Archives par mot-clé : Nantais

La chanteuse Fély Clement, de l'opéra de Boston, drapée dans la bannière étoilée. Library of Congress: LC-B25546.

Les Consuls des États-Unis en Bretagne pendant la Grande Guerre

L’historien Y.-H. Nouailhat a montré combien les autorités présentes le 26 juin 1917 pour accueillir les premiers éléments du corps expéditionnaire américain débarquant en France sont réduites à la portion congrue : le secrétaire général de la préfecture de Loire-Inférieure, le sous-préfet de Saint-Nazaire et un officier de Marine[1]. Le secret entourant cette opération, qui est imposé par la guerre sous-marine « à outrance » décrétée par les Allemands, explique à bien des égards la modestie de cette délégation. Mais on reste toutefois étonné par l’absence d’autorités consulaires en ce jour marquant la véritable entrée des États-Unis dans la dimension militaire du conflit[2]. On pourra toujours rétorquer que la représentation américaine fait défaut dans le port de l’estuaire de la Loire. Il faut en effet attendre le 12 septembre 1917 pour que le Département d’État installe à Saint-Nazaire un consulat, tenu par deux hommes précédemment en poste à Nantes, le consul de VIIe catégorie Milton Beckwith Kirk et son adjoint le vice-consul Arthur L.V. Hutt, un sujet britannique[3]. Quelques semaines plus tard, le 30 novembre 1917, le consul de VIIIe catégorie Sample B. Forbus arrive pour sa part à Brest, où il prend la suite d’un agent consulaire de nationalité française, mais ayant officié aussi pour le compte de l’Italie, Alfred Pitel[4]. S’il est faux de dire que l’implication militaire des États-Unis est sans conséquence sur les représentations consulaires américaines en Bretagne, alors que la péninsule armoricaine constitue une porte d’accès essentielle des Doughboys au théâtre européen des opérations, le fait est que l’influence du conflit sur ce réseau diplomatique est sans commune mesure avec l’effort de guerre fourni par l’Oncle Sam : plus de 4 millions de mobilisés, dont 2 sont projetés sur le Vieux continent, et 114 000 morts, dont la moitié au combat[5]. Il n’est dès lors pas étonnant que les consuls soient les grands absents de l’historiographie de la présence américaine en Bretagne, même si l’histoire de ces diplomates méconnus a déjà été abordée sur ce carnet de recherche.

Continuer la lecture de Les Consuls des États-Unis en Bretagne pendant la Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Dick May, l’Orphelinat des armées et l’Union sacrée

C’est une curieuse diatribe que publie le 10 juin 1915, alors que l’armée française est engagée dans de grandes offensives en Artois et Champagne, L’Écho de Paris. Dans une tribune incisive, Maurice Barrès, homme de lettres, parlementaire, antidreyfusard engagé notamment à la Ligue des Patriotes, attaque de front l’Orphelinat des armées, œuvre destinée à venir aux enfants de poilus morts au champ d’honneur et fondée par une femme résolument engagée dans le combat social et l’éducation populaire, Dick May. L’académicien l’accuse en effet d’avoir réussi à convaincre les autorités de faire en sorte que les fonds récoltés à l’occasion de la Journée des orphelins qui doit se tenir 10 jours plus tard soient versés au bénéfice exclusif de son association, et ce au détriment d’autres œuvres comme celle « de la rue des Bons-Enfants » soutenue par l’archevêque de Paris. L’attaque frappe tant elle est particulièrement vive. Ainsi, l’Orphelinat des armées est décrit comme étant une œuvre partisane : elle « n’a pu s’entendre ni avec l’archevêque de Paris ni avec les représentants des organisations socialistes » et est à l’en croire « un groupement radical ». Or, pour Barrès, « il faut maintenir l’union sacrée autour des orphelins de la guerre, et les soustraire à la politique »[1]. Pour autant, si la posture résolument défensive est assurément un habile élément rhétorique destiné à emporter l’adhésion de l’opinion publique, celle-ci peut-elle vraiment être résumée à deux camps opposés : d’une part les partisans, d’autres part les adversaires de Dick May et de cette organisation de bienfaisance ? Autrement dit, chacun perçoit-il les logiques qui se cachent derrière cette défense (de la veuve et) de l’orphelin ? Car, si la presse est une source d’autant plus utile à l’historien qu’elle est de plus en plus aisément accessible, l’archive n’en demeure pas moins biaisée et impose, en conséquence, un certain nombre de précautions d’emploi[2]. En d’autres termes, l’erreur consisterait à faire du journal, et en l’occurrence de L’Écho de Paris, le miroir exact de la société française d’alors, comme si aucun phénomène déformant – la fameuse bulle médiatique – n’opérait, comme s’il n’existait de surcroît aucune disparité territoriale entre la capitale d’une part, la péninsule armoricaine d’une autre. Or la réalité apparaît beaucoup plus complexe, ne serait-ce que parce que la presse dite parisienne est lue en Bretagne, mais dans une proportion qu’il est toutefois difficile d’apprécier tant les archives sont elliptiques à ce propos. Il serait donc tout aussi absurde de postuler deux espaces publics hermétiques, sans sujets communs. Dès lors, s’intéresser à la polémique lancée par Maurice Barrès en juin 1915 contre Dick May, c’est d’une certaine manière tenter d’apprécier la géographie de cette désunion sacrée qui par bien des égards caractérise la société française de 1914-1918, population mue par l’impératif catégorique de défense de la patrie même si cette morale ne saurait arraser toutes les lignes de fractures et empêcher les acteurs de continuer à protéger, voire maximiser, leurs intérêts propres[3].

Continuer la lecture de Dick May, l’Orphelinat des armées et l’Union sacrée

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Un chantier à rouvrir : Châteaudun (18 octobre 1870)

Maître de conférences associé en droit social à l’Université Paris-Descartes, P.-H. Zaidman fait paraître chez L’Harmattan une histoire de la bataille de Châteaudun qui a tout pour susciter l’appétit du lecteur[1]. Haut fait d’armes de la guerre de 1870, celle-ci est aujourd’hui plus connue pour son halo mémoriel qu’autre chose et un retour aux sources, à la manière de la nouvelle histoire du fait guerrier qui se pratique depuis le tournant des années 2000, est une perspective qui ne peut que réjouir. Las, juriste, l’auteur n’est pas historien et c’est en réalité un récit « fifres et tambours » pour reprendre les termes de J. Keegan, en quelque sorte pré-Anatomie de la bataille, qui nous est livré[2]. Les citations ne sont pas sourcées et encore moins mise en perspective, ce qui n’est bien entendu pas sans poser certains problèmes quant à la scientificité de ce volume[3]. Si la déception est réelle, cela ne signifie pas pour autant qu’il n’y a rien à retirer de ce petit livre dont une des qualités est de rappeler qu’il y a là, à l’évidence, un sujet qui mérite d’être sérieusement réexaminé.

Continuer la lecture de Un chantier à rouvrir : Châteaudun (18 octobre 1870)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Royale comme niche parlementaire

Tiré d’une thèse de doctorat entreprise à l’Université de Bretagne-Sud sous la direction de G. Le Bouëdec, le livre que Sébastien Nofficial fait paraître aux Presses universitaires de Rennes participe d’une histoire politique du militaire aussi stimulante que riche en perspectives de renouvellement des connaissances[1]. Au terme d’une démonstration convaincante, l’auteur montre combien le Parlement peine à réformer la Royale à la suite de la guerre de 1870, ce qui, de facto, pose la question de la domination du pouvoir civil sur le militaire. Une lecture certes technique, et parfois même aride, mais qui s’imposera à toute personne dont les travaux portent sur la France de la première partie de la IIIe République.

Continuer la lecture de La Royale comme niche parlementaire

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le département de Loire-Inférieure (détail). Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.6408.

L’état de siège dans les faits (octobre 1918)

Bien que supprimé le 1er septembre 1915, l’état de siège, qui avait été décrété le 2 août 1914, est rétabli en Loire-Inférieure le 6 juillet 1917, afin notamment de prémunir contre l’espionnage les opérations de débarquement du corps expéditionnaire américain[1]. Celui-ci est ensuite étendu en février 1918 à tout l’arc Atlantique, de l’arrondissement de Brest à celui de Dax en passant par les îles du Ponant, de Ré et d’Oléron, mesure qui là encore doit être à rapprocher de l’intensification du flux de Doughboys arrivant en France[2]. Cette disposition prend fin en octobre 1919[3]. Il est néanmoins difficile de se faire une idée exacte des conséquences de cette proclamation de l’état de siège. Les archives départementales de Loire-Atlantique conservent un certain nombre de documents exigeant la surveillance des nomades ou au contraire refusant le séjour de détenus en liberté conditionnelle au nom précisément de cette disposition juridique. Mais on sait la pression démographique très forte sur les forces de police, puisque nombreux sont les agents à être envoyés au front, celui-ci réclamant, toujours ou presque, plus d’hommes, et nombreuses sont les archives témoignant de ce qu’elles parviennent difficilement à remplir leur mission. Aussi, la portée réelle d’un certain nombre d’opérations de police demeure-t-elle délicate à évaluer. L’édition diffusée en France du 31 octobre 1917 du Chicago Tribune fait par exemple état d’une descente de police dans les locaux de l’Action française à Nantes : faut-il voir là une conséquence directe de l’état de siège et de la surveillance d’un groupe non seulement volontiers xénophobe mais qui pourrait par la même occasion se montrer hostile au corps expéditionnaire levé par les États-Unis, une république ?[4] Je ne suis pour l’heure pas en mesure de répondre à cette question qui se pose avec d’autant plus d’acuité que l’on n’ignore encore une fois pas que ces services, de même que ceux des pompiers comme le rappelle l’incendie qui ravage une boulangerie du centre de Rennes en décembre 1916, sont en sous-effectifs chroniques pendant le conflit[5]. Tant les pertes au front, et la nécessité de combler les vides dans les rangs, que la chasse aux embusqués conduit à largement réduire les effectifs des commissariats. C’est précisément ce que montre l’incident qui se survient à Nantes, le 9 octobre 1918 : arrivé de l’Oise, un train transportant 500 prisonniers militaires, des individus de nationalité française donc et non pas des soldats allemands ou austro-hongrois capturés – entre en gare. Mais, alors que les wagons ne sont placés sous la surveillance que de quelques gendarmes, les détenus en profitent pour descendre des compartiments et gagnent la ville. À en croire les archives policières, les seules à notre disposition, il en a résulté un certain désordre et quelques vols[6]. Sans doute n’y a-t-il rien de bien remarquable dans ce fait divers ; sauf à perdre de vue qu’il correspond finalement assez mal avec l’idée que l’on peut se faire d’un espace placé sous l’état de siège.

Continuer la lecture de L’état de siège dans les faits (octobre 1918)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Les temps des sorties de guerre

Que la question des sorties de guerre soit complexe relève truisme. Si la thèse aujourd’hui classique de B. Cabanes a véritablement inventé ce champ d’études, en prenant appui sur la Première Guerre mondiale, elle ne l’a nullement circonscrit, bien au contraire[1]. Le problème du temps, ou plus précisément des temps, reste ainsi entier. Si la sortie de guerre est une rupture avec le temps du conflit, l’entrée en paix ne renoue pas nécessairement avec la continuité ante bellum espérée par les acteurs et c’est précisément cette articulation qui continue à constituer un sacré défi à la discipline historique[2]. D’où l’intérêt de ce passionnant ouvrage collectif dirigé par M. de Oliveira, M. Derrien et E. Julien, volume d’actes d’un important colloque tenu à Lille en juin 2019 et publié dans l’excellente collection « War Studies » des Presses universitaires du Septentrion[3]. Particulièrement stimulantes, les riches contributions réunies dans ce livre invitent à de nombreux prolongements. C’est du reste précisément de quoi il s’agira dans cette rapide recension qui se focalisera, conformément à la ligne éditoriale de ce carnet de recherche, sur un espace particulier, la péninsule armoricaine.

Continuer la lecture de Les temps des sorties de guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

A Vannes, rue de la Monnaie. Carte postale (détail), collections Musée de Bretagne : 2017.0000.6063.

Quelques prix relevés sur les marchés bretons de l’Année terrible

Chacun le sait, la presse est une archive d’une incomparable richesse. Même en période de conflit, où elle est d’autant moins libre qu’elle doit bien souvent faire face à des restrictions de papier, elle est une source incontournable. Parmi les nombreuses rubriques qui s’offrent à la sagacité historienne, une, à première vue parfaitement anodine et indigne d’intérêt, a attiré mon attention : la mercuriale, à savoir le relevé des cours des denrées vendues sur les marchés. Présentes relativement régulièrement tout au long de la période, ces données autorisent d’intéressantes réflexions sur le coût de la vie dans la péninsule armoricaine au cours de l’Année terrible[1].

Continuer la lecture de Quelques prix relevés sur les marchés bretons de l’Année terrible

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Gardes mobiles (1868), image d'Epinal (détail). Collection Musée de Bretagne : 2013.0000.120.

A la recherche de l’invisible vétéran : Léon Jamin

Léon Jamin n’est probablement pas le plus connu des hommes politiques nantais. Né à Angers le 27 janvier 1845 et décédé le 20 janvier 1920 en cette même ville, il est pourtant une figure marquante de la Cité des Ducs. Centralien, capitaine d’industrie, conseiller municipal puis adjoint au maire de 1888 à 1919, Président du Conseil général de Loire-Inférieure de 1898 à 1919 et officier au 29e régiment de mobiles du Maine-et-Loire pendant la guerre de 1870, Léon Jamin est assurément l’homme de plein de vies. Mais le fait est que son engagement au cours de « l’année terrible » n’est quasiment jamais mentionné par les nombreuses nécrologies qui sont publiées à son décès. Il est vrai que sa mort, subite, prend manifestement les rédactions de court. Toutefois, il semble que cette amnésie n’est pas que la conséquence des contraintes journalistiques liées à son décès mais témoigne au contraire d’une page qui se tourne et, pour le dire autrement, du refroidissement (définitif ?) de la mémoire de la guerre de 1870[1].

Continuer la lecture de A la recherche de l’invisible vétéran : Léon Jamin

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De l’incapacité de 1870 à dire le monde de 1920

La scène se passe à Quimper, en la caserne La Tour d’Auvergne, où les vétérans de la guerre de 1870 se réunissent le 12 septembre 1920 pour leur congrès annuel. Comme un passage de témoin obligé d’une génération du feu à l’autre, le président de l’amicale, « en ouvrant la séance, […] dit que sa première parole sera pour exprimer au colonel Dizot, la fierté qu’éprouvent les vétérans en le voyant prendre place parmi eux et le remercie de la sympathie qu’il professe pour les vieux combattants de 1870 »[1]. On pourra toujours arguer d’une forme de courtoisie entre officiers, il n’en demeure pas mois que le symbole est très fort : le lieutenant-colonel Roudière, engagé volontaire fait prisonnier à Metz, rend hommage à l’officier commandant alors le 118e RI, régiment tenant garnison à Quimper et s’étant couvert de gloire pendant la Grande Guerre[2]. En d’autres termes, le vaincu d’hier s’incline devant le vainqueur du moment. En quelques mots est ainsi résumée toute l’ambiguïté du souvenir de la guerre de 1870 cinquante ans plus tard, au lendemain de la Grande Guerre[3]. Si celui-ci peine à s’imposer en 1920-1921, c’est bien entendu parce qu’il est occulté par le « souvenir écran » des tranchées[4]. Mais il n’y a pas que le poids des morts, des blessés – pour ne citer qu’un exemple, l’association des mutilés du canton de Malestroit revendique, à elle seule, en septembre 1920 pas moins de 350 membres[5]  – des veuves, bref du deuil, pour expliquer cette situation. La mémoire est l’outil politique du temps présent et si le souvenir de la guerre de 1870-1871 peine à s’imposer en ce début des années 1920, c’est qu’il échoue à dire le monde d’alors.

Continuer la lecture de De l’incapacité de 1870 à dire le monde de 1920

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn