Archives par mot-clé : Engagé

Une histoire méthodique d’Alliance

Osons ici l’idée qu’il y a des histoires plus difficiles que d’autres à écrire, celle des organisations clandestines et notamment des réseaux de Résistance comptant assurément parmi les plus ardues. C’est précisément le sentiment qui reste dans la bouche du lecteur après avoir lu les plus de 600 pages de la monographie d’Alliance que G. Caraes publie aux Editions Ouest-France, volume touffu et dense qui ne manquera pas d’être utile aux historiens de la Seconde Guerre mondiale, aux prosopographes en particulier, mais qui peinera sans doute à dépasser le statut – déjà fort honorable par ailleurs – de précieux outil de travail[1].

Continuer la lecture de Une histoire méthodique d’Alliance

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le monument aux morts de Plestin-les-Grèves, carte postale (détail). Collection particulière.

Un cas complexe, Francis Choquer

La prosopographie est un exercice ingrat. Consistant à mettre en série des parcours biographiques, cette méthode est aussi, et peut-être même avant tout, une confrontation permanente à l’imperfection des sources. C’est ce que rappelle l’exemple de Francis Choquer, un soldat du 48e RI mort pour la France le 1er juin 1940 dans des circonstances particulièrement nébuleuses. En effet, l’antenne caennaise du Service historique de la Défense qui conserve son dossier individuel le répertorie comme étant décédé à Horfmille, un vocable qui ne renvoie à aucune localité connue[1].

Continuer la lecture de Un cas complexe, Francis Choquer

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Dans un cimetière provisoire des environs d'Arras (détail). Carte postale, collection particulière.

A propos des pertes du 71e RI (août-octobre 1914)

Evaluer les pertes d’une unité de l’armée française au cours de la Première Guerre mondiale tient souvent de la gageure tant les sources sont difficiles d’emploi. Tel est du reste plus encore le cas lorsqu’on s’intéresse aux premiers mois du conflit, ceux qui sont caractérisés par les plus forts taux de pertes et de mortalité mais aussi par une guerre de mouvements qui ne facilite pas les choses[1]. Aussi est-ce pourquoi les chiffres que l’abbé Alphonse Lelivier, curé de Pordic mobilisé au 71e RI de Saint-Brieuc, donne dans ses carnets constituent une source qui ne peut qu’attirer l’attention. Sa fonction de cycliste devenue inutile par l’enlisement dans les tranchées, il est affecté au secrétariat du « lieutenant Bauduin pour faire le relever des pertes subies par le régiment depuis le commencement de la campagne »[2]. Autant dire donc que les données qu’il couche dans son carnet le 14 octobre 1914 sont celles qui, au sein du 71e RI, font alors foi. Pour autant, n’y aurait-il pas un intérêt à les confronter à celles des titulaires de la mention « Mort pour la France » qui ont été indexées tout au long du défi 1 Jour 1 Poilu sur le site Mémoire des hommes ? Les chiffres correspondent-ils ou au contraire font ils apparaitre d’importantes différences, et dans ce cas quelle signification leur attribuer ?

Continuer la lecture de A propos des pertes du 71e RI (août-octobre 1914)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Bretagne des 10 et 11e régions militaires. Extrait d'une carte publiée dans les années 1880. Musée de Bretagne: 987.0083.1.7.

De l’inscription dans des territoires militaires artificiels

Dans un article de la revue Economie rurale publié en 1977, la géographe A. Guellec affirme que le département des Côtes-du-Nord, aujourd’hui des Côtes d’Armor, est « parfaitement artificiel ». A l’en croire, ce cadre géographique serait « contraire à des habitudes millénaires » et illustrerait, même, « on ne peut mieux la géographie administrative de la Révolution »[1]. Plus de quarante ans plus tard, un propos tel que celui-ci ne manque pas de laisser songeur : certes, en 1790, le département est un espace neuf donc nécessairement « artificiel » mais il n’en demeure pas moins qu’au fil du temps la population s’y identifie, voire même s’y attache réellement. En témoignent les vastes débats du tournant des années 1990 au moment de la transition des Côtes-du-Nord vers les Côtes d’Armor. Et quid des régions militaires ? Tout aussi parfaitement artificielles, elles naissent à la suite de la défaite de 1870 mais n’empêchent pas que se développe un esprit de corps propre aux corps d’armées. De quoi inciter à la réflexion !

Continuer la lecture de De l’inscription dans des territoires militaires artificiels

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn