Archives par mot-clé : Géographie

Détail de la couverture de l'ouvrage "Les Ciels de la Grande Guerre. Aquarelles d’André des Gachons, Champagne".

Is sky the limit ? A propos d’André des Gachons

Peut-être faut-il voir là la marque d’un esprit peu aventureux, ou tout du moins lent à déceler l’intérêt d’une problématique, mais après m’être essayé brièvement à l’histoire environnementale du 47e RI, je dois confesser que j’ai longtemps douté de la pertinence de cette approche pour l’histoire de la guerre, tout du moins dans ce qu’elle a de plus opérationnel[1]. Avouons-le sans détour, cet ouvrage très neuf, croisant histoire militaire, mais aussi géographie, histoire de l’art ou encore climatologie, centré sur la figure d’André des Gachons, ne m’a malheureusement pas fait changer d’avis, ce qui du reste n’enlève absolument rien à ses qualités[2].À l’inverse d’un Mathurin Méheut ou d’un Pierre Galle, André des Gachons ne s’intéresse pas aux hommes, aux combattants, mais aux cieux, rien qu’aux cieux (p. 18). Il en résulte un corpus documentaire d’une extraordinaire originalité puisque, comme le rappellent fort justement les auteurs, M. Tabeaud et X. Browaeys, « il est très difficile, faute d’archives, de retrouver les paysages célestes de 1914-1918 » (p. 7). Mais encore une fois, cet ouvrage fort stimulant refermé, je dois avouer ne toujours pas être convaincu par les apports d’une approche environnementale des opérations militaires, l’histoire du combat devant par définition s’intéresser à l’environnement du guerrier, et donc au temps qu’il fait.

Continuer la lecture de Is sky the limit ? A propos d’André des Gachons

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Arch. dép. Morbihan : P 1244, télégramme reçu en préfecture du Morbihan le 30 juin 1915.

De la perception de l’archive sur l’impôt en Grande Guerre

La dimension financière de la Grande Guerre est un aspect fort négligé par l’historiographie, chose que l’on peut du reste regretter. Il y a bien les volumes publiés par le Comité pour l’histoire économique et financière de la France mais ces précieuses synthèses opèrent la plupart du temps dans un cadre national[1]. Pourtant, l’historien J.-L. Mastin a démontré il y a peu tout l’intérêt d’une focale resserrée pour mieux saisir la conduite des agents économiques, en l’occurrence les patrons de la place de Lille, entrepreneurs qui, pour ce qui nous intéressera ici, sont aussi des contribuables[2]. En ce qui concerne la péninsule armoricaine, je n’ai pas connaissance de travaux interrogeant la fiscalité et la perception des taxes et des impôts à l’exception des recherches de B. Touchelay sur la contribution exceptionnelle sur les bénéfices de guerre en Ille-et-Vilaine : c’est dire s’il s’agit là d’un territoire encore vierge[3]. C’est donc muni de ce seul constat, ou presque, que je me suis rendu aux Archives départementales du Morbihan pour sonder la série P, dévolue justement aux finances, au cadastre et aux postes. Si la séance ne s’est pas révélée aussi fructueuse que je l’espérais, elle n’en a pas moins délivré quelques enseignements qu’il n’est peut-être pas inutile de partager sur ce carnet de recherches.

Continuer la lecture de De la perception de l’archive sur l’impôt en Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Barbelés dans le bois de Remières, au nord-est de Seicheprey, en Meurthe-et-Moselle (détail). La Contemporaine : VAL 153/061.

Le barbelé pour saisir la guerre dans sa complexité temporelle

L’histoire du barbelé en Grande Guerre est connue et il n’est vraisemblablement pas utile d’y revenir ici : tant son emploi que ses conséquences sur les opérations sont désormais bien appréhendés par l’historiographie[1]. F. Cochet, à qui l’on doit le concept de « système-tranchées », a d’ailleurs synthétisé récemment, et en quelques mots seulement, toute la complexité du warfare qui se développe sur le front ouest lors du premier conflit mondial : « entre la fin de l’année 1914 et le printemps 1918, la guerre connaît une situation militaire paradoxale : elle se technologise sans cesse mais, malgré cette sophistication technologique croissante, elle ne parvient pas à sortir des tranchées »[2]. C’est cette réalité d’un fil barbelé qui résiste à l’artillerie toujours plus puissante, aux gaz, aux chars d’assaut ou encore aux lance-flammes et aux mitrailleuses, que je souhaite interroger ici mais moins pour ce que cette ronce métallique dit du champ de bataille que pour ce qu’elle trahit des multiples temporalités qui régissent le fait militaire. Pour cela, j’opérerai en trois temps, d’abord celui de l’individu, puis celui des sociétés belligérantes avant, enfin, d’appréhender la simultanéité des couches chronologiques.

Continuer la lecture de Le barbelé pour saisir la guerre dans sa complexité temporelle

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte de la Bretagne (détail) par Félix Benoist, XIXe siècle. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.6434.

Pour une histoire connectée de la Bretagne en 1870-1871

La presse en tant que source est, pour qui travaille sur la période contemporaine, et ce quel que soit ou presque le sujet envisagé, une évidence. Le journal est quasiment un réflexe de la sagacité historienne tant nombreuses sont les informations que l’on peut y puiser. Pourtant, l’archive n’est pas non plus sans biais, notamment lorsqu’il est question d’approches genrées. Contrairement à la figure de la munitionnette pendant 1914-1918, l’ouvrière d’arsenal n’est absolument pas mise en lumière, alors qu’un certain nombre d’annonces publiées dans la presse montrent qu’elles sont recherchées par les industries de guerre, notamment pour la confection des cartouches et des obus[1]. Elles sont d’ailleurs présentes en nombre au sein des ateliers de production, comme le démontre le bilan publié par le Phare de la Loire à la suite de l’explosion, le 15 novembre 1870, d’une de ces fabriques situées près du pont de Pirmil, à Nantes[2]. Là chose est connue et je ne souhaite pas insister outre mesure sur ce point[3]. En revanche, ce qui me paraît intéressant de rappeler, c’est combien la presse témoigne d’un système médiatique globalisé reposant sur une grande circulation de l’information. Or, lorsqu’on s’intéresse à la séquence 1870-1871, cette réalité contrevient frontalement à la représentation victimaire propagée par l’historiographie identitaire bretonne, grille de lecture postulant une péninsule armoricaine coupée du monde et entièrement ou presque anéantie – volontairement de surcroît – à Conlie. Indépendamment de ce qu’elle peut dire, ou ne pas dire, c’est donc aussi en tant que réalité technique, économique et culturelle que la presse est riche d’enseignements.

Continuer la lecture de Pour une histoire connectée de la Bretagne en 1870-1871

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Arch. dép. Morbihan : N 134.

Les Conseils d’arrondissements du Morbihan en 1870

L’un des aspects les plus intéressants du récent ouvrage de J. Foa sur la Saint-Barthélemy est ce qu’il dit du regard nécessairement biaisé de l’historien, vision prompte à déceler dans la moindre archive une trace ayant trait à ce qu’il étudie, comme si le temps se réduisait au champ d’étude. Or, « il y a de fait toujours une pluralité de contextes, qui se recouvrent à la manière des tuiles, partiellement »[1]. Autrement dit, y compris pendant l’Année terrible, on se marie, on se dispute, on entreprend, on paie ses impôts, même sur les portes et fenêtres… bref, on vit. Or cette réalité vient indéniablement diminuer la portée de ce concept d’Année terrible[2]. Dès lors, pour tenter de saisir non plus la guerre de 1870-1871 mais cette séquence chronologique marquée certes par un conflit majeur mais que celui-ci ne saurait résumer intégralement, il convient de consulter des archives adjacentes, conférant un regard sur la période renvoyant à un réel advenu mais non nécessairement militaire ou institutionnel. C’est là qu’interviennent, pour le propos de ce billet, les Conseils d’arrondissement du département du Morbihan. Véritables angles morts de l’historiographie, ces assemblées, qui feront prochainement l’objet d’un colloque organisé par mes amis M. Boisdron et F. Prigent pour la Société française d’histoire politique, constituent de ce point de vue une porte d’entrée particulièrement intéressante.

Continuer la lecture de Les Conseils d’arrondissements du Morbihan en 1870

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Druides lors des fêtes celtiques organisées en juillet 1906 à Saint-Brieuc (détail). Musée de Bretagne : 993.0030.102.

1906 : les fêtes celtiques… et militaires de Saint-Brieuc

Les « fêtes celtiques » organisées à Saint-Brieuc les 22 et 23 juillet 1906 n’ont guère suscité d’intérêt dans l’historiographie. Pourtant, les Archives municipales du chef-lieu du département des Côtes-du-Nord conservent une passionnante série de cartes postales nous permettant de prendre la teneur de cette manifestation, tandis que le Musée de Bretagne propose dans ses collections en partage un négatif sur verre[1]. La presse locale est particulièrement précieuse et détaille minutieusement le programme de ces festivités, un programme qui accorde une large place au fait militaire et en dit long sur l’imbrication des appartenances régionale et nationale.

Continuer la lecture de 1906 : les fêtes celtiques… et militaires de Saint-Brieuc

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De la géographie symbolique en sortie de guerre : processions vannetaises en juillet 1919

Intercalée par un hasard de calendrier entre la signature du traité de Versailles, le 28 juin 1919, et la fête de la Victoire, organisée le 14 juillet suivant, la commémoration du 500e anniversaire de la mort de Vincent Ferrier donne lieu, à Vannes, à une vaste démonstration de force catholique orchestrée par l’évêque, Mgr Alcime Gouraud. Ni le message politique, ni la portée de ce jubilé ne sont l’objet de ce billet. Ce qui importe ici est de voir comment ces manifestations participent d’une véritable occupation de l’espace public visant à affirmer non seulement le poids de Dieu dans la victoire mais la primauté de l’Église face à tout autre pouvoir, entendu celui de la République laïque.

Continuer la lecture de De la géographie symbolique en sortie de guerre : processions vannetaises en juillet 1919

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La mémoire entre culture de guerre et syndrome

Tiré d’un mémoire d’habilitation à diriger des recherches, l’ouvrage que N. Castagnez fait paraître aux Presses universitaires de Rennes s’imposera à n’en pas douter comme un volume indispensable tant il est certain qu’il vient combler un vide historiographique[1]. En effet, si les mémoires gaullistes et communistes des guerres sont aujourd’hui bien connues, les mémoires socialistes, sans doute plus complexes car mouvantes et multiples, n’avaient jusqu’à la publication de ce livre fait l’objet d’aucune étude exhaustive (p. 22). C’est dire donc l’importance de cette publication dont l’un des grands mérites est de prendre toute la mesure du poids du monde combattant, qu’il s’agisse d’associations de Résistants ou de déportés mais aussi de la FNACA, et donc de rappeler sa nature fondamentalement politique, même si l’arrimage à une formation partisane ne va pas toujours de soi. Compte tenu de l’important réservoir de voix que constituent aussi les titulaires de la carte du combattant – 4 millions d’individus en 1976 (p. 348) soit, quand on veut bien y réfléchir, une situation qui ne contraste guère avec ce que l’on peut observer pendant les années 1930 – on comprend aisément que les socialistes soient en maintes occasion dans l’obligation de se livrer à de véritables exercices d’équilibriste (p. 335). C’est précisément ce que s’attache à montrer N. Castagnez avec cette enquête aussi dense – plus de 400 pages – que passionnante.

Continuer la lecture de La mémoire entre culture de guerre et syndrome

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De la biopsie en histoire

J’ai eu la chance de rencontrer C. Dhennin-Lalart à l’automne 2014, lors d’un colloque organisé par R. Porte, D. Barjot et F. Cochet pour la Commission française d’histoire militaire. Elle était à quelques semaines de soutenir sa thèse, et nous avions échangé quelques mots alors que je débutais la mienne. Sa démarche me semblait absolument passionnante : prendre une toute petite partie du front – en l’occurrence le pays de Weppes, en Flandre française – et l’étudier le plus finement possible, des deux côtés du no man’s land. Pour qui s’intéresse aux variations d’échelles en histoire, il y avait là la réalisation concrète d’une belle idée trop rarement mise en œuvre, la biopsie[1]. C’est donc avec une réelle gourmandise que je me suis saisi du livre publié aux Presses universitaires de Rennes et tiré de ce doctorat[2]. Pourtant, mon enthousiasme a été rapidement douché en apprenant, lors de la lecture de la quatrième de couverture, la mort de l’autrice, en 2020.

Continuer la lecture de De la biopsie en histoire

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De la portée de Clausewitz

Sans doute pourrait-on à juste titre se demander pourquoi recenser ici, en des pages consacrées à la Bretagne et au fait militaire et guerrier entre 1860 et 1962, le livre qu’H. Drévillon consacre à Carl von Clausewitz, volume publié chez Passés composés[1]. Si l’on ne devait avancer qu’un seul argument, outre la remarquable qualité de l’ouvrage, on renverrait probablement à la courte biographie qu’un certain « commandant Chaperon » publie en janvier 1915 dans les colonnes de La Dépêche de Brest – un quotidien généraliste donc – et qui affirme que « le célèbre écrivain militaire allemand qui s’appelle Clausewitz a eu une telle influence sur la formation des cerveaux d’outre-Rhin que l’on peut faire remonter jusqu’à lui leurs dispositions d’aujourd’hui ». En plein « tournant » de la  « guerre totale »[2], un tel propos pourrait étonner. La suite du discours montre qu’en réalité la démonstration est indissociable de la culture du conflit en cours : « Clausewitz a été pour la guerre ce que Kant fut pour la philosophie ; comme pour le solitaire de Königsberg, il a fait école, et à un tel point, que le grand état-major de l’armée allemande est incontestablement l’héritier direct de sa doctrine stratégique et de sa quintessence de Prussien francophobe »[3]. On comprend dès lors tout l’intérêt du livre d’H. Drévillon, ouvrage qui s’apparente moins à une biographie stricto sensu de Clausewitz qu’à une étude sur la construction du champ de la pensée militaire à travers cet auteur (p. 9).

Continuer la lecture de De la portée de Clausewitz

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Bretagne dans « l’année terrible » : un essai de géographie

La séquence 1870-1871 est marquée par de grands mouvements : ceux des troupes pendant la guerre franco-allemande mais aussi ceux de nombreux séismes politiques, de la chute de l’Empire à la proclamation de la République, en passant par la Commune de Paris. Bien souvent, à en croire la vulgate mémorielle, la Bretagne apparaît en périphérie de ces dynamiques, immobile comme ces soldats englués dans la boue du camp de Conlie. Pourtant, c’est une toute autre géographie qui émane des archives, la péninsule armoricaine n’étant nullement exclue de « l’année terrible », bien au contraire. La mémoire n’est pas l’histoire et le souvenir associé à la Bretagne pendant la séquence 1870-1871 – grille de lecture bien souvent orientée et focalisée sur le seul camp de Conlie – ne saurait résumer la période. Si aucun combat ne se déroule dans la péninsule armoricaine, la région est au premier rang de bien des mouvements de troupes tout en constituant une sorte d’arrière jugé relativement sûr : en témoignent les bijoux de la Couronne impériale et les trésors du Musée du Louvre entreposés par mesure de sécurité à Brest. Dès lors, c’est l’image d’un espace à la fois en périphérie mais en même temps parfaitement connecté à la succession des événements qui se dévoile. Le propos n’est donc pas ici d’esquisser l’histoire de la Bretagne, des Bretonnes et des Bretons pendant la fort complexe séquence 1870-1871 mais, plus modestement, de tenter un état des lieux, une sorte de tableau nullement exhaustif de la péninsule armoricaine pendant cette période et de montrer, ce faisant, combien elle s’insère dans l’histoire globale de « l’année terrible »[1].

Continuer la lecture de La Bretagne dans « l’année terrible » : un essai de géographie

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Photographie de soldat français publiée en première page du Miroir le 31 mars 1940 (détail). Gallica / Bibliothèque nationale de France.

Roger Bellégou ou l’entrée en Seconde Guerre mondiale du pays de Guingamp

Roger Bellégou est un non-seulement un quasi-inconnu mais un non-objet d’histoire. Né le 30 avril 1920 au Merzer, petite commune située à quelques kilomètres seulement de Guingamp, il est répertorié comme étant mort pour la France le 25 septembre 1939 en Sarre, alors que même pas âgé de 20 ans. Un décès prématuré qui non seulement n’est pas évoqué par la presse des Côtes-du-Nord (La Presse guingampaise, Le Moniteur des Côtes-du-Nord mais aussi des titres diffusés dans ce département comme l’édition rennaise de L’Ouest-Eclair ou encore La Dépêche de Brest), alors que ce jeune breton compte parmi les premières victimes de la campagne en cours, mais qui paraît être passé sous silence. Or celui-ci est particulièrement instructif et dit, d’une certaine manière l’entrée en Seconde Guerre mondiale du pays de Guingamp.

Continuer la lecture de Roger Bellégou ou l’entrée en Seconde Guerre mondiale du pays de Guingamp

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Rendez-vous le 26 septembre aux Champs libres !

La séquence 1870-1871 est marquée par de grands mouvements : ceux des troupes pendant la guerre franco-allemande mais aussi ceux de nombreux séismes politiques, de la chute de l’Empire à la proclamation de la République, en passant par la Commune de Paris. Bien souvent, la Bretagne apparaît en périphérie de ces dynamiques, immobile comme ces soldats englués dans la boue du camp de Conlie. Pourtant, c’est une toute autre géographie qui émane des archives, la péninsule armoricaine n’étant nullement exclue de « l’année terrible », bien au contraire. C’est cette réalité que j’aurais le plaisir d’esquisser le 26 septembre prochain, aux Champs libres, lors d’une conférence en appui du film Kerfank, la colline oubliée, de Pierre-François Lebrun.

Continuer la lecture de Rendez-vous le 26 septembre aux Champs libres !

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Vue du cargo Frank Delmas, sans lieu ni date. Collection particulière.

Irénée Audrain, le Frank Delmas et l’idée de front intérieur

Les informations maritimes publiées par le quotidien catholique rennais L’Ouest-Eclair, et la presse de manière plus générale, donnent une bonne idée de la géographie subjective qui peut être celle des Bretons pendant la Grande Guerre. Ce faisant, il ne s’agit pas de désigner l’inscription physique qui peut être la leur mais bel et bien de tenter de circonscrire leur univers géographique mental, cet espace étant bien entendu beaucoup plus vaste. C’est ainsi par exemple que ce journal mentionne par deux fois au cours de l’année 1915 le cargo Frank Delmas : une première fois en mai 1915 à l’occasion de son arrivée à Sagres, au Portugal, en provenance d’Alger ; une seconde fois en septembre 1915 alors qu’il croise, toujours revenant d’Afrique du Nord et selon toute vraisemblance à destination du Pays de Galles, sous les îles Scilly[1]. La présence de ce bâtiment basé à La Rochelle dans les colonnes de L’Ouest-Eclair pourra étonner. Pourtant, ses liens avec la péninsule armoricaine sont réels et attestés par les sources. En janvier 1914, on sait par exemple qu’il décharge à Nantes 2 849 tonnes de phosphate en provenance de Bougie, aujourd’hui Béjaïa, en Algérie[2]. Une autre escale ligérienne est attestée en novembre 1916 quand ce cargo décharge dans la Cité des Ducs une cargaison de charbon en provenance de Swansea, au Pays de Galles[3]. De plus, on sait qu’un certain nombre de membres de l’équipage du Frank Delmas sont bretons, à l’instar d’Irénée Audrain, natif de Plancoët et inscrit maritime de ce même quartier[4].

Continuer la lecture de Irénée Audrain, le Frank Delmas et l’idée de front intérieur

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Résistance en ses frontières : Jade objet d’histoire ?

Faire l’histoire d’un réseau de résistance pendant la Seconde Guerre mondiale est chose éminemment difficile. Lorsqu’il s’agit en plus de Jade, structure à double blanche liée non à la France libre mais à l’Intelligence Service britannique (IS), et dont de nombreuses ramifications parcourent la Bretagne, la tâche est sans doute encore un peu plus ardue. C’est dire si la démarche entreprise par A. Kervella dans ce livre qu’il publie chez Nouveau monde éditions est complexe[1]. Le texte, semblable par bien des égards à un gigantesque kaléidoscope, le reflète pour partie et le lecteur peut parfois perdre pied face à la multitude de récits et de portraits qu’il recèle, comme dans une sorte d’interminable roman choral. C’est d’ailleurs, paradoxalement, ce qui fait la force de ce volume qui constituera, grâce à un judicieux index nominatif, qui aurait pu être doublé d’un index des lieux, un très utile outil de travail pour toutes celles et ceux dont les recherches portent justement sur la Seconde Guerre mondiale. Pour autant, il nous semble que cette enquête pâtit d’un manque de réflexion sur l’objet en lui-même.

Continuer la lecture de La Résistance en ses frontières : Jade objet d’histoire ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale. Collection particulière.

La commune : événement local, écho global ?

Dans un tweet publié dans la soirée du 14 mars 2021, A. Loez a diffusé quelques coupures de presse de L’Humanité, du Petit parisien ou encore du Temps, journaux datés du 28 au 30 mai 1921 et ayant pour but d’illustrer les traitements différenciés du cinquantième anniversaire de la Commune de Paris et, en l’occurrence, sa répression à l’issue de la « semaine sanglante ». Le propos de cet historien est limpide : montrer comment cette commémoration fait la une du quotidien communiste, la mémoire étant l’outil politique du temps présent, et comment elle est passée sous silence par d’autres titres, suivant leurs inclinaisons idéologiques. Très pertinente, cette série de tweets appelle néanmoins quelques remarques quant au capital politique que peut représenter, en 1921, la Commune de Paris ; une dimension qui ne peut être déconnectée de la géographie de l’événement.

Continuer la lecture de La commune : événement local, écho global ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Vue prise sur el boulevard de la Liberté à Rennes, sans date. Musée de Bretagne: 990.0032.251.

La Bretagne au prisme de la zone réservée (1940-1944)

La géographie de la Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Si le Kreiz Breizh ne semble à première vue pas comporter d’enjeux particuliers, tel n’est pas le cas des ports de Brest, Lorient et Saint-Nazaire, tout particulièrement de ces bases de sous-marins qui placent la péninsule armoricaine aux avant-postes de la dimension navale du conflit. De la même manière, un certain nombre de flux cruciaux passent par la Bretagne : voies de chemin de fer ainsi que lignes téléphoniques et télégraphiques reliant directement Paris à Brest constituent autant d’axes primordiaux pour le Reich : c’est ni plu ni moins que l’accès à l’Atlantique de Berlin qui est en jeu ici. Or ce sont précisément ces dimensions qu’il conviendra d’avoir à l’esprit à l’occasion de la journée d’études qui se déroulera à Besançon, et en ligne, le 9 avril prochain.

Continuer la lecture de La Bretagne au prisme de la zone réservée (1940-1944)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

À propos de la sortie de la Grande Guerre

Curieux ouvrage que ce volume collectif dirigé par J.-P. Bled et J.-P. Deschodt et consacré aux conséquences de la Grande-Guerre sur une chronologie désormais bien connue, 1919-1923[1]. Offrant un vaste panorama centré sur les questions diplomatiques, économiques mais également culturelles et sociales, le livre manque pourtant singulièrement de liant. En effet, les communications ne sont pas regroupées en parties et le lecteur a rapidement l’impression d’un kaléidoscope d’articles à l’intérêt par ailleurs très inégal. Certes, là est une constante des volumes collectifs mais force est d’admettre que si ce livre comporte quelques très stimulants passages, il admet aussi des pages dont on est en droit de se demander s’il était bien opportun de les publier. Tour d’horizon d’un ouvrage foisonnant (plus de 600 pages) mais éminemment contrasté.

Continuer la lecture de À propos de la sortie de la Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Commune au prisme des Bretons et du XIVe arrondissement

Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social, autrement dit le Maitron, est définitivement une œuvre à part. Comme une sorte de Sagrada familia de l’histoire sociale, ce titanesque chantier est en perpétuel avancement et ne sera d’ailleurs jamais terminé. Il y aura en effet toujours de nouvelles archives à exploiter et des notices inédites à rédiger ; sans compter bien évidemment le temps qui passe et qui, ce faisant, instaure d’autres périodes à investir. Aussi, c’est bien d’un horizon d’attente en perpétuel recul dont il s’agit avec ce dictionnaire unique, à la fois outil pour historien, lieu de mémoire… et tremplin pour de nouvelles enquêtes. C’est précisément ce que montre le récent volume collectif coordonné par M. Cordillot et consacré à la Commune de Paris, formidable ouvrage publié par les éditions de l’Atelier[1]. D’une richesse incroyable, ce volume propose non seulement de nombreuses notices biographiques mais également maints développements explorant telle ou telle dimension de l’événement, de la flottille de la Commune à aux francs-maçons qui y ont participé sans oublier la Poste ou encore la question des loyers… Précisons de surcroît que cet ouvrage est loin de faire doublon avec le site internet du Maitron puisque celui-ci, profitant pleinement des possibilités offertes par la géolocalisation, propose un certain nombre de cartes parfaitement stimulantes. Or c’est précisément en examinant l’une d’entre elles que l’idée nous est venue d’interroger la Commune de Paris, via le Maitron, sous l’angle de la diaspora bretonne et, plus précisément du quartier Montparnasse et du XIVe arrondissement[2].

Continuer la lecture de La Commune au prisme des Bretons et du XIVe arrondissement

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Bretagne des 10 et 11e régions militaires. Extrait d'une carte publiée dans les années 1880. Musée de Bretagne: 987.0083.1.7.

De l’inscription dans des territoires militaires artificiels

Dans un article de la revue Economie rurale publié en 1977, la géographe A. Guellec affirme que le département des Côtes-du-Nord, aujourd’hui des Côtes d’Armor, est « parfaitement artificiel ». A l’en croire, ce cadre géographique serait « contraire à des habitudes millénaires » et illustrerait, même, « on ne peut mieux la géographie administrative de la Révolution »[1]. Plus de quarante ans plus tard, un propos tel que celui-ci ne manque pas de laisser songeur : certes, en 1790, le département est un espace neuf donc nécessairement « artificiel » mais il n’en demeure pas moins qu’au fil du temps la population s’y identifie, voire même s’y attache réellement. En témoignent les vastes débats du tournant des années 1990 au moment de la transition des Côtes-du-Nord vers les Côtes d’Armor. Et quid des régions militaires ? Tout aussi parfaitement artificielles, elles naissent à la suite de la défaite de 1870 mais n’empêchent pas que se développe un esprit de corps propre aux corps d’armées. De quoi inciter à la réflexion !

Continuer la lecture de De l’inscription dans des territoires militaires artificiels

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Quiberon au prisme du fait militaire et guerrier

Historien reconnu de la chose maritime et des mondes littoraux, G. Le Bouëdec publie aux éditions Coop Breizh une formidable synthèse sur la presqu’île de Quiberon, espace appréhendé sur une période courant du XVIIIe siècle à la Seconde Guerre mondiale[1]. Richement illustré, doté de splendides cartes et par ailleurs très accessible, cet ouvrage entend montrer comment le « pays des deux mers » passe d’un modèle socio-économique complexe, basé sur l’agriculture, la pêche et le cabotage, à une « mono-activité résidentielle et nautique » (p. 188) avec l’essor du tourisme de masse, dans la seconde partie du XXe siècle. Pour autant, c’est au prisme du fait militaire et guerrier que nous avons choisi de rendre compte de cette passionnante monographie, manière de rappeler combien ces problématiques sont centrales pour la période 1860-1962 qui préoccupe ce carnet de recherche.

Continuer la lecture de Quiberon au prisme du fait militaire et guerrier

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Couverture de ROUSSET, commandant Léonce, Histoire populaire de la guerre de 1870-1871, Paris, La Librairie illustrée, sans date (détail).

A propos d’une histoire populaire… de la guerre de 1870-1871.

Malgré le succès rencontré ces derniers mois par M. Zancarini-Fournel, G. Noiriel ou par A. Croix, G. Guillaume, D. Guyvarc’h et T. Guidet avec leurs « histoires populaires » respectives, force est de constater que cette expression n’est pas neuve[1]. En témoigne notamment un volume célèbre, L’Histoire populaire de la guerre 1870-1871, publié vraisemblablement au mitan des années 1890 par le commandant Léonce Rousset, alors professeur à l’Ecole de guerre[2]. Mais reste une question qui demeure entière : qu’est-ce au juste que l’histoire populaire ? En nous basant sur l’exemple particulier que constitue cet ouvrage sans pour autant nous livrer à un exercice exégétique, nous tenterons d’avancer ici quelques éléments de réponse et pistes de réflexion.

Continuer la lecture de A propos d’une histoire populaire… de la guerre de 1870-1871.

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Sortir les flux du règne du présentisme

En s’opposant, le 11 mai 1950, au passage d’un train provenant de Brest et transportant vers Rochefort des canons destinés au corps expéditionnaire français déployé en Indochine, les « 12 de Saint-Brieuc » portent atteinte à l’effort de guerre français en Extrême-Orient. Ce faisant, ces militants communistes nous montrent, malgré-eux que la Bretagne, d’une certaine manière, a pu constituer un véritable « arrière » de ce lointain « front » situé en Asie. Autrement dit, ils nous montrent combien une mobilisation militaire est tributaire d’un certain nombre de flux que sont les acheminements en armes, munitions et hommes, mais aussi la diffusion d’informations permettant de partir à la conquête de l’assentiment des opinions publiques. Or, c’est parce que la guerre est par nature une compétence régalienne que l’histoire de ces « 12 de Saint-Brieuc » invite à se pencher sur le passionnant ouvrage collectif que viennent de publier aux éditions Arbre bleu N. Patin et D. Pinsolle, volume intitulé « Déstabiliser l’État en s’attaquant aux flux »[1].

Continuer la lecture de Sortir les flux du règne du présentisme

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Joconde, Brest et la guerre de 1870

Le livre que P. Gourlay consacre, aux excellentes éditions Locus Solus, au transfert à Brest, pendant la guerre de 1870, de 293 chefs-d’œuvre du musée du Louvre pourrait apparaître de prime abord anecdotique[1]. Certes, il s’agit-là d’une histoire originale et de surcroît truffée de grands noms puisque s’y croisent Léonard de Vinci, Le Caravage, Véronèse, Rubens et Raphaël mais aussi l’impératrice Eugénie, Jules Simon, Gustave Courbet ou encore Edmond de Goncourt. Mais ne voir dans ce volume qu’un simple « coup éditorial » serait passer à côté de l’essentiel puisque cet ouvrage permet de tirer un certain nombre d’enseignements qui, indéniablement, contribuent à une meilleure compréhension de l’histoire de la guerre de 1870. En effet, comme dans tout bon essai de micro-histoire, les conclusions de ce Louvre au secret dépassent de très loin le cadre de la seule cité du Ponant.

Continuer la lecture de La Joconde, Brest et la guerre de 1870

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Bretagne au cœur de la Seconde guerre mondiale (navale) ?

Parmi les nombreuses qualités qui sautent aux yeux du lecteur de cette Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale que publie C. L. Symonds aux éditions Perrin, il y a cette manière assez extraordinaire d’articuler récit haletant et analyse méticuleuse[1]. Autrement dit, comment concilier dans la même plume la verve d’un Douglas Reeman – ou d’un Nicholas Monsarrat, que l’auteur cite (p. 162) – et d’un Philippe Masson ? Là n’est pas la moindre prouesse d’un ouvrage volumineux, vaste fresque frôlant le millier de pages et naviguant sur tous les océans du globe ou presque. Or, pour qui s’intéresse à l’histoire de la péninsule armoricaine, ce livre pose nécessairement la place de la centralité de la Bretagne dans la dimension maritime de la séquence 1939-1945.

Continuer la lecture de La Bretagne au cœur de la Seconde guerre mondiale (navale) ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Oeuvre d'Auguste Nayel (détail). Archives Elisabeth Loir-Mongazon.

D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918

Sur une invitation de la Région Bretagne, j’ai eu le plaisir de donner le 23 septembre 2020, au Ti Ar Vro de Saint-Brieuc et dans le cadre des Journées européennes du patrimoineune conférence intitulée « D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918 ». Prenant acte d’une part du foisonnement des questionnements relatifs à la séquence 1870-1871, d’autre part des perspectives offertes par l’exploration de la chronologie ressentie, et non plus strictement diplomatique, du conflit, j’ai procédé à l’analyse de l’une de ces passerelles permettant de dérouler le fil de ces représentations mentales qui, comme en germination, semblent éclore pendant la Première Guerre mondiale. C’est le verbatim de cette conférence que je vous propose de découvrir dans les lignes qui suivent.

Continuer la lecture de D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

"La Bonneterie troyenne, intérieur d'usine moderne" (détail), carte postale. Collection particulière.

Engoulvent et l’ubiquité

La ville de Dinan, sous-préfecture des Côtes d’Armor, n’est pas connue pour son riche passé industriel. Bien au contraire. Pourtant, le quartier d’Engoulvent, et plus précisément l’usine de bonneterie sise rue Charles Beslay, rappelle le passé textile de la ville. Une épopée aujourd’hui oubliée qui, à la suite des travaux de l’historien J.-L. Mastin invite à une relecture de la géographie de la péninsule armoricaine pendant la Première Guerre mondiale.

Continuer la lecture de Engoulvent et l’ubiquité

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Capture d'écran du site « Territoire et Trajectoire de la Déportation ».

Pour une approche spatiale de la Shoah en Bretagne

Durant les années 1930, la péninsule armoricaine n’est pas ce que l’on peut appeler un important foyer de peuplement juif. Cela ne signifie pas que l’antisémitisme n’y est pas présent, bien au contraire. On se rappelle d’ailleurs qu’à l’été 1899 tous les projecteurs sont braqués sur Rennes, puisque le chef-lieu de la 10e région militaire accueille le procès en révision du capitaine Alfred Dreyfus. Mais le fait est que la déportation par mesure de persécution est statistiquement moins importante en Bretagne que dans d’autres régions de l’hexagone. C’est ce que montre de manière très éloquente la cartographie des enfants juifs déportés depuis la France de juillet 1942 à août 1944, remarquable travail, consultable en ligne, que l’on doit à J.-L. Pinol, E. Debono et S. Zeitoun. Ces historiens invitent en effet à une approche spatiale de la Shoah, démarche à laquelle on ne peut que souscrire et qui nous semble d’autant plus féconde que le numérique permet justement de se livrer à ces stimulants jeux d’échelle[1].

Continuer la lecture de Pour une approche spatiale de la Shoah en Bretagne

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn