Archives par mot-clé : Etats-Unis

L'USS George Washington arrive à Brest, 13 décembre 1918. National archives at College Park: 111-SC-62752.

Brest 1920, du deuil à l’amertume

L’éditorial que publie le 5 septembre 1920 Louis Coudurier en première page de la Dépêche de Brest est particulièrement intéressant pour qui s’intéresse aux conséquences immédiates de la Grande Guerre et, tout particulièrement, au retour sur le pied de paix d’une économie indexée pendant 52 mois sur l’effort de guerre[1]. C’est en définitive une autre mémoire du conflit qui se laisse appréhender dans ces quelques lignes, moins fardeau du deuil engendré par la perte de milliers d’êtres chers qu’amertume générée par le sentiment d’une occasion manquée.

Continuer la lecture de Brest 1920, du deuil à l’amertume

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Joconde, Brest et la guerre de 1870

Le livre que P. Gourlay consacre, aux excellentes éditions Locus Solus, au transfert à Brest, pendant la guerre de 1870, de 293 chefs-d’œuvre du musée du Louvre pourrait apparaître de prime abord anecdotique[1]. Certes, il s’agit-là d’une histoire originale et de surcroît truffée de grands noms puisque s’y croisent Léonard de Vinci, Le Caravage, Véronèse, Rubens et Raphaël mais aussi l’impératrice Eugénie, Jules Simon, Gustave Courbet ou encore Edmond de Goncourt. Mais ne voir dans ce volume qu’un simple « coup éditorial » serait passer à côté de l’essentiel puisque cet ouvrage permet de tirer un certain nombre d’enseignements qui, indéniablement, contribuent à une meilleure compréhension de l’histoire de la guerre de 1870. En effet, comme dans tout bon essai de micro-histoire, les conclusions de ce Louvre au secret dépassent de très loin le cadre de la seule cité du Ponant.

Continuer la lecture de La Joconde, Brest et la guerre de 1870

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De la contagion comme concept en histoire

Il n’est pas certain que ce dense, et particulièrement stimulant, volume collectif dirigé par B. Delaurenti et T. Le Roux rencontre un large public[1]. En ces temps de crise sanitaire liée au Covid19, il n’est pas sûr que les lecteurs aient envie de se plonger dans un ouvrage intitulé « De la contagion ». Comment d’ailleurs les en blâmer ? On ne peut toutefois que le regretter tant ce recueil participe d’une démarche éditoriale aussi rare que profitable. En effet, ce qu’offrent ces quelques cinquante notices embrassant des sujets et des approches disciplinaires forts variés, de la noblesse aux reliques, est moins une histoire de la contagion qu’une réflexion à partir de cette notion entendue comme processus historique (p. 5).

Continuer la lecture de De la contagion comme concept en histoire

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L'USS Badger dans les années 1930. Wikicommons.

Quand les Américains débarquent à Saint-Nazaire… en 1939

A partir du 3 août 1939, le port de Saint-Nazaire accueille une escadre américaine composée du croiseur de 7 000 tonnes USS Trenton et des torpilleurs de 1 100 tonnes USS Jacob Jones et USS Badger[1]. 20 ans après le départ des derniers Doughboys[2], une telle escale constitue un passionnant objet d’histoire permettant d’appréhender, certes, cet aspect de la mémoire de la Grande Guerre mais aussi quelques-unes des permanences du rapport qu’entretient le port de l’estuaire de la Loire à l’Oncle Sam. Y compris en cet été 1939 pendant lesquels s’amoncellent bien des nuages sombres…

Continuer la lecture de Quand les Américains débarquent à Saint-Nazaire… en 1939

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Bretagne au cœur de la Seconde guerre mondiale (navale) ?

Parmi les nombreuses qualités qui sautent aux yeux du lecteur de cette Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale que publie C. L. Symonds aux éditions Perrin, il y a cette manière assez extraordinaire d’articuler récit haletant et analyse méticuleuse[1]. Autrement dit, comment concilier dans la même plume la verve d’un Douglas Reeman – ou d’un Nicholas Monsarrat, que l’auteur cite (p. 162) – et d’un Philippe Masson ? Là n’est pas la moindre prouesse d’un ouvrage volumineux, vaste fresque frôlant le millier de pages et naviguant sur tous les océans du globe ou presque. Or, pour qui s’intéresse à l’histoire de la péninsule armoricaine, ce livre pose nécessairement la place de la centralité de la Bretagne dans la dimension maritime de la séquence 1939-1945.

Continuer la lecture de La Bretagne au cœur de la Seconde guerre mondiale (navale) ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale du canal de Panama (détail). Collection particulière.

1er juillet 1914 : l’inspecteur des Finances vannetais et le canal de Panama

Dans son édition du 1er juillet 1914, le quotidien catholique rennais L’Ouest-Eclair publie en première page une intéressante tribune qui, non signée, reprend un certain nombre de réflexions relatives à l’ouverture du canal de Panama formulées par un inspecteur des Finances du nom d’Etienne Dejean[1]. Cet article est stimulant à plus d’un titre. Quelques jours seulement après l’attentat de Sarajevo, il rappelle que la tension continentale n’accapare pas encore l’attention. De plus, il montre que le canal de Panama est désormais un enjeu géostratégique pour le commerce mondial et que, en d’autres termes, il cesse d’être lié à ce scandale éponyme synonyme de pertes financières importantes pour de nombreux épargnants, y compris bretons. Mais, une analyse minutieuse du propos de cet inspecteur des Finances interroge l’équilibre des forces à la veille de la Grande Guerre, l’océan Pacifique constituant par bien des égards un champ d’affrontements entre impérialismes.

Continuer la lecture de 1er juillet 1914 : l’inspecteur des Finances vannetais et le canal de Panama

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une étude de référence sur 1870

Disons-le clairement : l’étude que N. Bourguinat et G. Vogt proposent sous le titre La guerre franco-allemande de 1870. Une histoire globale est un ouvrage absolument remarquable et qu’il faut impérativement connaître[1]. Sous l’apparence d’une classique mais bienvenue, commémoration du 150e anniversaire oblige, synthèse, les auteurs offrent un regard très neuf sur ce conflit. L’approche connectée de cette guerre pourrait de prime abord faire craindre à un effet de mode. Elle se montre ici éminemment profitable car, et c’est là une dimension trop souvent oubliée, « les résonances internationales de ce choc entre deux grandes nations européennes […] permettent de donner la mesure de son rayonnement en tant qu’événement global sollicitant et mobilisant les opinions publiques bien au-delà du Vieux continent et même de l’aire atlantique » (p. 12). Deux éléments frappent néanmoins tout particulièrement à la lecture de ce volume.

Continuer la lecture de Une étude de référence sur 1870

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Revoir « l’âge d’or » américain de la Bretagne (1917-1919)

J’ai la conviction que la culture et le savoir sont non seulement essentiels mais, dans la crise que nous traversons, véritablement salutaires. L’histoire, tout particulièrement, permet de s’évader, de sortir de la morne réalité quotidienne du confinement pour arpenter des mondes nouveaux, des univers différents. En tant que discipline, elle offre de surcroît des éléments de comparaison qui permettent de mieux saisir le présent et, singulièrement, donnent quelques clefs de compréhension de cette crise invraisemblable à laquelle nous sommes confrontés. Pour toutes ces raisons, j’ai été particulièrement heureux d’assurer le 15 avril 2020, sur la page Facebook de Bretagne Culture Diversité, la conférence que je devais donner dans le cadre d’un cycle consacré aux « Âges d’or » de la Bretagne. Pour celles et ceux qui l’aurait ratée, vous pouvez soit consulter le dossier thématique publié sur Bécédia soit regarder le replay !

Continuer la lecture de Revoir « l’âge d’or » américain de la Bretagne (1917-1919)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Les Américains en Bretagne (1917-1919) : un « âge d’or » manqué ?

Rendant compte, le 8 avril 1917, de l’entrée en Première Guerre mondiale des Etats-Unis, le rédacteur en chef du Courrier des Campagnes, Georges Loire, affirme : « Ce n’est pas seulement le concours financier du pays des milliards, des rois du fer et de l’acier, qui va accélérer encore la hausse du crédit de l’Entente et faire monter ses actions, le concours moral, militaire, naval de notre nouvel et si puissant allié va aussi jeter dans la balance un poids formidable et décisif qui hâtera l’heureux dénouement de l’horrible et sanglante tragédie »[1]. Autrement dit, la question n’est désormais plus de savoir si les puissances alliées à Paris remporteront la Victoire mais bien de deviner quand elles le feront.

Continuer la lecture de Les Américains en Bretagne (1917-1919) : un « âge d’or » manqué ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Affiche de René Lelong pour le 3e emprunt de la Défense nationale. Wikicommons.

Un profit peut en cacher un autre

La publicité que publie le 8 décembre 1917 le Journal de Guingamp n’est assurément pas la plus spectaculaire qui soit : 3 denses blocs de texte destinés à faire la réclame du « Troisième emprunt de la défense nationale » [1]. Pourtant, pour qui sait la lire, cette archive constitue assurément une source précieuse quant à l’état de l’opinion publique au sortir de cette bien trouble année 1917[2] : entre l’échec de l’offensive du Chemin des dames, la multiplication des conflits sociaux, les vagues de mutineries, les signes de faiblesse donnés par la Russie et la lente entrée en guerre des Etats-Unis, les facteurs d’inquiétude – pour ne pas dire de pessimisme – ne manquent il est vrai pas.

Continuer la lecture de Un profit peut en cacher un autre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

"The Tank Corps Follies." Brittany leave area. Y.M.C.A. St. Malo, Ille et Vilaine, France (détail). National Archives at College Park: 111-SC-51220.

30 décembre 1918 : Blackface à Saint-Malo !

On ne dira jamais assez combien les archives de la section cinématographique du Signal Corps sont précieuses. Aisément consultables, et de surcroît libres de droit, sur le site des archives nationales américaines, ces sources sont pourtant peu utilisées par l’historiographie qui les cantonne encore à un strict rôle illustratif. Or, à l’instar de cette photographie prise le 30 décembre 1918 par le caporal Arthur O. Smith – un individu dont nous ignorons tout – à l’intérieur d’une salle de spectacle de Saint-Malo, il s’agit là d’un matériau de grande qualité offrant de vastes possibilités en termes d’analyse[1].

Continuer la lecture de 30 décembre 1918 : Blackface à Saint-Malo !

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Jean-Yves Le Naour sort de guerre

Historien talentueux à qui l’on doit des travaux pionniers sur le genre ou la dimension régionale en Grande Guerre[1], J.-Y. Le Naour change de braquet en livrant un volume, publié chez Perrin, intitulé 1919-1921. Sortir de la Guerre[2]. Il s’agit là du dernier tome d’une vaste série retraçant chronologiquement, année par année, ce conflit absolument hors-normes qu’est la Première Guerre mondiale et l’on retrouve en ces pages ce qui fait la force de cet auteur : une plume acérée – un peu trop peut-être… – et qui sait conjuguer art du récit et talent analytique tout en croquant efficacement les hommes – peu de femmes dans cette fresque – qui font l’Histoire. Il y a là une recette connue mais difficile à maîtriser et l’on se doit de souligner ici le talent manifeste de J.-Y. Le Naour : écrire ce type d’ouvrage n’est pas à la portée de tout le monde. Le paradoxe est que ce volume est, au contraire, pensé pour pouvoir être accessible au plus large lectorat : écriture aérienne, chapitres ciselés qui rythment l’ouvrage, appareil critique réduit à la portion congrue – et de surcroît en fin de livre ce qui est particulièrement exaspérant.

Continuer la lecture de Jean-Yves Le Naour sort de guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De la poche au front (ou inversement ?)

Actes d’un colloque tenu à Saint-Nazaire du 11 au 13 mai 2015 dans le cadre de la commémoration du 70e anniversaire de la Libération de la poche éponyme, cet ouvrage collectif dirigé par M. Catala est intéressant à plus d’un titre[1]. Tout d’abord, il vient confirmer que non seulement la demande sociale de mémoire n’est pas l’ennemie de l’histoire, bien au contraire, mais qu’elle peut jouer un véritable rôle moteur dans la recherche. Le volume que nous avons entre les mains est en effet particulièrement bienvenu tant il s’inscrit dans un champ peu labouré et vient, à cet égard, combler un vide certain[2]. L’histoire des poches de résistance allemande à la fin de la Seconde Guerre mondiale a pour l’heure peu mobilisé et ce volume mariant subtilement les jeux d’échelles, les approches militaires, politiques, culturelles ou encore judiciaires, par des historiens professionnels ou « amateurs », est une incontestable réussite.

Continuer la lecture de De la poche au front (ou inversement ?)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Montoir-de-Bretagne et les Doughboys (1917-1919)

Aujourd’hui à la retraite, M. Mahé compte parmi ces historiens « amateurs » – les guillemets s’imposent tant la qualité de leurs recherches n’est souvent pas à la hauteur de ce qualificatif que certains pourront, à tort, juger dépréciatif – qui ont consacré une large partie de leur vie à un seul et même terrain d’enquête, labourant inlassablement les fonds publics et privés d’archives pour aboutir à la constitution d’un corpus très impressionnant. Pour certains, la période appréhendée est celle de la Seconde Guerre mondiale mais pour l’ancien instituteur de Montoir-de-Bretagne, c’est la présence américaine dans l’estuaire de la Loire entre 1917 et 1919 qui polarise toutes les attentions. Labellisé par la Mission du centenaire, cet ouvrage publié par l’Association de Recherche et d’Etude sur le Mouvement Ouvrier de la Région de Saint-Nazaire (AREMORS) est la synthèse de ces décennies de recherches[1].

Continuer la lecture de Montoir-de-Bretagne et les Doughboys (1917-1919)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Après le bombardement du 17 juin 1940, un obus posé sur les rails. Musée de Bretagne: 2008.0020.22.

De la réception transnationale du bombardement du 17 juin 1940

Le développement des plateformes permettant de consulter en ligne des archives ouvre considérablement le champ des possibles pour l’historien. Evènement bien connu, le bombardement qui frappe le 17 juin 1940 la ville de Rennes en est un bon exemple : trois stukas frappent un wagon de munitions arrêté à proximité d’un train de soldat fuyant l’avancée allemande, parmi lesquels de nombreux Britanniques[1].

Continuer la lecture de De la réception transnationale du bombardement du 17 juin 1940

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn