Archives par mot-clé : Réserve

Saisir la Grande Guerre par les conseils d’arrondissement

Instance méconnue, le conseil d’arrondissement offre un regard particulièrement intéressant, car largement inédit, sur la Grande Guerre. C’est ainsi par exemple qu’en Morbihan, département où les archives laissées par cette assemblée sont pourtant très riches, le conseil d’arrondissement est complètement ignoré par la grande synthèse publiée à l’occasion du centenaire, en 2014[1]. Or l’expérience montre qu’il y a là un moyen de saisir finement le conflit, que cela soit du point de vue de sa temporalité ou de quelques fronts intérieurs qui émergent avec le déclenchement des hostilités[2]. Notons néanmoins, en préambule, que les différents conseils d’arrondissements du département du Morbihan sont inégalement documentés, les fonds étant assez disparates suivant que l’on se trouve à Lorient et Vannes, ou Pontivy et Ploërmel où les archives sont moins bien conservées. Il n’en demeure pas moins qu’il y a là des cartons d’autant plus alléchants qu’ils ne sont quasiment, ou presque, jamais dépouillés.

Continuer la lecture de Saisir la Grande Guerre par les conseils d’arrondissement

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Quelques Bretons de Paris, et du 47e RI, au prisme des fiches matricules

Le cloisonnement des historiographies invite à réserver le plus souvent la fiche matricule de recrutement aux enquêtes consacrées au fait militaire et guerrier. Pourtant, la centralité de la caserne dans la France des années 1860-1962, et plus singulièrement pour ce qui m’intéresse ici, dans le cadre de ce carnet de recherche, la péninsule armoricaine, laisse entrevoir bien des possibilités. J’ai déjà eu l’occasion, lors des journées du Maitron tenues au mois de novembre 2021, d’exposer quelques pistes concernant l’étude du mouvement ouvrier et social au prisme de l’uniforme. C’est un autre champ que je souhaite investir ici, à partir des données amassées à l’occasion de la thèse de doctorat que j’ai consacrée au 47e RI de Saint-Malo pendant la Première Guerre mondiale, celui de l’histoire des migrations[1]. En effet, cette enquête sur la culture professionnelle des combattants repose pour une large part sur un thésaurus élaboré à partir des fiches matricules de recrutement de 2 688 morts pour la France de cette unité au titre de la séquence 1914-1918[2]. Or ces documents comprennent un certain nombre d’informations qui permettent d’identifier des trajectoires migratoires et, dans le cadre de ce billet, leur influence ou non sur l’acquittement de l’impôt du sang pendant la Grande Guerre.

Continuer la lecture de Quelques Bretons de Paris, et du 47e RI, au prisme des fiches matricules

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

César Chabrun, député de la Mayenne, 1932. Gallica / Bibliothèque nationale de France: Agence Rol / Wikicommons.

La Grande Guerre comme rupture ? A propos de César Chabrun

Curieux éditorial que celui que fait paraître le 17 juillet 1920, en première page de L’Ouest-Éclair, le député mayennais, et blessé de guerre, César Chabrun[1]. Un an presque jour pour jour après le traité de Versailles, ce texte montre combien la situation est alors encore trouble, périlleuse. Dans cet immédiat après-guerre, alors que les poilus sont démobilisés depuis bientôt plus d’un an, la rupture avec le conflit n’est pas si nette qu’il pourrait y paraître de prime abord tant le destin de la Russie, et la crainte d’une propagation de la révolution bolchevique, est dans tous les esprits, et notamment dans celui de ce parlementaire. D’ailleurs, cet article jouxte un compte rendu de « l’offensive russe contre la Pologne », illustration de cette « plus Grande Guerre » qui vient considérablement dilater les chronologies et brouiller les cartes[2]. Ce député en est d’ailleurs une bonne illustration puisque son expérience combattante, bien que brève, doit se comprendre dans une certaine forme de continuité du service de la Nation. Pourtant, il importe de ne pas faire abstraction de la perspective diachronique : si maintes permanences s’observent sur le temps long, l’Histoire – contrairement à ce que suggère l’adage populaire – ne se rejoue jamais et l’époque ne saurait être comparée à celle que l’on a qualifiée, rétrospectivement, de « Belle »[3]. Un paradoxe qui dit la grande complexité du moment, et tout l’intérêt qu’il y a à interroger la Grande Guerre sous l’angle de la rupture, ce que j’aurai l’occasion de faire lors d’un colloque international organisé par l’Université catholique de l’Ouest et qui se tiendra à Angers les 19 et 20 mai prochains.

Continuer la lecture de La Grande Guerre comme rupture ? A propos de César Chabrun

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Couverture de la "Simple histoire 1914, 1915, 1016, 1917, 1918" de Pierre Galle. Collections Musée de Bretagne : 992.0042.1.

Pierre Galle et l’odyssée de la Grande Guerre

Appartenant à la même génération que Mathurin Méheut, Camille Godet ou encore Jean-Julien Lemordant, Pierre Galle est pourtant nettement moins connu que ses anciens condisciples de l’École régionale des Beaux-Arts de Rennes qui comptent parmi les plus célèbres peintres-combattants de la Grande Guerre. Artiste à la fibre régionale affirmée et affectionnant particulièrement les paysages entourant le chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine, ce fils d’horloger n’est pas non plus complètement étranger au fait militaire et guerrier[1]. En témoigne notamment un carnet conservé par le Musée de Bretagne et sobrement intitulé Simple histoire 1914-1915-1916-1917-1918, album composé de 8 dessins et archive absolument fascinante pour qui sait la lire[2]. Indépendamment des qualités artistiques de cette œuvre, ce dont nous ne sommes pas en mesure de rendre compte, il s’agit là en effet d’une source exceptionnelle.

Continuer la lecture de Pierre Galle et l’odyssée de la Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Arch. dép. Morbihan : N 134.

Les Conseils d’arrondissements du Morbihan en 1870

L’un des aspects les plus intéressants du récent ouvrage de J. Foa sur la Saint-Barthélemy est ce qu’il dit du regard nécessairement biaisé de l’historien, vision prompte à déceler dans la moindre archive une trace ayant trait à ce qu’il étudie, comme si le temps se réduisait au champ d’étude. Or, « il y a de fait toujours une pluralité de contextes, qui se recouvrent à la manière des tuiles, partiellement »[1]. Autrement dit, y compris pendant l’Année terrible, on se marie, on se dispute, on entreprend, on paie ses impôts, même sur les portes et fenêtres… bref, on vit. Or cette réalité vient indéniablement diminuer la portée de ce concept d’Année terrible[2]. Dès lors, pour tenter de saisir non plus la guerre de 1870-1871 mais cette séquence chronologique marquée certes par un conflit majeur mais que celui-ci ne saurait résumer intégralement, il convient de consulter des archives adjacentes, conférant un regard sur la période renvoyant à un réel advenu mais non nécessairement militaire ou institutionnel. C’est là qu’interviennent, pour le propos de ce billet, les Conseils d’arrondissement du département du Morbihan. Véritables angles morts de l’historiographie, ces assemblées, qui feront prochainement l’objet d’un colloque organisé par mes amis M. Boisdron et F. Prigent pour la Société française d’histoire politique, constituent de ce point de vue une porte d’entrée particulièrement intéressante.

Continuer la lecture de Les Conseils d’arrondissements du Morbihan en 1870

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L’exquis cadavre de Léon Gambetta

Le livre que l’historienne A. Carol consacre, aux éditions Jérôme Million, au destin post-mortem du corps de Léon Gambetta est de ces petites merveilles qui conjugue parfaitement maestria de la narration et profondeur de l’analyse[1]. Le point de départ de l’intrigue se situe dans le cimetière de Nice, le 1er avril 1909, lorsqu’est procédé à l’exhumation de la dépouille de l’homme d’État, figure éminente du Gouvernement de la Défense nationale pendant la guerre de 1870-1871, en vue de son transfert dans un nouveau tombeau. On se doute que la scène ne doit pas être très drôle pour ceux qui y assistent mais l’horreur qui apparaît aux yeux des protagonistes dépasse en réalité de loin tout ce qui avait pu être imaginé : « c’est donc un corps incomplet, très mutilé qu’abrite la tombe : un corps décapité, privé de son bras, mais aussi de son cœur et d’une partie de ses entrailles » (p. 10-11). Dès lors, il s’agira de savoir « comment en est-on arrivé-là » (p. 11) ? Ce faisant, A. Carol propose une analyse se situant aux lisières de l’histoire de la médecine et de l’histoire politique (p. 282) mais aussi, par ricochet, des War Studies. Et c’est précisément sur cette approche que se focalisera cette brève recension.

Continuer la lecture de L’exquis cadavre de Léon Gambetta

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

A propos du fait militaire en 1972

Il est d’usage de considérer les accords d’Evian d’un strict point de vue diplomatique, c’est-à-dire comme la conclusion des négociations entre la France d’une part, le Gouvernement provisoire de la République d’Algérie d’autre part. S’il n’est bien entendu pas question, ici, de remettre en cause cette grille de lecture, il nous semble important de souligner la césure que constitue, sur un plan strictement franco-français, et donc pour ce qui nous concerne la Bretagne, le 19 mars 1962. En effet, du point de vue du fait militaire, cette date marque la fin d’une longue période, initiée pour faire simple en 1870, et liant la citoyenneté au port de l’uniforme, et non pas uniquement au bulletin de vote. Pour le dire autrement, ce qui débute avec la conclusion des accords d’Evian, ce sont des années 1968 qui amorcent un long processus de démilitarisation de la société française – et bretonne. Une tendance qui s’achève, à bien y penser, en 1997 avec la suppression du service militaire[1]. La commémoration du 10e anniversaire du 19 mars 1962 en donne un bel exemple.

Continuer la lecture de A propos du fait militaire en 1972

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La mémoire entre culture de guerre et syndrome

Tiré d’un mémoire d’habilitation à diriger des recherches, l’ouvrage que N. Castagnez fait paraître aux Presses universitaires de Rennes s’imposera à n’en pas douter comme un volume indispensable tant il est certain qu’il vient combler un vide historiographique[1]. En effet, si les mémoires gaullistes et communistes des guerres sont aujourd’hui bien connues, les mémoires socialistes, sans doute plus complexes car mouvantes et multiples, n’avaient jusqu’à la publication de ce livre fait l’objet d’aucune étude exhaustive (p. 22). C’est dire donc l’importance de cette publication dont l’un des grands mérites est de prendre toute la mesure du poids du monde combattant, qu’il s’agisse d’associations de Résistants ou de déportés mais aussi de la FNACA, et donc de rappeler sa nature fondamentalement politique, même si l’arrimage à une formation partisane ne va pas toujours de soi. Compte tenu de l’important réservoir de voix que constituent aussi les titulaires de la carte du combattant – 4 millions d’individus en 1976 (p. 348) soit, quand on veut bien y réfléchir, une situation qui ne contraste guère avec ce que l’on peut observer pendant les années 1930 – on comprend aisément que les socialistes soient en maintes occasion dans l’obligation de se livrer à de véritables exercices d’équilibriste (p. 335). C’est précisément ce que s’attache à montrer N. Castagnez avec cette enquête aussi dense – plus de 400 pages – que passionnante.

Continuer la lecture de La mémoire entre culture de guerre et syndrome

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte d'invalidité (détail). Collection particulière.

Georges Voisin : caractère difficile ou capital de négociation ?

On ne cessera pas de dire combien la fiche matricule de recrutement est une source particulièrement complexe et posant bien des questions devant demeurer, malheureusement, trop souvent sans réponse. C’est ce que montre celle, conservée aux Archives départementales des Côtes d’Armor, de Georges Voisin, célèbre militant socialiste de la région de Guingamp et pilier dans les années 1920-1930 d’En Avant, non moins célèbre société sportive réputée notamment pour ses résultats en football[1].

Continuer la lecture de Georges Voisin : caractère difficile ou capital de négociation ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le 19e RI a désormais son Maurice Genevoix : Joseph Vincent

L’écriture de l’histoire est impossible sans archives. Ceci implique que celles et ceux qui s’adonnent à cette discipline aient une grande proximité avec les archivistes, bien entendu, mais aussi avec les conservateurs de musée : autant de professions susceptibles d’alimenter la réflexion grâce à de la matière première inédite. On sait d’ailleurs que ces deux corps de métiers répondent, aux côtés des enseignants-chercheurs, à la définition de l’historien « de métier » telle que posée par P. den Boer[1]. Il est toutefois une autre profession à qui les historiens, et notamment ceux de la Première Guerre mondiale, doivent énormément, c’est celle d’éditeur. Que serait en effet l’historiographie de la séquence 1914-1918 sans les milliers de témoignages qui, publiés dans le sillage des carnets de Louis Barthas, sont venus alimenter de vives controverses sur le statut du témoin, réactivant soit dit en passant les polémiques initiées à partir de la fin des années 1920 par Jean-Norton Cru ? Pas grand-chose assurément. Parmi ces éditeurs passionnés, militants de la mémoire mais aussi acteurs essentiels de la discipline historique, il y a Yann Prouillet, fondateur et directeur d’Edhisto, une belle maison dotée d’un riche catalogue et qui continue, contre vents et marées, à sortir des nouveautés intéressant la Grande Guerre… mais aussi la Bretagne. Tel est le cas de ce volume de textes dus à Joseph Vincent, vosgien passé par le 106e RI et le 19e RI[2].

Continuer la lecture de Le 19e RI a désormais son Maurice Genevoix : Joseph Vincent

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Tanguy Le Gentil de Rosmorduc : un officier de série B ?

Né le 23 novembre 1892 à Trémel, dans les Côtes-du-Nord, le lieutenant-colonel Tanguy Le Gentil de Rosmorduc commande au printemps 1940 le 48e RI, unité tenant garnison à Guingamp mais aussi à Landerneau, dans le Finistère[1]. Le parcours de cet officier nous est connu principalement par son dossier de Légion d’honneur, conservé aux Archives nationales, ainsi que par la reconnaissance optique de caractères disponible sur la presse en ligne[2]. Ces sources permettent de dessiner la carrière d’un aristocrate bien né et qu’un certain ethos familial semble promettre au métier des armes. Pour autant, ces prédispositions font-elles de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc un bon officier supérieur ? Répondre à cette question exige bien entendu de la prudence tant, en la matière, toute certitude est à proscrire. Mais une telle interrogation est d’importance en ce qu’elle semble dessiner, comme par ricochet, le niveau du 48e RI en 1939.

Continuer la lecture de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc : un officier de série B ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L’Empire (libéral) contre-attaque-t-il en Bretagne ?

Publié aux éditions SPM, cet « essai d’histoire globale » consacré à l’Empire libéral et dirigé par E. Anceau et D. Barjot constitue un bel exercice de réexamen d’une période assez délaissée par l’historiographie, plus encore nous le verrons en ce qui concerne la Bretagne[1]. Là n’est d’ailleurs pas chose totalement surprenante pour qui connaît la riche et dense œuvre de ces deux éminents historiens. En définitive, c’est d’un volume exploratoire dont il s’agit ici, ouvrage proposant un état des connaissances et empruntant quelques pistes, dans les domaines politiques, économiques et internationaux, mais ne prétendant, comme il se doit du reste, nullement faire le tour d’un objet historique qui reste un chantier encore très largement en friches (p. 7 et 19).

Continuer la lecture de L’Empire (libéral) contre-attaque-t-il en Bretagne ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Jean Janvier lors de la venue à Rennes du maréchal Foch le 7 juillet 1921 (détail). Musée de Bretagne: 2005.0050.3.

Jean Janvier et l’Armée : la marque de « l’esprit militaire » ?

Les Souvenirs publiés par Jean Janvier sont une source bien connue. Publié par les Presses universitaires de Rennes, ce texte autobiographique de l’emblématique maire du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine est accessible, gratuitement, depuis le début de l’année 2018, sur le portail OpenEditions Books. Les historiens de la Grande Guerre n’ignorent pas cette archive puisqu’elle donne un intéressant point de vue sur la vie municipale pendant le conflit, dans une ville confrontée à l’afflux de blessés, de réfugiés et de prisonniers ainsi qu’à une inflation galopante. Mais le fait militaire n’est pas présent dans ce récit composé à la première personne que lors de la séquence 1914-1918. Au contraire, l’Armée s’y révèle omniprésente, ce qui n’est pas sans interroger. Dès lors, il nous importera de bien faire la part des choses entre ce qui relève de l’inclination personnelle, puisque Jean Janvier confesse lui-même avoir « l’esprit militaire », et ce qui découle d’un cadre plus général, c’est-à-dire la centralité, y compris en Bretagne mais plus encore à Rennes, de l’institution dans cette France des années 1880-1914.

Continuer la lecture de Jean Janvier et l’Armée : la marque de « l’esprit militaire » ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

1870 : au-delà de l’image d’Epinal ?

Livre protéiforme que cette Guerre de 1870 publiée par F. Henryot et P. Martin chez Maisonneuve & Larose / Hémisphères éditions[1]. A la fois essai sur les sources et récit enlevé de batailles, ce volume offre une présentation accessible au plus grand nombre de ce conflit perdu de vue et dont on commémore actuellement le 150e anniversaire. En cela, il constitue un ouvrage intéressant même si le propos n’est pas sans susciter, et ce de manière fort paradoxale, un certain nombre de réserves d’ordre méthodologique.

Continuer la lecture de 1870 : au-delà de l’image d’Epinal ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Couple de sonneurs (détail). Musée de Bretagne: 2007.0012.77.

Jean Choleau, les binious du 270e RI et la misère militaire

Le 38e numéro, daté du 4e trimestre 1931, d’An Oaled publie un intéressant témoignage concernant la musique du 270e RI, formation comportant pendant la Première Guerre mondiale des binious[1]. La chose pourra paraître surprenante pour une unité tenant garnison en Haute-Bretagne, elle n’en était pas moins déjà connue et, du reste, signalée par Y. Lagadec[2]. Pour autant, cet article, intéressant à plusieurs égards, permet de mieux comprendre la genèse de cette formation et de revenir sur les ambiguïtés et les frustrations d’un militant de l’Emsav, Jean Choleau.

Continuer la lecture de Jean Choleau, les binious du 270e RI et la misère militaire

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Arch. mun. Pontivy : 2 h 9, Rapport du commissaire de police de Pontivy, 2 mai 1917 (détail).

Citation à l’ordre et réhabilitation civique

Parmi les critiques que nous avons formulées à l’endroit des « Poilus de Haute-Savoie » de S. Chatillon, il y a notamment le reproche d’un manque de distance avec les sources, tout particulièrement avec les citations à l’ordre[1]. En effet, ces courts textes, qui accompagnent la délivrance d’une décoration telle que la Croix de guerre, la Médaille militaire ou la Légion d’honneur, sont avant tout un discours de l’institution militaire sur elle-même et ne sauraient donc être pris au pied de la lettre[2]. C’est ce que rappelle, sans ambiguïté aucune, un document conservé par les Archives municipales de Pontivy.

Continuer la lecture de Citation à l’ordre et réhabilitation civique

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn