Archives par mot-clé : Général

Insigne des blessés de la tuberculose d'Ille-et- Vilaine, 1918. Musée de Bretagne : 949.3089.

Carle Bahon au prisme du patriotisme… et de la plus Grande Guerre

Dans son édition du 6 février 1910, le quotidien catholique L’Ouest-Éclair qualifie le socialiste Carle Bahon de « plus élégant des conseillers municipaux » rennais[1]. Quand on connaît les attaques, fort peu élégantes du reste, dont fait l’objet celui qui devient maire du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine entre 1925 et 1929, un tel propos ne manque pas d’interpeller. Il est vrai que le Musée de Bretagne conserve un portrait de lui, cliché posé figurant un homme manifestement distingué, peut-être même dandy. Mais faut-il vraiment prendre au pied de la lettre ce qualificatif ? Ne faut-il pas au contraire pas y voir une marque d’ironie cinglante, quand on sait les attaques publiques dont fait l’objet ce maître de conférences en langue et littérature allemande à la faculté de Rennes ? C’est ainsi par exemple que, dans son édition du 22 mai 1926, Le Nouvelliste de Bretagne, sous la plume de Louis Téry, un ancien prisonnier de guerre pendant la Première Guerre mondiale, affirme que l’on aurait « probablement tort d’attendre » de la part du maire de Rennes « des gestes empreints d’une élégance purement française »[2]. Né d’une mère allemande, Carle Bahon voit en effet régulièrement son patriotisme mis en doute par la frange la plus xénophobe et nationaliste de l’opinion rennaise. Autant d’attaques qui méritent une mise en perspective.

Continuer la lecture de Carle Bahon au prisme du patriotisme… et de la plus Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Bretagne des 10 et 11e régions militaires. Extrait d'une carte publiée dans les années 1880. Musée de Bretagne: 987.0083.1.7.

De l’inscription dans des territoires militaires artificiels

Dans un article de la revue Economie rurale publié en 1977, la géographe A. Guellec affirme que le département des Côtes-du-Nord, aujourd’hui des Côtes d’Armor, est « parfaitement artificiel ». A l’en croire, ce cadre géographique serait « contraire à des habitudes millénaires » et illustrerait, même, « on ne peut mieux la géographie administrative de la Révolution »[1]. Plus de quarante ans plus tard, un propos tel que celui-ci ne manque pas de laisser songeur : certes, en 1790, le département est un espace neuf donc nécessairement « artificiel » mais il n’en demeure pas moins qu’au fil du temps la population s’y identifie, voire même s’y attache réellement. En témoignent les vastes débats du tournant des années 1990 au moment de la transition des Côtes-du-Nord vers les Côtes d’Armor. Et quid des régions militaires ? Tout aussi parfaitement artificielles, elles naissent à la suite de la défaite de 1870 mais n’empêchent pas que se développe un esprit de corps propre aux corps d’armées. De quoi inciter à la réflexion !

Continuer la lecture de De l’inscription dans des territoires militaires artificiels

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Estampe de Jean-François Huguet représentant le grand incendie qui ravage Rennes en 1720 (détail). Musée de Bretagne: 2016.0000.3389

L’Invisible 150e anniversaire du grand incendie de 1720

Le grand incendie qui ravage une grande part de la ville de Rennes du 22 au 29 décembre 1720 compte assurément parmi les pierres angulaires de la mémoire de la ville[1]. Le processus de reconstruction qui fait suite au sinistre accouche d’ailleurs de l’urbanisme que nous connaissons encore aujourd’hui et dit, d’une certaine manière, combien cette catastrophe est physiquement inscrite dans les murs du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine. En cette année de tricentenaire, et malgré les aléas de la crise sanitaire du Covid-19 qui ont conduit au report d’un certain nombre de manifestations scientifiques, ce souvenir est particulièrement présent. Mais tel n’a pas toujours été le cas. C’est ainsi que le 150e anniversaire de la tragédie est complètement passé sous silence. Il est vrai que le contexte – la France est alors en pleine de guerre de 1870 – n’est pas particulièrement favorable.

Continuer la lecture de L’Invisible 150e anniversaire du grand incendie de 1720

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Jean Janvier lors de la venue à Rennes du maréchal Foch le 7 juillet 1921 (détail). Musée de Bretagne: 2005.0050.3.

Jean Janvier et l’Armée : la marque de « l’esprit militaire » ?

Les Souvenirs publiés par Jean Janvier sont une source bien connue. Publié par les Presses universitaires de Rennes, ce texte autobiographique de l’emblématique maire du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine est accessible, gratuitement, depuis le début de l’année 2018, sur le portail OpenEditions Books. Les historiens de la Grande Guerre n’ignorent pas cette archive puisqu’elle donne un intéressant point de vue sur la vie municipale pendant le conflit, dans une ville confrontée à l’afflux de blessés, de réfugiés et de prisonniers ainsi qu’à une inflation galopante. Mais le fait militaire n’est pas présent dans ce récit composé à la première personne que lors de la séquence 1914-1918. Au contraire, l’Armée s’y révèle omniprésente, ce qui n’est pas sans interroger. Dès lors, il nous importera de bien faire la part des choses entre ce qui relève de l’inclination personnelle, puisque Jean Janvier confesse lui-même avoir « l’esprit militaire », et ce qui découle d’un cadre plus général, c’est-à-dire la centralité, y compris en Bretagne mais plus encore à Rennes, de l’institution dans cette France des années 1880-1914.

Continuer la lecture de Jean Janvier et l’Armée : la marque de « l’esprit militaire » ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Timbre poste (détail). Collection particulière.

Les Bretons sont sur tous les fronts… mais pas forcément dans le même camp

Ayant fait l’objet d’une abondante littérature, dont s’est fait écho la défunte publication en ligne En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne à l’occasion d’un numéro spécial publié à l’été 2016, les ressorts de l’engagement conservent tous leurs mystères et ne cessent d’étonner. C’est que nous avons souligné il y a quelques mois à propos du « réflexe patriotique » des « 128 de l’île de Sein ». C’est aussi ce que montre les Barazer de Lannurien. Comment deux cousins en viennent-ils à combattre dans des camps radicalement opposés en 1944, l’un contre le Troisième Reich aux côté des partisans slovaques, Georges Barazer de Lannurien, l’autre aux côtés des nazis, sous l’uniforme de la division Charlemagne, François Barazer de Lannurien ? Engagé à 17 ans, ce Breton combat sur le front de l’Est et participe à la retraite allemande jusqu’au dernier moment, dans les faubourgs de Berlin, et reçoit même la Croix de fer quelques jours avant l’effondrement définitif du Reich prétendument millénaire.

Continuer la lecture de Les Bretons sont sur tous les fronts… mais pas forcément dans le même camp

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le fameux général présent à ce mariage et que l'on cherche à identifier (capture d'écran). Cinémathèque de Bretagne: Saint-Brieuc et divers : 1927-1934 {rushes} [3849] 1927 à 1934 | Louis Bogrand.

Qui est ce général ?

A la faveur du confinement imposé par l’épidémie de Covid-19, la Cinémathèque de Bretagne a ouvert ses collections au plus large public et propose ainsi, gratuitement, plus de 6 000 films, soit autant d’archives absolument passionnantes, y compris pour un historien du fait militaire et guerrier. Parmi les documents qui ont attiré notre attention, il y a une séquence tirée d’un montage de rushes tournés par un certain Louis Bogrand à Saint-Brieuc, entre 1927 et 1934[1]. Il n’en faut pas plus pour être interpellé par la source et mener l’enquête…

Continuer la lecture de Qui est ce général ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn