Archives par mot-clé : Mer

Nouveaux regards sur la Grande Guerre : séminaire 2024

Alors que le crépuscule du centenaire aurait pu faire craindre un assèchement de la recherche sur la séquence 1914-1918, le réseau international de jeunes chercheurs francophones Une plus Grande Guerre rappelle opportunément que nombre de travaux très stimulants sont menés actuellement sur cette période. Il est vrai que toute histoire est contemporaine et que l’offensive russe déclenchée en Ukraine en février 2022 montre tout l’intérêt d’une meilleure compréhension d’un conflit caractérisé par la longueur, l’incertitude et l’enlisement. Il est vrai également que les archives relatives à la séquence 1914-1918 ne manquent pas, ce d’autant plus que le renouvellement des approches vient démultiplier les perspectives d’analyse. Aussi les possibilités, tant techniques grâce notamment au numérique qu’intellectuelles avec les pistes promises en particulier par les approches transnationales, sont-elles nombreuses… et particulièrement stimulantes. C’est ce dont rendra compte le séminaire organisé au premier semestre 2024 par le réseau Une plus Grand Guerre en partenariat avec l’Institut historique allemand, prolongement d’une association qui a déjà maintes fois fait ses preuves.

Continuer la lecture de Nouveaux regards sur la Grande Guerre : séminaire 2024

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L’autre Dunkerque

Publiée chez Passés Composés, cette histoire de la poche de Dunkerque pendant la Seconde Guerre mondiale proposée par M. Geagea est un livre stimulant et offrant bien des perspectives de prolongement[1]. Bien entendu, pour qui s’intéresse à l’histoire du fait militaire et guerrier en Bretagne, les comparaisons avec Lorient et Saint-Nazaire s’imposent naturellement. Mais d’autres pistes viennent rapidement à l’esprit, notamment en ce qui concerne les approches environnementales, grilles de lecture qui viennent considérablement dilater la chronologie des conflits. C’est dire s’il s’agit là d’un livre riche, dont la lecture est d’autant plus nécessaire qu’elle renvoie à des événements par bien des égards oubliés : en effet, dans la mémoire collective, Dunkerque renvoie plus au repli britannique de 1940 qu’à la résistance allemande de 1944-1945 (p. 13).

Continuer la lecture de L’autre Dunkerque

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte de Séoul (détail, 1890). MacLean Collection Map Library.

Des Bretons et de la Corée en 1866

L’expédition française menée en Corée à l’automne 1866 ne compte certainement pas parmi les faits d’armes les mieux ancrés dans la mémoire collective : ceci ne se discute même pas. Pour autant, le témoignage de la guerre de 1870, conservé au Service historique de la Défense et récemment publié, de Ferdinand Roze, fils du contre-amiral Pierre-Gustave Roze qui la mène, prouve qu’elle n’est pas complètement sans lendemain : non seulement cette descente est connue mais on lui en parle alors qu’il sert en tant fusilier-marin au fort de Montrouge, pendant le siège de Paris. Mieux encore pour ce qui nous intéresse dans le cadre de ce carnet de recherche essentiellement dédié à l’étude du fait militaire et guerrier en relation avec la péninsule armoricaine, cette affaire coréenne semble associée, au moins dans une certaine mesure, aux Bretons[1]. D’où l’idée d’essayer de mesurer ce que l’Hermine peut savoir en 1866 de cette incursion française au « Pays du matin calme ».

Continuer la lecture de Des Bretons et de la Corée en 1866

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

À propos d’institutions totales : du Mont Saint-Michel à la caserne

L’une des idées les plus communément répandues, et les plus erronées, concernant la caserne, et les mondes militaires de manière générale, est celle d’une institution totale, érigeant le séjour sous les drapeaux en sorte d’expérience carcérale. Puisée dans les travaux du sociologue américano-canadien Erving Goffman, cette affirmation postule une institution militaire coupée du monde extérieur, où les individus, comme des malades mentaux ou des détenus, sont placés en grand nombre dans des espaces confinés où ils sont astreints à des conditions de vie non seulement (très) contraignantes mais rigoureusement semblables. Si le « dressage » des hommes pour en faire de « bons soldats » est effectivement une dimension centrale de l’expérience de la caserne, le fait est que la hiérarchie est au sein des armées plus complexe, et moins verticale qu’on ne le dit trop souvent[1]. La réalité du feu moderne et la massification des forces engagées contribue ainsi grandement à diluer la chaîne de commandement d’une part, à isoler le combattant sur le champ de bataille d’autre part. C’est ce qui explique que, contrairement aux idées reçues, l’institution militaire encourage la prise d’initiative et l’autonomie des acteurs, même si ces notions se comprennent par ailleurs dans le cadre d’un strict respect de l’autorité[2]. Mais pour se convaincre que l’idée d’institution totale appliquée à la caserne, et plus encore aux conscrits et troupiers qui en seraient les victimes, ne fonctionne pas, le mieux est encore de se transporter à l’intérieure d’une de ces structures. C’est précisément ce que propose l’historien J. Halais, par ailleurs fin connaisseur du fait militaire et guerrier, avec une excellente monographie de la prison du Mont Saint-Michel parue à la fin de l’année 2022[3]. Reposant sur d’impressionnants dépouillements archivistiques, cette enquête est avant tout l’histoire d’un lieu de privation de liberté. Ce faisant, et ce malgré la rudesse, particulièrement bien détaillée, des conditions de détention – sans compter les motifs d’incarcération – c’est tout ce qui sépare la caserne d’une institution totale qui, comme par ricochet, est dépeint dans ces pages.

Continuer la lecture de À propos d’institutions totales : du Mont Saint-Michel à la caserne

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Royale comme niche parlementaire

Tiré d’une thèse de doctorat entreprise à l’Université de Bretagne-Sud sous la direction de G. Le Bouëdec, le livre que Sébastien Nofficial fait paraître aux Presses universitaires de Rennes participe d’une histoire politique du militaire aussi stimulante que riche en perspectives de renouvellement des connaissances[1]. Au terme d’une démonstration convaincante, l’auteur montre combien le Parlement peine à réformer la Royale à la suite de la guerre de 1870, ce qui, de facto, pose la question de la domination du pouvoir civil sur le militaire. Une lecture certes technique, et parfois même aride, mais qui s’imposera à toute personne dont les travaux portent sur la France de la première partie de la IIIe République.

Continuer la lecture de La Royale comme niche parlementaire

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Quand les militaires sont en ville

Quiconque travaille à l’histoire du fait militaire et guerrier est, par bien des égards, relégué à l’étude d’une spécificité, autrement dit de tout ce qui a trait à l’uniforme et se distingue du reste de la société civile. Bien entendu, une telle grille de lecture n’est pas sans fondements, ne serait-ce que parce que les mondes militaires se conçoivent eux-mêmes comme étant singuliers. Mais cette manière de voir atteint rapidement ses limites, notamment parce qu’elle a tendance à cloisonner artificiellement les historiographies, comme s’il n’était par exemple pas possible de produire une histoire politique du fait militaire et guerrier. Plus encore parce que si les mondes militaires et civils sont, il est vrai, fort différents, ils n’en demeurent pas moins profondément intriqués. C’est tout l’intérêt de l’ouvrage collectif dirigé par E. d’Orgeix et N. Meynen que de le rappeler, volume qui, centré sur des approches architecturales et urbanistiques, examine sur le temps long ces interactions tout en accordant une place très conséquente à la péninsule armoricaine[1].

Continuer la lecture de Quand les militaires sont en ville

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Affiche du Ministère de la Défense pour le 50e anniversaire de la Libération de la France et des débarquements, 1944-1945 par Félix Molinari (détail). Collection particulière.

À propos d’histoire environnementale de la Libération

Le mois d’août est celui où, l’espace de quelques heures, on se replonge en 1944, le temps de la commémoration de la Libération de la Bretagne par les troupes américaines pendant la Seconde Guerre mondiale[1]. Mais l’histoire n’est pas la mémoire et pour légitime que soit ce sincère recueil, il importe de rappeler que dans la péninsule armoricaine le conflit ne s’arrête pas lors de l’été 1944 et dure en réalité beaucoup plus longtemps. On pense bien entendu aux deux poches allemandes de Lorient et Saint-Nazaire qui ne se rendent qu’en mai 1945, c’est-à-dire à l’époque ou rentrent d’Allemagne prisonniers, requis du travail forcé et déportés ayant eu la chance de survivre au système concentrationnaire nazi. Mais il est une autre réalité dont la mémoire collective peine à prendre conscience : si pour les Bretons et les Bretonnes la guerre dure, c’est que les troupes, y compris libératrices, restent pendant des mois après la Libération en garnison dans la région. Et cette présence n’est pas sans conséquences sur l’environnement. C’est ce que rappellent avec acuité quelques précieux documents conservés aux Archives municipales de Pontivy, dans le Morbihan[2].

Continuer la lecture de À propos d’histoire environnementale de la Libération

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte de la Bretagne (détail) par Félix Benoist, XIXe siècle. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.6434.

Pour une histoire connectée de la Bretagne en 1870-1871

La presse en tant que source est, pour qui travaille sur la période contemporaine, et ce quel que soit ou presque le sujet envisagé, une évidence. Le journal est quasiment un réflexe de la sagacité historienne tant nombreuses sont les informations que l’on peut y puiser. Pourtant, l’archive n’est pas non plus sans biais, notamment lorsqu’il est question d’approches genrées. Contrairement à la figure de la munitionnette pendant 1914-1918, l’ouvrière d’arsenal n’est absolument pas mise en lumière, alors qu’un certain nombre d’annonces publiées dans la presse montrent qu’elles sont recherchées par les industries de guerre, notamment pour la confection des cartouches et des obus[1]. Elles sont d’ailleurs présentes en nombre au sein des ateliers de production, comme le démontre le bilan publié par le Phare de la Loire à la suite de l’explosion, le 15 novembre 1870, d’une de ces fabriques situées près du pont de Pirmil, à Nantes[2]. Là chose est connue et je ne souhaite pas insister outre mesure sur ce point[3]. En revanche, ce qui me paraît intéressant de rappeler, c’est combien la presse témoigne d’un système médiatique globalisé reposant sur une grande circulation de l’information. Or, lorsqu’on s’intéresse à la séquence 1870-1871, cette réalité contrevient frontalement à la représentation victimaire propagée par l’historiographie identitaire bretonne, grille de lecture postulant une péninsule armoricaine coupée du monde et entièrement ou presque anéantie – volontairement de surcroît – à Conlie. Indépendamment de ce qu’elle peut dire, ou ne pas dire, c’est donc aussi en tant que réalité technique, économique et culturelle que la presse est riche d’enseignements.

Continuer la lecture de Pour une histoire connectée de la Bretagne en 1870-1871

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

29 novembre 1944 : un échange de prisonniers en Bretagne… vu par la presse américaine

C’est un petit article figurant en première page de l’édition du 30 novembre 1944 du Monitor Leader, quotidien publié à Mount Clemens, non loin de Détroit, dans l’industrieux état du Michigan. Alors que ce journal titre sur les défenses allemandes qui semblent sur le point de craquer en Rhénanie ainsi que sur le dernier raid aérien mené par l’US Air Force sur Tokyo, un entrefilet attire l’œil de celui, ou celle, qui s’intéresse à la Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale. Composé à partir d’une dépêche de l’agence Associated Press envoyée depuis Pornic, en Loire-Inférieure, ce texte revient en quelques lignes sur la libération de 53 prisonniers alliés, dont 19 Américains, détenus dans une « obscure » prison de Saint-Nazaire[1]. Un épisode de la Seconde Guerre mondiale qui, s’il a fait l’objet d’un certain nombre de récits dans le pays de Retz, n’a pour l’heure jamais été examiné sous l’angle de l’écho qu’il a aux Etats-Unis. Or c’est là une perspective qui ouvre un certain nombre de nouvelles questions.

Continuer la lecture de 29 novembre 1944 : un échange de prisonniers en Bretagne… vu par la presse américaine

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Embarquez avec Tim Benbow

De la même manière que nous nous étions réjouis de la traduction française de l’Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale de C. L. Symonds, nous ne pouvons que nous féliciter de la publication dans la langue de Molière de La Guerre navale 1914-1918 de T. Benbow, éminent maritimiste britannique[1]. Magnifiquement illustré, cet ouvrage d’un très haut niveau saura conquérir un vaste public et notamment celles et ceux qui s’intéressent à la péninsule armoricaine pendant la Grande Guerre. Car c’est une chose que l’on a trop rapidement tendance à oublier ; si la Bretagne est effectivement en arrière des batailles terrestres que sont Verdun ou la Somme, cet espace se trouve en revanche aux premières loges du gigantesque conflit qui se joue aussi, à cette époque, sur les mers.

Continuer la lecture de Embarquez avec Tim Benbow

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le Pacifique : espace de détotalisation de la Grande Guerre ?

L’ouvrage que fait paraître M. Reynaud chez Passés Composés, volume portant sur la Première Guerre mondiale dans l’espace Pacifique, est de ceux qu’il faut connaître tant la bibliographie disponible sur ce conflit dans cette partie du monde est lacunaire[1]. Cette référence s’imposera donc, à n’en pas douter, comme un manuel indispensable à quiconque souhaite travailler sur cette partie du globe : chercheurs patentés, étudiants ou simples curieux y trouveront leur compte. Mais il n’est pas interdit de penser que ce livre parviendra à toucher un public beaucoup plus vaste tant, en définitive, il invite à se poser un certain nombre de questions qui dépassent très allègrement l’espace Pacifique.

Continuer la lecture de Le Pacifique : espace de détotalisation de la Grande Guerre ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Vue du cargo Frank Delmas, sans lieu ni date. Collection particulière.

Irénée Audrain, le Frank Delmas et l’idée de front intérieur

Les informations maritimes publiées par le quotidien catholique rennais L’Ouest-Eclair, et la presse de manière plus générale, donnent une bonne idée de la géographie subjective qui peut être celle des Bretons pendant la Grande Guerre. Ce faisant, il ne s’agit pas de désigner l’inscription physique qui peut être la leur mais bel et bien de tenter de circonscrire leur univers géographique mental, cet espace étant bien entendu beaucoup plus vaste. C’est ainsi par exemple que ce journal mentionne par deux fois au cours de l’année 1915 le cargo Frank Delmas : une première fois en mai 1915 à l’occasion de son arrivée à Sagres, au Portugal, en provenance d’Alger ; une seconde fois en septembre 1915 alors qu’il croise, toujours revenant d’Afrique du Nord et selon toute vraisemblance à destination du Pays de Galles, sous les îles Scilly[1]. La présence de ce bâtiment basé à La Rochelle dans les colonnes de L’Ouest-Eclair pourra étonner. Pourtant, ses liens avec la péninsule armoricaine sont réels et attestés par les sources. En janvier 1914, on sait par exemple qu’il décharge à Nantes 2 849 tonnes de phosphate en provenance de Bougie, aujourd’hui Béjaïa, en Algérie[2]. Une autre escale ligérienne est attestée en novembre 1916 quand ce cargo décharge dans la Cité des Ducs une cargaison de charbon en provenance de Swansea, au Pays de Galles[3]. De plus, on sait qu’un certain nombre de membres de l’équipage du Frank Delmas sont bretons, à l’instar d’Irénée Audrain, natif de Plancoët et inscrit maritime de ce même quartier[4].

Continuer la lecture de Irénée Audrain, le Frank Delmas et l’idée de front intérieur

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Couverture du troisième numéro de Sao Breiz (détail). Collection particulière.

Sao Breiz : au-delà des clichés bretons

L’association Sao Breiz, qui prend à partir du 18 juillet 1942 la succession de Fidel Armor, regroupe pendant et après la Seconde Guerre mondiale un certain nombre de Bretons de la France libre[1]. Cette institution n’est pas inconnue et a notamment été mise largement à contribution lorsqu’il s’est agi pour certains d’écrire l’histoire de la « conscience bretonne » en Seconde Guerre mondiale, tout du moins lorsque celle-ci était investie aux côtés de la Résistance[2]. Bien évidemment, une telle approche n’a pas été sans susciter un certain nombre de polémiques. C’est néanmoins sur un autre terrain que nous souhaiterions nous situer dans le cadre de ce billet, celui d’une approche fonctionnaliste tendant à objectiver cette dimension régionale dans le but de la resituer dans un cadre à la fois spatial et chronologique plus vaste.

Continuer la lecture de Sao Breiz : au-delà des clichés bretons

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Bretagne au cœur de la Seconde guerre mondiale (navale) ?

Parmi les nombreuses qualités qui sautent aux yeux du lecteur de cette Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale que publie C. L. Symonds aux éditions Perrin, il y a cette manière assez extraordinaire d’articuler récit haletant et analyse méticuleuse[1]. Autrement dit, comment concilier dans la même plume la verve d’un Douglas Reeman – ou d’un Nicholas Monsarrat, que l’auteur cite (p. 162) – et d’un Philippe Masson ? Là n’est pas la moindre prouesse d’un ouvrage volumineux, vaste fresque frôlant le millier de pages et naviguant sur tous les océans du globe ou presque. Or, pour qui s’intéresse à l’histoire de la péninsule armoricaine, ce livre pose nécessairement la place de la centralité de la Bretagne dans la dimension maritime de la séquence 1939-1945.

Continuer la lecture de La Bretagne au cœur de la Seconde guerre mondiale (navale) ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn