Archives par mot-clé : Recension

Détail de la couverture de l'ouvrage "Les Ciels de la Grande Guerre. Aquarelles d’André des Gachons, Champagne".

Is sky the limit ? A propos d’André des Gachons

Peut-être faut-il voir là la marque d’un esprit peu aventureux, ou tout du moins lent à déceler l’intérêt d’une problématique, mais après m’être essayé brièvement à l’histoire environnementale du 47e RI, je dois confesser que j’ai longtemps douté de la pertinence de cette approche pour l’histoire de la guerre, tout du moins dans ce qu’elle a de plus opérationnel[1]. Avouons-le sans détour, cet ouvrage très neuf, croisant histoire militaire, mais aussi géographie, histoire de l’art ou encore climatologie, centré sur la figure d’André des Gachons, ne m’a malheureusement pas fait changer d’avis, ce qui du reste n’enlève absolument rien à ses qualités[2].À l’inverse d’un Mathurin Méheut ou d’un Pierre Galle, André des Gachons ne s’intéresse pas aux hommes, aux combattants, mais aux cieux, rien qu’aux cieux (p. 18). Il en résulte un corpus documentaire d’une extraordinaire originalité puisque, comme le rappellent fort justement les auteurs, M. Tabeaud et X. Browaeys, « il est très difficile, faute d’archives, de retrouver les paysages célestes de 1914-1918 » (p. 7). Mais encore une fois, cet ouvrage fort stimulant refermé, je dois avouer ne toujours pas être convaincu par les apports d’une approche environnementale des opérations militaires, l’histoire du combat devant par définition s’intéresser à l’environnement du guerrier, et donc au temps qu’il fait.

Continuer la lecture de Is sky the limit ? A propos d’André des Gachons

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une riche monographie départementale

La synthèse que J. Martin consacre aux excellentes éditions À l’ombre des mots relève d’une démarche dont on ne peut que regretter qu’elle ne soit pas plus en vogue tant elle est utile : une monographie du département des Côtes-du-Nord au XIXe siècle, exercice qui n’avait pas été mené depuis… 1926 ! (p. 11)[1] C’est dire s’il y a à apprendre dans ce volume, y compris pour qui s’intéresse au fait militaire et guerrier. Si celui-ci ne constitue pas le sujet premier de ce livre, le fait est que cet ouvrage y fait régulièrement référence, ce qui par ailleurs confirme sa centralité.

Continuer la lecture de Une riche monographie départementale

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une source qui oblige : le journal de guerre d’Henri Galli

Publié en mai 2022 aux Presses universitaires de Rennes, le Journal politique de la Grande Guerre d’Henri Galli compte parmi ces textes qui peuvent intimider : près de 1 800 pages et deux volumes d’une écriture dense, resserrée, saccadée[1]. On aurait pourtant tort de s’arrêter à cette première impression tant il s’agit-là d’une splendide archive, magnifiquement présentée dans un coffret de fort belle facture et réhaussée par un appareil critique de haute tenue – et puisant dans toutes les sensibilités historiographiques – devant, à l’évidence, beaucoup à l’historien P. Nivet. La publication de cette source, qui assurément fera date, est chose d’autant plus heureuse qu’en définitive elle oblige la discipline historique. Et c’est précisément sur quelques-unes de ces pistes que je souhaite revenir dans cette rapide recension.

Continuer la lecture de Une source qui oblige : le journal de guerre d’Henri Galli

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Lars Hellwinkel : le Frieser naval

On ne peut qu’être reconnaissant envers les Presses universitaires de Rennes qui non seulement publient l’importante thèse de L. Hellwinkel sur la base navale allemande de Brest pendant la Seconde Guerre mondiale mais rendent ce texte dès maintenant librement disponible sur la plateforme OpenEdition Books[1]. Il y a là une démarche tendant à la plus large diffusion des derniers acquis de la connaissance qu’il faut souligner et qui paraît d’autant plus justifiée que ce livre rebat assez largement les cartes. Fort documenté et richement illustré – notamment à partir de clichés issus des collections de l’ECPAD mais également des archives privées de l’auteur – ce livre déconstruit dans une dimension navale le mythe de la guerre-éclair tout en montrant combien l’occupation allemande dans la péninsule armoricaine relève d’une polycratie hautement concurrentielle mais en définitive beaucoup plus vulnérable que ce que l’on a trop souvent tendance à croire.

Continuer la lecture de Lars Hellwinkel : le Frieser naval

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Léon Lescœur : histoire d’un patriotisme d’État ?

Le livre que publie T. Montbazet aux éditions Passés composés est intéressant à plus d’un titre[1]. Analyse de diverses archives produites pendant et bien après le siège de Paris par Léon Lescœur, un haut fonctionnaire, cet ouvrage permet par ricochet de saisir quelques bribes de l’expérience de guerre de bien des unités de mobiles enfermées dans la capitale au cours de « l’année terrible »[2]. On pense par exemple au 31e régiment du Morbihan, unité dont le sculpteur Auguste Nayel est probablement l’un des vétérans les plus connus. Mais il y a plus dans ce volume assurément stimulant et c’est ce dont il sera essentiellement question dans cette brève recension.

Continuer la lecture de Léon Lescœur : histoire d’un patriotisme d’État ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L’exquis cadavre de Léon Gambetta

Le livre que l’historienne A. Carol consacre, aux éditions Jérôme Million, au destin post-mortem du corps de Léon Gambetta est de ces petites merveilles qui conjugue parfaitement maestria de la narration et profondeur de l’analyse[1]. Le point de départ de l’intrigue se situe dans le cimetière de Nice, le 1er avril 1909, lorsqu’est procédé à l’exhumation de la dépouille de l’homme d’État, figure éminente du Gouvernement de la Défense nationale pendant la guerre de 1870-1871, en vue de son transfert dans un nouveau tombeau. On se doute que la scène ne doit pas être très drôle pour ceux qui y assistent mais l’horreur qui apparaît aux yeux des protagonistes dépasse en réalité de loin tout ce qui avait pu être imaginé : « c’est donc un corps incomplet, très mutilé qu’abrite la tombe : un corps décapité, privé de son bras, mais aussi de son cœur et d’une partie de ses entrailles » (p. 10-11). Dès lors, il s’agira de savoir « comment en est-on arrivé-là » (p. 11) ? Ce faisant, A. Carol propose une analyse se situant aux lisières de l’histoire de la médecine et de l’histoire politique (p. 282) mais aussi, par ricochet, des War Studies. Et c’est précisément sur cette approche que se focalisera cette brève recension.

Continuer la lecture de L’exquis cadavre de Léon Gambetta

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Apprendre de la guerre de Sécession avec V. Bernard

Il y a quelque chose d’incongru à rendre compte d’un ouvrage traitant d’un conflit dont on ignore tout, en l’occurrence la guerre civile américaine. C’est pourtant ce à quoi j’entends m’atteler dans ces quelques lignes avec cette recension de la belle synthèse que propose chez Passés Composés V. Bernard[1]. Ouvrage de facture classique, accordant une large place à la scansion des combats, ce livre s’illustre par quelques pages de haute volée replaçant la guerre de Sécession dans une histoire beaucoup plus globale, celle du warfare. Ce sont d’ailleurs ces dernières qui justifient que ce carnet de recherche présente ce volume, les liens entre la péninsule armoricaine et les acteurs de ce conflit étant à ma connaissance nuls, à l’exception peut-être de l’engagement aux côtés de l’Union d’un Régis de Trobriand aux ascendances bretonnes et sur lequel nous reviendrons d’ailleurs ultérieurement[2].

Continuer la lecture de Apprendre de la guerre de Sécession avec V. Bernard

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le centenaire à l’heure du bilan

Inutile de le nier, c’est avec un sentiment mitigé que je me suis plongé dans ce bilan scientifique du centenaire de la Grande Guerre publié aux Presses de Sorbonne Université sous la direction d’A. Weinrich et N. Patin[1]. Peu à l’aise avec l’histoire immédiate, je confesse être spontanément assez réticent à une démarche telle que celle-ci, même si j’en comprends par ailleurs la nécessité sur le plan institutionnel. Il ne fait d’ailleurs peu de doute que ce stimulant volume collectif constituera à son tour une source d’un grand intérêt pour les historiens et les historiennes qui se pencheront dans quelques décennies sur cette séquence mémorielle assez unique. C’est du reste ce que rappelle S. Audoin-Rouzeau dans la préface du livre quand il affirme que « cette étude, aussi profonde soit-elle, ne saurait revêtir qu’un caractère provisoire » (p. 9). Mais en même temps, je dois aussi avouer ma joie à la perspective de me replonger dans cette époque terriblement excitante, riche comme rarement en adrénaline et en stimulation intellectuelle, temps béni de l’avant Covid-19 où l’on pouvait aller aux archives, participer à des colloques et déployer de l’ingénierie culturelle sans contraintes sanitaires. Pour le formuler autrement, les deux risques qui guettaient les auteurs réunis pour l’occasion étaient, d’une part, l’autosatisfaction corporatiste, d’autre part une bien naturelle nostalgie liée à la pandémie et à des années qui, pour beaucoup d’historiens et d’historiennes, ont sans doute constitué une certaine forme de sommet en termes d’opportunités de carrière. Or force est de constater que non seulement ces pièges ont été très largement évités mais que c’est, au contraire, un regard finalement assez acide, pour ne pas dire corrosif, qui émane de ces pages.

Continuer la lecture de Le centenaire à l’heure du bilan

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L’Armée : un pilier pourtant décisif

D’une grande richesse, le volume collectif que consacrent aux Presses universitaires de Rennes P. Allorant, W. Badier et J. Guarrigues aux « Dix décisives » est de ceux que quiconque travaillant sur cette période doit connaître[1]. Investissant de nombreux champs, y compris dans des perspectives transnationales et pluridisciplinaires, le volume est particulièrement stimulant et propose de « franchir les frontières symboliques des régimes politiques pour embrasser la période qui conduit, sans déterminisme rétrospectif, de l’Empire libéral, parlementaire, paradoxalement ressourcé par le plébiscite, à une Troisième République enfin solidement aux mains des Républicains » (p. 13). Le pari de ce nouveau concept est ambitieux, et très largement gagné, mais à une exception près sur laquelle se penchera, justement, cette recension : le fait militaire et guerrier.

Continuer la lecture de L’Armée : un pilier pourtant décisif

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La guerre et les temps des baraques

L’ouvrage que E. Blanchet, M. Câtel et M. Sendra consacrent aux maisons préfabriquées d’après-guerres, la Seconde Guerre mondiale bien entendu mais aussi la Première, pose de manière aiguë la question du temps en Histoire, ou plus précisément des temps[1]. Traditionnellement, le bornage des conflits est produit par une succession d’événements relevant peu ou prou de la diplomatique : au début la déclaration de guerre puis, à la fin, l’armistice et le traité de paix ou la capitulation sans condition. Mais en s’intéressant à ces baraques, les auteurs montrent tout l’intérêt qu’il y a à raisonner à partir d’une chronologie ressentie par les sociétés belligérantes. C’est du reste là un axe privilégié depuis un certain nombre d’années par l’historiographie mais qui, dans le cas présent, fait à dire vrai merveille.

Continuer la lecture de La guerre et les temps des baraques

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Intertextualités des combattants juvéniles de la Grande Guerre

Au sujet des travaux faisant référence sur l’enfance en Grande Guerre on, connaît bien entendu les recherches de Manon Pignot[1]. Il faudra désormais ajouter à ce corpus bibliographique le remarquable ouvrage que D. Aranda consacre aux combattants juvéniles dans la littérature française entre 1914 et 1918, volume qui dépasse d’ailleurs très largement le cadre de son objet en en soulignant toute la complexité[2]. Là est d’ailleurs un point qu’il convient de souligner d’emblée puisque, relevant pour l’essentiel de la littérature populaire (p. 5), ces figures romanesques ne constituent pas nécessairement un sujet d’enquête dont la légitimité va de soi. Avec ce livre, l’auteur – maître de conférences en langue et littérature française à l’Université de Nantes – lui redonne ses lettres de noblesse et, mieux, en rappelle toute la portée heuristique. En effet, loin d’être considérée en vase clos, cette figure littéraire du combattant juvénile est appréhendée par une constante intertextualité qui constitue, par bien des égards, une fort convaincante leçon de méthode.

Continuer la lecture de Intertextualités des combattants juvéniles de la Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Embarquez avec Tim Benbow

De la même manière que nous nous étions réjouis de la traduction française de l’Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale de C. L. Symonds, nous ne pouvons que nous féliciter de la publication dans la langue de Molière de La Guerre navale 1914-1918 de T. Benbow, éminent maritimiste britannique[1]. Magnifiquement illustré, cet ouvrage d’un très haut niveau saura conquérir un vaste public et notamment celles et ceux qui s’intéressent à la péninsule armoricaine pendant la Grande Guerre. Car c’est une chose que l’on a trop rapidement tendance à oublier ; si la Bretagne est effectivement en arrière des batailles terrestres que sont Verdun ou la Somme, cet espace se trouve en revanche aux premières loges du gigantesque conflit qui se joue aussi, à cette époque, sur les mers.

Continuer la lecture de Embarquez avec Tim Benbow

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une histoire méthodique d’Alliance

Osons ici l’idée qu’il y a des histoires plus difficiles que d’autres à écrire, celle des organisations clandestines et notamment des réseaux de Résistance comptant assurément parmi les plus ardues. C’est précisément le sentiment qui reste dans la bouche du lecteur après avoir lu les plus de 600 pages de la monographie d’Alliance que G. Caraes publie aux Editions Ouest-France, volume touffu et dense qui ne manquera pas d’être utile aux historiens de la Seconde Guerre mondiale, aux prosopographes en particulier, mais qui peinera sans doute à dépasser le statut – déjà fort honorable par ailleurs – de précieux outil de travail[1].

Continuer la lecture de Une histoire méthodique d’Alliance

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La carte postale ancienne : l’impossible source ?

Publié sous la direction de B. Tillier aux éditions du CRNS, ce beau livre consacré aux cartes postales pendant la Première Guerre mondiale intéressera un lectorat très large : chercheurs confirmés, étudiants ayant à plancher pour une séance de travaux dirigés basée sur ce type d’archives ou encore collectionneurs, puisqu’on les sait nombreux à se passionner pour ces petits rectangles cartonnés et illustrés[1]. Composé de contributions d’auteurs venant d’horizons disciplinaires complémentaires, historiens et historiens de l’art pour l’essentiel, ce riche volume propose une réflexion d’autant plus utile que les conclusions qu’il apporte dépassent de très loin le strict cadre chronologique imposé par la séquence 1914-1918 – quand bien même celui-ci est en train de se dilater comme le rappellent fort justement les développements actuels autour de l’idée d’une plus Grande Guerre[2]. C’est donc d’un ouvrage éminemment digne d’intérêt dont il sera question ici.

Continuer la lecture de La carte postale ancienne : l’impossible source ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le Pacifique : espace de détotalisation de la Grande Guerre ?

L’ouvrage que fait paraître M. Reynaud chez Passés Composés, volume portant sur la Première Guerre mondiale dans l’espace Pacifique, est de ceux qu’il faut connaître tant la bibliographie disponible sur ce conflit dans cette partie du monde est lacunaire[1]. Cette référence s’imposera donc, à n’en pas douter, comme un manuel indispensable à quiconque souhaite travailler sur cette partie du globe : chercheurs patentés, étudiants ou simples curieux y trouveront leur compte. Mais il n’est pas interdit de penser que ce livre parviendra à toucher un public beaucoup plus vaste tant, en définitive, il invite à se poser un certain nombre de questions qui dépassent très allègrement l’espace Pacifique.

Continuer la lecture de Le Pacifique : espace de détotalisation de la Grande Guerre ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La mémoire entre culture de guerre et syndrome

Tiré d’un mémoire d’habilitation à diriger des recherches, l’ouvrage que N. Castagnez fait paraître aux Presses universitaires de Rennes s’imposera à n’en pas douter comme un volume indispensable tant il est certain qu’il vient combler un vide historiographique[1]. En effet, si les mémoires gaullistes et communistes des guerres sont aujourd’hui bien connues, les mémoires socialistes, sans doute plus complexes car mouvantes et multiples, n’avaient jusqu’à la publication de ce livre fait l’objet d’aucune étude exhaustive (p. 22). C’est dire donc l’importance de cette publication dont l’un des grands mérites est de prendre toute la mesure du poids du monde combattant, qu’il s’agisse d’associations de Résistants ou de déportés mais aussi de la FNACA, et donc de rappeler sa nature fondamentalement politique, même si l’arrimage à une formation partisane ne va pas toujours de soi. Compte tenu de l’important réservoir de voix que constituent aussi les titulaires de la carte du combattant – 4 millions d’individus en 1976 (p. 348) soit, quand on veut bien y réfléchir, une situation qui ne contraste guère avec ce que l’on peut observer pendant les années 1930 – on comprend aisément que les socialistes soient en maintes occasion dans l’obligation de se livrer à de véritables exercices d’équilibriste (p. 335). C’est précisément ce que s’attache à montrer N. Castagnez avec cette enquête aussi dense – plus de 400 pages – que passionnante.

Continuer la lecture de La mémoire entre culture de guerre et syndrome

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Un manuel pour saisir l’armée française de Terre de 1939-1940

À force de rappeler que l’armée française de 1939-1940 est engluée dans l’ombre portée de 1914-1918, ce qui est vrai, on en finit par la méconnaître profondément en suggérant l’idée, fausse cette fois-ci, qu’elle en est un strict décalque. Rien n’est en effet plus inexact. Non seulement les équipements évoluent mais l’organisation n’est plus la même, comme le rappelle un parcours tel que celui de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc : sous-lieutenant au 160e RI, une unité d’active, au début de la Première Guerre mondiale, il sert au sein d’une division dite de série A en 1939, un cadre qui n’existait pas 20 ans auparavant. D’où l’intérêt du judicieux manuel que fait paraître chez Economica É. Denis, volume consacré à « l’armée de Terre française du 10 mai 1940 »[1]. Fort pédagogique et très détaillé, ce livre constitue un outil de travail qui se révèlera, à n’en pas douter, indispensable pour toutes celles et ceux qui s’intéressent à cette période.

Continuer la lecture de Un manuel pour saisir l’armée française de Terre de 1939-1940

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De la biopsie en histoire

J’ai eu la chance de rencontrer C. Dhennin-Lalart à l’automne 2014, lors d’un colloque organisé par R. Porte, D. Barjot et F. Cochet pour la Commission française d’histoire militaire. Elle était à quelques semaines de soutenir sa thèse, et nous avions échangé quelques mots alors que je débutais la mienne. Sa démarche me semblait absolument passionnante : prendre une toute petite partie du front – en l’occurrence le pays de Weppes, en Flandre française – et l’étudier le plus finement possible, des deux côtés du no man’s land. Pour qui s’intéresse aux variations d’échelles en histoire, il y avait là la réalisation concrète d’une belle idée trop rarement mise en œuvre, la biopsie[1]. C’est donc avec une réelle gourmandise que je me suis saisi du livre publié aux Presses universitaires de Rennes et tiré de ce doctorat[2]. Pourtant, mon enthousiasme a été rapidement douché en apprenant, lors de la lecture de la quatrième de couverture, la mort de l’autrice, en 2020.

Continuer la lecture de De la biopsie en histoire

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le 19e RI a désormais son Maurice Genevoix : Joseph Vincent

L’écriture de l’histoire est impossible sans archives. Ceci implique que celles et ceux qui s’adonnent à cette discipline aient une grande proximité avec les archivistes, bien entendu, mais aussi avec les conservateurs de musée : autant de professions susceptibles d’alimenter la réflexion grâce à de la matière première inédite. On sait d’ailleurs que ces deux corps de métiers répondent, aux côtés des enseignants-chercheurs, à la définition de l’historien « de métier » telle que posée par P. den Boer[1]. Il est toutefois une autre profession à qui les historiens, et notamment ceux de la Première Guerre mondiale, doivent énormément, c’est celle d’éditeur. Que serait en effet l’historiographie de la séquence 1914-1918 sans les milliers de témoignages qui, publiés dans le sillage des carnets de Louis Barthas, sont venus alimenter de vives controverses sur le statut du témoin, réactivant soit dit en passant les polémiques initiées à partir de la fin des années 1920 par Jean-Norton Cru ? Pas grand-chose assurément. Parmi ces éditeurs passionnés, militants de la mémoire mais aussi acteurs essentiels de la discipline historique, il y a Yann Prouillet, fondateur et directeur d’Edhisto, une belle maison dotée d’un riche catalogue et qui continue, contre vents et marées, à sortir des nouveautés intéressant la Grande Guerre… mais aussi la Bretagne. Tel est le cas de ce volume de textes dus à Joseph Vincent, vosgien passé par le 106e RI et le 19e RI[2].

Continuer la lecture de Le 19e RI a désormais son Maurice Genevoix : Joseph Vincent

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L’enfant, le livre, la Grande Guerre

S. Audoin-Rouzeau et M. Pignot ont très largement contribué à mieux comprendre l’enfance en Première Guerre mondiale[1]. Actes d’un colloque tenu les 9 et 10 octobre 2014 à Troyes, cet ouvrage collectif publié aux Editions et presses universitaires de Reims sous la direction de la spécialiste de littérature médiévale D. Quéruel contribue à l’exploration de ce champ en ce focalisant sur un objet particulier, le livre[2].

Continuer la lecture de L’enfant, le livre, la Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L’Empire (libéral) contre-attaque-t-il en Bretagne ?

Publié aux éditions SPM, cet « essai d’histoire globale » consacré à l’Empire libéral et dirigé par E. Anceau et D. Barjot constitue un bel exercice de réexamen d’une période assez délaissée par l’historiographie, plus encore nous le verrons en ce qui concerne la Bretagne[1]. Là n’est d’ailleurs pas chose totalement surprenante pour qui connaît la riche et dense œuvre de ces deux éminents historiens. En définitive, c’est d’un volume exploratoire dont il s’agit ici, ouvrage proposant un état des connaissances et empruntant quelques pistes, dans les domaines politiques, économiques et internationaux, mais ne prétendant, comme il se doit du reste, nullement faire le tour d’un objet historique qui reste un chantier encore très largement en friches (p. 7 et 19).

Continuer la lecture de L’Empire (libéral) contre-attaque-t-il en Bretagne ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L’aporie nationale du socialisme du XIXe siècle.

Centrée principalement sur l’Allemagne et l’Europe centrale, la vaste enquête que J.-N. Ducange consacre aux rapports qu’entretiennent les théoriciens socialistes du XIXe siècle – et non de la seule Belle époque comme suggéré abusivement dans le titre du volume, la part des soubresauts de 1848 étant ici prépondérante – n’a de prime abord qu’un rapport lointain avec le fait militaire et guerrier vécu de et en Bretagne entre 1860 et 1962[1]. Cela serait pourtant faire gravement fausse route que d’ignorer ce riche volume et ce pour deux raisons. En premier lieu parce que l’Allemagne socialiste rayonne alors sur toute l’Europe, et donc y compris sur la péninsule armoricaine comme le rappelle par exemple le parcours d’un Carle Bahon ; en second lieu parce que la guerre reste, quoi qu’on en dise, un fait politique décidé par le politique, dimension qui rend obligatoire le passage par l’histoire des idées.

Continuer la lecture de L’aporie nationale du socialisme du XIXe siècle.

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Résistance en ses frontières : Jade objet d’histoire ?

Faire l’histoire d’un réseau de résistance pendant la Seconde Guerre mondiale est chose éminemment difficile. Lorsqu’il s’agit en plus de Jade, structure à double blanche liée non à la France libre mais à l’Intelligence Service britannique (IS), et dont de nombreuses ramifications parcourent la Bretagne, la tâche est sans doute encore un peu plus ardue. C’est dire si la démarche entreprise par A. Kervella dans ce livre qu’il publie chez Nouveau monde éditions est complexe[1]. Le texte, semblable par bien des égards à un gigantesque kaléidoscope, le reflète pour partie et le lecteur peut parfois perdre pied face à la multitude de récits et de portraits qu’il recèle, comme dans une sorte d’interminable roman choral. C’est d’ailleurs, paradoxalement, ce qui fait la force de ce volume qui constituera, grâce à un judicieux index nominatif, qui aurait pu être doublé d’un index des lieux, un très utile outil de travail pour toutes celles et ceux dont les recherches portent justement sur la Seconde Guerre mondiale. Pour autant, il nous semble que cette enquête pâtit d’un manque de réflexion sur l’objet en lui-même.

Continuer la lecture de La Résistance en ses frontières : Jade objet d’histoire ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale (détail). Collection particulière.

La glorieuse défaite de Lucien Burlet

Journaliste prolifique, rédacteur en chef au début des années 1880 du quotidien caennais L’Ordre et la liberté puis collaborateur régulier du Gaulois, où il est chargé de la rubrique des informations parlementaires, Lucien Burlet est aussi un vétéran de 1870[1]. C’est d’ailleurs son expérience de guerre, et de captivité, qu’il choisit de coucher sur le papier dans un court ouvrage publié en 1882, et n’ayant visiblement rencontré aucun succès à en juger par le nombre de recensions qui ont pu y être consacrées dans la presse[2]. Ce volume ne m’aurait d’ailleurs sans doute pas attiré l’œil, perdu dans la masse des témoignages parus après le conflit, si Lucien Burlet n’avait pas, en 1870, porté l’uniforme du 47e de ligne, régiment alors en garnison à Chambéry, en Haute-Savoie. Tour d’horizon d’une source beaucoup plus complexe qu’il n’y parait de prime abord.

Continuer la lecture de La glorieuse défaite de Lucien Burlet

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une prosopographie aux rayons X (1901)

L’idée sous-tendant l’ouvrage que publie l’historien H. Joly est aussi simple qu’efficace : ausculter méthodiquement le destin des 180 élèves de la promotion 1901 de l’École polytechnique et, à partir de cette minutieuse prosopographie, proposer une analyse fine de cette jeunesse brillante et appelée, par la grâce d’un concours, à assurer les plus hautes fonctions[1]. Cette intention est d’ailleurs rappelée par la formule choc « Ils étaient l’élite de la Belle Époque. Qu’ont-ils accompli ?» figurant sur la couverture de l’ouvrage. En d’autres termes, il s’agit de vérifier « preuve à l’appui » si cette « noblesse républicaine » (p. 15) est bel et bien digne du piédestal sur lequel elle trône. C’est parce que l’excellence est une notion subjective (p. 24) que porter un tel regard critique est nécessaire.

Continuer la lecture de Une prosopographie aux rayons X (1901)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

À propos de la sortie de la Grande Guerre

Curieux ouvrage que ce volume collectif dirigé par J.-P. Bled et J.-P. Deschodt et consacré aux conséquences de la Grande-Guerre sur une chronologie désormais bien connue, 1919-1923[1]. Offrant un vaste panorama centré sur les questions diplomatiques, économiques mais également culturelles et sociales, le livre manque pourtant singulièrement de liant. En effet, les communications ne sont pas regroupées en parties et le lecteur a rapidement l’impression d’un kaléidoscope d’articles à l’intérêt par ailleurs très inégal. Certes, là est une constante des volumes collectifs mais force est d’admettre que si ce livre comporte quelques très stimulants passages, il admet aussi des pages dont on est en droit de se demander s’il était bien opportun de les publier. Tour d’horizon d’un ouvrage foisonnant (plus de 600 pages) mais éminemment contrasté.

Continuer la lecture de À propos de la sortie de la Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L’armée française de 1870 en ordre de bataille

L’histoire de la guerre a ceci d’ingrat qu’elle ne peut être écrite sans l’étape préalable qui consiste à connaître les armées belligérantes et les grandes batailles qui scandent les conflits. Il ne s’agit pas pour nous de plaider pour un retour à l’histoire fifre et tambours jadis dénoncée par J. Keegan ni de nier les apports décisifs apportés par l’anthropologie historique du fait guerrier[1]. Bien au contraire : l’histoire ne s’écrit plus comme cela et c’est d’ailleurs tant mieux. Pour autant, trop souvent les études sur la guerre ignorent les armées jusqu’à en perdre de vue le champ de bataille et les soldats qui le foulent, au risque d’une représentation hors-sol de l’objet étudié. Disons-le clairement : s’il ne saurait s’agir d’une fin du savoir historique, connaître la constitution des divisions et des corps d’armées, savoir où ces corps se situent précisément sur le théâtre des opérations, en connaître par ailleurs les caractéristiques en termes de déclivité ou de conditions atmosphériques, constituent autant d’étapes indispensables et malheureusement trop souvent négligées. C’est précisément pourquoi on ne peut que conseiller la lecture de l’album hors-série que le magazine Napoléon III consacrait en 2017 à l’armée de 1870-1871[2].

Continuer la lecture de L’armée française de 1870 en ordre de bataille

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Quiberon au prisme du fait militaire et guerrier

Historien reconnu de la chose maritime et des mondes littoraux, G. Le Bouëdec publie aux éditions Coop Breizh une formidable synthèse sur la presqu’île de Quiberon, espace appréhendé sur une période courant du XVIIIe siècle à la Seconde Guerre mondiale[1]. Richement illustré, doté de splendides cartes et par ailleurs très accessible, cet ouvrage entend montrer comment le « pays des deux mers » passe d’un modèle socio-économique complexe, basé sur l’agriculture, la pêche et le cabotage, à une « mono-activité résidentielle et nautique » (p. 188) avec l’essor du tourisme de masse, dans la seconde partie du XXe siècle. Pour autant, c’est au prisme du fait militaire et guerrier que nous avons choisi de rendre compte de cette passionnante monographie, manière de rappeler combien ces problématiques sont centrales pour la période 1860-1962 qui préoccupe ce carnet de recherche.

Continuer la lecture de Quiberon au prisme du fait militaire et guerrier

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Sortir les flux du règne du présentisme

En s’opposant, le 11 mai 1950, au passage d’un train provenant de Brest et transportant vers Rochefort des canons destinés au corps expéditionnaire français déployé en Indochine, les « 12 de Saint-Brieuc » portent atteinte à l’effort de guerre français en Extrême-Orient. Ce faisant, ces militants communistes nous montrent, malgré-eux que la Bretagne, d’une certaine manière, a pu constituer un véritable « arrière » de ce lointain « front » situé en Asie. Autrement dit, ils nous montrent combien une mobilisation militaire est tributaire d’un certain nombre de flux que sont les acheminements en armes, munitions et hommes, mais aussi la diffusion d’informations permettant de partir à la conquête de l’assentiment des opinions publiques. Or, c’est parce que la guerre est par nature une compétence régalienne que l’histoire de ces « 12 de Saint-Brieuc » invite à se pencher sur le passionnant ouvrage collectif que viennent de publier aux éditions Arbre bleu N. Patin et D. Pinsolle, volume intitulé « Déstabiliser l’État en s’attaquant aux flux »[1].

Continuer la lecture de Sortir les flux du règne du présentisme

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Joconde, Brest et la guerre de 1870