophobe et nationaliste de l’opinion rennaise. Autant d’attaques qui méritent une mise en perspective.

Continuer la lecture de Carle Bahon au prisme du patriotisme… et de la plus Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn