Archives par mot-clé : Discours

Tillon : l’autre grand Charles ?

La biographie que consacre F. Tillon à son illustre grand-père, le breton Charles Tillon, n’est pas un livre respectant les canons de la discipline historique[1]. Le lecteur ne trouvera dans ces pages aucun appareil critique et pourra même, par moments, être étonné par certains jugements et formulations clairement téléologiques (p. 40) ou relevant d’un discours idéologique (p. 12) qui contraste singulièrement avec la nécessaire neutralité de l’approche scientifique. Pourtant, on aurait grand tort de ne pas prêter attention à cet ouvrage dont le premier mérite est d’attirer l’attention sur une grande figure aujourd’hui très largement oubliée et qui mériterait plus de considérations historiographiques. L’auteur a d’ailleurs parfaitement raison de le souligner – même si l’on pourra émettre des réserves sur « l’injustice » (p. 11) que constituerait un tel oubli, une telle grille de lecture ne relevant assurément pas de l’analyse historienne.

Continuer la lecture de Tillon : l’autre grand Charles ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le professeur Mangin faisant son cours au Muséum d'histoire naturelle (détail). Carte postale. Collection particulière.

Eté 1870 : des zoologistes à Roscoff

Si le nom d’Henri de Lacaze-Duthiers est régulièrement associé à la commune de Roscoff, dans le Finistère, puisqu’il est le fondateur de la célèbre Station biologique, ce que cette création a à voir avec la guerre de 1870 est en revanche beaucoup moins connu. Or il nous semble pourtant que, bien que fragmentaires, les quelques traces dont nous disposons et qui nous renseignent quant à cette fascinante aventure scientifique nous offrent un intéressant coup de projecteur sur la Bretagne d’alors et cette guerre franco-allemande qui éclate le 18 juillet 1870.

Continuer la lecture de Eté 1870 : des zoologistes à Roscoff

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Tombes militaires dans le cimetière de Chalons, 20 septembre 1915. La Contemporaine : VAL 092/051.

Divisions d’élite et approches cliométriques de l’histoire

Dans la soirée du 23 avril 2021, S. Tororov a profité d’une conversation initiée sur twitter par le compte 1 jour 1 poilu pour présenter un jeu de données compilées à partir de l’indexation collaborative des fiches de morts pour la France. A l’en croire, ces éléments montreraient « un pattern très fort d’unités d’élite », position qui contrevient à ce qui est généralement admis par l’historiographie. Or non seulement cette idée ne tient pas une seule seconde la route, ce que je démontrerai dans les lignes qui suivent, mais cette manière de procéder me parait relever d’une méthode d’autant plus inquiétante qu’elle a manifestement de plus en plus pignon sur rue.

Continuer la lecture de Divisions d’élite et approches cliométriques de l’histoire

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale (détail). Collection particulière.

La glorieuse défaite de Lucien Burlet

Journaliste prolifique, rédacteur en chef au début des années 1880 du quotidien caennais L’Ordre et la liberté puis collaborateur régulier du Gaulois, où il est chargé de la rubrique des informations parlementaires, Lucien Burlet est aussi un vétéran de 1870[1]. C’est d’ailleurs son expérience de guerre, et de captivité, qu’il choisit de coucher sur le papier dans un court ouvrage publié en 1882, et n’ayant visiblement rencontré aucun succès à en juger par le nombre de recensions qui ont pu y être consacrées dans la presse[2]. Ce volume ne m’aurait d’ailleurs sans doute pas attiré l’œil, perdu dans la masse des témoignages parus après le conflit, si Lucien Burlet n’avait pas, en 1870, porté l’uniforme du 47e de ligne, régiment alors en garnison à Chambéry, en Haute-Savoie. Tour d’horizon d’une source beaucoup plus complexe qu’il n’y parait de prime abord.

Continuer la lecture de La glorieuse défaite de Lucien Burlet

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Colloque : La Commune, l’histoire continue

La Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle organise, avec le Centre d’histoire sociale du XIXe siècle, les 18 et 19 mai 2021, un colloque dans le cadre commémorations du 150e anniversaire de la Commune de Paris. Le programme annoncé semble des plus stimulants. Certes, cet événement s’inscrit dans l’histoire de la capitale, jusqu’à susciter encore aujourd’hui de vives – et vaine ? – polémiques politiques.  Mais cet épisode révolutionnaire intéresse aussi, de par son écho, quiconque travaille sur la Bretagne : la péninsule armoricaine n’est en effet pas coupée du monde et suit avidement ce qui se passe à Paris. Elle montre par ailleurs par la suite qu’elle n’est pas hermétique aux enjeux de mémoire associés à la Commune.

Continuer la lecture de Colloque : La Commune, l’histoire continue

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une prosopographie aux rayons X (1901)

L’idée sous-tendant l’ouvrage que publie l’historien H. Joly est aussi simple qu’efficace : ausculter méthodiquement le destin des 180 élèves de la promotion 1901 de l’École polytechnique et, à partir de cette minutieuse prosopographie, proposer une analyse fine de cette jeunesse brillante et appelée, par la grâce d’un concours, à assurer les plus hautes fonctions[1]. Cette intention est d’ailleurs rappelée par la formule choc « Ils étaient l’élite de la Belle Époque. Qu’ont-ils accompli ?» figurant sur la couverture de l’ouvrage. En d’autres termes, il s’agit de vérifier « preuve à l’appui » si cette « noblesse républicaine » (p. 15) est bel et bien digne du piédestal sur lequel elle trône. C’est parce que l’excellence est une notion subjective (p. 24) que porter un tel regard critique est nécessaire.

Continuer la lecture de Une prosopographie aux rayons X (1901)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Couverture du troisième numéro de Sao Breiz (détail). Collection particulière.

Sao Breiz : au-delà des clichés bretons

L’association Sao Breiz, qui prend à partir du 18 juillet 1942 la succession de Fidel Armor, regroupe pendant et après la Seconde Guerre mondiale un certain nombre de Bretons de la France libre[1]. Cette institution n’est pas inconnue et a notamment été mise largement à contribution lorsqu’il s’est agi pour certains d’écrire l’histoire de la « conscience bretonne » en Seconde Guerre mondiale, tout du moins lorsque celle-ci était investie aux côtés de la Résistance[2]. Bien évidemment, une telle approche n’a pas été sans susciter un certain nombre de polémiques. C’est néanmoins sur un autre terrain que nous souhaiterions nous situer dans le cadre de ce billet, celui d’une approche fonctionnaliste tendant à objectiver cette dimension régionale dans le but de la resituer dans un cadre à la fois spatial et chronologique plus vaste.

Continuer la lecture de Sao Breiz : au-delà des clichés bretons

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Affiche annonçant la venue à à Saint-Marcel du général de Gaulle, le 27 juillet 1947 (détail). Collection particulière.

27 juillet 1947 : Réécrire Saint-Marcel pour mieux combattre les communistes

C’est en plein été que, le 27 juillet 1947, le général de Gaulle vient honorer de sa présence le maquis de Saint-Marcel. En pleine « traversée du désert », ce qui ne signifie nullement qu’il est inactif, il profite d’une tournée en Bretagne pour visiter, entre un pèlerinage à Sainte-Anne d’Auray et un arrêt à Pontivy, ce haut-lieu de la Résistance dans la péninsule armoricaine. Mais, comme toujours lorsqu’il s’agit de mémoire, cette visite, entre mythe résistancialiste et rupture du tripartisme, a moins à voir avec le souvenir de la Seconde Guerre qu’avec les enjeux nationaux et internationaux du moment. Si Charles de Gaulle profite d’un arrêt à Paimpont pour se recueillir sur la tombe de sa mère, ce sont bien des considérations politiques qui sont, avant tout, à l’ordre du jour[1].

Continuer la lecture de 27 juillet 1947 : Réécrire Saint-Marcel pour mieux combattre les communistes

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Insigne des blessés de la tuberculose d'Ille-et- Vilaine, 1918. Musée de Bretagne : 949.3089.

Carle Bahon au prisme du patriotisme… et de la plus Grande Guerre

Dans son édition du 6 février 1910, le quotidien catholique L’Ouest-Éclair qualifie le socialiste Carle Bahon de « plus élégant des conseillers municipaux » rennais[1]. Quand on connaît les attaques, fort peu élégantes du reste, dont fait l’objet celui qui devient maire du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine entre 1925 et 1929, un tel propos ne manque pas d’interpeller. Il est vrai que le Musée de Bretagne conserve un portrait de lui, cliché posé figurant un homme manifestement distingué, peut-être même dandy. Mais faut-il vraiment prendre au pied de la lettre ce qualificatif ? Ne faut-il pas au contraire pas y voir une marque d’ironie cinglante, quand on sait les attaques publiques dont fait l’objet ce maître de conférences en langue et littérature allemande à la faculté de Rennes ? C’est ainsi par exemple que, dans son édition du 22 mai 1926, Le Nouvelliste de Bretagne, sous la plume de Louis Téry, un ancien prisonnier de guerre pendant la Première Guerre mondiale, affirme que l’on aurait « probablement tort d’attendre » de la part du maire de Rennes « des gestes empreints d’une élégance purement française »[2]. Né d’une mère allemande, Carle Bahon voit en effet régulièrement son patriotisme mis en doute par la frange la plus xénophobe et nationaliste de l’opinion rennaise. Autant d’attaques qui méritent une mise en perspective.

Continuer la lecture de Carle Bahon au prisme du patriotisme… et de la plus Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Affiche de propagande soviétique : « Voilà comment mettre fin aux idées des maîtres. Longue vie à la Pologne soviétique ! » (1920). Wikicommons.

4 septembre 1920 : la mémoire pour dire le monde présent ?

Il y a bien des manières d’expliquer le silence qui entoure les commémorations du cinquantième anniversaire de la guerre de 1870. Il y a tout d’abord le contexte et notamment ce terrible poids de la Première Guerre mondiale : un deuil dont on peine aujourd’hui à prendre la mesure, des séquelles psychologiques que les archives ne dévoilent qu’avec parcimonie[1]. A n’en pas douter, en 1920, la séquence 1914-1918 agit à la manière d’un voile opaque occultant « l’année terrible » 1870-1871[2]. Mais il y a, à n’en pas douter, d’autres logiques à l’œuvre pour expliquer cette amnésie collective. La mémoire étant l’outil politique du temps présent, tout pousse en effet à ausculter 1870 sous l’angle d’une référence historique devenue inutile car très largement incapable de dire le monde de 1920. C’est en tout cas ce que suggère La Croix des Côtes-du-Nord datée du 5 septembre 1920.

Continuer la lecture de 4 septembre 1920 : la mémoire pour dire le monde présent ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L'USS George Washington arrive à Brest, 13 décembre 1918. National archives at College Park: 111-SC-62752.

Brest 1920, du deuil à l’amertume

L’éditorial que publie le 5 septembre 1920 Louis Coudurier en première page de la Dépêche de Brest est particulièrement intéressant pour qui s’intéresse aux conséquences immédiates de la Grande Guerre et, tout particulièrement, au retour sur le pied de paix d’une économie indexée pendant 52 mois sur l’effort de guerre[1]. C’est en définitive une autre mémoire du conflit qui se laisse appréhender dans ces quelques lignes, moins fardeau du deuil engendré par la perte de milliers d’êtres chers qu’amertume générée par le sentiment d’une occasion manquée.

Continuer la lecture de Brest 1920, du deuil à l’amertume

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale publicitaire. Musée de Bretagne: 980.0051.759.

4-5 septembre 1920 : Carhaix célèbre la République

La ville de Carhaix est l’une des rares communes bretonnes à célébrer le cinquantième anniversaire de la République, le 4 septembre 1870. Organisées par le comité des fêtes présidé par un certain « M. Portellec », les réjouissances constituent un intéressant objet de réflexion pour l’historien, ne serait-ce que parce qu’elles s’insèrent dans une actualité commémorative particulièrement dense. En effet, quelques jours plus tard, le 26 septembre 1920, c’est son monument aux morts de la Grande Guerre que la commune finistérienne inaugure en grandes pompes[1]. Une concordance des temps qui, bien entendu, n’est pas sans interroger.

Continuer la lecture de 4-5 septembre 1920 : Carhaix célèbre la République

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Portrait de Georges Rivollet publié le 1er novembre 1934 par Le Journal. Georges Rivollet, ministre des Pensions, visite un cimetière militaire.

Georges Rivollet : le vaguemestre devenu ministre… et collabo

Joseph Le Barh et Pierre-Marie Lec’hvien ont tous deux en commun d’être des hommes d’église et d’être mobilisés au 47e régiment d‘infanterie de Saint-Malo pendant la Première Guerre mondiale. Mais cette fraternité d’armes et de sacerdoce ne doit pas leurrer. En effet, c’est bien de deux trajectoires radicalement différentes dont il s’agit ici. Recteur de la paroisse de Sainte-Anne d’Auray, haut-lieu du souvenir de la Grande Guerre en Bretagne[1], Joseph Le Barh est assassiné par les Allemands, en tant qu’otage, le 5 août 1944[2]. Vicaire dans les Côtes-du-Nord, Pierre-Marie Lec’hvien trouve lui la mort 4 jours plus tard. Mais, proche de l’abbé Perrot et de la mouvance collaborationniste bretonne, il est liquidé par la résistance communiste[3]. Parcours radicalement opposés mais néanmoins uniques que ceux-ci ? Pas vraiment lorsqu’on compare l’itinéraire du parlementaire socialiste et résistant-déporté Albert Aubry à celui du ministre et collaborateur Georges Rivollet. Deux hommes qui portent tous les deux l’uniforme du 47e RI au début des années 1910, deux individus qui choisissent des voies radicalement différentes et, ce faisant, invitent à mettre en garde contre l’unité que pourrait suggérer l’idée de régiment. Ensemble comportant plus de 3 300 hommes en 1914, le régiment d’infanterie, malgré le singulier que suggère cette expression, constitue au contraire le reflet de la société qui lui donne naissance par la grâce de la conscription.

Continuer la lecture de Georges Rivollet : le vaguemestre devenu ministre… et collabo

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

2020 : retrouver Stéphane Audoin-Rouzeau ?

Nous ne saurions trop conseiller ce recueil d’articles de l’historien S. Audoin-Rouzeau, série de textes méconnus opportunément publiée par les Editions du Félin[1]. Car en permettant de (re)découvrir des articles anciens, publiés dans des catalogues d’exposition, diffusés en allemand ou en espagnol et donc trop souvent sortis des radars bibliographiques, voire même en donnant à lire des textes inédits, ces « petits sujets sur la violence de guerre » permettent de revenir sur l’œuvre d’un intellectuel important et dont la pensée dépasse de très loin le strict cadre de la discipline historique. Comme une sorte de bilan devenu nécessaire dans la mesure où, de l’aveu même de l’auteur, « s’achève un parcours de recherche rendant inévitable un bref retour sur le travail accompli, au moment où l’on dresse l’inventaire des forces et des faiblesses d’une proposition scientifique étendue sur quarante années et touchant nécessairement à son terme » (p. 8).

Continuer la lecture de 2020 : retrouver Stéphane Audoin-Rouzeau ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L'USS Badger dans les années 1930. Wikicommons.

Quand les Américains débarquent à Saint-Nazaire… en 1939

A partir du 3 août 1939, le port de Saint-Nazaire accueille une escadre américaine composée du croiseur de 7 000 tonnes USS Trenton et des torpilleurs de 1 100 tonnes USS Jacob Jones et USS Badger[1]. 20 ans après le départ des derniers Doughboys[2], une telle escale constitue un passionnant objet d’histoire permettant d’appréhender, certes, cet aspect de la mémoire de la Grande Guerre mais aussi quelques-unes des permanences du rapport qu’entretient le port de l’estuaire de la Loire à l’Oncle Sam. Y compris en cet été 1939 pendant lesquels s’amoncellent bien des nuages sombres…

Continuer la lecture de Quand les Américains débarquent à Saint-Nazaire… en 1939

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale (détail). Collection particulière.

Quelques précisions à propos du soldat inconnu

Un article publié dans les colonnes de Ouest-France ce 11 novembre 2020 à l’occasion de la commémoration du 102e anniversaire de l’Armistice m’amène à apporter quelques éléments de réponse. Non que le propos de ce journaliste soit problématique, bien au contraire. Néanmoins, il m’importe de préciser quelques éléments afin que le doute ne puisse plus subsister dans les esprits. Mon intention n’est pas de polémiquer avec Serge Barcellini, président général du Souvenir français, mais uniquement de rappeler quelques faits à propos de Francis Simon et de la genèse du soldat inconnu. Une histoire qui reste encore, comme le verra, pour une large part à écrire.

Continuer la lecture de Quelques précisions à propos du soldat inconnu

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le général de Gaulle faisant le V de la victoire, carte postale (détail). Collection particulière.

1946 : quand Charles de Gaulle fait sa rentrée politique à l’île de Sein

Charles de Gaulle n’est assurément pas un Français comme les autres. Néanmoins, comme tous les hommes politiques, il effectue tous les ans sa « rentrée politique ». Il s’agit là d’un exercice délicat et peu codifié destiné à mettre fin au silence médiatique des deux mois d’été pour créer une vertueuse dynamique journalistique censée attirer à soi, en dernier ressort, les intentions de vote. Et en 1946, c’est à l’île de Sein que Charles de Gaulle décide d’effectuer sa rentrée politique. C’est donc un moment important pour celui qui, bien qu’auréolé de son statut d’homme du 18 juin et de restaurateur de l’honneur de la France, a échoué à imposer ses vues institutionnelles et a été obligé de tenter un redoutable coup de poker quelques mois plus tôt en quittant la tête du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF), le 20 janvier 1946. Comme en 1940 donc, la reconquête de Paris démarre à l’île de Sein. Pourtant, rien ne va se passer comme prévu. C’est du reste ce qui permet à l’historien de rappeler que si les liens du Général avec la Bretagne sont forts, ils ne sont pas nécessairement ceux, complaisamment relayés par la presse d’alors et entretenus par Charles de Gaulle lui-même, que relaye la vulgate mémorielle.

Continuer la lecture de 1946 : quand Charles de Gaulle fait sa rentrée politique à l’île de Sein

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Pour en finir avec les secrets d’archives

A tort ou à raison, les archives font peur. C’est ce sentiment qui permet que se développe un discours sur l’histoire « officielle », ensemble de représentations mentales se nourrissant de fantasmes à propos de « secrets » et autres « vérités que l’on nous cache ». Lorsqu’il est question de la Seconde Guerre mondiale, cette grille de lecture est encore plus sensible et n’hésite pas à flirter avec l’abject, quand elle ne s’y vautre pas avec un plaisir évident. Dans ce schéma de pensée, les universitaires font véritablement figure d’ennemis en ce qu’ils représentent ce « système » censé opprimer un peuple qui serait « privé de son histoire ». On mesure donc toute l’urgence, urgence civique et non plus uniquement intellectuelle, savante, qu’il y à développer des outils facilitant l’accès aux archives, ce monde pouvant paraître effectivement impressionnant et déroutant pour quiconque y effectue ses premiers pas. C’est précisément ce à quoi s’attelle F. Bourrée, en collaboration avec F. Quéguineur, en publiant ce « Guide d’orientation dans les fonds d’archives » pour permettre au lecteur de « Retracer le parcours d’un résistant[1].

Continuer la lecture de Pour en finir avec les secrets d’archives

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Image patriotique représentant la bataille de Spicheren (6 août 1870), sans date. Collection particulière.

28 juillet 1870 : fontaine je ne boirai pas de ton eau ?

Se présentant comme le « Journal de l’Union démocratique & libérale » et comme un « journal politique, commercial, agricole & littéraire » paraissant les jeudis & les dimanches, Les Côtes-du-Nord publient dans leur édition datée du 4 août 1870 un article particulièrement précieux pour l’historien qui s’intéresse à ce conflit[1]. En quelques lignes en effet sont rappelées à la fois la modernité de cette guerre franco-allemande et certaines permanences de discours qui ne manquent pas d’interroger.

Continuer la lecture de 28 juillet 1870 : fontaine je ne boirai pas de ton eau ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Affiche de la Journée d'études "Une approche pluridisciplinaire de la guerre de 1870-1871" organisée le 4 avril 2020 aux Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan (détail).

Retour sur une approche pluridisciplinaire de la guerre de 1870

Le 16 septembre 2020 s’est tenue en l’amphithéâtre Foch des Ecoles de Saint-Cyr Coêtquidan une journée d’études consistant en une approche pluridisciplinaire de la guerre de 1870, manifestation mêlant historiens, sociologues mais aussi juristes et historiens de l’art. Fort riche, cette manifestation dit parfaitement tout l’intérêt de la commémoration du 150e anniversaire de « l’année terrible », la demande sociale de mémoire permettant de mettre en lumière certains des derniers acquis de la recherche.

Continuer la lecture de Retour sur une approche pluridisciplinaire de la guerre de 1870

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Couple de sonneurs (détail). Musée de Bretagne: 2007.0012.77.

Jean Choleau, les binious du 270e RI et la misère militaire

Le 38e numéro, daté du 4e trimestre 1931, d’An Oaled publie un intéressant témoignage concernant la musique du 270e RI, formation comportant pendant la Première Guerre mondiale des binious[1]. La chose pourra paraître surprenante pour une unité tenant garnison en Haute-Bretagne, elle n’en était pas moins déjà connue et, du reste, signalée par Y. Lagadec[2]. Pour autant, cet article, intéressant à plusieurs égards, permet de mieux comprendre la genèse de cette formation et de revenir sur les ambiguïtés et les frustrations d’un militant de l’Emsav, Jean Choleau.

Continuer la lecture de Jean Choleau, les binious du 270e RI et la misère militaire

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn