Archives par mot-clé : Droit à réparation

Les commémorations de juin 2024 : millésime de la rupture ?

La visite d’Emmanuel Macron à Plumelec le 5 juin 2024, déplacement sur les pas du maquis de Saint-Marcel prolongé l’après-midi à Saint-Lô par un hommage rendu aux victimes civiles des bombardements alliés mais surtout le lendemain par les commémorations du Débarquement de Normandie, s’insère dans une double rupture chronologique qui, néanmoins, n’est pas exempte de continuités. La première nouveauté est celle, bien entendu, de la présence d’un Président de la République en exercice sur ce haut-lieu de la Résistance en Bretagne. Si Charles de Gaulle y vient en 1947, ce n’est pas en tant que chef d’État mais comme ancien combattant en pleine traversée du désert ; certes il ne s’agit pas de n’importe quel ancien combattant mais pas non plus d’un personnage officiel. Symboliquement, la différence est de taille. On a par exemple beaucoup écrit sur la présence de François Hollande au Chemin des Dames le 16 avril 2017, à l’occasion du centième anniversaire de l’offensive Nivelle. Bien entendu, c’était la première fois qu’un Président de la République assistait à cette commémoration et le geste n’était pas négligeable. Mais on remarquera toutefois que l’ancien maire de Tulle était alors tellement démonétisé politiquement qu’il n’avait pas pu se présenter devant les électeurs pour briguer une reconduction de son mandat à l’Élysée, ce qui pour le coup était inédit. La seconde nouveauté induite par ce déplacement en Morbihan d’Emmanuel Macron pour célébrer la Résistance renvoie à sa portée politique immédiate puisque ce déplacement intervient 4 jours avant les élections européennes, scrutin pour lequel le Président ne ménage pas ses efforts même s’il n’est pas lui-même candidat. Là est une distinction majeure à opérer avec le 27 juillet 1947. Le général de Gaulle se rend en effet à Saint-Marcel en plein été, de surcroît alors que le pays est frappé par une intense vague de chaleur. Cela n’empêche bien évidemment pas la vie politique de peser sur ce lourd climat, bien au contraire même, mais il convient de remarquer que la temporalité est radicalement différente. Aussi la venue à Plumelec d’Emmanuel Macron rappelle que, comme toujours, la mémoire étant l’outil politique du temps présent, cette commémoration pour être saisie à sa pleine mesure, devra être resituée dans ce contexte bien particulier afin d’en percevoir pleinement les enjeux. Même chose du reste en ce qui concerne les fastueuses cérémonies qui auront lieu sur les plages du Débarquement, manifestations dont j’ignore parfaitement la teneur au moment où j’écris ces lignes. Pour autant, il ne faut pas être grand clerc pour deviner que, trois jours avant des élections européennes que tous les sondages annoncent difficiles pour la majorité, c’est bien d’une autre manière de faire campagne dont il s’agira. Et de ce point de vue, la rupture n’est pas nécessairement celle à laquelle on pourrait songer en première instance. En effet, tout comme en 1947, il sera à l’évidence beaucoup question d’Europe et de souveraineté nationale lors de ces commémorations des 5 et 6 juin 2024. C’est d’ailleurs sans doute cette réalité qui légitime le choix d’un répertoire d’action dont la rentabilité mérite d’être interrogée. En effet, si la mémoire est politique, elle n’est qu’un des moyens d’en faire, surtout lorsqu’on est Président de la République. D’où la nécessité de mettre en perspective ce choix afin, peut-être, de parvenir à deviner la véritable rupture dont il sera question lors de ce 80e anniversaire.

Continuer la lecture de Les commémorations de juin 2024 : millésime de la rupture ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le consentement par l’affiche est-il une contrainte ?

Que la perspective de lire un gros volume de près de 400 pages consacré à l’affichage administratif au XIXe siècle ne soulève pas un enthousiasme débordant est une chose qui s’entend aisément[1]. Pour autant, on aurait grand tort de passer à côté de l’enquête fouillée de F. Graber tant il s’agit d’un travail important, basé sur des dépouillements impressionnants et stimulant comme rarement le lecteur. Car, derrière ce sujet pouvant paraître résolument aride, pour ne pas dire austère, et abordé de surcroît avec une grande rigueur par un historien qui ne cède jamais sur l’administration de la preuve, se cache des enjeux fondamentaux : le périmètre de l’État, une dimension que cette trop rapide recension n’abordera pas, mais aussi la relation d’autorité qui s’applique théoriquement aux citoyens[2]. En effet, avec ces affiches, et selon les termes mêmes de l’auteur, il s’agit de « former le consentement » : une expression qui ne manque pas d’éveiller la curiosité tant elle est connotée historiographiquement par les vifs débats des années 2000 autour de l’endurance des sociétés belligérantes au cours de la séquence 1914-1918.

Continuer la lecture de Le consentement par l’affiche est-il une contrainte ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Saint-Brieuc, la gare des chemins de fers départementaux. Carte postale (détail). Collection particulière.

Entre bifurcation des trajectoires et continuité des pratiques : Albert Mourocq

On ne dira jamais assez combien est nécessaire le croisement des historiographies, pratique qui implique, bien entendu, de recourir à des sources très diverses. L’exemple de Guillaume Le Moal montre ainsi combien la fiche matricule peut aider à combler certaines lacunes dans un parcours militant. Mais, plus que de simples détails biographiques, dimension essentielle pour qui s’adonne à la prosopographie, c’est parfois de transferts de compétences, de continuités comportementales au-delà de la pluralité des rôles sociaux, dont il s’agit. C’est en tout cas ce que suggère l’examen détaillé de la trajectoire du cheminot communiste Albert Mourocq.

Continuer la lecture de Entre bifurcation des trajectoires et continuité des pratiques : Albert Mourocq

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Combat de cavalerie lors de la bataille de Sedan, 1er septembre 1870. Carte postale publicitaire. Collection particulière.

Le 50e anniversaire de la bataille de Sedan

C’est une formule que l’on répète comme une sorte de mantra : « la mémoire est l’outil politique du temps présent ». Autrement dit, si le souvenir d’un fait historique est convoqué dans le débat public, c’est qu’il offre au moment précis où il est employé une grille de lecture servant les intérêts de celui ou celle qui le mobilise. Là où l’histoire est la science qui s’attache à comprendre le passé sur la base d’une méthode dont l’alpha et l’oméga consistent en la critique interne et externe des archives, la mémoire a tout à voir avec le présent. Mais qu’en est-il de l’amnésie ? De l’absence de souvenir ? C’est à une telle réflexion qu’invite la non-commémoration du cinquantième anniversaire de la bataille de Sedan, au début du mois de septembre 1920.

Continuer la lecture de Le 50e anniversaire de la bataille de Sedan

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn