Archives par mot-clé : Conforter

L’anticommunisme militaire au prisme du rapport de force

Spécialiste de l’histoire politique de l’armée française, et plus particulièrement de ses rapports difficiles avec le drapeau rouge, G. Vidal est de ces historiens discrets mais dont le travail est à bien des égards incontournable. Portant sur la séquence 1939-1935, cette Armée française et le communisme se situe dans le prolongement d’une réflexion poussée sur le rapport de cette même institution à la figure de l’ennemi intérieur, excellente enquête déjà publiée aux Presses universitaires de Rennes[1]. Du fait d’un emploi du temps particulièrement chargé, je n’avais pu rendre compte de cet ouvrage sorti à la fin de l’été 2023. C’est donc avec beaucoup de retard que je me permets de m’atteler à cette recension qui m’apparaît doublement nécessaire. En effet, non seulement cet ouvrage vient encore une fois démontrer tout le profit qu’il y a à tirer d’une histoire politique du militaire mais invite à bien des approfondissements, tout particulièrement en ce qui nous concerne ici à l’échelle de la Bretagne.

Continuer la lecture de L’anticommunisme militaire au prisme du rapport de force

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L’autre Dunkerque

Publiée chez Passés Composés, cette histoire de la poche de Dunkerque pendant la Seconde Guerre mondiale proposée par M. Geagea est un livre stimulant et offrant bien des perspectives de prolongement[1]. Bien entendu, pour qui s’intéresse à l’histoire du fait militaire et guerrier en Bretagne, les comparaisons avec Lorient et Saint-Nazaire s’imposent naturellement. Mais d’autres pistes viennent rapidement à l’esprit, notamment en ce qui concerne les approches environnementales, grilles de lecture qui viennent considérablement dilater la chronologie des conflits. C’est dire s’il s’agit là d’un livre riche, dont la lecture est d’autant plus nécessaire qu’elle renvoie à des événements par bien des égards oubliés : en effet, dans la mémoire collective, Dunkerque renvoie plus au repli britannique de 1940 qu’à la résistance allemande de 1944-1945 (p. 13).

Continuer la lecture de L’autre Dunkerque

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Noblesse en Grande Guerre

J’avais beaucoup apprécié le Sang bleu dans les tranchées publié par B. Goujon chez Vendémiaire en 2015 et c’est avec un réel plaisir que je me suis plongé dans ce copieux volume qui en constitue un avantageux prolongement : le propos ne se focalise cette fois-ci plus sur les aristocrates au front mais sur leurs nobles épouses[1]. 7 ans plus tard on reprend donc (presque) les mêmes et on recommence en employant les recettes qui avaient déjà emporté l’adhésion, et notamment un souci renouvelé et particulièrement bien venu de l’administration de la preuve. Il en résulte, certes, un ouvrage touffu (plus de 900 pages), et dont la lecture est rendue particulièrement difficile par l’exaspérante habitude prise par les éditeurs de placer l’appareil critique en fin de volume, mais là est le prix à payer de la scientificité de la démonstration. Et celle-ci a son importance. En effet, le titre – Je Maintiendrai, leitmotiv emprunté à la comtesse Vigier – est un bon indice de la démarche de l’auteur, exercice qui consiste à appréhender l’agentivité d’un groupe social particulier face à l’épreuve que constitue la Première Guerre mondiale. Loin de se laisser écraser par le conflit, ces femmes tentent ce qu’elles peuvent pour préserver, voire maximiser leur position. Or si les moyens à leur disposition sont dans bien des cas sans commune mesure avec ce que l’on peut observer dans d’autres strates de la société, surface sociale, culturelle et économique oblige, cette intention n’a, elle, rien d’unique. Il en résulte, en filigrane, une mise en perspective subtile et nuancée de l’idée d’Union sacrée (p. 75).

Continuer la lecture de Noblesse en Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Portrait de Paul Féval publié le 20 mars 1887 en première page du Journal illustré (détail). Collections Musée de Bretagne : 887.0007.

Paul Féval, critique de l’armée française de 1870-1871 ?

Parmi les sources particulièrement difficiles d’emploi figurent les œuvres littéraires. Il est en effet très tentant de voir dans telle ou telle page une allusion au sujet sur lequel on entend travailler ce qui, en creux, souligne le risque de surinterprétation, d’extrapolation à partir de bribes, voir même de contresens. Car si la discipline historique consiste en une objectivation des subjectivités, elle ne peut procéder sur du vide. Pour pouvoir avancer qu’un roman, d’abord publié en feuilleton, comme Le Dernier vivant de Paul Féval, constitue par certains passages une critique acerbe de l’armée française de 1870 et de ses filières d’approvisionnement, il faut des preuves attestant que là est, véritablement, l’intention du romancier[1]. Or, en l’état actuel des connaissances, celles-ci manquent cruellement.

Continuer la lecture de Paul Féval, critique de l’armée française de 1870-1871 ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

1942 en tant que concept ?

L’ouvrage que consacrent C. Azouvi et J. Peltier, et publié aux dynamiques Éditions Passés Composés, à l’année 1942 constitue une intéressante synthèse qui rendra bien des services aux étudiants qui, notamment, auraient à travailler sur la Seconde Guerre mondiale[1]. Il est vrai que, comme le rappelle O. Wieviorka dans la préface de ce beau volume, cette année a été érigée par l’historien Henri Michel en « bissectrice de la guerre » (p. 6) et qu’elle constitue à cet égard un objet particulièrement stimulant de réflexion. En d’autres termes, c’est là que, par bien des égards, bascule le sort du conflit. Situé dans une perspective résolument globale, cet ouvrage intéressera néanmoins celles et ceux qui travaillent au fait militaire et guerrier à l’échelle de la péninsule armoricaine. En effet, si le texte invite à d’incessants jeux d’échelles, conformément aux multiples inscriptions géographiques qui définissent tout objet historique, certaines omissions stimulent particulièrement la réflexion[2]. Car si la manière dont les auteurs approchent 1942 est résolument mondiale, il en résulte une analyse du warfare, tant en termes de champs de bataille que d’intériorité des ennemis combattus, qui invite d’une certaine manière à un retour au local pour, au final, mieux interroger la pertinence de ce cadre d’analyse.

Continuer la lecture de 1942 en tant que concept ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Quelques Bretons de Paris, et du 47e RI, au prisme des fiches matricules

Le cloisonnement des historiographies invite à réserver le plus souvent la fiche matricule de recrutement aux enquêtes consacrées au fait militaire et guerrier. Pourtant, la centralité de la caserne dans la France des années 1860-1962, et plus singulièrement pour ce qui m’intéresse ici, dans le cadre de ce carnet de recherche, la péninsule armoricaine, laisse entrevoir bien des possibilités. J’ai déjà eu l’occasion, lors des journées du Maitron tenues au mois de novembre 2021, d’exposer quelques pistes concernant l’étude du mouvement ouvrier et social au prisme de l’uniforme. C’est un autre champ que je souhaite investir ici, à partir des données amassées à l’occasion de la thèse de doctorat que j’ai consacrée au 47e RI de Saint-Malo pendant la Première Guerre mondiale, celui de l’histoire des migrations[1]. En effet, cette enquête sur la culture professionnelle des combattants repose pour une large part sur un thésaurus élaboré à partir des fiches matricules de recrutement de 2 688 morts pour la France de cette unité au titre de la séquence 1914-1918[2]. Or ces documents comprennent un certain nombre d’informations qui permettent d’identifier des trajectoires migratoires et, dans le cadre de ce billet, leur influence ou non sur l’acquittement de l’impôt du sang pendant la Grande Guerre.

Continuer la lecture de Quelques Bretons de Paris, et du 47e RI, au prisme des fiches matricules

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le centenaire à l’heure du bilan

Inutile de le nier, c’est avec un sentiment mitigé que je me suis plongé dans ce bilan scientifique du centenaire de la Grande Guerre publié aux Presses de Sorbonne Université sous la direction d’A. Weinrich et N. Patin[1]. Peu à l’aise avec l’histoire immédiate, je confesse être spontanément assez réticent à une démarche telle que celle-ci, même si j’en comprends par ailleurs la nécessité sur le plan institutionnel. Il ne fait d’ailleurs peu de doute que ce stimulant volume collectif constituera à son tour une source d’un grand intérêt pour les historiens et les historiennes qui se pencheront dans quelques décennies sur cette séquence mémorielle assez unique. C’est du reste ce que rappelle S. Audoin-Rouzeau dans la préface du livre quand il affirme que « cette étude, aussi profonde soit-elle, ne saurait revêtir qu’un caractère provisoire » (p. 9). Mais en même temps, je dois aussi avouer ma joie à la perspective de me replonger dans cette époque terriblement excitante, riche comme rarement en adrénaline et en stimulation intellectuelle, temps béni de l’avant Covid-19 où l’on pouvait aller aux archives, participer à des colloques et déployer de l’ingénierie culturelle sans contraintes sanitaires. Pour le formuler autrement, les deux risques qui guettaient les auteurs réunis pour l’occasion étaient, d’une part, l’autosatisfaction corporatiste, d’autre part une bien naturelle nostalgie liée à la pandémie et à des années qui, pour beaucoup d’historiens et d’historiennes, ont sans doute constitué une certaine forme de sommet en termes d’opportunités de carrière. Or force est de constater que non seulement ces pièges ont été très largement évités mais que c’est, au contraire, un regard finalement assez acide, pour ne pas dire corrosif, qui émane de ces pages.

Continuer la lecture de Le centenaire à l’heure du bilan

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L’Empire (libéral) contre-attaque-t-il en Bretagne ?

Publié aux éditions SPM, cet « essai d’histoire globale » consacré à l’Empire libéral et dirigé par E. Anceau et D. Barjot constitue un bel exercice de réexamen d’une période assez délaissée par l’historiographie, plus encore nous le verrons en ce qui concerne la Bretagne[1]. Là n’est d’ailleurs pas chose totalement surprenante pour qui connaît la riche et dense œuvre de ces deux éminents historiens. En définitive, c’est d’un volume exploratoire dont il s’agit ici, ouvrage proposant un état des connaissances et empruntant quelques pistes, dans les domaines politiques, économiques et internationaux, mais ne prétendant, comme il se doit du reste, nullement faire le tour d’un objet historique qui reste un chantier encore très largement en friches (p. 7 et 19).

Continuer la lecture de L’Empire (libéral) contre-attaque-t-il en Bretagne ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Sans lieu, ni date. Collection particulière.

Quand Zeller fait du social

La visite qu’effectue l’abbé Pierre à Rennes le 24 février 1954 à Rennes est globalement bien connue. Celle-ci s’inscrit dans la suite de son célèbre appel lancé quelques semaines plus tôt sur l’antenne de Radio-Luxembourg alors qu’une redoutable vague de froid frappe la France et cause des dizaines de morts parmi les plus mal-logés. Dans le chef-lieu d’Ille-et-Vilaine, le parc immobilier est singulièrement sous-dimensionné et la situation grave. C’est pour cela que le maire Henri Fréville décide de répondre à l’appel de l’ecclésiastique et de lancer la construction d’une « cité d’urgence ». La visite de l’abbé Pierre intervient au lendemain de la mise en chantier de ce qui jette les bases du quartier de Cleunay. Mais ce que la mémoire collective n’a absolument pas retenu, c’est que parmi les personnalités présentes ce jour là autour de l’abbé figure le général André Zeller commandant la 3e région militaire, celui-là même qui quelques années plus tard formera un célèbre « quarteron » avec ses homologues Raoul Salan, Maurice Challe et Edmond Jouhaud. Comment expliquer cette amnésie et en quoi est-elle signifiante ?

Continuer la lecture de Quand Zeller fait du social

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn