Archives par mot-clé : Concert

Druides lors des fêtes celtiques organisées en juillet 1906 à Saint-Brieuc (détail). Musée de Bretagne : 993.0030.102.

1906 : les fêtes celtiques… et militaires de Saint-Brieuc

Les « fêtes celtiques » organisées à Saint-Brieuc les 22 et 23 juillet 1906 n’ont guère suscité d’intérêt dans l’historiographie. Pourtant, les Archives municipales du chef-lieu du département des Côtes-du-Nord conservent une passionnante série de cartes postales nous permettant de prendre la teneur de cette manifestation, tandis que le Musée de Bretagne propose dans ses collections en partage un négatif sur verre[1]. La presse locale est particulièrement précieuse et détaille minutieusement le programme de ces festivités, un programme qui accorde une large place au fait militaire et en dit long sur l’imbrication des appartenances régionale et nationale.

Continuer la lecture de 1906 : les fêtes celtiques… et militaires de Saint-Brieuc

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La guerre et les temps des baraques

L’ouvrage que E. Blanchet, M. Câtel et M. Sendra consacrent aux maisons préfabriquées d’après-guerres, la Seconde Guerre mondiale bien entendu mais aussi la Première, pose de manière aiguë la question du temps en Histoire, ou plus précisément des temps[1]. Traditionnellement, le bornage des conflits est produit par une succession d’événements relevant peu ou prou de la diplomatique : au début la déclaration de guerre puis, à la fin, l’armistice et le traité de paix ou la capitulation sans condition. Mais en s’intéressant à ces baraques, les auteurs montrent tout l’intérêt qu’il y a à raisonner à partir d’une chronologie ressentie par les sociétés belligérantes. C’est du reste là un axe privilégié depuis un certain nombre d’années par l’historiographie mais qui, dans le cas présent, fait à dire vrai merveille.

Continuer la lecture de La guerre et les temps des baraques

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

A Rennes, lors de la Fête des fleurs 1936 (détail). Musée de Bretagne : 977.0040.4.

Des fleurs et des fusils

Fleurs et fusils ne font pas bon ménage. On connait l’image du départ des mobilisés de l’été 1914 la « fleur au fusil », représentation mentale n’ayant plus cours depuis la fin des années 1970 et la thèse magistrale de J.-J. Becker[1]. C’est d’ailleurs au cours de cette seconde partie du XXe siècle que le végétal devient un puissant symbole antimilitariste et pacifiste, incarnation d’un flower power magnifié par la célèbre photographie de Marc Riboud figurant une jeune femme – Jan Rose Kasmir – manifestant le 21 octobre 1967 contre la guerre du Vietnam et faisant face aux soldats de la Garde nationale armée d’un simple chrysanthème. Pourtant, il est un événement qui à Rennes parvient à concilier fleurs et fusils : le corso. Aujourd’hui sortie des mémoires, cette fête extrêmement populaire dit la force de la sensibilité militaire dans la première partie du XXe siècle. Surtout quand elle se déroule au printemps 1936, celui-là même qui voit la victoire du Front populaire lors des élections législatives. Comme si les fractures politiques, imperceptibles à travers cet événement, pouvait se combler l’espace de quelques heures.

Continuer la lecture de Des fleurs et des fusils

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Bretagne des 10 et 11e régions militaires. Extrait d'une carte publiée dans les années 1880. Musée de Bretagne: 987.0083.1.7.

De l’inscription dans des territoires militaires artificiels

Dans un article de la revue Economie rurale publié en 1977, la géographe A. Guellec affirme que le département des Côtes-du-Nord, aujourd’hui des Côtes d’Armor, est « parfaitement artificiel ». A l’en croire, ce cadre géographique serait « contraire à des habitudes millénaires » et illustrerait, même, « on ne peut mieux la géographie administrative de la Révolution »[1]. Plus de quarante ans plus tard, un propos tel que celui-ci ne manque pas de laisser songeur : certes, en 1790, le département est un espace neuf donc nécessairement « artificiel » mais il n’en demeure pas moins qu’au fil du temps la population s’y identifie, voire même s’y attache réellement. En témoignent les vastes débats du tournant des années 1990 au moment de la transition des Côtes-du-Nord vers les Côtes d’Armor. Et quid des régions militaires ? Tout aussi parfaitement artificielles, elles naissent à la suite de la défaite de 1870 mais n’empêchent pas que se développe un esprit de corps propre aux corps d’armées. De quoi inciter à la réflexion !

Continuer la lecture de De l’inscription dans des territoires militaires artificiels

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Un dossier encore en instruction : les monuments aux morts de la Grande Guerre

Lorsque les historiens professionnels et amateurs ont, pour ce que je peux savoir à l’échelle de la Bretagne, commencé à réfléchir au début des années 2010 au centenaire de la Première Guerre mondiale, l’approche par les monuments aux morts est apparue quasi immédiatement comme évidente : non seulement ces édifices symbolisent le conflit mais ils constituent un objet d’histoire souvent jugé, et à tort du reste, assez facile d’accès. Pourtant, si la séquence 2014-2018 a vu la publication d’un nombre impressionnant de travaux, universitaires ou non, et de monographies locales, ce sont avant tout les correspondances de poilus, les fiches de morts pour la France et les fiches matriculaires du recrutement qui ont servi de matériau de base. En conséquence, les monuments aux morts n’ont pas bénéficié de l’attention à laquelle on aurait pu s’attendre à l’occasion de ce centenaire. D’où l’intérêt de l’excellent volume que publie aux éditions A l’ombre des mots Y. Lagadec, enquête fouillée et minutieuse portant sur le département des Côtes d’Armor[1].

Continuer la lecture de Un dossier encore en instruction : les monuments aux morts de la Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn