Archives par mot-clé : Secondaire

Saisir la Grande Guerre par les conseils d’arrondissement

Instance méconnue, le conseil d’arrondissement offre un regard particulièrement intéressant, car largement inédit, sur la Grande Guerre. C’est ainsi par exemple qu’en Morbihan, département où les archives laissées par cette assemblée sont pourtant très riches, le conseil d’arrondissement est complètement ignoré par la grande synthèse publiée à l’occasion du centenaire, en 2014[1]. Or l’expérience montre qu’il y a là un moyen de saisir finement le conflit, que cela soit du point de vue de sa temporalité ou de quelques fronts intérieurs qui émergent avec le déclenchement des hostilités[2]. Notons néanmoins, en préambule, que les différents conseils d’arrondissements du département du Morbihan sont inégalement documentés, les fonds étant assez disparates suivant que l’on se trouve à Lorient et Vannes, ou Pontivy et Ploërmel où les archives sont moins bien conservées. Il n’en demeure pas moins qu’il y a là des cartons d’autant plus alléchants qu’ils ne sont quasiment, ou presque, jamais dépouillés.

Continuer la lecture de Saisir la Grande Guerre par les conseils d’arrondissement

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Quelques Bretons de Paris, et du 47e RI, au prisme des fiches matricules

Le cloisonnement des historiographies invite à réserver le plus souvent la fiche matricule de recrutement aux enquêtes consacrées au fait militaire et guerrier. Pourtant, la centralité de la caserne dans la France des années 1860-1962, et plus singulièrement pour ce qui m’intéresse ici, dans le cadre de ce carnet de recherche, la péninsule armoricaine, laisse entrevoir bien des possibilités. J’ai déjà eu l’occasion, lors des journées du Maitron tenues au mois de novembre 2021, d’exposer quelques pistes concernant l’étude du mouvement ouvrier et social au prisme de l’uniforme. C’est un autre champ que je souhaite investir ici, à partir des données amassées à l’occasion de la thèse de doctorat que j’ai consacrée au 47e RI de Saint-Malo pendant la Première Guerre mondiale, celui de l’histoire des migrations[1]. En effet, cette enquête sur la culture professionnelle des combattants repose pour une large part sur un thésaurus élaboré à partir des fiches matricules de recrutement de 2 688 morts pour la France de cette unité au titre de la séquence 1914-1918[2]. Or ces documents comprennent un certain nombre d’informations qui permettent d’identifier des trajectoires migratoires et, dans le cadre de ce billet, leur influence ou non sur l’acquittement de l’impôt du sang pendant la Grande Guerre.

Continuer la lecture de Quelques Bretons de Paris, et du 47e RI, au prisme des fiches matricules

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Toujours à propos du fait militaire en 1972

10 ans après les accords d’Évian, il n’est pas difficile de voir combien la société française – et pour ce qui m’intéresse dans ces colonnes, bretonne – s’est éloignée du fait militaire. Mais pour saisir ce mouvement de fond, qui débute avec la fin de la guerre d’Algérie et s’achève, fondamentalement, avec la suppression du service national en 1997, il importe de sortir des casernes pour appréhender le corps social dans son ensemble. Cette tendance lourde, en effet, ne peut se comprendre que par le seul prisme de l’uniforme et du kaki de manière générale. C’est en réalité un processus global de civilianisation de la société française qui est à l’œuvre au cours de ce derniers tiers du XXe siècle.

Continuer la lecture de Toujours à propos du fait militaire en 1972

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le Pacifique : espace de détotalisation de la Grande Guerre ?

L’ouvrage que fait paraître M. Reynaud chez Passés Composés, volume portant sur la Première Guerre mondiale dans l’espace Pacifique, est de ceux qu’il faut connaître tant la bibliographie disponible sur ce conflit dans cette partie du monde est lacunaire[1]. Cette référence s’imposera donc, à n’en pas douter, comme un manuel indispensable à quiconque souhaite travailler sur cette partie du globe : chercheurs patentés, étudiants ou simples curieux y trouveront leur compte. Mais il n’est pas interdit de penser que ce livre parviendra à toucher un public beaucoup plus vaste tant, en définitive, il invite à se poser un certain nombre de questions qui dépassent très allègrement l’espace Pacifique.

Continuer la lecture de Le Pacifique : espace de détotalisation de la Grande Guerre ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Dans un cimetière provisoire des environs d'Arras (détail). Carte postale, collection particulière.

A propos des pertes du 71e RI (août-octobre 1914)

Evaluer les pertes d’une unité de l’armée française au cours de la Première Guerre mondiale tient souvent de la gageure tant les sources sont difficiles d’emploi. Tel est du reste plus encore le cas lorsqu’on s’intéresse aux premiers mois du conflit, ceux qui sont caractérisés par les plus forts taux de pertes et de mortalité mais aussi par une guerre de mouvements qui ne facilite pas les choses[1]. Aussi est-ce pourquoi les chiffres que l’abbé Alphonse Lelivier, curé de Pordic mobilisé au 71e RI de Saint-Brieuc, donne dans ses carnets constituent une source qui ne peut qu’attirer l’attention. Sa fonction de cycliste devenue inutile par l’enlisement dans les tranchées, il est affecté au secrétariat du « lieutenant Bauduin pour faire le relever des pertes subies par le régiment depuis le commencement de la campagne »[2]. Autant dire donc que les données qu’il couche dans son carnet le 14 octobre 1914 sont celles qui, au sein du 71e RI, font alors foi. Pour autant, n’y aurait-il pas un intérêt à les confronter à celles des titulaires de la mention « Mort pour la France » qui ont été indexées tout au long du défi 1 Jour 1 Poilu sur le site Mémoire des hommes ? Les chiffres correspondent-ils ou au contraire font ils apparaitre d’importantes différences, et dans ce cas quelle signification leur attribuer ?

Continuer la lecture de A propos des pertes du 71e RI (août-octobre 1914)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn