Archives par mot-clé : Connecté

Une riche monographie départementale

La synthèse que J. Martin consacre aux excellentes éditions À l’ombre des mots relève d’une démarche dont on ne peut que regretter qu’elle ne soit pas plus en vogue tant elle est utile : une monographie du département des Côtes-du-Nord au XIXe siècle, exercice qui n’avait pas été mené depuis… 1926 ! (p. 11)[1] C’est dire s’il y a à apprendre dans ce volume, y compris pour qui s’intéresse au fait militaire et guerrier. Si celui-ci ne constitue pas le sujet premier de ce livre, le fait est que cet ouvrage y fait régulièrement référence, ce qui par ailleurs confirme sa centralité.

Continuer la lecture de Une riche monographie départementale

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte de la Bretagne (détail) par Félix Benoist, XIXe siècle. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.6434.

Pour une histoire connectée de la Bretagne en 1870-1871

La presse en tant que source est, pour qui travaille sur la période contemporaine, et ce quel que soit ou presque le sujet envisagé, une évidence. Le journal est quasiment un réflexe de la sagacité historienne tant nombreuses sont les informations que l’on peut y puiser. Pourtant, l’archive n’est pas non plus sans biais, notamment lorsqu’il est question d’approches genrées. Contrairement à la figure de la munitionnette pendant 1914-1918, l’ouvrière d’arsenal n’est absolument pas mise en lumière, alors qu’un certain nombre d’annonces publiées dans la presse montrent qu’elles sont recherchées par les industries de guerre, notamment pour la confection des cartouches et des obus[1]. Elles sont d’ailleurs présentes en nombre au sein des ateliers de production, comme le démontre le bilan publié par le Phare de la Loire à la suite de l’explosion, le 15 novembre 1870, d’une de ces fabriques situées près du pont de Pirmil, à Nantes[2]. Là chose est connue et je ne souhaite pas insister outre mesure sur ce point[3]. En revanche, ce qui me paraît intéressant de rappeler, c’est combien la presse témoigne d’un système médiatique globalisé reposant sur une grande circulation de l’information. Or, lorsqu’on s’intéresse à la séquence 1870-1871, cette réalité contrevient frontalement à la représentation victimaire propagée par l’historiographie identitaire bretonne, grille de lecture postulant une péninsule armoricaine coupée du monde et entièrement ou presque anéantie – volontairement de surcroît – à Conlie. Indépendamment de ce qu’elle peut dire, ou ne pas dire, c’est donc aussi en tant que réalité technique, économique et culturelle que la presse est riche d’enseignements.

Continuer la lecture de Pour une histoire connectée de la Bretagne en 1870-1871

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Portrait de Mgr Jean-Marie Bécel figurant en l'église Saint-Pierre de Béignon (Morbihan), détail. Wikicommons.

Ultramontanisme et guerre de 1870 : réflexions morbihannaises

Dans la thèse qu’elle consacre à Alcime Gouraud, évêque de Vannes, C. Picaud insiste sur l’ultramontanisme très fort en Morbihan, sentiment implanté dans ce département dès le XIXe siècle et tant parmi les laïcs que le clergé :

« Ce dernier n’est d’ailleurs pas seul à manifester ses sentiments ultramontains. Par leur contribution financière (denier de Saint-Pierre) et surtout par leur engagement militaire (zouaves pontificaux), les laïcs morbihannais témoignent de leur attachement au Pape. Avec 154 sous-officiers et soldats engagés pour la délivrance de Rome, le Morbihan se place au troisième rang des départements de l’Ouest, derrière la Loire-Inférieure (300) et l’Ille-et-Vilaine (167). Le contingent de 150 élèves envoyé par le collège Saint-François-Xavier de Vannes fit dire à Pie IX : ‘Le collège Saint-François-Xavier de Vannes….[1] Ah ! De tous les collèges de France, c’est celui qui m’est le plus cher, car aucun ne m’a donné autant de défenseurs’. Il est aisé de comprendre quel cruel dilemme le ralliement devait poser à ces catholiques morbihannais, aussi royalistes qu’ultramontains, d’autant plus royalistes que la République s’identifiait à la législation laïque. »[2]

Cette fidélité au Pape n’est du reste pas une spécificité morbihannaise, ni même bretonne d’ailleurs, comme le rappelle M. Launay dans un article paru en 1983 dans les vénérables Annales de Bretagne. Cette proximité avec Rome et les états pontificaux est même une caractéristique qui s’observe dans tout l’Ouest de la France et qui s’explique par le fait que l’auguste cité « devient la ville sainte par excellence, à cause bien sûr des souvenirs des premiers chrétiens, mais aussi parce qu’elle présente le bastion de la foi contre l’impiété moderne et le siège de la souveraineté de Jésus-Christ incarnée par le successeur de Pierre »[3]. Dès lors, la concrétisation de l’unité italienne à la faveur de la guerre franco-allemande de 1870 et au détriment du Vatican a-t-elle des répercussions en Bretagne, et pour ce qui concerne ces lignes, en Morbihan ?

Continuer la lecture de Ultramontanisme et guerre de 1870 : réflexions morbihannaises

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le Pacifique : espace de détotalisation de la Grande Guerre ?

L’ouvrage que fait paraître M. Reynaud chez Passés Composés, volume portant sur la Première Guerre mondiale dans l’espace Pacifique, est de ceux qu’il faut connaître tant la bibliographie disponible sur ce conflit dans cette partie du monde est lacunaire[1]. Cette référence s’imposera donc, à n’en pas douter, comme un manuel indispensable à quiconque souhaite travailler sur cette partie du globe : chercheurs patentés, étudiants ou simples curieux y trouveront leur compte. Mais il n’est pas interdit de penser que ce livre parviendra à toucher un public beaucoup plus vaste tant, en définitive, il invite à se poser un certain nombre de questions qui dépassent très allègrement l’espace Pacifique.

Continuer la lecture de Le Pacifique : espace de détotalisation de la Grande Guerre ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De la biopsie en histoire

J’ai eu la chance de rencontrer C. Dhennin-Lalart à l’automne 2014, lors d’un colloque organisé par R. Porte, D. Barjot et F. Cochet pour la Commission française d’histoire militaire. Elle était à quelques semaines de soutenir sa thèse, et nous avions échangé quelques mots alors que je débutais la mienne. Sa démarche me semblait absolument passionnante : prendre une toute petite partie du front – en l’occurrence le pays de Weppes, en Flandre française – et l’étudier le plus finement possible, des deux côtés du no man’s land. Pour qui s’intéresse aux variations d’échelles en histoire, il y avait là la réalisation concrète d’une belle idée trop rarement mise en œuvre, la biopsie[1]. C’est donc avec une réelle gourmandise que je me suis saisi du livre publié aux Presses universitaires de Rennes et tiré de ce doctorat[2]. Pourtant, mon enthousiasme a été rapidement douché en apprenant, lors de la lecture de la quatrième de couverture, la mort de l’autrice, en 2020.

Continuer la lecture de De la biopsie en histoire

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Bretagne dans « l’année terrible » : un essai de géographie

La séquence 1870-1871 est marquée par de grands mouvements : ceux des troupes pendant la guerre franco-allemande mais aussi ceux de nombreux séismes politiques, de la chute de l’Empire à la proclamation de la République, en passant par la Commune de Paris. Bien souvent, à en croire la vulgate mémorielle, la Bretagne apparaît en périphérie de ces dynamiques, immobile comme ces soldats englués dans la boue du camp de Conlie. Pourtant, c’est une toute autre géographie qui émane des archives, la péninsule armoricaine n’étant nullement exclue de « l’année terrible », bien au contraire. La mémoire n’est pas l’histoire et le souvenir associé à la Bretagne pendant la séquence 1870-1871 – grille de lecture bien souvent orientée et focalisée sur le seul camp de Conlie – ne saurait résumer la période. Si aucun combat ne se déroule dans la péninsule armoricaine, la région est au premier rang de bien des mouvements de troupes tout en constituant une sorte d’arrière jugé relativement sûr : en témoignent les bijoux de la Couronne impériale et les trésors du Musée du Louvre entreposés par mesure de sécurité à Brest. Dès lors, c’est l’image d’un espace à la fois en périphérie mais en même temps parfaitement connecté à la succession des événements qui se dévoile. Le propos n’est donc pas ici d’esquisser l’histoire de la Bretagne, des Bretonnes et des Bretons pendant la fort complexe séquence 1870-1871 mais, plus modestement, de tenter un état des lieux, une sorte de tableau nullement exhaustif de la péninsule armoricaine pendant cette période et de montrer, ce faisant, combien elle s’insère dans l’histoire globale de « l’année terrible »[1].

Continuer la lecture de La Bretagne dans « l’année terrible » : un essai de géographie

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L’Empire (libéral) contre-attaque-t-il en Bretagne ?

Publié aux éditions SPM, cet « essai d’histoire globale » consacré à l’Empire libéral et dirigé par E. Anceau et D. Barjot constitue un bel exercice de réexamen d’une période assez délaissée par l’historiographie, plus encore nous le verrons en ce qui concerne la Bretagne[1]. Là n’est d’ailleurs pas chose totalement surprenante pour qui connaît la riche et dense œuvre de ces deux éminents historiens. En définitive, c’est d’un volume exploratoire dont il s’agit ici, ouvrage proposant un état des connaissances et empruntant quelques pistes, dans les domaines politiques, économiques et internationaux, mais ne prétendant, comme il se doit du reste, nullement faire le tour d’un objet historique qui reste un chantier encore très largement en friches (p. 7 et 19).

Continuer la lecture de L’Empire (libéral) contre-attaque-t-il en Bretagne ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Résistance en ses frontières : Jade objet d’histoire ?

Faire l’histoire d’un réseau de résistance pendant la Seconde Guerre mondiale est chose éminemment difficile. Lorsqu’il s’agit en plus de Jade, structure à double blanche liée non à la France libre mais à l’Intelligence Service britannique (IS), et dont de nombreuses ramifications parcourent la Bretagne, la tâche est sans doute encore un peu plus ardue. C’est dire si la démarche entreprise par A. Kervella dans ce livre qu’il publie chez Nouveau monde éditions est complexe[1]. Le texte, semblable par bien des égards à un gigantesque kaléidoscope, le reflète pour partie et le lecteur peut parfois perdre pied face à la multitude de récits et de portraits qu’il recèle, comme dans une sorte d’interminable roman choral. C’est d’ailleurs, paradoxalement, ce qui fait la force de ce volume qui constituera, grâce à un judicieux index nominatif, qui aurait pu être doublé d’un index des lieux, un très utile outil de travail pour toutes celles et ceux dont les recherches portent justement sur la Seconde Guerre mondiale. Pour autant, il nous semble que cette enquête pâtit d’un manque de réflexion sur l’objet en lui-même.

Continuer la lecture de La Résistance en ses frontières : Jade objet d’histoire ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn