Archives par mot-clé : Front populaire

Quand l’uniforme forme la jeunesse… et le mouvement ouvrier de la IIIe République. Eléments prospectifs

Quoi de plus éloigné du mouvement ouvrier et social que la caserne et l’institution militaire ? Pas grand-chose à première vue. De la Commune de Paris au Carnet B en passant par la fusillade de Villeneuve-Saint-Georges en 1908, il est vrai que nombreux sont les éléments qui contribuent à implanter, au sein des espaces militants, l’idée d’une armée érigée en « chien de garde du capital ». C’est du reste ce qu’explique à Rennes le secrétaire de la section locale de la SFIO Eugène Leprince lors de la séance du Conseil municipal qui doit, le 2 novembre 1910, se prononcer en faveur de la construction de la caserne Margueritte :

« Je ne voterai pas les conclusions du rapport de M. le Maire pour deux raisons : d’abord parce que je ne suis pas partisan de l’augmentation des impôts, ensuite parce que j’estime qu’il y a assez de troupes à Rennes pour réprimer les camarades en grève et les remplacer au besoin sans qu’il soit utile de créer un nouveau régiment. »[1]

Pourtant, les archives, et tout particulièrement les fiches matriculaires du recrutement, invitent à dépasser ce discours. Qu’on le veuille ou non, depuis 1905 et la fin du tirage au sort, la conscription s’applique à tout le monde et même les plus antimilitaristes des anarcho-syndicalistes effectuent leur service militaire. C’est ce que rappelle du reste le parcours d’Eugène Leprince évoqué plus haut. Né le 29 mai 1879 à Rennes, ce tourneur sur métaux porte l’uniforme du 41e RI pendant un an, à l’occasion de son service militaire qu’il achève en tant que soldat de 1e classe et muni de son certificat de bonne conduite. Effectuant un période de réserve en 1902, il est ensuite classé non affecté comme chef d’équipe à l’atelier de construction de Rennes, poste qui est à l’évidence à mettre en rapport avec le métier qu’il déclare lors de son passage devant le Conseil de révision mais qui n’est pas sans interroger la réalité de son rapport à l’institution militaire. Pendant la Grande Guerre, il est d’abord placé en sursis d’appel puis rejoint en juillet 1915 l’atelier de construction de Rennes, quelques semaines donc avant la promulgation de la loi Dalbiez, avant d’être envoyé au 50e régiment d’artillerie le 1er juillet 1917 et d’être finalement démobilisé le 25 février 1919[2]. Or là n’est pas une trajectoire exceptionnelle, loin de là. Tailleur de pierre et secrétaire, à partir de 1909, de la Fédération des syndicats ouvriers de la région malouine, Jean Batas est condamné le 26 mars 1914 par le tribunal de la Seine à 6 mois de prison et 100F d’amende pour « menées antimilitaristes ». Ceci lui vaut d’être inscrit au Carnet B mais ne l’empêche pas de répondre, à l’âge de 42 ans, à l’appel de la mobilisation générale. Rien de surprenant du reste pour quelqu’un qui, indépendamment de son militantisme, souscrit à « l’impôt du temps » en effectuant entre 1893 et 1895 son service militaire au sein du 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo, puis participe à deux périodes de réserve avec cette même unité au cours des années 1900[3]. Aussi est-ce à notre sens faire erreur que de croire que la militance, et donc les réseaux qui structurent l’engagement partisan, s’arrêtent au seuil de la caserne. C’est d’ailleurs ce que rappelle le Sou du soldat, auquel Jean Batas prête son concours et ce malgré le succès tout relatif de cette œuvre.

Continuer la lecture de Quand l’uniforme forme la jeunesse… et le mouvement ouvrier de la IIIe République. Eléments prospectifs

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Photographie de soldat français publiée en première page du Miroir le 31 mars 1940 (détail). Gallica / Bibliothèque nationale de France.

Roger Bellégou ou l’entrée en Seconde Guerre mondiale du pays de Guingamp

Roger Bellégou est un non-seulement un quasi-inconnu mais un non-objet d’histoire. Né le 30 avril 1920 au Merzer, petite commune située à quelques kilomètres seulement de Guingamp, il est répertorié comme étant mort pour la France le 25 septembre 1939 en Sarre, alors que même pas âgé de 20 ans. Un décès prématuré qui non seulement n’est pas évoqué par la presse des Côtes-du-Nord (La Presse guingampaise, Le Moniteur des Côtes-du-Nord mais aussi des titres diffusés dans ce département comme l’édition rennaise de L’Ouest-Eclair ou encore La Dépêche de Brest), alors que ce jeune breton compte parmi les premières victimes de la campagne en cours, mais qui paraît être passé sous silence. Or celui-ci est particulièrement instructif et dit, d’une certaine manière l’entrée en Seconde Guerre mondiale du pays de Guingamp.

Continuer la lecture de Roger Bellégou ou l’entrée en Seconde Guerre mondiale du pays de Guingamp

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

A Rennes, lors de la Fête des fleurs 1936 (détail). Musée de Bretagne : 977.0040.4.

Des fleurs et des fusils

Fleurs et fusils ne font pas bon ménage. On connait l’image du départ des mobilisés de l’été 1914 la « fleur au fusil », représentation mentale n’ayant plus cours depuis la fin des années 1970 et la thèse magistrale de J.-J. Becker[1]. C’est d’ailleurs au cours de cette seconde partie du XXe siècle que le végétal devient un puissant symbole antimilitariste et pacifiste, incarnation d’un flower power magnifié par la célèbre photographie de Marc Riboud figurant une jeune femme – Jan Rose Kasmir – manifestant le 21 octobre 1967 contre la guerre du Vietnam et faisant face aux soldats de la Garde nationale armée d’un simple chrysanthème. Pourtant, il est un événement qui à Rennes parvient à concilier fleurs et fusils : le corso. Aujourd’hui sortie des mémoires, cette fête extrêmement populaire dit la force de la sensibilité militaire dans la première partie du XXe siècle. Surtout quand elle se déroule au printemps 1936, celui-là même qui voit la victoire du Front populaire lors des élections législatives. Comme si les fractures politiques, imperceptibles à travers cet événement, pouvait se combler l’espace de quelques heures.

Continuer la lecture de Des fleurs et des fusils

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L'USS Badger dans les années 1930. Wikicommons.

Quand les Américains débarquent à Saint-Nazaire… en 1939

A partir du 3 août 1939, le port de Saint-Nazaire accueille une escadre américaine composée du croiseur de 7 000 tonnes USS Trenton et des torpilleurs de 1 100 tonnes USS Jacob Jones et USS Badger[1]. 20 ans après le départ des derniers Doughboys[2], une telle escale constitue un passionnant objet d’histoire permettant d’appréhender, certes, cet aspect de la mémoire de la Grande Guerre mais aussi quelques-unes des permanences du rapport qu’entretient le port de l’estuaire de la Loire à l’Oncle Sam. Y compris en cet été 1939 pendant lesquels s’amoncellent bien des nuages sombres…

Continuer la lecture de Quand les Américains débarquent à Saint-Nazaire… en 1939

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Servant de pièce d'artillerie en Indochine, sans lieu ni date. Collection particulière.

Les 12 de Saint-Brieuc et le devoir militaire (11 mai 1950)

Le 11 mai 1950, un groupe de militants communiste s’oppose au passage en gare de Saint-Brieuc d’un train en provenance de Brest et transportant vers Rochefort des canons destinés au corps expéditionnaire français déployé en Indochine. Des sabotages sont commis sur du matériel ferroviaire et 12 « combattants de la Paix » sont arrêtés. Détenus pendant plusieurs mois à la prison de la Santé pour les hommes, à celle de la Petite Roquette pour les femmes, ces militants sont traduits devant le Tribunal militaire de Paris en janvier 1951. Peu connue, cette affaire est riche d’enseignements pour qui s’intéresse à l’intériorisation du devoir militaire au sein de la société bretonne.

Continuer la lecture de Les 12 de Saint-Brieuc et le devoir militaire (11 mai 1950)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Pour une culture de la guerre de 1940

L’ouvrage que l’historien, et officier d’active, R. Porte fait paraître aux éditions Perrin, dans la bien nommée collection « Vérités et légendes » dirigée par le journaliste féru d’histoire E. Hecht, est de ceux qu’il faut lire[1]. En effet, en ces temps de 80e anniversaire de l’année 1940, il paraît d’autant plus nécessaire de revenir sur cette « année terrible » que la geste commémorative n’est pas sans charrier son lot d’idioties : comme si les historiens ne travaillaient pas, comme s’il n’était pas utile de les lire et comme s’il était pertinent de toujours ressasser les mêmes sornettes[2]. Là est du reste la démarche de l’auteur : « corriger des affirmations cent fois répétées » et « revenir aux faits en intégrant les dernières avancées de la recherche, les archives officielles, les témoignages des acteurs, la presse du temps et les fonds privés » (p. 12-13), tout particulièrement ceux du Service historique de la Défense que R. Porte connait particulièrement bien.

Continuer la lecture de Pour une culture de la guerre de 1940

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Insigne du 35e RAD. La devise de l'unité est « Mourir en chantant ». Musée de Bretagne : 2010.0035.31.

14 juillet 1938 : accident du travail au 35e RAD

Les Archives municipales de Ploemeur conservent une passionnante liasse improprement – et pour une raison qui nous échappe – intitulée « Dossier Le Bruchec »[1]. Passionnants, les documents qu’elle contient permettent, dans le prolongement de nos travaux de thèse sur la culture professionnelle des combattants de la Première Guerre mondiale, d’approfondir pour les années 1930 le lien entre uniforme et travail[2]. Car c’est bien sous l’angle du « métier militaire » que les appelés envisagent leurs périodes sous les drapeaux, ce qui n’est pas sans mettre en lumière certains vides juridiques en termes de protection sociale.

Continuer la lecture de 14 juillet 1938 : accident du travail au 35e RAD

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La force du rite comme continuité biographique ? Maurice Laval

Si l’on devait choisir un mot pour qualifier le volume que B. Salaün consacre à Maurice Laval, ouvrage publié aux éditions Locus Solus, cela serait sans doute « multiple »[1]. Multiple tant sont nombreuses les vies de cette grande figure du XXe siècle mais aussi multiple tant, au final, est protéiforme ce volume : entre biographie, source pour l’historien – on pense notamment à la personne qui se chargera de compléter la notice que lui consacre le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social – et hommage admiratif, ce petit livre est indéniablement à part.

Continuer la lecture de La force du rite comme continuité biographique ? Maurice Laval

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn