Archives par mot-clé : Réfugié

Nouveaux regards sur la Grande Guerre : séminaire 2024

Alors que le crépuscule du centenaire aurait pu faire craindre un assèchement de la recherche sur la séquence 1914-1918, le réseau international de jeunes chercheurs francophones Une plus Grande Guerre rappelle opportunément que nombre de travaux très stimulants sont menés actuellement sur cette période. Il est vrai que toute histoire est contemporaine et que l’offensive russe déclenchée en Ukraine en février 2022 montre tout l’intérêt d’une meilleure compréhension d’un conflit caractérisé par la longueur, l’incertitude et l’enlisement. Il est vrai également que les archives relatives à la séquence 1914-1918 ne manquent pas, ce d’autant plus que le renouvellement des approches vient démultiplier les perspectives d’analyse. Aussi les possibilités, tant techniques grâce notamment au numérique qu’intellectuelles avec les pistes promises en particulier par les approches transnationales, sont-elles nombreuses… et particulièrement stimulantes. C’est ce dont rendra compte le séminaire organisé au premier semestre 2024 par le réseau Une plus Grand Guerre en partenariat avec l’Institut historique allemand, prolongement d’une association qui a déjà maintes fois fait ses preuves.

Continuer la lecture de Nouveaux regards sur la Grande Guerre : séminaire 2024

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Les préfets dans la Première Guerre mondiale

L’affiche du colloque « Les préfets dans la Première Guerre mondiale France/Europe 1914-1918 » qui se tiendra à Toulouse les 14 et 15 décembre 2023 figure un beau portrait d’Alfred Roth, en poste à Vannes depuis 1909, et précise qu’il tombe au combat, en juillet 1916, pendant la bataille de la Somme. Sans doute faut-il y voir une certaine forme d’hommage de la part de l’Institut des hautes études du ministère de l’Intérieur qui organise cette manifestation. Pour autant, il est difficile de ne pas remarquer combien ce choix est aussi un excellent révélateur de l’état de notre mémoire, en l’occurrence particulièrement oublieuse. Car en se focalisant sur le décès de Roth, et donc sur son engagement volontaire pour le front, on passe sous silence ce que furent les 18 premiers mois de sa guerre, à savoir celle d’un préfet à son poste, dans le Morbihan. Là n’est du reste pas un cas unique puisque la fonction préfectorale reste aujourd’hui dans l’angle mort des connaissances produites par la discipline historique sur la Première Guerre mondiale, alors que celle-ci, et là n’est pas le moindre des paradoxes, n’a pas rechigné à puiser dans nombre de rapports produits par ces hauts fonctionnaires.

Continuer la lecture de Les préfets dans la Première Guerre mondiale

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Noblesse en Grande Guerre

J’avais beaucoup apprécié le Sang bleu dans les tranchées publié par B. Goujon chez Vendémiaire en 2015 et c’est avec un réel plaisir que je me suis plongé dans ce copieux volume qui en constitue un avantageux prolongement : le propos ne se focalise cette fois-ci plus sur les aristocrates au front mais sur leurs nobles épouses[1]. 7 ans plus tard on reprend donc (presque) les mêmes et on recommence en employant les recettes qui avaient déjà emporté l’adhésion, et notamment un souci renouvelé et particulièrement bien venu de l’administration de la preuve. Il en résulte, certes, un ouvrage touffu (plus de 900 pages), et dont la lecture est rendue particulièrement difficile par l’exaspérante habitude prise par les éditeurs de placer l’appareil critique en fin de volume, mais là est le prix à payer de la scientificité de la démonstration. Et celle-ci a son importance. En effet, le titre – Je Maintiendrai, leitmotiv emprunté à la comtesse Vigier – est un bon indice de la démarche de l’auteur, exercice qui consiste à appréhender l’agentivité d’un groupe social particulier face à l’épreuve que constitue la Première Guerre mondiale. Loin de se laisser écraser par le conflit, ces femmes tentent ce qu’elles peuvent pour préserver, voire maximiser leur position. Or si les moyens à leur disposition sont dans bien des cas sans commune mesure avec ce que l’on peut observer dans d’autres strates de la société, surface sociale, culturelle et économique oblige, cette intention n’a, elle, rien d’unique. Il en résulte, en filigrane, une mise en perspective subtile et nuancée de l’idée d’Union sacrée (p. 75).

Continuer la lecture de Noblesse en Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Barbelés dans le bois de Remières, au nord-est de Seicheprey, en Meurthe-et-Moselle (détail). La Contemporaine : VAL 153/061.

Le barbelé pour saisir la guerre dans sa complexité temporelle

L’histoire du barbelé en Grande Guerre est connue et il n’est vraisemblablement pas utile d’y revenir ici : tant son emploi que ses conséquences sur les opérations sont désormais bien appréhendés par l’historiographie[1]. F. Cochet, à qui l’on doit le concept de « système-tranchées », a d’ailleurs synthétisé récemment, et en quelques mots seulement, toute la complexité du warfare qui se développe sur le front ouest lors du premier conflit mondial : « entre la fin de l’année 1914 et le printemps 1918, la guerre connaît une situation militaire paradoxale : elle se technologise sans cesse mais, malgré cette sophistication technologique croissante, elle ne parvient pas à sortir des tranchées »[2]. C’est cette réalité d’un fil barbelé qui résiste à l’artillerie toujours plus puissante, aux gaz, aux chars d’assaut ou encore aux lance-flammes et aux mitrailleuses, que je souhaite interroger ici mais moins pour ce que cette ronce métallique dit du champ de bataille que pour ce qu’elle trahit des multiples temporalités qui régissent le fait militaire. Pour cela, j’opérerai en trois temps, d’abord celui de l’individu, puis celui des sociétés belligérantes avant, enfin, d’appréhender la simultanéité des couches chronologiques.

Continuer la lecture de Le barbelé pour saisir la guerre dans sa complexité temporelle

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De la biopsie en histoire

J’ai eu la chance de rencontrer C. Dhennin-Lalart à l’automne 2014, lors d’un colloque organisé par R. Porte, D. Barjot et F. Cochet pour la Commission française d’histoire militaire. Elle était à quelques semaines de soutenir sa thèse, et nous avions échangé quelques mots alors que je débutais la mienne. Sa démarche me semblait absolument passionnante : prendre une toute petite partie du front – en l’occurrence le pays de Weppes, en Flandre française – et l’étudier le plus finement possible, des deux côtés du no man’s land. Pour qui s’intéresse aux variations d’échelles en histoire, il y avait là la réalisation concrète d’une belle idée trop rarement mise en œuvre, la biopsie[1]. C’est donc avec une réelle gourmandise que je me suis saisi du livre publié aux Presses universitaires de Rennes et tiré de ce doctorat[2]. Pourtant, mon enthousiasme a été rapidement douché en apprenant, lors de la lecture de la quatrième de couverture, la mort de l’autrice, en 2020.

Continuer la lecture de De la biopsie en histoire

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Commune au prisme des Bretons et du XIVe arrondissement

Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social, autrement dit le Maitron, est définitivement une œuvre à part. Comme une sorte de Sagrada familia de l’histoire sociale, ce titanesque chantier est en perpétuel avancement et ne sera d’ailleurs jamais terminé. Il y aura en effet toujours de nouvelles archives à exploiter et des notices inédites à rédiger ; sans compter bien évidemment le temps qui passe et qui, ce faisant, instaure d’autres périodes à investir. Aussi, c’est bien d’un horizon d’attente en perpétuel recul dont il s’agit avec ce dictionnaire unique, à la fois outil pour historien, lieu de mémoire… et tremplin pour de nouvelles enquêtes. C’est précisément ce que montre le récent volume collectif coordonné par M. Cordillot et consacré à la Commune de Paris, formidable ouvrage publié par les éditions de l’Atelier[1]. D’une richesse incroyable, ce volume propose non seulement de nombreuses notices biographiques mais également maints développements explorant telle ou telle dimension de l’événement, de la flottille de la Commune à aux francs-maçons qui y ont participé sans oublier la Poste ou encore la question des loyers… Précisons de surcroît que cet ouvrage est loin de faire doublon avec le site internet du Maitron puisque celui-ci, profitant pleinement des possibilités offertes par la géolocalisation, propose un certain nombre de cartes parfaitement stimulantes. Or c’est précisément en examinant l’une d’entre elles que l’idée nous est venue d’interroger la Commune de Paris, via le Maitron, sous l’angle de la diaspora bretonne et, plus précisément du quartier Montparnasse et du XIVe arrondissement[2].

Continuer la lecture de La Commune au prisme des Bretons et du XIVe arrondissement

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn