Archives par mot-clé : Maire

L’aporie nationale du socialisme du XIXe siècle.

Centrée principalement sur l’Allemagne et l’Europe centrale, la vaste enquête que J.-N. Ducange consacre aux rapports qu’entretiennent les théoriciens socialistes du XIXe siècle – et non de la seule Belle époque comme suggéré abusivement dans le titre du volume, la part des soubresauts de 1848 étant ici prépondérante – n’a de prime abord qu’un rapport lointain avec le fait militaire et guerrier vécu de et en Bretagne entre 1860 et 1962[1]. Cela serait pourtant faire gravement fausse route que d’ignorer ce riche volume et ce pour deux raisons. En premier lieu parce que l’Allemagne socialiste rayonne alors sur toute l’Europe, et donc y compris sur la péninsule armoricaine comme le rappelle par exemple le parcours d’un Carle Bahon ; en second lieu parce que la guerre reste, quoi qu’on en dise, un fait politique décidé par le politique, dimension qui rend obligatoire le passage par l’histoire des idées.

Continuer la lecture de L’aporie nationale du socialisme du XIXe siècle.

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale (détail). Collection particulière.

La glorieuse défaite de Lucien Burlet

Journaliste prolifique, rédacteur en chef au début des années 1880 du quotidien caennais L’Ordre et la liberté puis collaborateur régulier du Gaulois, où il est chargé de la rubrique des informations parlementaires, Lucien Burlet est aussi un vétéran de 1870[1]. C’est d’ailleurs son expérience de guerre, et de captivité, qu’il choisit de coucher sur le papier dans un court ouvrage publié en 1882, et n’ayant visiblement rencontré aucun succès à en juger par le nombre de recensions qui ont pu y être consacrées dans la presse[2]. Ce volume ne m’aurait d’ailleurs sans doute pas attiré l’œil, perdu dans la masse des témoignages parus après le conflit, si Lucien Burlet n’avait pas, en 1870, porté l’uniforme du 47e de ligne, régiment alors en garnison à Chambéry, en Haute-Savoie. Tour d’horizon d’une source beaucoup plus complexe qu’il n’y parait de prime abord.

Continuer la lecture de La glorieuse défaite de Lucien Burlet

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une prosopographie aux rayons X (1901)

L’idée sous-tendant l’ouvrage que publie l’historien H. Joly est aussi simple qu’efficace : ausculter méthodiquement le destin des 180 élèves de la promotion 1901 de l’École polytechnique et, à partir de cette minutieuse prosopographie, proposer une analyse fine de cette jeunesse brillante et appelée, par la grâce d’un concours, à assurer les plus hautes fonctions[1]. Cette intention est d’ailleurs rappelée par la formule choc « Ils étaient l’élite de la Belle Époque. Qu’ont-ils accompli ?» figurant sur la couverture de l’ouvrage. En d’autres termes, il s’agit de vérifier « preuve à l’appui » si cette « noblesse républicaine » (p. 15) est bel et bien digne du piédestal sur lequel elle trône. C’est parce que l’excellence est une notion subjective (p. 24) que porter un tel regard critique est nécessaire.

Continuer la lecture de Une prosopographie aux rayons X (1901)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Couverture du troisième numéro de Sao Breiz (détail). Collection particulière.

Sao Breiz : au-delà des clichés bretons

L’association Sao Breiz, qui prend à partir du 18 juillet 1942 la succession de Fidel Armor, regroupe pendant et après la Seconde Guerre mondiale un certain nombre de Bretons de la France libre[1]. Cette institution n’est pas inconnue et a notamment été mise largement à contribution lorsqu’il s’est agi pour certains d’écrire l’histoire de la « conscience bretonne » en Seconde Guerre mondiale, tout du moins lorsque celle-ci était investie aux côtés de la Résistance[2]. Bien évidemment, une telle approche n’a pas été sans susciter un certain nombre de polémiques. C’est néanmoins sur un autre terrain que nous souhaiterions nous situer dans le cadre de ce billet, celui d’une approche fonctionnaliste tendant à objectiver cette dimension régionale dans le but de la resituer dans un cadre à la fois spatial et chronologique plus vaste.

Continuer la lecture de Sao Breiz : au-delà des clichés bretons

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L'USS George Washington arrive à Brest, 13 décembre 1918. National archives at College Park: 111-SC-62752.

Brest 1920, du deuil à l’amertume

L’éditorial que publie le 5 septembre 1920 Louis Coudurier en première page de la Dépêche de Brest est particulièrement intéressant pour qui s’intéresse aux conséquences immédiates de la Grande Guerre et, tout particulièrement, au retour sur le pied de paix d’une économie indexée pendant 52 mois sur l’effort de guerre[1]. C’est en définitive une autre mémoire du conflit qui se laisse appréhender dans ces quelques lignes, moins fardeau du deuil engendré par la perte de milliers d’êtres chers qu’amertume générée par le sentiment d’une occasion manquée.

Continuer la lecture de Brest 1920, du deuil à l’amertume

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Estampe de Jean-François Huguet représentant le grand incendie qui ravage Rennes en 1720 (détail). Musée de Bretagne: 2016.0000.3389

L’Invisible 150e anniversaire du grand incendie de 1720

Le grand incendie qui ravage une grande part de la ville de Rennes du 22 au 29 décembre 1720 compte assurément parmi les pierres angulaires de la mémoire de la ville[1]. Le processus de reconstruction qui fait suite au sinistre accouche d’ailleurs de l’urbanisme que nous connaissons encore aujourd’hui et dit, d’une certaine manière, combien cette catastrophe est physiquement inscrite dans les murs du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine. En cette année de tricentenaire, et malgré les aléas de la crise sanitaire du Covid-19 qui ont conduit au report d’un certain nombre de manifestations scientifiques, ce souvenir est particulièrement présent. Mais tel n’a pas toujours été le cas. C’est ainsi que le 150e anniversaire de la tragédie est complètement passé sous silence. Il est vrai que le contexte – la France est alors en pleine de guerre de 1870 – n’est pas particulièrement favorable.

Continuer la lecture de L’Invisible 150e anniversaire du grand incendie de 1720

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Jean Janvier lors de la venue à Rennes du maréchal Foch le 7 juillet 1921 (détail). Musée de Bretagne: 2005.0050.3.

Jean Janvier et l’Armée : la marque de « l’esprit militaire » ?

Les Souvenirs publiés par Jean Janvier sont une source bien connue. Publié par les Presses universitaires de Rennes, ce texte autobiographique de l’emblématique maire du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine est accessible, gratuitement, depuis le début de l’année 2018, sur le portail OpenEditions Books. Les historiens de la Grande Guerre n’ignorent pas cette archive puisqu’elle donne un intéressant point de vue sur la vie municipale pendant le conflit, dans une ville confrontée à l’afflux de blessés, de réfugiés et de prisonniers ainsi qu’à une inflation galopante. Mais le fait militaire n’est pas présent dans ce récit composé à la première personne que lors de la séquence 1914-1918. Au contraire, l’Armée s’y révèle omniprésente, ce qui n’est pas sans interroger. Dès lors, il nous importera de bien faire la part des choses entre ce qui relève de l’inclination personnelle, puisque Jean Janvier confesse lui-même avoir « l’esprit militaire », et ce qui découle d’un cadre plus général, c’est-à-dire la centralité, y compris en Bretagne mais plus encore à Rennes, de l’institution dans cette France des années 1880-1914.

Continuer la lecture de Jean Janvier et l’Armée : la marque de « l’esprit militaire » ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Lors d'une réunion du CELIB, le 27 octobre 1973 à Pontivy (détail). Arch. dép. I&V: 30 J 376.

Quelle caution gaulliste à la naissance du CELIB ?

Dans l’imaginaire collectif breton, le Comité d’études et de liaison des intérêts bretons (CELIB) tient à n’en pas douter une place à part. Ayant réussi à mettre de côté les clivages partisans, un certain nombre d’élus locaux auraient uni leurs forces pour la Bretagne… tout en cultivant un certain nombre de relations privilégiées avec le pouvoir en place, notamment gaulliste. C’est ainsi par exemple que le géographe et militant socialiste Michel Phlipponneau fustige dès 1964 le poids des gaullistes et des « centristes mous » au sein du CELIB[1]. Or la mémoire n’étant pas l’histoire, l’examen minutieux des archives contribue à forger un récit différent, plus nuancé et d’une certaine manière complexe, que ce que peut bien supposer la vulgate. C’est ce que montre le parcours du Français libre et parlementaire finistérien Joseph Halléguen.

Continuer la lecture de Quelle caution gaulliste à la naissance du CELIB ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Un dossier encore en instruction : les monuments aux morts de la Grande Guerre

Lorsque les historiens professionnels et amateurs ont, pour ce que je peux savoir à l’échelle de la Bretagne, commencé à réfléchir au début des années 2010 au centenaire de la Première Guerre mondiale, l’approche par les monuments aux morts est apparue quasi immédiatement comme évidente : non seulement ces édifices symbolisent le conflit mais ils constituent un objet d’histoire souvent jugé, et à tort du reste, assez facile d’accès. Pourtant, si la séquence 2014-2018 a vu la publication d’un nombre impressionnant de travaux, universitaires ou non, et de monographies locales, ce sont avant tout les correspondances de poilus, les fiches de morts pour la France et les fiches matriculaires du recrutement qui ont servi de matériau de base. En conséquence, les monuments aux morts n’ont pas bénéficié de l’attention à laquelle on aurait pu s’attendre à l’occasion de ce centenaire. D’où l’intérêt de l’excellent volume que publie aux éditions A l’ombre des mots Y. Lagadec, enquête fouillée et minutieuse portant sur le département des Côtes d’Armor[1].

Continuer la lecture de Un dossier encore en instruction : les monuments aux morts de la Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le général de Gaulle faisant le V de la victoire, carte postale (détail). Collection particulière.

1946 : quand Charles de Gaulle fait sa rentrée politique à l’île de Sein

Charles de Gaulle n’est assurément pas un Français comme les autres. Néanmoins, comme tous les hommes politiques, il effectue tous les ans sa « rentrée politique ». Il s’agit là d’un exercice délicat et peu codifié destiné à mettre fin au silence médiatique des deux mois d’été pour créer une vertueuse dynamique journalistique censée attirer à soi, en dernier ressort, les intentions de vote. Et en 1946, c’est à l’île de Sein que Charles de Gaulle décide d’effectuer sa rentrée politique. C’est donc un moment important pour celui qui, bien qu’auréolé de son statut d’homme du 18 juin et de restaurateur de l’honneur de la France, a échoué à imposer ses vues institutionnelles et a été obligé de tenter un redoutable coup de poker quelques mois plus tôt en quittant la tête du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF), le 20 janvier 1946. Comme en 1940 donc, la reconquête de Paris démarre à l’île de Sein. Pourtant, rien ne va se passer comme prévu. C’est du reste ce qui permet à l’historien de rappeler que si les liens du Général avec la Bretagne sont forts, ils ne sont pas nécessairement ceux, complaisamment relayés par la presse d’alors et entretenus par Charles de Gaulle lui-même, que relaye la vulgate mémorielle.

Continuer la lecture de 1946 : quand Charles de Gaulle fait sa rentrée politique à l’île de Sein

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Oeuvre d'Auguste Nayel (détail). Archives Elisabeth Loir-Mongazon.

D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918

Sur une invitation de la Région Bretagne, j’ai eu le plaisir de donner le 23 septembre 2020, au Ti Ar Vro de Saint-Brieuc et dans le cadre des Journées européennes du patrimoineune conférence intitulée « D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918 ». Prenant acte d’une part du foisonnement des questionnements relatifs à la séquence 1870-1871, d’autre part des perspectives offertes par l’exploration de la chronologie ressentie, et non plus strictement diplomatique, du conflit, j’ai procédé à l’analyse de l’une de ces passerelles permettant de dérouler le fil de ces représentations mentales qui, comme en germination, semblent éclore pendant la Première Guerre mondiale. C’est le verbatim de cette conférence que je vous propose de découvrir dans les lignes qui suivent.

Continuer la lecture de D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Exercice d'entraînement des sapeurs-pompiers de Paris: sauvetage d'un homme tombé dans un puits asphyxiant. Carte postale (détail). Collection particulière.

Pompiers rennais en Grande Guerre

L’historiographie est assurément un bon reflet du temps qui la produit. C’est bien pour cela, du reste, que toute écriture de l’histoire est nécessairement contemporaine. Ainsi, la multiplication des travaux portant sur les forces de l’ordre et sur les logiques de répression n’est-elle pas avant tout l’écho de notre obsession pour la sécurité ? Autrement dit, dans quelle mesure l’essor que connaissent actuellement les « études gendarmiques » n’est-il pas imputable à l’instauration, sous la présidence de François Hollande, de l’état d’urgence ? C’est là un vaste débat, et que nous n’entendons nullement mener ici sauf à souligner que l’intérêt historiographique pour les forces de police et de gendarmerie se double d’un mouvement strictement inverse, le désamour dont font l’objet les pompiers. Car si l’on fait exception de la thèse en cours de C. Tropeau, travail effectué à l’Université de Bretagne-Sud sous la direction de F. Ploux et qui ne concerne qu’à la marge les soldats du feu[1], force est de déplorer la rareté des enquêtes portant sur cette institution pour le moins essentielle.

Continuer la lecture de Pompiers rennais en Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le musique du 48e RI de Guingamp, carte postale (détail). Collection privée Cyrille L'Hénoret.

La naissance de la clique de binious du 48e RI

Taldir Jaffrennou est un personnage absolument central du premier Emsav, la première génération de militants du mouvement breton. Eminent celtisant, il est en quelque sorte, dans ce milieu bien particulier, une figure d’autorité. Aussi ne peut-on lire qu’avec un intérêt appuyé l’historique des binious aux armées qu’il publie en 1931 dans la revue An Oaled qu’il dirige, propos qui ne tarde pas à s’ancrer autour du 48e RI de Guingamp[1] : on sait en effet que c’est l’une des unités tenant garnison dans la péninsule armoricaine où l’affirmation de l’identité bretonne est la plus marquée.

Continuer la lecture de La naissance de la clique de binious du 48e RI

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Insigne du 35e RAD. La devise de l'unité est « Mourir en chantant ». Musée de Bretagne : 2010.0035.31.

14 juillet 1938 : accident du travail au 35e RAD

Les Archives municipales de Ploemeur conservent une passionnante liasse improprement – et pour une raison qui nous échappe – intitulée « Dossier Le Bruchec »[1]. Passionnants, les documents qu’elle contient permettent, dans le prolongement de nos travaux de thèse sur la culture professionnelle des combattants de la Première Guerre mondiale, d’approfondir pour les années 1930 le lien entre uniforme et travail[2]. Car c’est bien sous l’angle du « métier militaire » que les appelés envisagent leurs périodes sous les drapeaux, ce qui n’est pas sans mettre en lumière certains vides juridiques en termes de protection sociale.

Continuer la lecture de 14 juillet 1938 : accident du travail au 35e RAD

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn