Archives par mot-clé : Libération-Nord

La Résistance en ses frontières : Jade objet d’histoire ?

Faire l’histoire d’un réseau de résistance pendant la Seconde Guerre mondiale est chose éminemment difficile. Lorsqu’il s’agit en plus de Jade, structure à double blanche liée non à la France libre mais à l’Intelligence Service britannique (IS), et dont de nombreuses ramifications parcourent la Bretagne, la tâche est sans doute encore un peu plus ardue. C’est dire si la démarche entreprise par A. Kervella dans ce livre qu’il publie chez Nouveau monde éditions est complexe[1]. Le texte, semblable par bien des égards à un gigantesque kaléidoscope, le reflète pour partie et le lecteur peut parfois perdre pied face à la multitude de récits et de portraits qu’il recèle, comme dans une sorte d’interminable roman choral. C’est d’ailleurs, paradoxalement, ce qui fait la force de ce volume qui constituera, grâce à un judicieux index nominatif, qui aurait pu être doublé d’un index des lieux, un très utile outil de travail pour toutes celles et ceux dont les recherches portent justement sur la Seconde Guerre mondiale. Pour autant, il nous semble que cette enquête pâtit d’un manque de réflexion sur l’objet en lui-même.

Continuer la lecture de La Résistance en ses frontières : Jade objet d’histoire ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Affiche annonçant la venue à à Saint-Marcel du général de Gaulle, le 27 juillet 1947 (détail). Collection particulière.

27 juillet 1947 : Réécrire Saint-Marcel pour mieux combattre les communistes

C’est en plein été que, le 27 juillet 1947, le général de Gaulle vient honorer de sa présence le maquis de Saint-Marcel. En pleine « traversée du désert », ce qui ne signifie nullement qu’il est inactif, il profite d’une tournée en Bretagne pour visiter, entre un pèlerinage à Sainte-Anne d’Auray et un arrêt à Pontivy, ce haut-lieu de la Résistance dans la péninsule armoricaine. Mais, comme toujours lorsqu’il s’agit de mémoire, cette visite, entre mythe résistancialiste et rupture du tripartisme, a moins à voir avec le souvenir de la Seconde Guerre qu’avec les enjeux nationaux et internationaux du moment. Si Charles de Gaulle profite d’un arrêt à Paimpont pour se recueillir sur la tombe de sa mère, ce sont bien des considérations politiques qui sont, avant tout, à l’ordre du jour[1].

Continuer la lecture de 27 juillet 1947 : Réécrire Saint-Marcel pour mieux combattre les communistes

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De l’approche monographique avec la 13e DBLE

Le livre que publie H. Weill aux éditions Mareuil, ouvrage consacré aux Compagnons de la Libération de la 13e demi-brigade Légion étrangère (13e DBLE) ne relève pas à proprement parler de la science historique[1]. Pourvu d’un appareil critique réduit à la portion congrue, ce portrait collectif des 97 récipiendaires de cette prestigieuse décoration ayant combattu au sein de cette unité s’apparente plus à une galerie de – passionnantes – tranches de vies qu’à une étude problématisée comme sait en produire le monde académique. Il n’en demeure pas moins que l’auteur fait là œuvre utile – le style enlevé de ces quelques 300 pages séduira la plus grand nombre – mais surtout éminemment stimulante pour qui s’intéresse à la monographie en tant que genre.

Continuer la lecture de De l’approche monographique avec la 13e DBLE

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

François Mitterrand décore Philomène Mercier en la mairie de Guimaëc, le 28 février 1982. Archives départementales du Finistère: 208 J 126, fonds Alain Le Grand, coupure datée du 3 mars 1982.

Guimaëc, Finistère : là où François Mitterrand honore Morland

Le moins que l’on puisse dire est que le rapport que François Mitterrand entretient à la Seconde Guerre mondiale est complexe, pour ne pas dire ambigu. A la fin de son second septennat, le Président, fort malade, doit faire face aux révélations embarrassantes du journaliste Pierre Péan : ses soutiens aussi amicaux que renouvelés à René Bousquet, ancien secrétaire général de la police de Vichy, mais également la francisque qui lui est décernée au printemps 1943, esquintent indéniablement dans l’esprit du grand public l’image de Morland et le brevet d’honorabilité résistante qui l’accompagne[1]. Devenu la figure emblématique de ceux que l’on nomme désormais les « vichysso-résistants », François Mitterrand incarne ce « passé qui ne passe pas » d’une France plongée en pleine « crise de mémoire », pour reprendre les termes de S. R. Suleiman[2]. Mais tel n’a pas toujours été le cas. C’est d’ailleurs ce que rappelle une chemise conservée par les Archives départementales du Finistère[3]. Regroupant quelques coupures de presse – notamment du Télégramme de Brest – cette liasse montre l’engagement clandestin de celui qui deviendra « l’homme du 10 mai 1981 » mais, surtout, rappelle qu’avant de subir le souvenir de la Seconde Guerre mondiale, le théoricien du « coup d’Etat permanent » sait habilement jouer de la carte mémorielle. De surcroît, elle précise la chronologie proposée par l’historien P. Gourlay dans un article érigeant les roches de Beg-an-Fry en véritable « Solutré maritime ».

Continuer la lecture de Guimaëc, Finistère : là où François Mitterrand honore Morland

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn