Archives par mot-clé : Lecteur

A propos de l’antimilitarisme des Sârs et de la rougeole politique (1913)

Figure emblématique du groupe dit des Sârs, Jacques Vaché fait l’objet depuis quelques années d’un véritable retour en mémoire. La Cité des Ducs, dans une moindre mesure la Bretagne et la France, redécouvrent le poète surréaliste mort le 6 janvier 1919 en l’Hôtel de France, à Nantes, d’une surdose d’opium alors que pas encore âgé de 25 ans[1]. Parmi les faits d’armes fréquemment mis en avant de cet artiste, sa participation à une modeste revue – sauf à craindre l’anachronisme on pourrait parler de fanzine – tirée à seulement une vingtaine d’exemplaires au sein du Lycée de Nantes et intitulée En route, mauvaise troupe, mais dont l’écho est étonnamment persistant. La cause en est moins le talent littéraire de ses auteurs que le scandale provoqué par deux articles anarchisants et unanimement qualifiés, tant par la presse de l’époque que par la littérature postérieure à la mort de Jacques Vaché, d’antimilitariste[2]. Or c’est précisément cette idée que je souhaite discuter ici en apportant quelques éléments de contexte.

Continuer la lecture de A propos de l’antimilitarisme des Sârs et de la rougeole politique (1913)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une histoire méthodique d’Alliance

Osons ici l’idée qu’il y a des histoires plus difficiles que d’autres à écrire, celle des organisations clandestines et notamment des réseaux de Résistance comptant assurément parmi les plus ardues. C’est précisément le sentiment qui reste dans la bouche du lecteur après avoir lu les plus de 600 pages de la monographie d’Alliance que G. Caraes publie aux Editions Ouest-France, volume touffu et dense qui ne manquera pas d’être utile aux historiens de la Seconde Guerre mondiale, aux prosopographes en particulier, mais qui peinera sans doute à dépasser le statut – déjà fort honorable par ailleurs – de précieux outil de travail[1].

Continuer la lecture de Une histoire méthodique d’Alliance

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

A gauche, le général Passaga, en compagnie du général Hanson Ely. Photographie publiée dans l'édition du 11 juillet 1927 d'Excelsior. Gallica / Bibliothèque nationale de France.

Quand le général Passaga frôle l’incident diplomatique aux USA

Colonel commandant le 41e RI en août 1914, Fénélon Passaga voit sa carrière s’envoler pendant la Première Guerre mondiale. À la fin du conflit, il est effet le général qui commande la 10e région militaire, celle de Rennes. À dire vrai, et bien qu’aujourd’hui complètement sorti des mémoires, Passaga est probablement l’officier breton le plus en vue des années 1920[1]. Alors qu’il s’apprête à donner une conférence sur la bataille de Verdun au printemps 1927, le quotidien La France militaire, enthousiaste, écrit à son propos :

« Une conférence sur Verdun ? Encore ! diront certains. Et oui, la lassitude et la saturation sont déjà venues dans beaucoup d’esprits, peu faits pour rester longtemps dans la contemplation admirative de l’idéal.

Il est vrai qu’une conférence sur Verdun, faite par le général Passaga, ce n’est pas l’exposé sec et théorique d’un compilateur : c’est le récit d’un acteur, d’un des grands acteurs du terrible drame. »[2]

Quelques semaines plus tard, ce même journal le décrit comme « le type parfait du divisionnaire avant d’être un de nos meilleurs commandants de corps d’armée »[3]. Sans doute est-ce d’ailleurs cette réelle célébrité, que l’on peine aujourd’hui à imaginer, qui le désigne pour effectuer quelques semaines plus tard une tournée aux États-Unis. Mais loin des discours et des mises en scène de ce que l’on appellerait aujourd’hui des « communicants », ce voyage ne témoigne-t-il d’abord pas de la très fragile relation franco-américaine ?

Continuer la lecture de Quand le général Passaga frôle l’incident diplomatique aux USA

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Résistance en ses frontières : Jade objet d’histoire ?

Faire l’histoire d’un réseau de résistance pendant la Seconde Guerre mondiale est chose éminemment difficile. Lorsqu’il s’agit en plus de Jade, structure à double blanche liée non à la France libre mais à l’Intelligence Service britannique (IS), et dont de nombreuses ramifications parcourent la Bretagne, la tâche est sans doute encore un peu plus ardue. C’est dire si la démarche entreprise par A. Kervella dans ce livre qu’il publie chez Nouveau monde éditions est complexe[1]. Le texte, semblable par bien des égards à un gigantesque kaléidoscope, le reflète pour partie et le lecteur peut parfois perdre pied face à la multitude de récits et de portraits qu’il recèle, comme dans une sorte d’interminable roman choral. C’est d’ailleurs, paradoxalement, ce qui fait la force de ce volume qui constituera, grâce à un judicieux index nominatif, qui aurait pu être doublé d’un index des lieux, un très utile outil de travail pour toutes celles et ceux dont les recherches portent justement sur la Seconde Guerre mondiale. Pour autant, il nous semble que cette enquête pâtit d’un manque de réflexion sur l’objet en lui-même.

Continuer la lecture de La Résistance en ses frontières : Jade objet d’histoire ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Près de la gare de Lorient, la passerelle du cours de Chazelles. Musée de Bretagne: 973.0033.534.

13 mars 1871 : quand Lorient accueille ses vaincus

C’est manifestement le 13 mars 1871 que le 1er bataillon de gardes mobiles de Lorient, élément du 31e régiment du Morbihan, retrouve sa garnison d’origine, sur les bords du Scorff. Vaincus, ces hommes n’en sont pas moins accueillis à bras ouverts par la population : une attitude qui masque en réalité de profondes divisions rappelant combien cette période est fondamentalement instable.

Continuer la lecture de 13 mars 1871 : quand Lorient accueille ses vaincus

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Pour en finir avec les secrets d’archives

A tort ou à raison, les archives font peur. C’est ce sentiment qui permet que se développe un discours sur l’histoire « officielle », ensemble de représentations mentales se nourrissant de fantasmes à propos de « secrets » et autres « vérités que l’on nous cache ». Lorsqu’il est question de la Seconde Guerre mondiale, cette grille de lecture est encore plus sensible et n’hésite pas à flirter avec l’abject, quand elle ne s’y vautre pas avec un plaisir évident. Dans ce schéma de pensée, les universitaires font véritablement figure d’ennemis en ce qu’ils représentent ce « système » censé opprimer un peuple qui serait « privé de son histoire ». On mesure donc toute l’urgence, urgence civique et non plus uniquement intellectuelle, savante, qu’il y à développer des outils facilitant l’accès aux archives, ce monde pouvant paraître effectivement impressionnant et déroutant pour quiconque y effectue ses premiers pas. C’est précisément ce à quoi s’attelle F. Bourrée, en collaboration avec F. Quéguineur, en publiant ce « Guide d’orientation dans les fonds d’archives » pour permettre au lecteur de « Retracer le parcours d’un résistant[1].

Continuer la lecture de Pour en finir avec les secrets d’archives

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Oeuvre d'Auguste Nayel (détail). Archives Elisabeth Loir-Mongazon.

D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918

Sur une invitation de la Région Bretagne, j’ai eu le plaisir de donner le 23 septembre 2020, au Ti Ar Vro de Saint-Brieuc et dans le cadre des Journées européennes du patrimoineune conférence intitulée « D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918 ». Prenant acte d’une part du foisonnement des questionnements relatifs à la séquence 1870-1871, d’autre part des perspectives offertes par l’exploration de la chronologie ressentie, et non plus strictement diplomatique, du conflit, j’ai procédé à l’analyse de l’une de ces passerelles permettant de dérouler le fil de ces représentations mentales qui, comme en germination, semblent éclore pendant la Première Guerre mondiale. C’est le verbatim de cette conférence que je vous propose de découvrir dans les lignes qui suivent.

Continuer la lecture de D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn