Archives par mot-clé : Déménagement

Quelques Bretons de Paris, et du 47e RI, au prisme des fiches matricules

Le cloisonnement des historiographies invite à réserver le plus souvent la fiche matricule de recrutement aux enquêtes consacrées au fait militaire et guerrier. Pourtant, la centralité de la caserne dans la France des années 1860-1962, et plus singulièrement pour ce qui m’intéresse ici, dans le cadre de ce carnet de recherche, la péninsule armoricaine, laisse entrevoir bien des possibilités. J’ai déjà eu l’occasion, lors des journées du Maitron tenues au mois de novembre 2021, d’exposer quelques pistes concernant l’étude du mouvement ouvrier et social au prisme de l’uniforme. C’est un autre champ que je souhaite investir ici, à partir des données amassées à l’occasion de la thèse de doctorat que j’ai consacrée au 47e RI de Saint-Malo pendant la Première Guerre mondiale, celui de l’histoire des migrations[1]. En effet, cette enquête sur la culture professionnelle des combattants repose pour une large part sur un thésaurus élaboré à partir des fiches matricules de recrutement de 2 688 morts pour la France de cette unité au titre de la séquence 1914-1918[2]. Or ces documents comprennent un certain nombre d’informations qui permettent d’identifier des trajectoires migratoires et, dans le cadre de ce billet, leur influence ou non sur l’acquittement de l’impôt du sang pendant la Grande Guerre.

Continuer la lecture de Quelques Bretons de Paris, et du 47e RI, au prisme des fiches matricules

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

A Rennes, lors de la Fête des fleurs 1936 (détail). Musée de Bretagne : 977.0040.4.

Des fleurs et des fusils

Fleurs et fusils ne font pas bon ménage. On connait l’image du départ des mobilisés de l’été 1914 la « fleur au fusil », représentation mentale n’ayant plus cours depuis la fin des années 1970 et la thèse magistrale de J.-J. Becker[1]. C’est d’ailleurs au cours de cette seconde partie du XXe siècle que le végétal devient un puissant symbole antimilitariste et pacifiste, incarnation d’un flower power magnifié par la célèbre photographie de Marc Riboud figurant une jeune femme – Jan Rose Kasmir – manifestant le 21 octobre 1967 contre la guerre du Vietnam et faisant face aux soldats de la Garde nationale armée d’un simple chrysanthème. Pourtant, il est un événement qui à Rennes parvient à concilier fleurs et fusils : le corso. Aujourd’hui sortie des mémoires, cette fête extrêmement populaire dit la force de la sensibilité militaire dans la première partie du XXe siècle. Surtout quand elle se déroule au printemps 1936, celui-là même qui voit la victoire du Front populaire lors des élections législatives. Comme si les fractures politiques, imperceptibles à travers cet événement, pouvait se combler l’espace de quelques heures.

Continuer la lecture de Des fleurs et des fusils

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn