Archives par mot-clé : Professionnel

Quelques Bretons de Paris, et du 47e RI, au prisme des fiches matricules

Le cloisonnement des historiographies invite à réserver le plus souvent la fiche matricule de recrutement aux enquêtes consacrées au fait militaire et guerrier. Pourtant, la centralité de la caserne dans la France des années 1860-1962, et plus singulièrement pour ce qui m’intéresse ici, dans le cadre de ce carnet de recherche, la péninsule armoricaine, laisse entrevoir bien des possibilités. J’ai déjà eu l’occasion, lors des journées du Maitron tenues au mois de novembre 2021, d’exposer quelques pistes concernant l’étude du mouvement ouvrier et social au prisme de l’uniforme. C’est un autre champ que je souhaite investir ici, à partir des données amassées à l’occasion de la thèse de doctorat que j’ai consacrée au 47e RI de Saint-Malo pendant la Première Guerre mondiale, celui de l’histoire des migrations[1]. En effet, cette enquête sur la culture professionnelle des combattants repose pour une large part sur un thésaurus élaboré à partir des fiches matricules de recrutement de 2 688 morts pour la France de cette unité au titre de la séquence 1914-1918[2]. Or ces documents comprennent un certain nombre d’informations qui permettent d’identifier des trajectoires migratoires et, dans le cadre de ce billet, leur influence ou non sur l’acquittement de l’impôt du sang pendant la Grande Guerre.

Continuer la lecture de Quelques Bretons de Paris, et du 47e RI, au prisme des fiches matricules

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

César Chabrun, député de la Mayenne, 1932. Gallica / Bibliothèque nationale de France: Agence Rol / Wikicommons.

La Grande Guerre comme rupture ? A propos de César Chabrun

Curieux éditorial que celui que fait paraître le 17 juillet 1920, en première page de L’Ouest-Éclair, le député mayennais, et blessé de guerre, César Chabrun[1]. Un an presque jour pour jour après le traité de Versailles, ce texte montre combien la situation est alors encore trouble, périlleuse. Dans cet immédiat après-guerre, alors que les poilus sont démobilisés depuis bientôt plus d’un an, la rupture avec le conflit n’est pas si nette qu’il pourrait y paraître de prime abord tant le destin de la Russie, et la crainte d’une propagation de la révolution bolchevique, est dans tous les esprits, et notamment dans celui de ce parlementaire. D’ailleurs, cet article jouxte un compte rendu de « l’offensive russe contre la Pologne », illustration de cette « plus Grande Guerre » qui vient considérablement dilater les chronologies et brouiller les cartes[2]. Ce député en est d’ailleurs une bonne illustration puisque son expérience combattante, bien que brève, doit se comprendre dans une certaine forme de continuité du service de la Nation. Pourtant, il importe de ne pas faire abstraction de la perspective diachronique : si maintes permanences s’observent sur le temps long, l’Histoire – contrairement à ce que suggère l’adage populaire – ne se rejoue jamais et l’époque ne saurait être comparée à celle que l’on a qualifiée, rétrospectivement, de « Belle »[3]. Un paradoxe qui dit la grande complexité du moment, et tout l’intérêt qu’il y a à interroger la Grande Guerre sous l’angle de la rupture, ce que j’aurai l’occasion de faire lors d’un colloque international organisé par l’Université catholique de l’Ouest et qui se tiendra à Angers les 19 et 20 mai prochains.

Continuer la lecture de La Grande Guerre comme rupture ? A propos de César Chabrun

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Apprendre de la guerre de Sécession avec V. Bernard

Il y a quelque chose d’incongru à rendre compte d’un ouvrage traitant d’un conflit dont on ignore tout, en l’occurrence la guerre civile américaine. C’est pourtant ce à quoi j’entends m’atteler dans ces quelques lignes avec cette recension de la belle synthèse que propose chez Passés Composés V. Bernard[1]. Ouvrage de facture classique, accordant une large place à la scansion des combats, ce livre s’illustre par quelques pages de haute volée replaçant la guerre de Sécession dans une histoire beaucoup plus globale, celle du warfare. Ce sont d’ailleurs ces dernières qui justifient que ce carnet de recherche présente ce volume, les liens entre la péninsule armoricaine et les acteurs de ce conflit étant à ma connaissance nuls, à l’exception peut-être de l’engagement aux côtés de l’Union d’un Régis de Trobriand aux ascendances bretonnes et sur lequel nous reviendrons d’ailleurs ultérieurement[2].

Continuer la lecture de Apprendre de la guerre de Sécession avec V. Bernard

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La guerre et les temps des baraques

L’ouvrage que E. Blanchet, M. Câtel et M. Sendra consacrent aux maisons préfabriquées d’après-guerres, la Seconde Guerre mondiale bien entendu mais aussi la Première, pose de manière aiguë la question du temps en Histoire, ou plus précisément des temps[1]. Traditionnellement, le bornage des conflits est produit par une succession d’événements relevant peu ou prou de la diplomatique : au début la déclaration de guerre puis, à la fin, l’armistice et le traité de paix ou la capitulation sans condition. Mais en s’intéressant à ces baraques, les auteurs montrent tout l’intérêt qu’il y a à raisonner à partir d’une chronologie ressentie par les sociétés belligérantes. C’est du reste là un axe privilégié depuis un certain nombre d’années par l’historiographie mais qui, dans le cas présent, fait à dire vrai merveille.

Continuer la lecture de La guerre et les temps des baraques

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

A propos du fait militaire en 1972

Il est d’usage de considérer les accords d’Evian d’un strict point de vue diplomatique, c’est-à-dire comme la conclusion des négociations entre la France d’une part, le Gouvernement provisoire de la République d’Algérie d’autre part. S’il n’est bien entendu pas question, ici, de remettre en cause cette grille de lecture, il nous semble important de souligner la césure que constitue, sur un plan strictement franco-français, et donc pour ce qui nous concerne la Bretagne, le 19 mars 1962. En effet, du point de vue du fait militaire, cette date marque la fin d’une longue période, initiée pour faire simple en 1870, et liant la citoyenneté au port de l’uniforme, et non pas uniquement au bulletin de vote. Pour le dire autrement, ce qui débute avec la conclusion des accords d’Evian, ce sont des années 1968 qui amorcent un long processus de démilitarisation de la société française – et bretonne. Une tendance qui s’achève, à bien y penser, en 1997 avec la suppression du service militaire[1]. La commémoration du 10e anniversaire du 19 mars 1962 en donne un bel exemple.

Continuer la lecture de A propos du fait militaire en 1972

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une histoire méthodique d’Alliance

Osons ici l’idée qu’il y a des histoires plus difficiles que d’autres à écrire, celle des organisations clandestines et notamment des réseaux de Résistance comptant assurément parmi les plus ardues. C’est précisément le sentiment qui reste dans la bouche du lecteur après avoir lu les plus de 600 pages de la monographie d’Alliance que G. Caraes publie aux Editions Ouest-France, volume touffu et dense qui ne manquera pas d’être utile aux historiens de la Seconde Guerre mondiale, aux prosopographes en particulier, mais qui peinera sans doute à dépasser le statut – déjà fort honorable par ailleurs – de précieux outil de travail[1].

Continuer la lecture de Une histoire méthodique d’Alliance

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Groupe de soldats, 1940. Collection particulière.

Julien Dagorn, le 48e RI et l’autolyse aux armées (septembre 1940)

Parmi tous fantassins du 48e RI morts au cours de la campagne de France de 1939-1940, il y a de nombreux cas complexes. Mais s’il est un parcours tragique qui interpelle, c’est celui de Julien Dagorn, un jeune homme né le 30 juillet 1913 à Locquillec, dans le Finistère, dans une famille de cultivateurs, et décédé alors qu’âgé de seulement 26 ans le 3 octobre 1939 à Lunéville, en Meurthe-et-Moselle. En effet, ce fantassin est répertorié comme ayant succombé à une « autolyse », ce qui signifie en termes plus explicites qu’il s’est suicidé. Face à un tel drame, il convient de rester très prudent et de ne pas tomber dans le piège d’interprétations trop hâtives.

Continuer la lecture de Julien Dagorn, le 48e RI et l’autolyse aux armées (septembre 1940)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le 47e RI, la Grande Guerre et l’idée de catastrophe

Le terme de catastrophe est relativement peu présent pendant la Première Guerre mondiale. On ne relève ainsi dans les colonnes de L’Ouest-Éclair que 418 occurrences de ce mot tout au long des 52 mois du conflit, contre 1 361 entre le 1er janvier 1909 et le 31 décembre 1913 et 882 entre le 1er janvier 1920 et le 31 décembre 1924. Pourtant, il ne fait pas de doute que celle qui devait être la der des ders et est à l’origine d’un profond pacifisme sans lequel il serait illusoire de vouloir comprendre la France des années 1920-1930, est une catastrophe. Que l’on en juge plutôt : un peu plus de 1 300 000 morts rien que pour l’armée française, soit une moyenne de 900 décès par jour à un rythme effarant de 37 par heure pendant 52 mois. Le 47e RI de Saint-Malo ne fait pas exception à cet effroyable bilan : 2 688 fantassins de cette unité sont titulaires de la mention « Mort pour la France » au titre de la Grande Guerre et, pourtant, le terme de « catastrophe » ne revient qu’exceptionnellement dans les archives, qu’il s’agisse de celles produites par l’unité ou par les combattants qui y servent. Moi-même, dans la thèse de doctorat que j’ai consacré à cette unité, je n’emploie que deux fois ce terme : une première fois en rappelant que Jean Carbonnel, un soldat de 2e classe incorporé au 47e RI le 17 août 1914 est un mineur du Pas-de-Calais ayant selon toute vraisemblance survécu à la « catastrophe de Courrières » en mars 1906 ; la seconde en citant un ouvrage de l’historien américain R. Hilberg : Exécuteurs, victimes, témoins. La Catastrophe juive 1933-1945[1]. La Grande Guerre ne serait donc pas une catastrophe, comme si la Seconde Guerre mondiale en avait par ricochet atténué l’atrocité ?

Continuer la lecture de Le 47e RI, la Grande Guerre et l’idée de catastrophe

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Photographie publiée dans l'édition du 17 juillet 1939 de L'Ouest-Eclair et légende ainsi : "Les gymnastes défilent devant la tribune officielle".

Gymnastique, musique et nationalisme banal à Vitré (juillet 1939)

Conservé par la Cinémathèque de Bretagne, le film d’un certain Guiot – artiste dont on ignore par ailleurs tout – intitulé « Revue locale cinématographique – Vitré Guiot – 1939 » nous offre une passionnante plongée dans l’édition 1939 du « Concours de gymnastique et de musique » organisée en cette ville. Il s’agit d’une archive d’un grand intérêt qui nous montre combien l’armée en tant qu’institution est présente dans la vie quotidienne des Bretons d’alors, l’institution participant d’un véritable « nationalisme ordinaire». Forgé par le sociologue anglais M. Bilig, ce concept n’a été que peu mobilisé par la discipline historique alors que, manifestement, il est riche de nombreuses promesses[1]. En effet, le « nationalisme ordinaire » n’est pas celui qui s’exprime dans les pages de L’Action française ou que l’on pourrait observer, par exemple, à l’occasion d’une réunion des Croix de feu[2]. C’est celui beaucoup plus discret de rues pavoisées, de porte-drapeaux de clubs sportifs, de membres de sociétés de tir et de préparation militaire et bien entendu d’une musique régimentaire défilant clairons et tambours en tête… Soit autant d’éléments clairement identifiables dans le film de Guiot conservé à la Cinémathèque de Bretagne. Dans ce cadre, et c’est pour cela que le concept forgé par M. Bilig offre un cadre particulièrement stimulant de réflexion, l’institution militaire tient bien évidemment un rôle essentiel. Certes, ceci n’a rien d’étonnant quand on sait que, dans cette seconde moitié des années 1930, même une bien innocente Fête des fleurs accorde une place éminente à l’uniforme. Pour autant, ici, à Vitré, le contexte influe assurément sur l’événement, jusqu’à lui conférer une portée mobilisatrice qui en fait un objet d’histoire particulièrement intéressant.

Continuer la lecture de Gymnastique, musique et nationalisme banal à Vitré (juillet 1939)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Rendez-vous à Meaux le 2 juillet prochain !

Chaque année depuis 2013, le Musée de la Grande Guerre de Meaux, en Seine-et-Marne, organise en partenariat avec l’Association des professeurs d’histoire-géographie, une université d’été. Ouverte à toutes et tous, cette manifestation entend participer aux réflexions et avancées de la recherche historique sur ce conflit en réunissant des intervenants aux profils divers : historiens, bien entendu, mais également professionnels du patrimoine ou artistes. Si cette université d’été n’a pu se tenir l’année dernière du fait de la crise sanitaire liée au Covid-19, le thème des familles a été abordé en 2018, tandis que l’année précédente c’est 1917 qui focalisait l’attention. Le 2 juillet 2021, les intervenants, dont j’aurai l’honneur et le plaisir de faire partie, réfléchirons à la question du récit.

Continuer la lecture de Rendez-vous à Meaux le 2 juillet prochain !

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Résistance en ses frontières : Jade objet d’histoire ?

Faire l’histoire d’un réseau de résistance pendant la Seconde Guerre mondiale est chose éminemment difficile. Lorsqu’il s’agit en plus de Jade, structure à double blanche liée non à la France libre mais à l’Intelligence Service britannique (IS), et dont de nombreuses ramifications parcourent la Bretagne, la tâche est sans doute encore un peu plus ardue. C’est dire si la démarche entreprise par A. Kervella dans ce livre qu’il publie chez Nouveau monde éditions est complexe[1]. Le texte, semblable par bien des égards à un gigantesque kaléidoscope, le reflète pour partie et le lecteur peut parfois perdre pied face à la multitude de récits et de portraits qu’il recèle, comme dans une sorte d’interminable roman choral. C’est d’ailleurs, paradoxalement, ce qui fait la force de ce volume qui constituera, grâce à un judicieux index nominatif, qui aurait pu être doublé d’un index des lieux, un très utile outil de travail pour toutes celles et ceux dont les recherches portent justement sur la Seconde Guerre mondiale. Pour autant, il nous semble que cette enquête pâtit d’un manque de réflexion sur l’objet en lui-même.

Continuer la lecture de La Résistance en ses frontières : Jade objet d’histoire ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une prosopographie aux rayons X (1901)

L’idée sous-tendant l’ouvrage que publie l’historien H. Joly est aussi simple qu’efficace : ausculter méthodiquement le destin des 180 élèves de la promotion 1901 de l’École polytechnique et, à partir de cette minutieuse prosopographie, proposer une analyse fine de cette jeunesse brillante et appelée, par la grâce d’un concours, à assurer les plus hautes fonctions[1]. Cette intention est d’ailleurs rappelée par la formule choc « Ils étaient l’élite de la Belle Époque. Qu’ont-ils accompli ?» figurant sur la couverture de l’ouvrage. En d’autres termes, il s’agit de vérifier « preuve à l’appui » si cette « noblesse républicaine » (p. 15) est bel et bien digne du piédestal sur lequel elle trône. C’est parce que l’excellence est une notion subjective (p. 24) que porter un tel regard critique est nécessaire.

Continuer la lecture de Une prosopographie aux rayons X (1901)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale. Collection particulière.

Les obsèques de Fortuné Guézel, sous-marinier sur le Lutin

Les collections en partage du Musée de Bretagne offrent à la sagacité des curieux douze documents relatifs aux obsèques, en novembre 1906, de Fortuné Guézel, un homme ayant disparu dans le naufrage du sous-marin le Lutin au large des côtes tunisiennes. Non seulement ces archives offrent un passionnant témoignage quant à la vivacité de la sensibilité militaire dans la presqu’île de Quiberon, d’où est originaire ce sous-marinier, mais elles délivrent un point de vue singulier sur la séparation des Églises et de l’État.

Continuer la lecture de Les obsèques de Fortuné Guézel, sous-marinier sur le Lutin

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn