Archives par mot-clé : Réception

L’entrée équestre d’Hubert Lyautey dans Rennes en 1911

Dans sa biographie d’Henri Gouraud, J. d’Andurain consacre quelques lignes à Hubert Lyautey, puisque les deux hommes officient en même temps au Maroc. Un passage de ce fort riche livre a tout particulièrement attiré mon attention en ce qu’il me transportait immédiatement des monts de l’Atlas au chef-lieu de la 10e région militaire, Rennes :

« Lyautey est un grand communicant. Il ne rate pas une occasion de mettre son pouvoir en majesté, dût-il en passer par le sultan ou ses officiers supérieurs. Ayant décidé d’entrée de jeu de mener une politique sensationnelle, il fait organiser des entrées de ville à cheval et non en voiture de façon à subjuguer et amuser les foules, il soigne aussi l’image du sultan et celle des troupes françaises. »[1]

Bien entendu, point de sultan en Bretagne même si l’on y sait la vogue de l’orientalisme bien présente à la Belle époque. Ce à quoi j’ai immédiatement pensé en lisant ces quelques lignes, c’est à l’entrée, également à cheval, en Rennes du général Lyautey tout juste nommé à la tête de la 10e région militaire, cérémonie fastueuse et abondement relayée par L’Ouest-Éclair dans son édition du 27 janvier 1911[2].

Continuer la lecture de L’entrée équestre d’Hubert Lyautey dans Rennes en 1911

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

François Duine (1870-1924), cent ans après sa mort

Le programme de lecture des historiens est au cœur d’injonctions contradictoires dont je suis incapable de me dépatouiller faute de pouvoir disposer de journées comportant au bas mot une centaine d’heures. Non seulement nous sommes censés avoir lu, et plus encore digéré, tout ce qui se produit au sein de notre champ d’enquête, mais nous sommes invités à aller voir ailleurs, dans d’autres domaines d’études, tant en termes d’objets que de méthodes, pour confronter nos réflexions à d’autres manières de raisonner. Sur le papier, la fréquentation de ces voisinages intellectuels ne souffre bien entendu aucune discussion tant de tels voyages dans les confins de la pensée sont nécessaires. Mais sur un plan pratique, face à la hausse redoutable de la production historiographique, il est dans les faits bien difficile de s’y soumettre. Que l’on songe simplement au fait que plus de 300 thèses ont été soutenues au cours de l’année 2023, uniquement en histoire contemporaine ! Pourtant, je suis âprement convaincu de la nécessité qu’il y à se confronter à d’autres terrains de recherche, à d’autres pratiques historiennes et même à d’autres sciences sociales. C’est d’ailleurs cette idée qui m’avait amené, avec Alain Collas, à solliciter en 2022 des retours d’expériences d’historiens et historiennes envisageant la presse comme source. Nous avions pu notamment voir à cette occasion que la problématique du rapport entre lecture distante et rapprochée n’était pas nécessairement le propre des contemporanéistes submergés par le volume d’archives à leur disposition : travaillant sur le 1er siècle après Jésus-Christ, Christophe Mézange en avait fourni une démonstration éclatante. C’est fondamentalement cette démarche d’ouverture qui m’a conduit à répondre favorablement à l’invitation du Centre international de recherche et de documentation sur le monachisme celtique (CIRDoMoC) à communiquer à une journée d’études qui aura lieu le 6 juillet 2024 à Landévennec et qui sera consacrée à François Duine, à l’occasion du centenaire de sa mort.

Continuer la lecture de François Duine (1870-1924), cent ans après sa mort

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le consentement par l’affiche est-il une contrainte ?

Que la perspective de lire un gros volume de près de 400 pages consacré à l’affichage administratif au XIXe siècle ne soulève pas un enthousiasme débordant est une chose qui s’entend aisément[1]. Pour autant, on aurait grand tort de passer à côté de l’enquête fouillée de F. Graber tant il s’agit d’un travail important, basé sur des dépouillements impressionnants et stimulant comme rarement le lecteur. Car, derrière ce sujet pouvant paraître résolument aride, pour ne pas dire austère, et abordé de surcroît avec une grande rigueur par un historien qui ne cède jamais sur l’administration de la preuve, se cache des enjeux fondamentaux : le périmètre de l’État, une dimension que cette trop rapide recension n’abordera pas, mais aussi la relation d’autorité qui s’applique théoriquement aux citoyens[2]. En effet, avec ces affiches, et selon les termes mêmes de l’auteur, il s’agit de « former le consentement » : une expression qui ne manque pas d’éveiller la curiosité tant elle est connotée historiographiquement par les vifs débats des années 2000 autour de l’endurance des sociétés belligérantes au cours de la séquence 1914-1918.

Continuer la lecture de Le consentement par l’affiche est-il une contrainte ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Vue panoramique de l'hôtel de la préfecture du Morbihan à Vannes (carte postale, début du XXe siècle). Musée de Bretagne : 970.0049.13949.

A propos de l’arrivée en Morbihan d’Alfred Roth (1909)

Aujourd’hui, le nom d’Alfred Roth n’évoque plus grand-chose. Seuls quelques érudits se rappellent que ce préfet du Morbihan trouve la mort pendant la bataille de la Somme, en tant que sous-lieutenant du 69e RI. C’est donc d’une figure du sacrifice pour la patrie dont il s’agit. Là est d’ailleurs le sens du buste qui est réalisé en son honneur à la fin de la Grande Guerre et qui, un siècle après les faits, trône toujours dans une des salles de la préfecture, à Vannes. Mais, la mémoire étant autant outil politique du temps présent qu’organisation de l’oubli, cette mise en lumière de cette glorieuse mort au champ d’honneur a aussi pour corollaire de plonger dans l’ombre l’action de ce représentant de l’État et, pour ce qui nous intéressera ici, la haine difficilement imaginable suscitée par l’arrivée de ce haut-fonctionnaire en Morbihan. En témoigne la presse, essentiellement morbihannaise, de la seconde partie de l’année 1909.

Continuer la lecture de A propos de l’arrivée en Morbihan d’Alfred Roth (1909)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La réception « silencieusement sympathique » de Boulanger en Ille-et-Vilaine

Dans une magistrale synthèse récemment publiée aux éditions du CNRS, l’historien B. Joly est revenu en détail sur le parcours du général Georges Boulanger, en en donnant un portrait bien peu flatteur, et, surtout, en analysant le mouvement qui lui est associé, le boulangisme, présenté comme un des prémices du populisme[1]. Il a paru dès lors opportun de s’intéresser au voyage qu’effectue en Ille-et-Vilaine, les 8 et 9 juillet 1888, le fantasque officier tout juste reconverti en politique et d’examiner plus particulièrement la manière dont en rend compte la presse bretonne.

Continuer la lecture de La réception « silencieusement sympathique » de Boulanger en Ille-et-Vilaine

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Portrait de Mgr Jean-Marie Bécel figurant en l'église Saint-Pierre de Béignon (Morbihan), détail. Wikicommons.

Ultramontanisme et guerre de 1870 : réflexions morbihannaises

Dans la thèse qu’elle consacre à Alcime Gouraud, évêque de Vannes, C. Picaud insiste sur l’ultramontanisme très fort en Morbihan, sentiment implanté dans ce département dès le XIXe siècle et tant parmi les laïcs que le clergé :

« Ce dernier n’est d’ailleurs pas seul à manifester ses sentiments ultramontains. Par leur contribution financière (denier de Saint-Pierre) et surtout par leur engagement militaire (zouaves pontificaux), les laïcs morbihannais témoignent de leur attachement au Pape. Avec 154 sous-officiers et soldats engagés pour la délivrance de Rome, le Morbihan se place au troisième rang des départements de l’Ouest, derrière la Loire-Inférieure (300) et l’Ille-et-Vilaine (167). Le contingent de 150 élèves envoyé par le collège Saint-François-Xavier de Vannes fit dire à Pie IX : ‘Le collège Saint-François-Xavier de Vannes….[1] Ah ! De tous les collèges de France, c’est celui qui m’est le plus cher, car aucun ne m’a donné autant de défenseurs’. Il est aisé de comprendre quel cruel dilemme le ralliement devait poser à ces catholiques morbihannais, aussi royalistes qu’ultramontains, d’autant plus royalistes que la République s’identifiait à la législation laïque. »[2]

Cette fidélité au Pape n’est du reste pas une spécificité morbihannaise, ni même bretonne d’ailleurs, comme le rappelle M. Launay dans un article paru en 1983 dans les vénérables Annales de Bretagne. Cette proximité avec Rome et les états pontificaux est même une caractéristique qui s’observe dans tout l’Ouest de la France et qui s’explique par le fait que l’auguste cité « devient la ville sainte par excellence, à cause bien sûr des souvenirs des premiers chrétiens, mais aussi parce qu’elle présente le bastion de la foi contre l’impiété moderne et le siège de la souveraineté de Jésus-Christ incarnée par le successeur de Pierre »[3]. Dès lors, la concrétisation de l’unité italienne à la faveur de la guerre franco-allemande de 1870 et au détriment du Vatican a-t-elle des répercussions en Bretagne, et pour ce qui concerne ces lignes, en Morbihan ?

Continuer la lecture de Ultramontanisme et guerre de 1870 : réflexions morbihannaises

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La carte postale ancienne : l’impossible source ?

Publié sous la direction de B. Tillier aux éditions du CRNS, ce beau livre consacré aux cartes postales pendant la Première Guerre mondiale intéressera un lectorat très large : chercheurs confirmés, étudiants ayant à plancher pour une séance de travaux dirigés basée sur ce type d’archives ou encore collectionneurs, puisqu’on les sait nombreux à se passionner pour ces petits rectangles cartonnés et illustrés[1]. Composé de contributions d’auteurs venant d’horizons disciplinaires complémentaires, historiens et historiens de l’art pour l’essentiel, ce riche volume propose une réflexion d’autant plus utile que les conclusions qu’il apporte dépassent de très loin le strict cadre chronologique imposé par la séquence 1914-1918 – quand bien même celui-ci est en train de se dilater comme le rappellent fort justement les développements actuels autour de l’idée d’une plus Grande Guerre[2]. C’est donc d’un ouvrage éminemment digne d’intérêt dont il sera question ici.

Continuer la lecture de La carte postale ancienne : l’impossible source ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn