Archives par mot-clé : Particulier

Quelques réflexions sur l’indexation collaborative à partir de la prosopographie d’un régiment dans la Grande Guerre

J’ai eu l’honneur et le privilège d’être invité par la Caverne du Dragon et F. Viltart à participer à une journée d’études intitulée 14-18 sur le web : Archives en ligne & généalogie. À cette occasion, j’ai pu revenir sur l’expérience accumulée au cours de ma thèse sur deux types d’archives, la fiche de mort pour la France d’une part, la fiche matricule de recrutement d’autre part. Ceci m’a permis de revenir sur le manque fondamental d’intérêt que porte l’histoire académique à ces sources, la discipline tendant à privilégier l’histoire de la guerre au détriment de celle des armées. Dès lors, il n’est pas étonnant que l’indexation collaborative – celle engagée par le défi 1 jour 1 poilu pour les fiches de morts pour la France mais aussi les programmes en cours se rapportant aux fiches matricules de recrutement – échappe complètement à la recherche universitaire, quand bien même celle-ci se piquerait d’humanités dites numériques. Pourtant, il y a là une pratique nouvelle qui, à mon humble avis, doit intéresser les sciences sociales bien au-delà des éventuelles retombées historiographiques qu’il y a en attendre.

Continuer la lecture de Quelques réflexions sur l’indexation collaborative à partir de la prosopographie d’un régiment dans la Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Pierre-Louis Béchet et l’illusion biographique

Principalement connu grâce à un article de F. Mosser publié en 1972 dans les Bulletins de la Société polymathique du Morbihan, Pierre-Louis Béchet est une figure originale qui montre, dans le sillage des récents travaux de L. Le Gall, quel peuvent être les échos de la Commune dans un département comme le Morbihan[1]. Loin de la vulgate identitaire indexée sur Conlie, c’est en effet le reflet d’un département – et plus largement d’une péninsule armoricaine – pleinement connecté et intégré au monde de 1870-1871 qui émerge de cet itinéraire personnel, parcours de vie où se mêlent ascension sociale et, sans doute, maturation des idées politiques. Des trajectoires pas nécessairement évidentes à démêler pour l’historien et qui rappellent combien l’approche biographique peut en effet s’apparenter à « l’illusion » jadis décrite par P. Bourdieu[2].

Continuer la lecture de Pierre-Louis Béchet et l’illusion biographique

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Les temps des sorties de guerre

Que la question des sorties de guerre soit complexe relève truisme. Si la thèse aujourd’hui classique de B. Cabanes a véritablement inventé ce champ d’études, en prenant appui sur la Première Guerre mondiale, elle ne l’a nullement circonscrit, bien au contraire[1]. Le problème du temps, ou plus précisément des temps, reste ainsi entier. Si la sortie de guerre est une rupture avec le temps du conflit, l’entrée en paix ne renoue pas nécessairement avec la continuité ante bellum espérée par les acteurs et c’est précisément cette articulation qui continue à constituer un sacré défi à la discipline historique[2]. D’où l’intérêt de ce passionnant ouvrage collectif dirigé par M. de Oliveira, M. Derrien et E. Julien, volume d’actes d’un important colloque tenu à Lille en juin 2019 et publié dans l’excellente collection « War Studies » des Presses universitaires du Septentrion[3]. Particulièrement stimulantes, les riches contributions réunies dans ce livre invitent à de nombreux prolongements. C’est du reste précisément de quoi il s’agira dans cette rapide recension qui se focalisera, conformément à la ligne éditoriale de ce carnet de recherche, sur un espace particulier, la péninsule armoricaine.

Continuer la lecture de Les temps des sorties de guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Affiche du Ministère de la Défense pour le 50e anniversaire de la Libération de la France et des débarquements, 1944-1945 par Félix Molinari (détail). Collection particulière.

À propos d’histoire environnementale de la Libération

Le mois d’août est celui où, l’espace de quelques heures, on se replonge en 1944, le temps de la commémoration de la Libération de la Bretagne par les troupes américaines pendant la Seconde Guerre mondiale[1]. Mais l’histoire n’est pas la mémoire et pour légitime que soit ce sincère recueil, il importe de rappeler que dans la péninsule armoricaine le conflit ne s’arrête pas lors de l’été 1944 et dure en réalité beaucoup plus longtemps. On pense bien entendu aux deux poches allemandes de Lorient et Saint-Nazaire qui ne se rendent qu’en mai 1945, c’est-à-dire à l’époque ou rentrent d’Allemagne prisonniers, requis du travail forcé et déportés ayant eu la chance de survivre au système concentrationnaire nazi. Mais il est une autre réalité dont la mémoire collective peine à prendre conscience : si pour les Bretons et les Bretonnes la guerre dure, c’est que les troupes, y compris libératrices, restent pendant des mois après la Libération en garnison dans la région. Et cette présence n’est pas sans conséquences sur l’environnement. C’est ce que rappellent avec acuité quelques précieux documents conservés aux Archives municipales de Pontivy, dans le Morbihan[2].

Continuer la lecture de À propos d’histoire environnementale de la Libération

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une riche monographie départementale

La synthèse que J. Martin consacre aux excellentes éditions À l’ombre des mots relève d’une démarche dont on ne peut que regretter qu’elle ne soit pas plus en vogue tant elle est utile : une monographie du département des Côtes-du-Nord au XIXe siècle, exercice qui n’avait pas été mené depuis… 1926 ! (p. 11)[1] C’est dire s’il y a à apprendre dans ce volume, y compris pour qui s’intéresse au fait militaire et guerrier. Si celui-ci ne constitue pas le sujet premier de ce livre, le fait est que cet ouvrage y fait régulièrement référence, ce qui par ailleurs confirme sa centralité.

Continuer la lecture de Une riche monographie départementale

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Barbelés dans le bois de Remières, au nord-est de Seicheprey, en Meurthe-et-Moselle (détail). La Contemporaine : VAL 153/061.

Le barbelé pour saisir la guerre dans sa complexité temporelle

L’histoire du barbelé en Grande Guerre est connue et il n’est vraisemblablement pas utile d’y revenir ici : tant son emploi que ses conséquences sur les opérations sont désormais bien appréhendés par l’historiographie[1]. F. Cochet, à qui l’on doit le concept de « système-tranchées », a d’ailleurs synthétisé récemment, et en quelques mots seulement, toute la complexité du warfare qui se développe sur le front ouest lors du premier conflit mondial : « entre la fin de l’année 1914 et le printemps 1918, la guerre connaît une situation militaire paradoxale : elle se technologise sans cesse mais, malgré cette sophistication technologique croissante, elle ne parvient pas à sortir des tranchées »[2]. C’est cette réalité d’un fil barbelé qui résiste à l’artillerie toujours plus puissante, aux gaz, aux chars d’assaut ou encore aux lance-flammes et aux mitrailleuses, que je souhaite interroger ici mais moins pour ce que cette ronce métallique dit du champ de bataille que pour ce qu’elle trahit des multiples temporalités qui régissent le fait militaire. Pour cela, j’opérerai en trois temps, d’abord celui de l’individu, puis celui des sociétés belligérantes avant, enfin, d’appréhender la simultanéité des couches chronologiques.

Continuer la lecture de Le barbelé pour saisir la guerre dans sa complexité temporelle

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Sortie d’un Petit guide chez Pierre de Taillac

C’est avec un grand bonheur que je vous annonce la parution, aux Éditions Pierre de Taillac, d’un Petit guide pour mener votre propre enquête et retrouver vôtre ancêtre poilu composé avec François Cochet et préfacé par Antoine Prost. Derrière ce titre technique, et faussement naïf, se cache une sorte de manuel destiné au plus large public : généalogistes débutants désireux de partir sur les traces d’un aïeul ayant combattu dans les tranchées mais aussi étudiants soucieux de bénéficier d’une approche de la séquence 1914-1918 par les archives. Richement illustré et proposé à un tarif que nous avons souhaité le plus abordable possible, ce volume fait le pari de la transmission et de l’éducation populaire. C’est du reste sans doute pour cela qu’il a bénéficié du soutien actif du Mémorial de Verdun et du Musée de la Grande Guerre de Meaux.

Continuer la lecture de Sortie d’un Petit guide chez Pierre de Taillac

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

César Chabrun, député de la Mayenne, 1932. Gallica / Bibliothèque nationale de France: Agence Rol / Wikicommons.

La Grande Guerre comme rupture ? A propos de César Chabrun

Curieux éditorial que celui que fait paraître le 17 juillet 1920, en première page de L’Ouest-Éclair, le député mayennais, et blessé de guerre, César Chabrun[1]. Un an presque jour pour jour après le traité de Versailles, ce texte montre combien la situation est alors encore trouble, périlleuse. Dans cet immédiat après-guerre, alors que les poilus sont démobilisés depuis bientôt plus d’un an, la rupture avec le conflit n’est pas si nette qu’il pourrait y paraître de prime abord tant le destin de la Russie, et la crainte d’une propagation de la révolution bolchevique, est dans tous les esprits, et notamment dans celui de ce parlementaire. D’ailleurs, cet article jouxte un compte rendu de « l’offensive russe contre la Pologne », illustration de cette « plus Grande Guerre » qui vient considérablement dilater les chronologies et brouiller les cartes[2]. Ce député en est d’ailleurs une bonne illustration puisque son expérience combattante, bien que brève, doit se comprendre dans une certaine forme de continuité du service de la Nation. Pourtant, il importe de ne pas faire abstraction de la perspective diachronique : si maintes permanences s’observent sur le temps long, l’Histoire – contrairement à ce que suggère l’adage populaire – ne se rejoue jamais et l’époque ne saurait être comparée à celle que l’on a qualifiée, rétrospectivement, de « Belle »[3]. Un paradoxe qui dit la grande complexité du moment, et tout l’intérêt qu’il y a à interroger la Grande Guerre sous l’angle de la rupture, ce que j’aurai l’occasion de faire lors d’un colloque international organisé par l’Université catholique de l’Ouest et qui se tiendra à Angers les 19 et 20 mai prochains.

Continuer la lecture de La Grande Guerre comme rupture ? A propos de César Chabrun

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Intertextualités des combattants juvéniles de la Grande Guerre

Au sujet des travaux faisant référence sur l’enfance en Grande Guerre on, connaît bien entendu les recherches de Manon Pignot[1]. Il faudra désormais ajouter à ce corpus bibliographique le remarquable ouvrage que D. Aranda consacre aux combattants juvéniles dans la littérature française entre 1914 et 1918, volume qui dépasse d’ailleurs très largement le cadre de son objet en en soulignant toute la complexité[2]. Là est d’ailleurs un point qu’il convient de souligner d’emblée puisque, relevant pour l’essentiel de la littérature populaire (p. 5), ces figures romanesques ne constituent pas nécessairement un sujet d’enquête dont la légitimité va de soi. Avec ce livre, l’auteur – maître de conférences en langue et littérature française à l’Université de Nantes – lui redonne ses lettres de noblesse et, mieux, en rappelle toute la portée heuristique. En effet, loin d’être considérée en vase clos, cette figure littéraire du combattant juvénile est appréhendée par une constante intertextualité qui constitue, par bien des égards, une fort convaincante leçon de méthode.

Continuer la lecture de Intertextualités des combattants juvéniles de la Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une histoire méthodique d’Alliance

Osons ici l’idée qu’il y a des histoires plus difficiles que d’autres à écrire, celle des organisations clandestines et notamment des réseaux de Résistance comptant assurément parmi les plus ardues. C’est précisément le sentiment qui reste dans la bouche du lecteur après avoir lu les plus de 600 pages de la monographie d’Alliance que G. Caraes publie aux Editions Ouest-France, volume touffu et dense qui ne manquera pas d’être utile aux historiens de la Seconde Guerre mondiale, aux prosopographes en particulier, mais qui peinera sans doute à dépasser le statut – déjà fort honorable par ailleurs – de précieux outil de travail[1].

Continuer la lecture de Une histoire méthodique d’Alliance

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De la biopsie en histoire

J’ai eu la chance de rencontrer C. Dhennin-Lalart à l’automne 2014, lors d’un colloque organisé par R. Porte, D. Barjot et F. Cochet pour la Commission française d’histoire militaire. Elle était à quelques semaines de soutenir sa thèse, et nous avions échangé quelques mots alors que je débutais la mienne. Sa démarche me semblait absolument passionnante : prendre une toute petite partie du front – en l’occurrence le pays de Weppes, en Flandre française – et l’étudier le plus finement possible, des deux côtés du no man’s land. Pour qui s’intéresse aux variations d’échelles en histoire, il y avait là la réalisation concrète d’une belle idée trop rarement mise en œuvre, la biopsie[1]. C’est donc avec une réelle gourmandise que je me suis saisi du livre publié aux Presses universitaires de Rennes et tiré de ce doctorat[2]. Pourtant, mon enthousiasme a été rapidement douché en apprenant, lors de la lecture de la quatrième de couverture, la mort de l’autrice, en 2020.

Continuer la lecture de De la biopsie en histoire

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le 19e RI a désormais son Maurice Genevoix : Joseph Vincent

L’écriture de l’histoire est impossible sans archives. Ceci implique que celles et ceux qui s’adonnent à cette discipline aient une grande proximité avec les archivistes, bien entendu, mais aussi avec les conservateurs de musée : autant de professions susceptibles d’alimenter la réflexion grâce à de la matière première inédite. On sait d’ailleurs que ces deux corps de métiers répondent, aux côtés des enseignants-chercheurs, à la définition de l’historien « de métier » telle que posée par P. den Boer[1]. Il est toutefois une autre profession à qui les historiens, et notamment ceux de la Première Guerre mondiale, doivent énormément, c’est celle d’éditeur. Que serait en effet l’historiographie de la séquence 1914-1918 sans les milliers de témoignages qui, publiés dans le sillage des carnets de Louis Barthas, sont venus alimenter de vives controverses sur le statut du témoin, réactivant soit dit en passant les polémiques initiées à partir de la fin des années 1920 par Jean-Norton Cru ? Pas grand-chose assurément. Parmi ces éditeurs passionnés, militants de la mémoire mais aussi acteurs essentiels de la discipline historique, il y a Yann Prouillet, fondateur et directeur d’Edhisto, une belle maison dotée d’un riche catalogue et qui continue, contre vents et marées, à sortir des nouveautés intéressant la Grande Guerre… mais aussi la Bretagne. Tel est le cas de ce volume de textes dus à Joseph Vincent, vosgien passé par le 106e RI et le 19e RI[2].

Continuer la lecture de Le 19e RI a désormais son Maurice Genevoix : Joseph Vincent

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Collecter, collectionner, conserver

J’aurai la chance de participer le 4 mai 2021 au 145e congrès du Comité des travaux historiques et scientifiques, qui devait initialement se dérouler l’année dernière à Nantes mais qui a dû être reporté pour causes de contraintes sanitaires, et qui aura finalement lieu en ligne du 4 au 7 mai 2021. Le thème de cette édition est « Collecter, collectionner, conserver », ce qui renvoie autant aux pratiques des archivistes et bibliothécaires – influence de l’École des Chartes oblige – qu’à celles des conservateurs de musées ou des particuliers. Surtout, l’éventail des artefacts considérés est immense, ce qui par ricochet renvoie à une infinie gamme de comportements. Pour ma part, j’interviendrai pour le compte de Bretagne Culture Diversité dans le cadre d’une séance interrogeant le devenir des collections à l’ère du numérique, propos qui sera essentiellement centré sur le portail Bretania.

Continuer la lecture de Collecter, collectionner, conserver

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn