Archives par mot-clé : Grande armée

Datavisualiser la compagnie sur le temps long ?

Dans « l’histoire immédiate » de la guerre en Ukraine qu’ils ont proposée il y a quelques semaines, M. Goya et J. Lopez rappellent que « chaque kilomètre carré conquis par les Russes a donc été payé par le sacrifice de l’effectif et de l’équipement d’une compagnie ». Et d’ajouter : « C’est évidemment très cher payé et on peut se demander si le but n’était pas plutôt de saigner l’armée ukrainienne »[1]. Efficace, ce propos doit néanmoins être considéré à sa juste mesure. En premier lieu, on observera que l’étalon que constitue la compagnie, sous-entendu d’infanterie, est éminemment biaisé puisque jamais une arme n’est censée opérer seule sur le champ de bataille. Non seulement la liaison interarmes est chose essentielle mais c’est le propre des armées modernes que de voir les fonctions logistiques prendre une part de plus en plus prépondérante. Autrement dit, l’infanterie a beau être la « reine du champ de bataille », l’indice que constitue la compagnie n’en demeure pas moins éminemment trompeur. De surcroît, on observera que celui-ci est moins un indicateur de la performance militaire de troupes – avec un résultat ici assez modeste – que du coût humain, et donc politique, accordé au mètre carré de terrain conquis. C’est d’ailleurs à ce moment que les comparaisons avec les grignotages de 1915, ces « expériences à coup d’hommes » pour reprendre les termes de M. Goya dans un autre ouvrage, devenu classique, viennent spontanément à l’esprit[2]. Et c’est précisément pourquoi, et ce malgré les réserves énoncées plus haut, cet indicateur me parait digne d’intérêt malgré de très réelles difficultés d’emploi, et inviter à la lecture des deux dernières infographies parus chez Passés Composés, riches volumes consacrés pour le premier à l’empire napoléonien, pour le second à l’empire franco-allemand[3].

Continuer la lecture de Datavisualiser la compagnie sur le temps long ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Paroles de la guerre de 1870-1871

Sans doute est-il inutile de rappeler ici combien le témoignage est une archive essentielle, y compris lorsqu’on travaille sur la guerre franco-allemande de 1870. En effet, et contrairement à ce qu’affirme une idée reçue, nombreux sont les écrits des contemporains de « l’année terrible » à avoir été conservés[1]. Mais il n’en demeure pas moins que la discipline est insatiable, toujours avide de nouveaux matériaux à soumettre à la sagacité de la recherche. Aussi, on ne peut que remercier le Service historique de la Défense et les éditions Pierre de Taillac de proposer ces « chroniques des hommes en guerre » en 1870-1871, à savoir des textes de combattants mais aussi de civils qui permettent d’embrasser assez largement la période : guerres impériale et républicaine mais aussi siège de Paris et Commune[2].  Il serait illusoire de prétendre en quelques lignes rendre compte de la substantifique moëlle de ces archives réunis par V. Berne et M. Roucaud tant celles-ci sont riches, et par ailleurs complexes. On nous permettra donc de nous focaliser que sur deux éléments particuliers, la dimension matérielle des armées d’une part, d’autre part le discours qui émerge très rapidement chez tous ces écrivants, qui ont pourtant tous peu en commun, pour expliquer d’une seule et même plume, ou presque, la défaite.

Continuer la lecture de Paroles de la guerre de 1870-1871

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De la portée de Clausewitz

Sans doute pourrait-on à juste titre se demander pourquoi recenser ici, en des pages consacrées à la Bretagne et au fait militaire et guerrier entre 1860 et 1962, le livre qu’H. Drévillon consacre à Carl von Clausewitz, volume publié chez Passés composés[1]. Si l’on ne devait avancer qu’un seul argument, outre la remarquable qualité de l’ouvrage, on renverrait probablement à la courte biographie qu’un certain « commandant Chaperon » publie en janvier 1915 dans les colonnes de La Dépêche de Brest – un quotidien généraliste donc – et qui affirme que « le célèbre écrivain militaire allemand qui s’appelle Clausewitz a eu une telle influence sur la formation des cerveaux d’outre-Rhin que l’on peut faire remonter jusqu’à lui leurs dispositions d’aujourd’hui ». En plein « tournant » de la  « guerre totale »[2], un tel propos pourrait étonner. La suite du discours montre qu’en réalité la démonstration est indissociable de la culture du conflit en cours : « Clausewitz a été pour la guerre ce que Kant fut pour la philosophie ; comme pour le solitaire de Königsberg, il a fait école, et à un tel point, que le grand état-major de l’armée allemande est incontestablement l’héritier direct de sa doctrine stratégique et de sa quintessence de Prussien francophobe »[3]. On comprend dès lors tout l’intérêt du livre d’H. Drévillon, ouvrage qui s’apparente moins à une biographie stricto sensu de Clausewitz qu’à une étude sur la construction du champ de la pensée militaire à travers cet auteur (p. 9).

Continuer la lecture de De la portée de Clausewitz

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn