Archives par mot-clé : Maxime Weygand

Tanguy Le Gentil de Rosmorduc : un officier de série B ?

Né le 23 novembre 1892 à Trémel, dans les Côtes-du-Nord, le lieutenant-colonel Tanguy Le Gentil de Rosmorduc commande au printemps 1940 le 48e RI, unité tenant garnison à Guingamp mais aussi à Landerneau, dans le Finistère[1]. Le parcours de cet officier nous est connu principalement par son dossier de Légion d’honneur, conservé aux Archives nationales, ainsi que par la reconnaissance optique de caractères disponible sur la presse en ligne[2]. Ces sources permettent de dessiner la carrière d’un aristocrate bien né et qu’un certain ethos familial semble promettre au métier des armes. Pour autant, ces prédispositions font-elles de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc un bon officier supérieur ? Répondre à cette question exige bien entendu de la prudence tant, en la matière, toute certitude est à proscrire. Mais une telle interrogation est d’importance en ce qu’elle semble dessiner, comme par ricochet, le niveau du 48e RI en 1939.

Continuer la lecture de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc : un officier de série B ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Pour une culture de la guerre de 1940

L’ouvrage que l’historien, et officier d’active, R. Porte fait paraître aux éditions Perrin, dans la bien nommée collection « Vérités et légendes » dirigée par le journaliste féru d’histoire E. Hecht, est de ceux qu’il faut lire[1]. En effet, en ces temps de 80e anniversaire de l’année 1940, il paraît d’autant plus nécessaire de revenir sur cette « année terrible » que la geste commémorative n’est pas sans charrier son lot d’idioties : comme si les historiens ne travaillaient pas, comme s’il n’était pas utile de les lire et comme s’il était pertinent de toujours ressasser les mêmes sornettes[2]. Là est du reste la démarche de l’auteur : « corriger des affirmations cent fois répétées » et « revenir aux faits en intégrant les dernières avancées de la recherche, les archives officielles, les témoignages des acteurs, la presse du temps et les fonds privés » (p. 12-13), tout particulièrement ceux du Service historique de la Défense que R. Porte connait particulièrement bien.

Continuer la lecture de Pour une culture de la guerre de 1940

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Combat de cavalerie lors de la bataille de Sedan, 1er septembre 1870. Carte postale publicitaire. Collection particulière.

Le 50e anniversaire de la bataille de Sedan

C’est une formule que l’on répète comme une sorte de mantra : « la mémoire est l’outil politique du temps présent ». Autrement dit, si le souvenir d’un fait historique est convoqué dans le débat public, c’est qu’il offre au moment précis où il est employé une grille de lecture servant les intérêts de celui ou celle qui le mobilise. Là où l’histoire est la science qui s’attache à comprendre le passé sur la base d’une méthode dont l’alpha et l’oméga consistent en la critique interne et externe des archives, la mémoire a tout à voir avec le présent. Mais qu’en est-il de l’amnésie ? De l’absence de souvenir ? C’est à une telle réflexion qu’invite la non-commémoration du cinquantième anniversaire de la bataille de Sedan, au début du mois de septembre 1920.

Continuer la lecture de Le 50e anniversaire de la bataille de Sedan

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn