Archives par mot-clé : Indépendance

L’anticommunisme militaire au prisme du rapport de force

Spécialiste de l’histoire politique de l’armée française, et plus particulièrement de ses rapports difficiles avec le drapeau rouge, G. Vidal est de ces historiens discrets mais dont le travail est à bien des égards incontournable. Portant sur la séquence 1939-1935, cette Armée française et le communisme se situe dans le prolongement d’une réflexion poussée sur le rapport de cette même institution à la figure de l’ennemi intérieur, excellente enquête déjà publiée aux Presses universitaires de Rennes[1]. Du fait d’un emploi du temps particulièrement chargé, je n’avais pu rendre compte de cet ouvrage sorti à la fin de l’été 2023. C’est donc avec beaucoup de retard que je me permets de m’atteler à cette recension qui m’apparaît doublement nécessaire. En effet, non seulement cet ouvrage vient encore une fois démontrer tout le profit qu’il y a à tirer d’une histoire politique du militaire mais invite à bien des approfondissements, tout particulièrement en ce qui nous concerne ici à l’échelle de la Bretagne.

Continuer la lecture de L’anticommunisme militaire au prisme du rapport de force

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Les commémorations de juin 2024 : millésime de la rupture ?

La visite d’Emmanuel Macron à Plumelec le 5 juin 2024, déplacement sur les pas du maquis de Saint-Marcel prolongé l’après-midi à Saint-Lô par un hommage rendu aux victimes civiles des bombardements alliés mais surtout le lendemain par les commémorations du Débarquement de Normandie, s’insère dans une double rupture chronologique qui, néanmoins, n’est pas exempte de continuités. La première nouveauté est celle, bien entendu, de la présence d’un Président de la République en exercice sur ce haut-lieu de la Résistance en Bretagne. Si Charles de Gaulle y vient en 1947, ce n’est pas en tant que chef d’État mais comme ancien combattant en pleine traversée du désert ; certes il ne s’agit pas de n’importe quel ancien combattant mais pas non plus d’un personnage officiel. Symboliquement, la différence est de taille. On a par exemple beaucoup écrit sur la présence de François Hollande au Chemin des Dames le 16 avril 2017, à l’occasion du centième anniversaire de l’offensive Nivelle. Bien entendu, c’était la première fois qu’un Président de la République assistait à cette commémoration et le geste n’était pas négligeable. Mais on remarquera toutefois que l’ancien maire de Tulle était alors tellement démonétisé politiquement qu’il n’avait pas pu se présenter devant les électeurs pour briguer une reconduction de son mandat à l’Élysée, ce qui pour le coup était inédit. La seconde nouveauté induite par ce déplacement en Morbihan d’Emmanuel Macron pour célébrer la Résistance renvoie à sa portée politique immédiate puisque ce déplacement intervient 4 jours avant les élections européennes, scrutin pour lequel le Président ne ménage pas ses efforts même s’il n’est pas lui-même candidat. Là est une distinction majeure à opérer avec le 27 juillet 1947. Le général de Gaulle se rend en effet à Saint-Marcel en plein été, de surcroît alors que le pays est frappé par une intense vague de chaleur. Cela n’empêche bien évidemment pas la vie politique de peser sur ce lourd climat, bien au contraire même, mais il convient de remarquer que la temporalité est radicalement différente. Aussi la venue à Plumelec d’Emmanuel Macron rappelle que, comme toujours, la mémoire étant l’outil politique du temps présent, cette commémoration pour être saisie à sa pleine mesure, devra être resituée dans ce contexte bien particulier afin d’en percevoir pleinement les enjeux. Même chose du reste en ce qui concerne les fastueuses cérémonies qui auront lieu sur les plages du Débarquement, manifestations dont j’ignore parfaitement la teneur au moment où j’écris ces lignes. Pour autant, il ne faut pas être grand clerc pour deviner que, trois jours avant des élections européennes que tous les sondages annoncent difficiles pour la majorité, c’est bien d’une autre manière de faire campagne dont il s’agira. Et de ce point de vue, la rupture n’est pas nécessairement celle à laquelle on pourrait songer en première instance. En effet, tout comme en 1947, il sera à l’évidence beaucoup question d’Europe et de souveraineté nationale lors de ces commémorations des 5 et 6 juin 2024. C’est d’ailleurs sans doute cette réalité qui légitime le choix d’un répertoire d’action dont la rentabilité mérite d’être interrogée. En effet, si la mémoire est politique, elle n’est qu’un des moyens d’en faire, surtout lorsqu’on est Président de la République. D’où la nécessité de mettre en perspective ce choix afin, peut-être, de parvenir à deviner la véritable rupture dont il sera question lors de ce 80e anniversaire.

Continuer la lecture de Les commémorations de juin 2024 : millésime de la rupture ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

À propos d’une guerre civile bretonne

Rares sont les ouvrages aussi stimulants que ce volume collectif dirigé, aux Presses universitaires de Rennes, par A. Rolland-Boulestreau et B. Michon et consacré aux mémoires des guerres civiles[1]. Si le propos part de la guerre de Vendée, il ne s’y limite aucunement et offre une histoire non seulement transnationale mais comparée. Ce faisant, les différents contributeurs, provenant d’horizons disciplinaires variés, invitent à de multiples et féconds prolongements dont il n’est pas possible de complètement rendre compte dans cette rapide recension. La fertile question des sorties de conflits, notamment traitée dans ce livre par S. Ledoux (p. 201-215), ne sera ainsi pas appréhendée. Aussi ne s’agira-t-il ici que de ce qui relève d’une part du périmètre de la notion de guerre civile, d’autre part de la construction des mémoires ; autant d’éléments qui seront abordés en rapport avec la péninsule armoricaine.

Continuer la lecture de À propos d’une guerre civile bretonne

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Saisir la Grande Guerre par les conseils d’arrondissement

Instance méconnue, le conseil d’arrondissement offre un regard particulièrement intéressant, car largement inédit, sur la Grande Guerre. C’est ainsi par exemple qu’en Morbihan, département où les archives laissées par cette assemblée sont pourtant très riches, le conseil d’arrondissement est complètement ignoré par la grande synthèse publiée à l’occasion du centenaire, en 2014[1]. Or l’expérience montre qu’il y a là un moyen de saisir finement le conflit, que cela soit du point de vue de sa temporalité ou de quelques fronts intérieurs qui émergent avec le déclenchement des hostilités[2]. Notons néanmoins, en préambule, que les différents conseils d’arrondissements du département du Morbihan sont inégalement documentés, les fonds étant assez disparates suivant que l’on se trouve à Lorient et Vannes, ou Pontivy et Ploërmel où les archives sont moins bien conservées. Il n’en demeure pas moins qu’il y a là des cartons d’autant plus alléchants qu’ils ne sont quasiment, ou presque, jamais dépouillés.

Continuer la lecture de Saisir la Grande Guerre par les conseils d’arrondissement

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L’aporie nationale du socialisme du XIXe siècle.

Centrée principalement sur l’Allemagne et l’Europe centrale, la vaste enquête que J.-N. Ducange consacre aux rapports qu’entretiennent les théoriciens socialistes du XIXe siècle – et non de la seule Belle époque comme suggéré abusivement dans le titre du volume, la part des soubresauts de 1848 étant ici prépondérante – n’a de prime abord qu’un rapport lointain avec le fait militaire et guerrier vécu de et en Bretagne entre 1860 et 1962[1]. Cela serait pourtant faire gravement fausse route que d’ignorer ce riche volume et ce pour deux raisons. En premier lieu parce que l’Allemagne socialiste rayonne alors sur toute l’Europe, et donc y compris sur la péninsule armoricaine comme le rappelle par exemple le parcours d’un Carle Bahon ; en second lieu parce que la guerre reste, quoi qu’on en dise, un fait politique décidé par le politique, dimension qui rend obligatoire le passage par l’histoire des idées.

Continuer la lecture de L’aporie nationale du socialisme du XIXe siècle.

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn