Archives par mot-clé : Monument aux morts

Photographie publiée dans l'édition du 17 juillet 1939 de L'Ouest-Eclair et légende ainsi : "Les gymnastes défilent devant la tribune officielle".

Gymnastique, musique et nationalisme banal à Vitré (juillet 1939)

Conservé par la Cinémathèque de Bretagne, le film d’un certain Guiot – artiste dont on ignore par ailleurs tout – intitulé « Revue locale cinématographique – Vitré Guiot – 1939 » nous offre une passionnante plongée dans l’édition 1939 du « Concours de gymnastique et de musique » organisée en cette ville. Il s’agit d’une archive d’un grand intérêt qui nous montre combien l’armée en tant qu’institution est présente dans la vie quotidienne des Bretons d’alors, l’institution participant d’un véritable « nationalisme ordinaire». Forgé par le sociologue anglais M. Bilig, ce concept n’a été que peu mobilisé par la discipline historique alors que, manifestement, il est riche de nombreuses promesses[1]. En effet, le « nationalisme ordinaire » n’est pas celui qui s’exprime dans les pages de L’Action française ou que l’on pourrait observer, par exemple, à l’occasion d’une réunion des Croix de feu[2]. C’est celui beaucoup plus discret de rues pavoisées, de porte-drapeaux de clubs sportifs, de membres de sociétés de tir et de préparation militaire et bien entendu d’une musique régimentaire défilant clairons et tambours en tête… Soit autant d’éléments clairement identifiables dans le film de Guiot conservé à la Cinémathèque de Bretagne. Dans ce cadre, et c’est pour cela que le concept forgé par M. Bilig offre un cadre particulièrement stimulant de réflexion, l’institution militaire tient bien évidemment un rôle essentiel. Certes, ceci n’a rien d’étonnant quand on sait que, dans cette seconde moitié des années 1930, même une bien innocente Fête des fleurs accorde une place éminente à l’uniforme. Pour autant, ici, à Vitré, le contexte influe assurément sur l’événement, jusqu’à lui conférer une portée mobilisatrice qui en fait un objet d’histoire particulièrement intéressant.

Continuer la lecture de Gymnastique, musique et nationalisme banal à Vitré (juillet 1939)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Couverture du troisième numéro de Sao Breiz (détail). Collection particulière.

Sao Breiz : au-delà des clichés bretons

L’association Sao Breiz, qui prend à partir du 18 juillet 1942 la succession de Fidel Armor, regroupe pendant et après la Seconde Guerre mondiale un certain nombre de Bretons de la France libre[1]. Cette institution n’est pas inconnue et a notamment été mise largement à contribution lorsqu’il s’est agi pour certains d’écrire l’histoire de la « conscience bretonne » en Seconde Guerre mondiale, tout du moins lorsque celle-ci était investie aux côtés de la Résistance[2]. Bien évidemment, une telle approche n’a pas été sans susciter un certain nombre de polémiques. C’est néanmoins sur un autre terrain que nous souhaiterions nous situer dans le cadre de ce billet, celui d’une approche fonctionnaliste tendant à objectiver cette dimension régionale dans le but de la resituer dans un cadre à la fois spatial et chronologique plus vaste.

Continuer la lecture de Sao Breiz : au-delà des clichés bretons

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Affiche de propagande soviétique : « Voilà comment mettre fin aux idées des maîtres. Longue vie à la Pologne soviétique ! » (1920). Wikicommons.

4 septembre 1920 : la mémoire pour dire le monde présent ?

Il y a bien des manières d’expliquer le silence qui entoure les commémorations du cinquantième anniversaire de la guerre de 1870. Il y a tout d’abord le contexte et notamment ce terrible poids de la Première Guerre mondiale : un deuil dont on peine aujourd’hui à prendre la mesure, des séquelles psychologiques que les archives ne dévoilent qu’avec parcimonie[1]. A n’en pas douter, en 1920, la séquence 1914-1918 agit à la manière d’un voile opaque occultant « l’année terrible » 1870-1871[2]. Mais il y a, à n’en pas douter, d’autres logiques à l’œuvre pour expliquer cette amnésie collective. La mémoire étant l’outil politique du temps présent, tout pousse en effet à ausculter 1870 sous l’angle d’une référence historique devenue inutile car très largement incapable de dire le monde de 1920. C’est en tout cas ce que suggère La Croix des Côtes-du-Nord datée du 5 septembre 1920.

Continuer la lecture de 4 septembre 1920 : la mémoire pour dire le monde présent ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale publicitaire. Musée de Bretagne: 980.0051.759.

4-5 septembre 1920 : Carhaix célèbre la République

La ville de Carhaix est l’une des rares communes bretonnes à célébrer le cinquantième anniversaire de la République, le 4 septembre 1870. Organisées par le comité des fêtes présidé par un certain « M. Portellec », les réjouissances constituent un intéressant objet de réflexion pour l’historien, ne serait-ce que parce qu’elles s’insèrent dans une actualité commémorative particulièrement dense. En effet, quelques jours plus tard, le 26 septembre 1920, c’est son monument aux morts de la Grande Guerre que la commune finistérienne inaugure en grandes pompes[1]. Une concordance des temps qui, bien entendu, n’est pas sans interroger.

Continuer la lecture de 4-5 septembre 1920 : Carhaix célèbre la République

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

A propos du projet Testaments de poilus

Quiconque s’intéresse aux guerres et, de manière plus générale, au fait militaire, ne peut faire l’économie d’une réflexion sur la mort. Celle-ci peut être envisagée comme le risque dont la troupe essaye de se prémunir, comme la conséquence d’une insuffisante maîtrise du combat, mais également comme la justification de pratiques culturelles invitant à des approches pluridisciplinaires piochant dans les acquis de l’anthropologie ou de l’histoire de l’art. De ce point de vue, l’historiographie de la Grande Guerre est particulièrement féconde et on peut citer à ce propos le stimulant volume collectif paru aux Presses universitaires de Rennes en 2016 sous la direction d’I. Homer et E. Penicault ou la récente synthèse de Y. Lagadec sur les monuments aux morts des Côtes d’Armor[1]. Dans une perspective chronologique plus vaste, on pourra renvoyer au formidable Nos morts publié au début des années 2000 par L. Capdevila et D. Voldman[2]. C’est dire donc s’il s’agit là d’un sujet déjà largement balisé par la recherche en sciences humaines et sociales. Pourtant, il reste en la matière encore bien des choses à découvrir, comme le rappelle le stimulant projet intitulé Testament de poilus.

Continuer la lecture de A propos du projet Testaments de poilus

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

2020 : retrouver Stéphane Audoin-Rouzeau ?

Nous ne saurions trop conseiller ce recueil d’articles de l’historien S. Audoin-Rouzeau, série de textes méconnus opportunément publiée par les Editions du Félin[1]. Car en permettant de (re)découvrir des articles anciens, publiés dans des catalogues d’exposition, diffusés en allemand ou en espagnol et donc trop souvent sortis des radars bibliographiques, voire même en donnant à lire des textes inédits, ces « petits sujets sur la violence de guerre » permettent de revenir sur l’œuvre d’un intellectuel important et dont la pensée dépasse de très loin le strict cadre de la discipline historique. Comme une sorte de bilan devenu nécessaire dans la mesure où, de l’aveu même de l’auteur, « s’achève un parcours de recherche rendant inévitable un bref retour sur le travail accompli, au moment où l’on dresse l’inventaire des forces et des faiblesses d’une proposition scientifique étendue sur quarante années et touchant nécessairement à son terme » (p. 8).

Continuer la lecture de 2020 : retrouver Stéphane Audoin-Rouzeau ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L'USS Badger dans les années 1930. Wikicommons.

Quand les Américains débarquent à Saint-Nazaire… en 1939

A partir du 3 août 1939, le port de Saint-Nazaire accueille une escadre américaine composée du croiseur de 7 000 tonnes USS Trenton et des torpilleurs de 1 100 tonnes USS Jacob Jones et USS Badger[1]. 20 ans après le départ des derniers Doughboys[2], une telle escale constitue un passionnant objet d’histoire permettant d’appréhender, certes, cet aspect de la mémoire de la Grande Guerre mais aussi quelques-unes des permanences du rapport qu’entretient le port de l’estuaire de la Loire à l’Oncle Sam. Y compris en cet été 1939 pendant lesquels s’amoncellent bien des nuages sombres…

Continuer la lecture de Quand les Américains débarquent à Saint-Nazaire… en 1939

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Un dossier encore en instruction : les monuments aux morts de la Grande Guerre

Lorsque les historiens professionnels et amateurs ont, pour ce que je peux savoir à l’échelle de la Bretagne, commencé à réfléchir au début des années 2010 au centenaire de la Première Guerre mondiale, l’approche par les monuments aux morts est apparue quasi immédiatement comme évidente : non seulement ces édifices symbolisent le conflit mais ils constituent un objet d’histoire souvent jugé, et à tort du reste, assez facile d’accès. Pourtant, si la séquence 2014-2018 a vu la publication d’un nombre impressionnant de travaux, universitaires ou non, et de monographies locales, ce sont avant tout les correspondances de poilus, les fiches de morts pour la France et les fiches matriculaires du recrutement qui ont servi de matériau de base. En conséquence, les monuments aux morts n’ont pas bénéficié de l’attention à laquelle on aurait pu s’attendre à l’occasion de ce centenaire. D’où l’intérêt de l’excellent volume que publie aux éditions A l’ombre des mots Y. Lagadec, enquête fouillée et minutieuse portant sur le département des Côtes d’Armor[1].

Continuer la lecture de Un dossier encore en instruction : les monuments aux morts de la Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Oeuvre d'Auguste Nayel (détail). Archives Elisabeth Loir-Mongazon.

D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918

Sur une invitation de la Région Bretagne, j’ai eu le plaisir de donner le 23 septembre 2020, au Ti Ar Vro de Saint-Brieuc et dans le cadre des Journées européennes du patrimoineune conférence intitulée « D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918 ». Prenant acte d’une part du foisonnement des questionnements relatifs à la séquence 1870-1871, d’autre part des perspectives offertes par l’exploration de la chronologie ressentie, et non plus strictement diplomatique, du conflit, j’ai procédé à l’analyse de l’une de ces passerelles permettant de dérouler le fil de ces représentations mentales qui, comme en germination, semblent éclore pendant la Première Guerre mondiale. C’est le verbatim de cette conférence que je vous propose de découvrir dans les lignes qui suivent.

Continuer la lecture de D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Visuel de couverture de "Faire son deuil, construire les mémoires. Les monuments aux morts de la Grande Guerre dans les Côtes d’Armor (1914-2019)" de Yann Lagadec. Crédits: A l'ombre des mots.

Lancement de la souscription d’une somme sur les monuments aux morts de la Grande Guerre dans les Côtes d’Armor

En ces Journées européennes du patrimoine, les Editions A l’ombre des mots, dont nous avons apprécié il y a quelques semaines le stimulant volume consacré à Saint-Brieuc pendant la Seconde Guerre mondiale, lancent la souscription du prochain ouvrage de l’historien Y. Lagadec, livre consacré aux monuments aux morts de la Grande Guerre dans les Côtes d’Armor, de 1914 à nos jours : un patrimoine devenu presque invisible tellement il est commun… mais un patrimoine d’autant plus important qu’il est présent dans toutes les communes ou presque.

Continuer la lecture de Lancement de la souscription d’une somme sur les monuments aux morts de la Grande Guerre dans les Côtes d’Armor

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Débarquement de Jean IV à Dinanrd d'après Th. Busnel. Gravure utilisée par le Comité Jean IV pour exposer son projet. Musée de Bretagne: 956.0002.956.

Quand Jean IV sert (presque) à commémorer la Grande Guerre

Passionnant document que ce courrier découvert, comme à l’habitude complètement par hasard, en flânant sur les collections en partage du Musée de Bretagne[1]. Il s’agit d’une archive à notre sens méconnue et qui non seulement fait puissamment écho aux travaux de l’historienne L. Moal sur cette mémoire bretonne de la Grande Guerre matinée de Moyen-Âge mais qui, de surcroît, rappelle combien la chronologie est importante en histoire[2].

Continuer la lecture de Quand Jean IV sert (presque) à commémorer la Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn