Archives par mot-clé : Mobiles

De l’incapacité de 1870 à dire le monde de 1920

La scène se passe à Quimper, en la caserne La Tour d’Auvergne, où les vétérans de la guerre de 1870 se réunissent le 12 septembre 1920 pour leur congrès annuel. Comme un passage de témoin obligé d’une génération du feu à l’autre, le président de l’amicale, « en ouvrant la séance, […] dit que sa première parole sera pour exprimer au colonel Dizot, la fierté qu’éprouvent les vétérans en le voyant prendre place parmi eux et le remercie de la sympathie qu’il professe pour les vieux combattants de 1870 »[1]. On pourra toujours arguer d’une forme de courtoisie entre officiers, il n’en demeure pas mois que le symbole est très fort : le lieutenant-colonel Roudière, engagé volontaire fait prisonnier à Metz, rend hommage à l’officier commandant alors le 118e RI, régiment tenant garnison à Quimper et s’étant couvert de gloire pendant la Grande Guerre[2]. En d’autres termes, le vaincu d’hier s’incline devant le vainqueur du moment. En quelques mots est ainsi résumée toute l’ambiguïté du souvenir de la guerre de 1870 cinquante ans plus tard, au lendemain de la Grande Guerre[3]. Si celui-ci peine à s’imposer en 1920-1921, c’est bien entendu parce qu’il est occulté par le « souvenir écran » des tranchées[4]. Mais il n’y a pas que le poids des morts, des blessés – pour ne citer qu’un exemple, l’association des mutilés du canton de Malestroit revendique, à elle seule, en septembre 1920 pas moins de 350 membres[5]  – des veuves, bref du deuil, pour expliquer cette situation. La mémoire est l’outil politique du temps présent et si le souvenir de la guerre de 1870-1871 peine à s’imposer en ce début des années 1920, c’est qu’il échoue à dire le monde d’alors.

Continuer la lecture de De l’incapacité de 1870 à dire le monde de 1920

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Fougères et la guerre de 1870

Le Pays de Fougères est une revue d’histoire comme il en existe des centaines à travers toute la France. Sa création en 1975 – la revue est publiée jusqu’en 2008 et tire à environ 600 exemplaires – doit se comprendre dans ce contexte qui, de l’enquête de Plozévet à la multiplication des écomusées, participe d’une redécouverte du « petit patrimoine local » en réaction à une modernité indexée sur l’urbanité et vécue par bien des égards comme un déracinement. Les thématiques abordées par cette publication sont d’ailleurs très nombreuses et oscillent volontiers entre histoire et ethnologie. S’il est bien évidemment question dans ces pages du mouvement ouvrier fougerais, et plus encore chaussonnier, la revue aborde régulièrement le fait militaire et guerrier au travers d’articles sur les Première et Deuxième Guerres mondiales mais aussi sur la guerre franco-allemande de 1870-1871[1]. Ce sont ces derniers, publiés en 1985 et 1986, qui nous intéresseront plus précisément dans ce billet.

Continuer la lecture de Fougères et la guerre de 1870

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L’armée française de 1870 en ordre de bataille

L’histoire de la guerre a ceci d’ingrat qu’elle ne peut être écrite sans l’étape préalable qui consiste à connaître les armées belligérantes et les grandes batailles qui scandent les conflits. Il ne s’agit pas pour nous de plaider pour un retour à l’histoire fifre et tambours jadis dénoncée par J. Keegan ni de nier les apports décisifs apportés par l’anthropologie historique du fait guerrier[1]. Bien au contraire : l’histoire ne s’écrit plus comme cela et c’est d’ailleurs tant mieux. Pour autant, trop souvent les études sur la guerre ignorent les armées jusqu’à en perdre de vue le champ de bataille et les soldats qui le foulent, au risque d’une représentation hors-sol de l’objet étudié. Disons-le clairement : s’il ne saurait s’agir d’une fin du savoir historique, connaître la constitution des divisions et des corps d’armées, savoir où ces corps se situent précisément sur le théâtre des opérations, en connaître par ailleurs les caractéristiques en termes de déclivité ou de conditions atmosphériques, constituent autant d’étapes indispensables et malheureusement trop souvent négligées. C’est précisément pourquoi on ne peut que conseiller la lecture de l’album hors-série que le magazine Napoléon III consacrait en 2017 à l’armée de 1870-1871[2].

Continuer la lecture de L’armée française de 1870 en ordre de bataille

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn