Archives par mot-clé : Quimper

Toujours à propos du fait militaire en 1972

10 ans après les accords d’Évian, il n’est pas difficile de voir combien la société française – et pour ce qui m’intéresse dans ces colonnes, bretonne – s’est éloignée du fait militaire. Mais pour saisir ce mouvement de fond, qui débute avec la fin de la guerre d’Algérie et s’achève, fondamentalement, avec la suppression du service national en 1997, il importe de sortir des casernes pour appréhender le corps social dans son ensemble. Cette tendance lourde, en effet, ne peut se comprendre que par le seul prisme de l’uniforme et du kaki de manière générale. C’est en réalité un processus global de civilianisation de la société française qui est à l’œuvre au cours de ce derniers tiers du XXe siècle.

Continuer la lecture de Toujours à propos du fait militaire en 1972

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De l’incapacité de 1870 à dire le monde de 1920

La scène se passe à Quimper, en la caserne La Tour d’Auvergne, où les vétérans de la guerre de 1870 se réunissent le 12 septembre 1920 pour leur congrès annuel. Comme un passage de témoin obligé d’une génération du feu à l’autre, le président de l’amicale, « en ouvrant la séance, […] dit que sa première parole sera pour exprimer au colonel Dizot, la fierté qu’éprouvent les vétérans en le voyant prendre place parmi eux et le remercie de la sympathie qu’il professe pour les vieux combattants de 1870 »[1]. On pourra toujours arguer d’une forme de courtoisie entre officiers, il n’en demeure pas mois que le symbole est très fort : le lieutenant-colonel Roudière, engagé volontaire fait prisonnier à Metz, rend hommage à l’officier commandant alors le 118e RI, régiment tenant garnison à Quimper et s’étant couvert de gloire pendant la Grande Guerre[2]. En d’autres termes, le vaincu d’hier s’incline devant le vainqueur du moment. En quelques mots est ainsi résumée toute l’ambiguïté du souvenir de la guerre de 1870 cinquante ans plus tard, au lendemain de la Grande Guerre[3]. Si celui-ci peine à s’imposer en 1920-1921, c’est bien entendu parce qu’il est occulté par le « souvenir écran » des tranchées[4]. Mais il n’y a pas que le poids des morts, des blessés – pour ne citer qu’un exemple, l’association des mutilés du canton de Malestroit revendique, à elle seule, en septembre 1920 pas moins de 350 membres[5]  – des veuves, bref du deuil, pour expliquer cette situation. La mémoire est l’outil politique du temps présent et si le souvenir de la guerre de 1870-1871 peine à s’imposer en ce début des années 1920, c’est qu’il échoue à dire le monde d’alors.

Continuer la lecture de De l’incapacité de 1870 à dire le monde de 1920

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Quand l’uniforme forme la jeunesse… et le mouvement ouvrier de la IIIe République. Eléments prospectifs

Quoi de plus éloigné du mouvement ouvrier et social que la caserne et l’institution militaire ? Pas grand-chose à première vue. De la Commune de Paris au Carnet B en passant par la fusillade de Villeneuve-Saint-Georges en 1908, il est vrai que nombreux sont les éléments qui contribuent à implanter, au sein des espaces militants, l’idée d’une armée érigée en « chien de garde du capital ». C’est du reste ce qu’explique à Rennes le secrétaire de la section locale de la SFIO Eugène Leprince lors de la séance du Conseil municipal qui doit, le 2 novembre 1910, se prononcer en faveur de la construction de la caserne Margueritte :

« Je ne voterai pas les conclusions du rapport de M. le Maire pour deux raisons : d’abord parce que je ne suis pas partisan de l’augmentation des impôts, ensuite parce que j’estime qu’il y a assez de troupes à Rennes pour réprimer les camarades en grève et les remplacer au besoin sans qu’il soit utile de créer un nouveau régiment. »[1]

Pourtant, les archives, et tout particulièrement les fiches matriculaires du recrutement, invitent à dépasser ce discours. Qu’on le veuille ou non, depuis 1905 et la fin du tirage au sort, la conscription s’applique à tout le monde et même les plus antimilitaristes des anarcho-syndicalistes effectuent leur service militaire. C’est ce que rappelle du reste le parcours d’Eugène Leprince évoqué plus haut. Né le 29 mai 1879 à Rennes, ce tourneur sur métaux porte l’uniforme du 41e RI pendant un an, à l’occasion de son service militaire qu’il achève en tant que soldat de 1e classe et muni de son certificat de bonne conduite. Effectuant un période de réserve en 1902, il est ensuite classé non affecté comme chef d’équipe à l’atelier de construction de Rennes, poste qui est à l’évidence à mettre en rapport avec le métier qu’il déclare lors de son passage devant le Conseil de révision mais qui n’est pas sans interroger la réalité de son rapport à l’institution militaire. Pendant la Grande Guerre, il est d’abord placé en sursis d’appel puis rejoint en juillet 1915 l’atelier de construction de Rennes, quelques semaines donc avant la promulgation de la loi Dalbiez, avant d’être envoyé au 50e régiment d’artillerie le 1er juillet 1917 et d’être finalement démobilisé le 25 février 1919[2]. Or là n’est pas une trajectoire exceptionnelle, loin de là. Tailleur de pierre et secrétaire, à partir de 1909, de la Fédération des syndicats ouvriers de la région malouine, Jean Batas est condamné le 26 mars 1914 par le tribunal de la Seine à 6 mois de prison et 100F d’amende pour « menées antimilitaristes ». Ceci lui vaut d’être inscrit au Carnet B mais ne l’empêche pas de répondre, à l’âge de 42 ans, à l’appel de la mobilisation générale. Rien de surprenant du reste pour quelqu’un qui, indépendamment de son militantisme, souscrit à « l’impôt du temps » en effectuant entre 1893 et 1895 son service militaire au sein du 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo, puis participe à deux périodes de réserve avec cette même unité au cours des années 1900[3]. Aussi est-ce à notre sens faire erreur que de croire que la militance, et donc les réseaux qui structurent l’engagement partisan, s’arrêtent au seuil de la caserne. C’est d’ailleurs ce que rappelle le Sou du soldat, auquel Jean Batas prête son concours et ce malgré le succès tout relatif de cette œuvre.

Continuer la lecture de Quand l’uniforme forme la jeunesse… et le mouvement ouvrier de la IIIe République. Eléments prospectifs

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale (détail). Musée de Bretagne : 980.0018.2102.

La fable de la langouste et du 219e RI

Dans son édition du 31 octobre 1914, le quotidien catholique breton L’Ouest-Eclair publie un intéressant article intitulé « La langouste du 219e »[1]. Non signé, ce « fait divers de guerre »[2] a, à première vue, tout du « bourrage de crâne » et de l’anecdote insignifiante : grâce à un fantassin obèse, un certain Le Goaziou, les réservistes du 219e RI de Brest peuvent déguster alors qu’ils sont aux tranchées des huitres ainsi qu’une langouste. Mais pour qui sait le lire, ce texte se révèle être en réalité un propos d’une grande subtilité et un fascinant objet d’histoire.

Continuer la lecture de La fable de la langouste et du 219e RI

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Bretagne dans « l’année terrible » : un essai de géographie

La séquence 1870-1871 est marquée par de grands mouvements : ceux des troupes pendant la guerre franco-allemande mais aussi ceux de nombreux séismes politiques, de la chute de l’Empire à la proclamation de la République, en passant par la Commune de Paris. Bien souvent, à en croire la vulgate mémorielle, la Bretagne apparaît en périphérie de ces dynamiques, immobile comme ces soldats englués dans la boue du camp de Conlie. Pourtant, c’est une toute autre géographie qui émane des archives, la péninsule armoricaine n’étant nullement exclue de « l’année terrible », bien au contraire. La mémoire n’est pas l’histoire et le souvenir associé à la Bretagne pendant la séquence 1870-1871 – grille de lecture bien souvent orientée et focalisée sur le seul camp de Conlie – ne saurait résumer la période. Si aucun combat ne se déroule dans la péninsule armoricaine, la région est au premier rang de bien des mouvements de troupes tout en constituant une sorte d’arrière jugé relativement sûr : en témoignent les bijoux de la Couronne impériale et les trésors du Musée du Louvre entreposés par mesure de sécurité à Brest. Dès lors, c’est l’image d’un espace à la fois en périphérie mais en même temps parfaitement connecté à la succession des événements qui se dévoile. Le propos n’est donc pas ici d’esquisser l’histoire de la Bretagne, des Bretonnes et des Bretons pendant la fort complexe séquence 1870-1871 mais, plus modestement, de tenter un état des lieux, une sorte de tableau nullement exhaustif de la péninsule armoricaine pendant cette période et de montrer, ce faisant, combien elle s’insère dans l’histoire globale de « l’année terrible »[1].

Continuer la lecture de La Bretagne dans « l’année terrible » : un essai de géographie

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale. Collection particulière.

La commune : événement local, écho global ?

Dans un tweet publié dans la soirée du 14 mars 2021, A. Loez a diffusé quelques coupures de presse de L’Humanité, du Petit parisien ou encore du Temps, journaux datés du 28 au 30 mai 1921 et ayant pour but d’illustrer les traitements différenciés du cinquantième anniversaire de la Commune de Paris et, en l’occurrence, sa répression à l’issue de la « semaine sanglante ». Le propos de cet historien est limpide : montrer comment cette commémoration fait la une du quotidien communiste, la mémoire étant l’outil politique du temps présent, et comment elle est passée sous silence par d’autres titres, suivant leurs inclinaisons idéologiques. Très pertinente, cette série de tweets appelle néanmoins quelques remarques quant au capital politique que peut représenter, en 1921, la Commune de Paris ; une dimension qui ne peut être déconnectée de la géographie de l’événement.

Continuer la lecture de La commune : événement local, écho global ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale publicitaire. Musée de Bretagne: 980.0051.759.

4-5 septembre 1920 : Carhaix célèbre la République

La ville de Carhaix est l’une des rares communes bretonnes à célébrer le cinquantième anniversaire de la République, le 4 septembre 1870. Organisées par le comité des fêtes présidé par un certain « M. Portellec », les réjouissances constituent un intéressant objet de réflexion pour l’historien, ne serait-ce que parce qu’elles s’insèrent dans une actualité commémorative particulièrement dense. En effet, quelques jours plus tard, le 26 septembre 1920, c’est son monument aux morts de la Grande Guerre que la commune finistérienne inaugure en grandes pompes[1]. Une concordance des temps qui, bien entendu, n’est pas sans interroger.

Continuer la lecture de 4-5 septembre 1920 : Carhaix célèbre la République

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Lors d'une réunion du CELIB, le 27 octobre 1973 à Pontivy (détail). Arch. dép. I&V: 30 J 376.

Quelle caution gaulliste à la naissance du CELIB ?

Dans l’imaginaire collectif breton, le Comité d’études et de liaison des intérêts bretons (CELIB) tient à n’en pas douter une place à part. Ayant réussi à mettre de côté les clivages partisans, un certain nombre d’élus locaux auraient uni leurs forces pour la Bretagne… tout en cultivant un certain nombre de relations privilégiées avec le pouvoir en place, notamment gaulliste. C’est ainsi par exemple que le géographe et militant socialiste Michel Phlipponneau fustige dès 1964 le poids des gaullistes et des « centristes mous » au sein du CELIB[1]. Or la mémoire n’étant pas l’histoire, l’examen minutieux des archives contribue à forger un récit différent, plus nuancé et d’une certaine manière complexe, que ce que peut bien supposer la vulgate. C’est ce que montre le parcours du Français libre et parlementaire finistérien Joseph Halléguen.

Continuer la lecture de Quelle caution gaulliste à la naissance du CELIB ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Des actes aux discours : les socialistes finistériens et l’Armée (1910)

Si la SFIO est bien une section de l’Internationale ouvrière, on oublie trop souvent qu’elle est aussi et peut-être même surtout, française. L’internationalisme ne doit en effet pas tromper. Loin d’être un post-nationalisme, comme une sorte de dépassement de cet horizon patriotique, il s’agit le plus souvent d’une juxtaposition en un même lieu d’identités nationales. C’est précisément ce que montre l’historien  P. Alayrac à propos du Congrès socialiste international de Londres, en 1896[1]. Il en résulte un positionnement par rapport à l’institution militaire, bras armé de la Nation, qui ne doit pas tromper. C’est ce que rappelle la profession de foi des candidats socialistes aux législatives dans le Finistère lors du scrutin de 1910[2].

Continuer la lecture de Des actes aux discours : les socialistes finistériens et l’Armée (1910)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le musique du 48e RI de Guingamp, carte postale (détail). Collection privée Cyrille L'Hénoret.

La naissance de la clique de binious du 48e RI

Taldir Jaffrennou est un personnage absolument central du premier Emsav, la première génération de militants du mouvement breton. Eminent celtisant, il est en quelque sorte, dans ce milieu bien particulier, une figure d’autorité. Aussi ne peut-on lire qu’avec un intérêt appuyé l’historique des binious aux armées qu’il publie en 1931 dans la revue An Oaled qu’il dirige, propos qui ne tarde pas à s’ancrer autour du 48e RI de Guingamp[1] : on sait en effet que c’est l’une des unités tenant garnison dans la péninsule armoricaine où l’affirmation de l’identité bretonne est la plus marquée.

Continuer la lecture de La naissance de la clique de binious du 48e RI

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La force du rite comme continuité biographique ? Maurice Laval

Si l’on devait choisir un mot pour qualifier le volume que B. Salaün consacre à Maurice Laval, ouvrage publié aux éditions Locus Solus, cela serait sans doute « multiple »[1]. Multiple tant sont nombreuses les vies de cette grande figure du XXe siècle mais aussi multiple tant, au final, est protéiforme ce volume : entre biographie, source pour l’historien – on pense notamment à la personne qui se chargera de compléter la notice que lui consacre le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social – et hommage admiratif, ce petit livre est indéniablement à part.

Continuer la lecture de La force du rite comme continuité biographique ? Maurice Laval

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Portrait d’un fantassin du 48e RI, cliché conservé dans un album ayant appartenu à François-Marie Luzel. Bibliothèque municipale de Rennes / Les Tablettes rennaises : I-2015-0010118.

François-Marie Luzel et trois portraits de fantassins

La bibliothèque municipale de Rennes conserve un album de 70 photographies, consultable via Les Tabette rennaises, ayant manifestement appartenu au folkloriste breton François-Marie Luzel. A travers les dizaines de clichés qu’il renferme, se dévoile une évidente volonté ethnographique. On connaît en effet le rapport qu’entretient cet éminent celtisant à la photographie et cet objet a, selon toute vraisemblance, pour fonction de compiler un certain nombre de « types bretons » : des membres de sa famille – comme par exemple Séraphine Luzel, sa sœur – mais également des anonymes retenus à n’en pas douter pour un détail bien particulier, comme par exemple un costume spécifique. Si la mise en collection ayant présidé à la constitution de cet album ne pose globalement pas de soucis en termes d’interprétation, trois portraits ne manquent pas d’attirer l’attention : trois clichés remarquablement semblables immortalisant des fantassins des 48e, 74e et 102e RI et dont on se demande bien, à la vérité, pourquoi ils ont ainsi attiré l’attention de François-Marie Luzel.

Continuer la lecture de François-Marie Luzel et trois portraits de fantassins

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

François Mitterrand décore Philomène Mercier en la mairie de Guimaëc, le 28 février 1982. Archives départementales du Finistère: 208 J 126, fonds Alain Le Grand, coupure datée du 3 mars 1982.

Guimaëc, Finistère : là où François Mitterrand honore Morland

Le moins que l’on puisse dire est que le rapport que François Mitterrand entretient à la Seconde Guerre mondiale est complexe, pour ne pas dire ambigu. A la fin de son second septennat, le Président, fort malade, doit faire face aux révélations embarrassantes du journaliste Pierre Péan : ses soutiens aussi amicaux que renouvelés à René Bousquet, ancien secrétaire général de la police de Vichy, mais également la francisque qui lui est décernée au printemps 1943, esquintent indéniablement dans l’esprit du grand public l’image de Morland et le brevet d’honorabilité résistante qui l’accompagne[1]. Devenu la figure emblématique de ceux que l’on nomme désormais les « vichysso-résistants », François Mitterrand incarne ce « passé qui ne passe pas » d’une France plongée en pleine « crise de mémoire », pour reprendre les termes de S. R. Suleiman[2]. Mais tel n’a pas toujours été le cas. C’est d’ailleurs ce que rappelle une chemise conservée par les Archives départementales du Finistère[3]. Regroupant quelques coupures de presse – notamment du Télégramme de Brest – cette liasse montre l’engagement clandestin de celui qui deviendra « l’homme du 10 mai 1981 » mais, surtout, rappelle qu’avant de subir le souvenir de la Seconde Guerre mondiale, le théoricien du « coup d’Etat permanent » sait habilement jouer de la carte mémorielle. De surcroît, elle précise la chronologie proposée par l’historien P. Gourlay dans un article érigeant les roches de Beg-an-Fry en véritable « Solutré maritime ».

Continuer la lecture de Guimaëc, Finistère : là où François Mitterrand honore Morland

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn