Archives par mot-clé : Soeur

Noblesse en Grande Guerre

J’avais beaucoup apprécié le Sang bleu dans les tranchées publié par B. Goujon chez Vendémiaire en 2015 et c’est avec un réel plaisir que je me suis plongé dans ce copieux volume qui en constitue un avantageux prolongement : le propos ne se focalise cette fois-ci plus sur les aristocrates au front mais sur leurs nobles épouses[1]. 7 ans plus tard on reprend donc (presque) les mêmes et on recommence en employant les recettes qui avaient déjà emporté l’adhésion, et notamment un souci renouvelé et particulièrement bien venu de l’administration de la preuve. Il en résulte, certes, un ouvrage touffu (plus de 900 pages), et dont la lecture est rendue particulièrement difficile par l’exaspérante habitude prise par les éditeurs de placer l’appareil critique en fin de volume, mais là est le prix à payer de la scientificité de la démonstration. Et celle-ci a son importance. En effet, le titre – Je Maintiendrai, leitmotiv emprunté à la comtesse Vigier – est un bon indice de la démarche de l’auteur, exercice qui consiste à appréhender l’agentivité d’un groupe social particulier face à l’épreuve que constitue la Première Guerre mondiale. Loin de se laisser écraser par le conflit, ces femmes tentent ce qu’elles peuvent pour préserver, voire maximiser leur position. Or si les moyens à leur disposition sont dans bien des cas sans commune mesure avec ce que l’on peut observer dans d’autres strates de la société, surface sociale, culturelle et économique oblige, cette intention n’a, elle, rien d’unique. Il en résulte, en filigrane, une mise en perspective subtile et nuancée de l’idée d’Union sacrée (p. 75).

Des actrices comme les autres

Comme toutes les populations demeurées à l’arrière, les aristocrates sont troublées par les premières semaines de la campagne et notamment par les liaisons postales particulièrement difficiles, réalité que B. Goujon qualifie joliment de « zone de silence » (p. 61). Nombreuses sont d’ailleurs ces nobles qui, quand elles le peuvent, quittent leur domicile et fuient l’avancée allemande pour trouver refuge à l’arrière, notamment dans les élégantes stations balnéaires que comptent l’Aquitaine, le Pays basque mais aussi la Bretagne (p. 65). Tel est par exemple le cas de la baronne Léonino qui se replie à Dinard (p. 65-66). Quand elles restent dans les régions occupées par les Allemands, alors les nobles se révèlent tout aussi aptes à s’attirer leurs bonnes grâces que les autres couches de la population, sur un modèle qu’a d’ailleurs bien mis en évidence P. Salson[2]. Enfin, le 11 novembre 1918, ces nobles sont eux aussi plongés dans la liesse de l’Armistice (p. 636), même s’ils peuvent probablement, dans une proportion qui reste encore à apprécier, refuser à leurs employés de l’exprimer. Certes, la chose est pour l’heure peu documentée mais l’on rappellera, à la suite de l’historien S. Tison, l’exemple particulièrement intéressant de cette jeune domestique mancelle qui explique ne pas avoir reçu l’autorisation de son employeur de cesser le travail le 11 novembre 1918 pour participer aux réjouissances[3].

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 973.0008.78.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 973.0008.78.

Comme toutes les femmes de France, les aristocrates sont confrontées à des « recompositions de l’ordre domestique » (p. 148) du fait de la mobilisation de leurs maris, évolution qui peut de temps à autre être appelée à durer au-delà de la guerre. En effet, les nobles sont aussi confrontées à la mort de leurs époux et de leurs fils. Et quand les hommes rentrent de permission, c’est le même décalage entre l’arrière et le front qui se donne à voir au sein de ces familles (p. 216)[4]. Là comme ailleurs, c’est en effet l’ignorance de la réalité des tranchées qui prévaut pour ces femmes et c’est sans surprise que l’on voit se développer des réseaux destinés à obtenir des informations. Mais du fait de la surface sociale de ces actrices, seule finalement la proximité des hautes sphères politiques et militaires varie, pas le principe (p. 231). La preuve en est que ces nobles sont tout autant sujettes aux canards et autres fausses nouvelles que les roturières (p. 224). Sans surprise, elles sont désarçonnées par 1917 (p. 282), année définitivement trouble du fléchissement du consentement patriotique[5]. L’auteur explique d’ailleurs à ce propos que « la crainte d’une exportation de la révolution bolchevik dans le reste de l’Europe, qui motive le soutien des Alliés aux Blancs dans la guerre civile qui déchire la Russie, n’est pas pour rien dans cette réinvention d’une politique des larmes qui s’inscrit dans le prolongement de la culture et de la mémoire contre-révolutionnaire françaises du premier XIXe siècle » (p. 330).

En revanche, s’il est un point qui distingue la noblesse de la bourgeoisie capitaliste, comme celle étudiée par exemple par J.-L Mastin et qui sait si bien (se) jouer de la géographie imposée par le conflit, c’est son attachement à la terre et notamment à un certain nombre de propriétés foncières détenues parfois depuis plusieurs siècles (p. 33)[6]. Certes, il y a des revers de fortune et le conflit contraint certaines familles à se dessaisir de biens, notamment fonciers et plus particulièrement encore castraux (p. 650-653). Il y a aussi les morts au champ d’honneur qui entraînent l’extinction de lignages et donc la transmission automatique de propriétés (p. 117). Mais c’est bien d’un groupe social très ancré dans la terre, quoique paradoxalement très mobile et transnational, dont il s’agit ici.

Intéressante est également l’idée, formulée à plusieurs reprises dans l’ouvrage (p. 96, 453 et 514 notamment), d’une « réinvention féminisée de l’ancestral devoir de protection féodale envers les vassaux » (p. 96), d’une « tradition d’hospitalité châtelaine » (p. 453), pour expliquer l’aide prodiguée par certaines nobles à des réfugiés, des blessés et des mutilés ou encore des orphelins. Mais que l’on ne se méprenne pas sur ce point : c’est en effet moins l’acte social en lui-même qui est spécifique que le cadre mental auquel il se réfère, et qui peut-être même le conditionne. Pour autant, ce poids de l’Histoire et la pression sociale induite par le lignage – qui font par exemple dire à Elisabeth de Gramont que « l’embusquage serait particulièrement marqué parmi les élites récentes ou douteuses » (p. 299) – doivent sans doute être relativisés dans la mesure où les normes de conduite dépassent allègrement les frontières du sang bleu. B. Goujon évoque ainsi le cas du comte Robert Paguelle de Larret de Follenay, suicidé dans sa chambre d’hôtel marocaine d’Oudjda le 12 mars 1915 mais néanmoins titulaire de la mention « mort pour la France » puisque son décès aura été opportunément attribué à une « fièvre jaune » (p. 128). Si la surface sociale de cette famille permet sans doute un tel travestissement, le tabou lié à ce type de mort n’est nullement le propre des familles aristocratiques comme en témoigne, d’ailleurs, les circonvolutions autour du terme « autolyse » dans l’armée française de 1939-1940. Même chose en ce qui concerne le « jeu des recommandations » visant à « obtenir une promotion, une citation ou une décoration » (p. 176), par railleurs particulièrement difficiles à débusquer en ce qu’elles ne laissent que très peu d’archives (p. 347) : c’est moins ce type de manigances que la surface sociale permettant qu’elles puissent être fructueuses qui est le propre de la noblesse, où tout du moins de la frange la mieux dotée en capitaux symboliques et sociaux de l’aristocratie. Cette agentivité se retrouve aussi au prisme des colis expédiés par les femmes demeurées à l’arrière, leur contenu permettant de conforter les liens d’autorité et de camaraderie avec des subalternes (p. 207) et/ou « visant à s’assurer les bonnes grâces d’un supérieur » (p. 209). Mais, là encore, rien qui ne soit spécifique au sang bleu.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Enfin, il est une autre réalité qui affleure tout au long de cet ouvrage qui n’est nullement le propre de ce groupe social, c’est sa propension à appréhender la guerre par le prisme du travail, travail imposé certes par les circonstances mais qu’il faut bien faire[7]. Quand on se rappelle le discours qui culturellement fonde les trois ordres, alors on mesure combien la séquence 1914-1918 est aussi le révélateur de la fin d’un monde.

A propos d’Union sacrée

À l’image de la population entière, la majeure partie des aristocrates françaises rallie, et ce dès les toutes premières heures du mois d’août 1914, l’Union sacrée. En témoigne par exemple la marquise de Mailly-Nesle qui doit interrompre son voyage de noces en Suisse et rejoint après la mobilisation de son époux sa sœur, la duchesse de Rohan, à Josselin (p. 46). Mais il n’en demeure pas moins que non seulement cette conduite n’a rien d’évident mais que sa portée ne doit pas non plus tromper.

S’il est en effet un groupe social chez qui la mémoire de la Révolution française est vive et dicte un positionnement politique bien spécifique, ce sont bien les nobles. Pour autant, à la Belle époque, le fait est que malgré un « légitimisme sentimental » fréquent, de nombreux aristocrates servent au sein de cette « arche sainte » qu’est l’armée (p. 21) et qui, rappelons-le, obéit au politique, donc à la République. Cette remarque est d’importance pour qui souhaite appréhender la profondeur des fractures qui traversent la société française d’alors en ce qui concerne le régime. Aussi la séquence 1914-1918, et ce conflit dont personne ne voit la fin, contribue-t-il, et ce en contradiction fondamentale avec l’idée d’Union sacrée, à ouvrir une opportunité politique pour les plus blancs de ces aristocrates. Dans ce cadre, la « piété patriotique » (p. 246) est un outil permettant de réaffirmer la place du religieux dans une France certes fille aînée de l’Église mais où celle-ci est séparée de l’État depuis 1905. Et B. Goujon d’évoquer notamment le cas de la Loire-Inférieure, où « les conseillers généraux pousseront la ferveur jusqu’à voter la consécration du département au Sacré-Cœur en juin 1918 » (p. 247). Dans ce cadre, un certain nombre de femmes nobles – l’unanimité n’est pas de mise (p. 261), ce qui vient là encore mettre en lumière les divisions qui scandent la société française d’alors – jouent un rôle éminant pour développer cette rhétorique aux « dimensions réparatrice et rédemptrice » et où se mêlent des « des accents expiatoires, un caractère familialiste et une coloration contre-révolutionnaire » (p. 251). Pour B. Goujon, « entre le donjon et le clocher comme dans l’ensemble des relations sociales et politiques, l’Union sacrée montre (plus ou moins rapidement et ouvertement) des limites qui révèlent les conflictualités préexistantes » (p. 262). Marianne, tout particulièrement, cristallise les rancunes : « de fait, le ressentiment nobiliaire envers le régime reste vif, et la moindre mesure d’inspiration sécularisatrice ranime les luttes socio-religieuses » (p. 294).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Le succès rencontré par le pèlerinage de Pontmain – 12 à 15 000 fidèles en 1916 – n’est à cet égard pas un hasard. En effet, c’est aussi dans cette « internationale blanche » que doit être appréhendée cette haute société en Grande Guerre, même si le conflit n’est pas sans en altérer la géographie. Si le gotha continue à enjamber les frontières, les liens de sociabilité sont désormais assez largement soumis aux alignements diplomatiques (p. 120) même si quelques exceptions peuvent être repérées, à l’instar de cette marquise qui mobilise ses réseaux dans les Empires centraux pour tenter de retrouver un soldat disparu (p. 122). À l’inverse, et preuve que ces nobles ne sont pas écrasées par ces réalités diplomatiques mais savent aussi en tirer parti, la comtesse Jacques de Durfort Civrac de Lorge, née Chateaubriand, profite de 150 prisonniers de guerre pour faire curer l’étang de son domaine à Combourg, chose qui n’avait pas été faite depuis trois siècles (p. 154). Autre exemple du même ordre, celui de la comtesse Vigier qui parvient à obtenir une réforme temporaire de six mois pour un de ses jardiniers… ce qui lui épargne d’en chercher un autre pour entretenir son domaine (p. 178). B. Goujon rappelle d’ailleurs que certaines œuvres de charité ne sont d’ailleurs pas sans relever d’une certaine forme d’exploitation de la main d’œuvre conduisant à une pression importante sur les salaires (p. 437).

Pour le dire autrement, les aristocrates savent se conformer à la morale patriotique du moment pour en tirer un profit en espèce sonnantes et trébuchantes, conduite qui n’est nullement le propre de ces hautes strates sociales mais vient néanmoins nuancer l’impératif catégorique de la défense de la Nation que suppose l’idée d’Union sacrée. C’est ainsi par exemple qu’en juin 1915 « Yolande Le Gualès de Mézaubran demande […] à son beau-frère, Gabriel Portier de la Morandière, de lui verser 21 000 francs qu’il lui destinait en bons de la Défense nationale afin de les remployer dans une grosse usine de fer que possède son père dans les Côtes-du-Nord et qui lui assurerait une meilleure rentabilité car cet établissement travaille à force pour l’armée » (p. 160). Pour autant, les mentalités évoluant moins vite que la réalité sociale – à moins qu’il ne s’agisse de pudeurs pour une large partie héritées du catholicisme, l’encyclique Rerum novarum ne datant après-tout que de 25 ans au moment où les Allemands déclenchent la bataille de Verdun – ces conduites n’empêchent pas le développement de discours associant aux « nouvelles élites capitalistes » les « profiteurs de guerre » (p. 304) : ici, c’est la distinction sociale qui se fait entorse au monolithisme postulé par l’Union sacrée[8]. B. Goujon a de ce point de vue parfaitement raison de rappeler que « la Grande Guerre révèle les limites d’une fusion des élites nullement abouties » (p. 304) : « aussi la marge est-elle étroite pour que, même dans des circonstances extraordinaires et à l’exception de quelques personnalités, des solidarités transclassistes puissent se nouer et perdurer » (p. 509). Mieux, l’auteur va même jusqu’à évoquer « l’irénisme sociologique postulé par ‘l’Union sacrée’ » (p. 610), propos auquel je ne peux que souscrire mais qui invite néanmoins, à mon humble avis, à d’autres enquêtes pour mieux déconstruire cette idée.

Il est d’autant plus nécessaire d’insister sur cette question que les récents travaux conduits sur le tourisme pendant la Première Guerre mondiale peuvent donner l’illusion du contraire[9]. L’intérêt de ce livre est en effet de montrer combien les femmes nobles méprisent ces « nouveaux riches » qui côtoient les mêmes stations de villégiature qu’elles, mais aussi les mêmes événements qui, sous-prétexte d’action caritative, participent d’un véritable « réveil mondain » (p. 438). C’est ainsi par exemple que la princesse Diane de Polignac, qui villégiature régulièrement en son château morbihannais de Kerbastic (p. 536), organise en 1916 des petits diners où l’on joue du jazz – avant donc que les premiers éléments du corps expéditionnaire américain ne débarquent à Saint-Nazaire… – et où se produit même « le jeune Cole Porter, fraîchement arrivé à Paris à la veille de s’engager dans la Légion étrangère » (p. 533). B. Goujon a donc parfaitement raison de rappeler que « le prétexte de l’utilité sociale, patriotique et philanthropique permet aux dames et jeunes filles nobles de réactiver publiquement le répertoire des divertissements de la Belle Époque au profit des œuvres de guerre » (p. 517. Mais on objectera que cette accommodation à la morale patriotique du moment n’est nullement le propre du sang bleu[10].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Cette ambivalence du point de vue des choses de l’argent est particulièrement intéressante lorsqu’examinée dans les rapports qu’entretiennent ces aristocrates au corps expéditionnaire américain et de manière plus générale aux États-Unis. Comme tout le reste du corps social ou presque, l’entrée dans le conflit de l’Oncle Sam est perçue positivement et B. Goujon affirme à ce propos que « la confiance placée par les femmes de la noblesse française dans les États-Unis est unanime, durable et satisfaite » (p. 344). On se rappelle d’ailleurs qu’avant même le 6 avril 1917 c’est un aristocrate, le comte Charles Nau de Maupassant, qui propose de mettre à disposition du commandement des forces américaines son château de Clermont-sur-Loire, ce il est vrai pour permettre à terme de mieux transformer cette localité, une fois la paix revenue, en « station climatique »[11]. À Brest, Mme François Potier de la Morandière se montre ainsi particulièrement enthousiaste, émotion qui encore une fois n’a rien d’exceptionnel : « Quand on voit l’effort gigantesque de cette jeune et belle race, on se dit que le Boche n’a qu’à se passer de frapper son coup Kolossal… » (p. 347). De même, la « Wilsonmania » n’épargne pas la noblesse féminine française (p. 347 et 640)[12]. Mais la médaille a son revers et coexiste également avec une image beaucoup moins avenante, celle du « marchand de Chicago » associée alors bien volontiers à celle d’un « nouveau riche » – figure ô combien méprisable (p. 305). Là encore, c’est de distinction dont il s’agit et cette réalité sociologique vient très largement nuancer l’unanimisme de la vulgate patriotique. Que dire ainsi de ces mariages qualifiés de « prostitution dorée » et permettant l’union de désargentées aristocrates à de riches « ploutocrates états-uniens » ? (p. 575). Le regard dédaigneux, pour ne pas dire suspicieux, porté sur ces alliances n’est-il pas à l’image de l’ambivalence des représentations associées en France aux Américains ? On est en tout cas loin de ces hyménées conclues dans la frénésie née de la présence des Doughboys et qui se soldent parfois par des divorces : « la désillusion mutuelle n’en a manifestement été que plus vive pour ces alliances transatlantiques conclues sous l’emprise d’une fascination pour l’uniforme et d’une américanophilie exacerbée qui occultent (temporairement) les écarts socioculturels ou les incompatibilités de personnalité » (p. 675). Quant à la célébration du 4 juillet, elle est aussi pour certaines élites aristocratiques le moyen de court-circuiter celles du… 14 juillet (p. 358), ce qui là encore dit bien la nécessité d’aller au-delà des discours pour retrouver la réalité des pratiques sociales.

Il est évident que chez un certain nombre de nobles, les fractures d’antan sont encore bien présentes. En témoigne par exemple, le 15 juillet 1915, la réaction pour le moins ambigüe de la mère d’Alain Gicquel des Touches à la croix de guerre de son fils : « ladite res publica s’est adjointe la croix et le sabre, si bien que l’ensemble forme un petit bibelot assez acceptable pour lequel chacun t’adresse ses plus grands compliments » (p. 274). C’est donc sans surprise que l’on voit un certain nombre de nobles, nullement dupes de l’écran de fumée que constitue l’Union sacrée (p. 283) redoubler d’attaques contre Jean Jaurès ou Georges Clemenceau (p. 285). Dans le sillage de son mari député des Côtes-du-Nord, la comtesse Gustave de Kerguézec – personnage il est vrai pour le moins original et dont un neveu est mobilisé au 47e RI – appelle même jusqu’à renverser Aristide Briand (p. 288). Mais B. Goujon rappelle toute l’habileté politique de ces femmes, promptes à se fondre dans le moule du syncrétisme pour mieux faire avancer leurs pions : « que la majorité des élites anciennes aient vu une revanche dans l’humiliation de Caillaux, emprisonné à la Santé et traduit pour haute-trahison devant le Sénat réuni en Haute cour de justice, atteste qu’elles sont partie prenante de la fin d’une Union sacrée dont elles se réclament pourtant toujours pour faire valoir leurs intérêts » (p. 291).

Lors du procès de Joseph Caillaux en Haute cour de Justice au Sénat, 17 février 1920. Gallica / Bibliothèque nationale de France : département Estampes et photographie, EI-13 (695).
Lors du procès de Joseph Caillaux en Haute cour de Justice au Sénat, 17 février 1920. Gallica / Bibliothèque nationale de France : département Estampes et photographie, EI-13 (695).

Cette réalité peut même conduire certains acteurs à évoluer si ce n’est à contre-courant au moins dans des eaux passablement mouvementées en ce qu’elles les placent en porte-à-faux vis-à-vis de l’idéologie nationale. C’est ainsi que pour les monarchistes, la détestation de l’Allemagne atteint ses limites lorsque surgit la figure du Kaiser et, plus encore, la perspective d’atteintes à la personne même de Guillaume II : la mémoire du régicide du 21 janvier 1793 est encore bien présente et constitue ici à l’évidence une limite au processus de totalisation du conflit en cours, y compris pour les lecteurs de L’Action française (p. 310)[13]. Même chose en ce qui concerne le positionnement du Vatican, celui-ci étant loin de faire l’unanimité y compris chez les plus catholiques de ces aristocrates (p. 314). Là encore, la mémoire est très présente : si la question de l’ultramontanisme est réglée, le souvenir de celle des états pontificaux n’est pas encore complètement soldé (p. 338).

Preuve également de la finesse du vernis qu’est l’Union sacrée, B. Goujon n’élude pas les attaques dont sont l’objet les nobles et notamment cette « rumeur infâme » qui amorcée dès l’hiver 1914 « se répand entre l’automne 1915 et le printemps 1916 dans certaines zones rurales du Centre et de l’Ouest : les élites châtelaines y sont accusées à mi-mot d’espérer (voire d’aider) secrètement une victoire allemande » (p. 367). Si l’auteur lui-même invite à nuancer le crédit qu’il convient d’accorder à ces allégations, l’explication qu’il en donne est fort intéressante. À l’en croire en effet, il ne s’agirait ni plus ni moins que de la « résurgence du vieux mythe du complot aristocratique, forgé durant la Révolution française et réactivé en 184-1815, 1830-1832 et 1870-1871 » (p. 367).

Face aux contraintes toujours plus vives qu’exige le renouvèlement de l’effort de guerre, les aristocrates, à l’instar du reste du corps social, tentent néanmoins, dans la mesure de leur moyen d’esquiver, de contourner, en un mot comme en mille de s’accommoder. Il en est ainsi par exemple des restrictions concernant l’usage de l’automobile, afin de préserver les stocks de carburant (p. 108-109), mais aussi en matière fiscale (p. 110)[14]. À dire vrai, si leur engagement au service de la Nation n’est pas à mettre en doute, celui-ci n’est pour autant pas complètement désintéressé (p. 389). Ainsi, les œuvres philanthropiques et de charité participent aussi « du contrôle social qu’au nom de la santé publique et de l’intérêt collectif, les élites prétendent exercer sur les couches populaires » (p. 404). C’est donc par le biais d’une sorte de calcul politique plus ou moins conscient qu’il faut appréhender ces conduites, à l’image des initiatives de la comtesse de Grailly qui, très investie dans l’action sociale à Saint-Servan y fonde en 1917 une Goutte de lait (p. 406). Même chose chez la Duchesse de Rohan, « veuve et mère de députés élus dans le Morbihan », qui « prend tout naturellement la présidence de l’Œuvre du fusilier-marin et du soldat breton » (p. 410) tout en étant active au sein de l’hôpital installé au sein du lycée de jeunes filles de Rennes (p. 447) et en venant en aide, à Dinard, aux réfugiés (p. 426). Ces derniers suscitent d’ailleurs des réactions ambivalentes qui disent combien l’idée d’Union sacrée doit être dépassée : si la comtesse Olivier de Rodellec du Porzic met volontiers à leur disposition les vastes dépendances de son château de Ker Stears, à Brest, d’autres aristocrates sont plus méfiantes, quand elles ne vont pas jusqu’à réprimer toute forme de compassion (p. 427).

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 993.0011.364.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 993.0011.364.

Fort stimulant, ce volume de B. Goujon témoigne à n’en pas douter du degré de maturité de l’historiographie française de la Première Guerre mondiale qui, résolument sortie des âpres débats du début des années 2000, peut enfin passer au crible des réflexions de F.  Rousseau l’idée de culture de guerre (p. 269-270 notamment)². Proposant une radiographie fine d’un groupe social aux spécificités réelles mais aux comportements qui ne le sont finalement pas tant que cela, cet ouvrage constituera par ailleurs un usuel appréciable pour celles et ceux qui travaillent sur la séquence 1914-1918 tant il foisonne de noms, reflets des impressionnants dépouillements menés par l’auteur. L’index comporte en effet presque que 40 pages, ce qui fait que c’est aussi à la manière d’une sorte de dictionnaire que l’on pourra utiliser ce livre. Mais ce qui en définitive reste de ces quelques 900 pages va bien au-delà de cela. En effet, l’auteur montre de manière convaincante combien la guerre est un révélateur des fractures qui, malgré ce que peut postuler l’idée d’Union sacrée, traversent la société française de 1914-1918. Mais qu’en est-il de la durée du conflit elle-même ? L’horizon d’attente sans cesse retardé de la paix n’est-il pas de nature à créer de nouvelles lignes de fractures ou à approfondir celles préexistant à la guerre elle-même ?


[1] Goujon, Bertrand, Du sang bleu dans les tranchées. Expériences militaires de nobles français durant la Grande Guerre, Paris, Vendémiaire, 2015. Goujon, Bertrand, Je Maintiendrai. Femmes, nobles et Françaises 1914-1919, Paris Vendémiaire, 2022. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Salson, Philippe, L’Aisne occupée. Les civils dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

[3] Tison, Stéphane, « La Fête endeuillée ? Modalités de retour à la fête en sortie de guerre », in Oliveira, Matthieu de, Derrien, Marie et Julien, Élise (dir.), La vie d’après. Les retours de la Grande Guerre, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2022, p. 108.

[4] Cronier, Emmanuelle, Permissionnaires dans la Grande Guerre, Paris, Belin, 2013.

[5] Barey, Morgane et Bourcart, Jean (dir.), 1917. L’année trouble, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

[6] Mastin, Jean-Luc, Victimes et profiteurs de guerre ? Les patrons du Nord (1914-1923), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

[7] Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[8] Prost, Antoine, « Les représentations de la guerre dans la culture française de l’entre-deux-guerres », Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°41, janvier-mars 1994, p. 23-31 ; Bouloc, François, Les Profiteurs de guerre 1914-1918, Bruxelles, Editions Complexe, 2008.

[9] Evanno, Yves-Marie et Vincent, Johan, Tourisme et Première Guerre mondiale. Pratique, prospective et mémoire (1914-2014), Ploemeur, Editions CODEX, 2019.

[10] Pour de plus amples développements je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, « S’accommoder de la Grande Guerre ? Quelques réflexions à propos du tourisme à Saint-Malo en 1914-1918 », in Evanno, Yves-Marie et Vincent, Johan (dir.), Tourisme et Grande Guerre…, op. cit., p. 155-168.

[11] Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018, p. 178.

[12] À ce propos consulter Bouchard, Carl, « Cher Monsieur le Président. » Quand les Français écrivaient à Woodrow Wilson (1918-1919), Paris, Champ Vallon, 2015.

[13] Sur les limites au processus de totalisation de la Grande Guerre je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018.

[14] Notons qu’il s’agit là d’une idée avancée par l’auteur mais pas démontrée puisque tenant seulement en un seul paragraphe. Faut-il y voir une conséquence de l’usage par B. Goujon de nombreux fonds privés et donc d’une certaine forme de pression qui aurait pu être exercée sur lui par ses familles nobles ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Portrait de Paul Féval publié le 20 mars 1887 en première page du Journal illustré (détail). Collections Musée de Bretagne : 887.0007.

Paul Féval, critique de l’armée française de 1870-1871 ?

Parmi les sources particulièrement difficiles d’emploi figurent les œuvres littéraires. Il est en effet très tentant de voir dans telle ou telle page une allusion au sujet sur lequel on entend travailler ce qui, en creux, souligne le risque de surinterprétation, d’extrapolation à partir de bribes, voir même de contresens. Car si la discipline historique consiste en une objectivation des subjectivités, elle ne peut procéder sur du vide. Pour pouvoir avancer qu’un roman, d’abord publié en feuilleton, comme Le Dernier vivant de Paul Féval, constitue par certains passages une critique acerbe de l’armée française de 1870 et de ses filières d’approvisionnement, il faut des preuves attestant que là est, véritablement, l’intention du romancier[1]. Or, en l’état actuel des connaissances, celles-ci manquent cruellement.

Continuer la lecture de Paul Féval, critique de l’armée française de 1870-1871 ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une riche monographie départementale

La synthèse que J. Martin consacre aux excellentes éditions À l’ombre des mots relève d’une démarche dont on ne peut que regretter qu’elle ne soit pas plus en vogue tant elle est utile : une monographie du département des Côtes-du-Nord au XIXe siècle, exercice qui n’avait pas été mené depuis… 1926 ! (p. 11)[1] C’est dire s’il y a à apprendre dans ce volume, y compris pour qui s’intéresse au fait militaire et guerrier. Si celui-ci ne constitue pas le sujet premier de ce livre, le fait est que cet ouvrage y fait régulièrement référence, ce qui par ailleurs confirme sa centralité.

Continuer la lecture de Une riche monographie départementale

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une prosopographie aux rayons X (1901)

L’idée sous-tendant l’ouvrage que publie l’historien H. Joly est aussi simple qu’efficace : ausculter méthodiquement le destin des 180 élèves de la promotion 1901 de l’École polytechnique et, à partir de cette minutieuse prosopographie, proposer une analyse fine de cette jeunesse brillante et appelée, par la grâce d’un concours, à assurer les plus hautes fonctions[1]. Cette intention est d’ailleurs rappelée par la formule choc « Ils étaient l’élite de la Belle Époque. Qu’ont-ils accompli ?» figurant sur la couverture de l’ouvrage. En d’autres termes, il s’agit de vérifier « preuve à l’appui » si cette « noblesse républicaine » (p. 15) est bel et bien digne du piédestal sur lequel elle trône. C’est parce que l’excellence est une notion subjective (p. 24) que porter un tel regard critique est nécessaire.

Continuer la lecture de Une prosopographie aux rayons X (1901)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn