Archives par mot-clé : Evaluer

Barbelés dans le bois de Remières, au nord-est de Seicheprey, en Meurthe-et-Moselle (détail). La Contemporaine : VAL 153/061.

Le barbelé pour saisir la guerre dans sa complexité temporelle

L’histoire du barbelé en Grande Guerre est connue et il n’est vraisemblablement pas utile d’y revenir ici : tant son emploi que ses conséquences sur les opérations sont désormais bien appréhendés par l’historiographie[1]. F. Cochet, à qui l’on doit le concept de « système-tranchées », a d’ailleurs synthétisé récemment, et en quelques mots seulement, toute la complexité du warfare qui se développe sur le front ouest lors du premier conflit mondial : « entre la fin de l’année 1914 et le printemps 1918, la guerre connaît une situation militaire paradoxale : elle se technologise sans cesse mais, malgré cette sophistication technologique croissante, elle ne parvient pas à sortir des tranchées »[2]. C’est cette réalité d’un fil barbelé qui résiste à l’artillerie toujours plus puissante, aux gaz, aux chars d’assaut ou encore aux lance-flammes et aux mitrailleuses, que je souhaite interroger ici mais moins pour ce que cette ronce métallique dit du champ de bataille que pour ce qu’elle trahit des multiples temporalités qui régissent le fait militaire. Pour cela, j’opérerai en trois temps, d’abord celui de l’individu, puis celui des sociétés belligérantes avant, enfin, d’appréhender la simultanéité des couches chronologiques.

Continuer la lecture de Le barbelé pour saisir la guerre dans sa complexité temporelle

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Malbouffe, 47e régiment d’infanterie et Grande Guerre

Alors qu’en pleine seconde bataille de la Marne, le 27 juillet 1918, le 47e régiment d’infanterie (RI) de Saint-Malo prend position dans le secteur du bois de Rarrey, au nord de Chatillon-sur-Marne, le sous-lieutenant Fredéric Aubert de la 7e compagnie écrit dans ses carnets :

« Halte. Nous nous installons dans le fossé pour manger sur le pouce, mais nous nous sauvons en découvrant sous des branchages un stère de cadavres allemands empilés comme dans bûcher.

Nous allons un peu plus loin : un caisson renversé sur deux chevaux crevés… […] Décidément nous ne mangerons pas. »[1]

Glaçantes, ces quelques lignes ne décrivent toutefois qu’une partie de ce que peut recouvrir l’idée de « malbouffe » dans unité d’infanterie d’active pendant la Première Guerre mondiale. Car si le rythme des combats empêche bien des fois les combattants de manger, l’ordinaire est le plus souvent en quantité insuffisante et d’une qualité toute relative, voire même suspecte. On voit donc combien l’idée que les fantassins du 219e RI de Brest puissent manger aux tranchées des huitres et même de la langouste relève de la fable. En tant que discours, ce récit constitue néanmoins une formidable archive qui dévoile le rapport qu’entretient la société française de 1914-1918 à la nourriture mais aussi, par ricochet, à la « malbouffe ». Or ce sont précisément ces « mauvaises pratiques alimentaires » qui seront l’objet du colloque organisé par S. Le Bras et qui se déroulera à Clermont-Ferrand les 13 et 14 juin 2022, manifestation à laquelle j’aurai l’honneur et le privilège de participer pour évoquer le 47e RI[2].

Continuer la lecture de Malbouffe, 47e régiment d’infanterie et Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une histoire méthodique d’Alliance

Osons ici l’idée qu’il y a des histoires plus difficiles que d’autres à écrire, celle des organisations clandestines et notamment des réseaux de Résistance comptant assurément parmi les plus ardues. C’est précisément le sentiment qui reste dans la bouche du lecteur après avoir lu les plus de 600 pages de la monographie d’Alliance que G. Caraes publie aux Editions Ouest-France, volume touffu et dense qui ne manquera pas d’être utile aux historiens de la Seconde Guerre mondiale, aux prosopographes en particulier, mais qui peinera sans doute à dépasser le statut – déjà fort honorable par ailleurs – de précieux outil de travail[1].

Continuer la lecture de Une histoire méthodique d’Alliance

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le Pacifique : espace de détotalisation de la Grande Guerre ?

L’ouvrage que fait paraître M. Reynaud chez Passés Composés, volume portant sur la Première Guerre mondiale dans l’espace Pacifique, est de ceux qu’il faut connaître tant la bibliographie disponible sur ce conflit dans cette partie du monde est lacunaire[1]. Cette référence s’imposera donc, à n’en pas douter, comme un manuel indispensable à quiconque souhaite travailler sur cette partie du globe : chercheurs patentés, étudiants ou simples curieux y trouveront leur compte. Mais il n’est pas interdit de penser que ce livre parviendra à toucher un public beaucoup plus vaste tant, en définitive, il invite à se poser un certain nombre de questions qui dépassent très allègrement l’espace Pacifique.

Continuer la lecture de Le Pacifique : espace de détotalisation de la Grande Guerre ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Dans un cimetière provisoire des environs d'Arras (détail). Carte postale, collection particulière.

A propos des pertes du 71e RI (août-octobre 1914)

Evaluer les pertes d’une unité de l’armée française au cours de la Première Guerre mondiale tient souvent de la gageure tant les sources sont difficiles d’emploi. Tel est du reste plus encore le cas lorsqu’on s’intéresse aux premiers mois du conflit, ceux qui sont caractérisés par les plus forts taux de pertes et de mortalité mais aussi par une guerre de mouvements qui ne facilite pas les choses[1]. Aussi est-ce pourquoi les chiffres que l’abbé Alphonse Lelivier, curé de Pordic mobilisé au 71e RI de Saint-Brieuc, donne dans ses carnets constituent une source qui ne peut qu’attirer l’attention. Sa fonction de cycliste devenue inutile par l’enlisement dans les tranchées, il est affecté au secrétariat du « lieutenant Bauduin pour faire le relever des pertes subies par le régiment depuis le commencement de la campagne »[2]. Autant dire donc que les données qu’il couche dans son carnet le 14 octobre 1914 sont celles qui, au sein du 71e RI, font alors foi. Pour autant, n’y aurait-il pas un intérêt à les confronter à celles des titulaires de la mention « Mort pour la France » qui ont été indexées tout au long du défi 1 Jour 1 Poilu sur le site Mémoire des hommes ? Les chiffres correspondent-ils ou au contraire font ils apparaitre d’importantes différences, et dans ce cas quelle signification leur attribuer ?

Continuer la lecture de A propos des pertes du 71e RI (août-octobre 1914)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn