Archives par mot-clé : Europe

Carte de la Bretagne (détail) par Félix Benoist, XIXe siècle. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.6434.

Pour une histoire connectée de la Bretagne en 1870-1871

La presse en tant que source est, pour qui travaille sur la période contemporaine, et ce quel que soit ou presque le sujet envisagé, une évidence. Le journal est quasiment un réflexe de la sagacité historienne tant nombreuses sont les informations que l’on peut y puiser. Pourtant, l’archive n’est pas non plus sans biais, notamment lorsqu’il est question d’approches genrées. Contrairement à la figure de la munitionnette pendant 1914-1918, l’ouvrière d’arsenal n’est absolument pas mise en lumière, alors qu’un certain nombre d’annonces publiées dans la presse montrent qu’elles sont recherchées par les industries de guerre, notamment pour la confection des cartouches et des obus[1]. Elles sont d’ailleurs présentes en nombre au sein des ateliers de production, comme le démontre le bilan publié par le Phare de la Loire à la suite de l’explosion, le 15 novembre 1870, d’une de ces fabriques situées près du pont de Pirmil, à Nantes[2]. Là chose est connue et je ne souhaite pas insister outre mesure sur ce point[3]. En revanche, ce qui me paraît intéressant de rappeler, c’est combien la presse témoigne d’un système médiatique globalisé reposant sur une grande circulation de l’information. Or, lorsqu’on s’intéresse à la séquence 1870-1871, cette réalité contrevient frontalement à la représentation victimaire propagée par l’historiographie identitaire bretonne, grille de lecture postulant une péninsule armoricaine coupée du monde et entièrement ou presque anéantie – volontairement de surcroît – à Conlie. Indépendamment de ce qu’elle peut dire, ou ne pas dire, c’est donc aussi en tant que réalité technique, économique et culturelle que la presse est riche d’enseignements.

Continuer la lecture de Pour une histoire connectée de la Bretagne en 1870-1871

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

29 novembre 1944 : un échange de prisonniers en Bretagne… vu par la presse américaine

C’est un petit article figurant en première page de l’édition du 30 novembre 1944 du Monitor Leader, quotidien publié à Mount Clemens, non loin de Détroit, dans l’industrieux état du Michigan. Alors que ce journal titre sur les défenses allemandes qui semblent sur le point de craquer en Rhénanie ainsi que sur le dernier raid aérien mené par l’US Air Force sur Tokyo, un entrefilet attire l’œil de celui, ou celle, qui s’intéresse à la Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale. Composé à partir d’une dépêche de l’agence Associated Press envoyée depuis Pornic, en Loire-Inférieure, ce texte revient en quelques lignes sur la libération de 53 prisonniers alliés, dont 19 Américains, détenus dans une « obscure » prison de Saint-Nazaire[1]. Un épisode de la Seconde Guerre mondiale qui, s’il a fait l’objet d’un certain nombre de récits dans le pays de Retz, n’a pour l’heure jamais été examiné sous l’angle de l’écho qu’il a aux Etats-Unis. Or c’est là une perspective qui ouvre un certain nombre de nouvelles questions.

Continuer la lecture de 29 novembre 1944 : un échange de prisonniers en Bretagne… vu par la presse américaine

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le Pacifique : espace de détotalisation de la Grande Guerre ?

L’ouvrage que fait paraître M. Reynaud chez Passés Composés, volume portant sur la Première Guerre mondiale dans l’espace Pacifique, est de ceux qu’il faut connaître tant la bibliographie disponible sur ce conflit dans cette partie du monde est lacunaire[1]. Cette référence s’imposera donc, à n’en pas douter, comme un manuel indispensable à quiconque souhaite travailler sur cette partie du globe : chercheurs patentés, étudiants ou simples curieux y trouveront leur compte. Mais il n’est pas interdit de penser que ce livre parviendra à toucher un public beaucoup plus vaste tant, en définitive, il invite à se poser un certain nombre de questions qui dépassent très allègrement l’espace Pacifique.

Continuer la lecture de Le Pacifique : espace de détotalisation de la Grande Guerre ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

A gauche, le général Passaga, en compagnie du général Hanson Ely. Photographie publiée dans l'édition du 11 juillet 1927 d'Excelsior. Gallica / Bibliothèque nationale de France.

Quand le général Passaga frôle l’incident diplomatique aux USA

Colonel commandant le 41e RI en août 1914, Fénélon Passaga voit sa carrière s’envoler pendant la Première Guerre mondiale. À la fin du conflit, il est effet le général qui commande la 10e région militaire, celle de Rennes. À dire vrai, et bien qu’aujourd’hui complètement sorti des mémoires, Passaga est probablement l’officier breton le plus en vue des années 1920[1]. Alors qu’il s’apprête à donner une conférence sur la bataille de Verdun au printemps 1927, le quotidien La France militaire, enthousiaste, écrit à son propos :

« Une conférence sur Verdun ? Encore ! diront certains. Et oui, la lassitude et la saturation sont déjà venues dans beaucoup d’esprits, peu faits pour rester longtemps dans la contemplation admirative de l’idéal.

Il est vrai qu’une conférence sur Verdun, faite par le général Passaga, ce n’est pas l’exposé sec et théorique d’un compilateur : c’est le récit d’un acteur, d’un des grands acteurs du terrible drame. »[2]

Quelques semaines plus tard, ce même journal le décrit comme « le type parfait du divisionnaire avant d’être un de nos meilleurs commandants de corps d’armée »[3]. Sans doute est-ce d’ailleurs cette réelle célébrité, que l’on peine aujourd’hui à imaginer, qui le désigne pour effectuer quelques semaines plus tard une tournée aux États-Unis. Mais loin des discours et des mises en scène de ce que l’on appellerait aujourd’hui des « communicants », ce voyage ne témoigne-t-il d’abord pas de la très fragile relation franco-américaine ?

Continuer la lecture de Quand le général Passaga frôle l’incident diplomatique aux USA

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Bretagne dans « l’année terrible » : un essai de géographie

La séquence 1870-1871 est marquée par de grands mouvements : ceux des troupes pendant la guerre franco-allemande mais aussi ceux de nombreux séismes politiques, de la chute de l’Empire à la proclamation de la République, en passant par la Commune de Paris. Bien souvent, à en croire la vulgate mémorielle, la Bretagne apparaît en périphérie de ces dynamiques, immobile comme ces soldats englués dans la boue du camp de Conlie. Pourtant, c’est une toute autre géographie qui émane des archives, la péninsule armoricaine n’étant nullement exclue de « l’année terrible », bien au contraire. La mémoire n’est pas l’histoire et le souvenir associé à la Bretagne pendant la séquence 1870-1871 – grille de lecture bien souvent orientée et focalisée sur le seul camp de Conlie – ne saurait résumer la période. Si aucun combat ne se déroule dans la péninsule armoricaine, la région est au premier rang de bien des mouvements de troupes tout en constituant une sorte d’arrière jugé relativement sûr : en témoignent les bijoux de la Couronne impériale et les trésors du Musée du Louvre entreposés par mesure de sécurité à Brest. Dès lors, c’est l’image d’un espace à la fois en périphérie mais en même temps parfaitement connecté à la succession des événements qui se dévoile. Le propos n’est donc pas ici d’esquisser l’histoire de la Bretagne, des Bretonnes et des Bretons pendant la fort complexe séquence 1870-1871 mais, plus modestement, de tenter un état des lieux, une sorte de tableau nullement exhaustif de la péninsule armoricaine pendant cette période et de montrer, ce faisant, combien elle s’insère dans l’histoire globale de « l’année terrible »[1].

Continuer la lecture de La Bretagne dans « l’année terrible » : un essai de géographie

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L’aporie nationale du socialisme du XIXe siècle.

Centrée principalement sur l’Allemagne et l’Europe centrale, la vaste enquête que J.-N. Ducange consacre aux rapports qu’entretiennent les théoriciens socialistes du XIXe siècle – et non de la seule Belle époque comme suggéré abusivement dans le titre du volume, la part des soubresauts de 1848 étant ici prépondérante – n’a de prime abord qu’un rapport lointain avec le fait militaire et guerrier vécu de et en Bretagne entre 1860 et 1962[1]. Cela serait pourtant faire gravement fausse route que d’ignorer ce riche volume et ce pour deux raisons. En premier lieu parce que l’Allemagne socialiste rayonne alors sur toute l’Europe, et donc y compris sur la péninsule armoricaine comme le rappelle par exemple le parcours d’un Carle Bahon ; en second lieu parce que la guerre reste, quoi qu’on en dise, un fait politique décidé par le politique, dimension qui rend obligatoire le passage par l’histoire des idées.

Continuer la lecture de L’aporie nationale du socialisme du XIXe siècle.

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Colloque : La Commune, l’histoire continue

La Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle organise, avec le Centre d’histoire sociale du XIXe siècle, les 18 et 19 mai 2021, un colloque dans le cadre commémorations du 150e anniversaire de la Commune de Paris. Le programme annoncé semble des plus stimulants. Certes, cet événement s’inscrit dans l’histoire de la capitale, jusqu’à susciter encore aujourd’hui de vives – et vaine ? – polémiques politiques.  Mais cet épisode révolutionnaire intéresse aussi, de par son écho, quiconque travaille sur la Bretagne : la péninsule armoricaine n’est en effet pas coupée du monde et suit avidement ce qui se passe à Paris. Elle montre par ailleurs par la suite qu’elle n’est pas hermétique aux enjeux de mémoire associés à la Commune.

Continuer la lecture de Colloque : La Commune, l’histoire continue

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Estampe de Jean-François Huguet représentant le grand incendie qui ravage Rennes en 1720 (détail). Musée de Bretagne: 2016.0000.3389

L’Invisible 150e anniversaire du grand incendie de 1720

Le grand incendie qui ravage une grande part de la ville de Rennes du 22 au 29 décembre 1720 compte assurément parmi les pierres angulaires de la mémoire de la ville[1]. Le processus de reconstruction qui fait suite au sinistre accouche d’ailleurs de l’urbanisme que nous connaissons encore aujourd’hui et dit, d’une certaine manière, combien cette catastrophe est physiquement inscrite dans les murs du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine. En cette année de tricentenaire, et malgré les aléas de la crise sanitaire du Covid-19 qui ont conduit au report d’un certain nombre de manifestations scientifiques, ce souvenir est particulièrement présent. Mais tel n’a pas toujours été le cas. C’est ainsi que le 150e anniversaire de la tragédie est complètement passé sous silence. Il est vrai que le contexte – la France est alors en pleine de guerre de 1870 – n’est pas particulièrement favorable.

Continuer la lecture de L’Invisible 150e anniversaire du grand incendie de 1720

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn