Archives par mot-clé : Drapeau

A gauche, le général Passaga, en compagnie du général Hanson Ely. Photographie publiée dans l'édition du 11 juillet 1927 d'Excelsior. Gallica / Bibliothèque nationale de France.

Quand le général Passaga frôle l’incident diplomatique aux USA

Colonel commandant le 41e RI en août 1914, Fénélon Passaga voit sa carrière s’envoler pendant la Première Guerre mondiale. À la fin du conflit, il est effet le général qui commande la 10e région militaire, celle de Rennes. À dire vrai, et bien qu’aujourd’hui complètement sorti des mémoires, Passaga est probablement l’officier breton le plus en vue des années 1920[1]. Alors qu’il s’apprête à donner une conférence sur la bataille de Verdun au printemps 1927, le quotidien La France militaire, enthousiaste, écrit à son propos :

« Une conférence sur Verdun ? Encore ! diront certains. Et oui, la lassitude et la saturation sont déjà venues dans beaucoup d’esprits, peu faits pour rester longtemps dans la contemplation admirative de l’idéal.

Il est vrai qu’une conférence sur Verdun, faite par le général Passaga, ce n’est pas l’exposé sec et théorique d’un compilateur : c’est le récit d’un acteur, d’un des grands acteurs du terrible drame. »[2]

Quelques semaines plus tard, ce même journal le décrit comme « le type parfait du divisionnaire avant d’être un de nos meilleurs commandants de corps d’armée »[3]. Sans doute est-ce d’ailleurs cette réelle célébrité, que l’on peine aujourd’hui à imaginer, qui le désigne pour effectuer quelques semaines plus tard une tournée aux États-Unis. Mais loin des discours et des mises en scène de ce que l’on appellerait aujourd’hui des « communicants », ce voyage ne témoigne-t-il d’abord pas de la très fragile relation franco-américaine ?

Continuer la lecture de Quand le général Passaga frôle l’incident diplomatique aux USA

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte d'invalidité (détail). Collection particulière.

Georges Voisin : caractère difficile ou capital de négociation ?

On ne cessera pas de dire combien la fiche matricule de recrutement est une source particulièrement complexe et posant bien des questions devant demeurer, malheureusement, trop souvent sans réponse. C’est ce que montre celle, conservée aux Archives départementales des Côtes d’Armor, de Georges Voisin, célèbre militant socialiste de la région de Guingamp et pilier dans les années 1920-1930 d’En Avant, non moins célèbre société sportive réputée notamment pour ses résultats en football[1].

Continuer la lecture de Georges Voisin : caractère difficile ou capital de négociation ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale (détail). Collection particulière.

La glorieuse défaite de Lucien Burlet

Journaliste prolifique, rédacteur en chef au début des années 1880 du quotidien caennais L’Ordre et la liberté puis collaborateur régulier du Gaulois, où il est chargé de la rubrique des informations parlementaires, Lucien Burlet est aussi un vétéran de 1870[1]. C’est d’ailleurs son expérience de guerre, et de captivité, qu’il choisit de coucher sur le papier dans un court ouvrage publié en 1882, et n’ayant visiblement rencontré aucun succès à en juger par le nombre de recensions qui ont pu y être consacrées dans la presse[2]. Ce volume ne m’aurait d’ailleurs sans doute pas attiré l’œil, perdu dans la masse des témoignages parus après le conflit, si Lucien Burlet n’avait pas, en 1870, porté l’uniforme du 47e de ligne, régiment alors en garnison à Chambéry, en Haute-Savoie. Tour d’horizon d’une source beaucoup plus complexe qu’il n’y parait de prime abord.

Continuer la lecture de La glorieuse défaite de Lucien Burlet

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L'USS Badger dans les années 1930. Wikicommons.

Quand les Américains débarquent à Saint-Nazaire… en 1939

A partir du 3 août 1939, le port de Saint-Nazaire accueille une escadre américaine composée du croiseur de 7 000 tonnes USS Trenton et des torpilleurs de 1 100 tonnes USS Jacob Jones et USS Badger[1]. 20 ans après le départ des derniers Doughboys[2], une telle escale constitue un passionnant objet d’histoire permettant d’appréhender, certes, cet aspect de la mémoire de la Grande Guerre mais aussi quelques-unes des permanences du rapport qu’entretient le port de l’estuaire de la Loire à l’Oncle Sam. Y compris en cet été 1939 pendant lesquels s’amoncellent bien des nuages sombres…

Continuer la lecture de Quand les Américains débarquent à Saint-Nazaire… en 1939

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le général de Gaulle faisant le V de la victoire, carte postale (détail). Collection particulière.

1946 : quand Charles de Gaulle fait sa rentrée politique à l’île de Sein

Charles de Gaulle n’est assurément pas un Français comme les autres. Néanmoins, comme tous les hommes politiques, il effectue tous les ans sa « rentrée politique ». Il s’agit là d’un exercice délicat et peu codifié destiné à mettre fin au silence médiatique des deux mois d’été pour créer une vertueuse dynamique journalistique censée attirer à soi, en dernier ressort, les intentions de vote. Et en 1946, c’est à l’île de Sein que Charles de Gaulle décide d’effectuer sa rentrée politique. C’est donc un moment important pour celui qui, bien qu’auréolé de son statut d’homme du 18 juin et de restaurateur de l’honneur de la France, a échoué à imposer ses vues institutionnelles et a été obligé de tenter un redoutable coup de poker quelques mois plus tôt en quittant la tête du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF), le 20 janvier 1946. Comme en 1940 donc, la reconquête de Paris démarre à l’île de Sein. Pourtant, rien ne va se passer comme prévu. C’est du reste ce qui permet à l’historien de rappeler que si les liens du Général avec la Bretagne sont forts, ils ne sont pas nécessairement ceux, complaisamment relayés par la presse d’alors et entretenus par Charles de Gaulle lui-même, que relaye la vulgate mémorielle.

Continuer la lecture de 1946 : quand Charles de Gaulle fait sa rentrée politique à l’île de Sein

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn