Archives par mot-clé : Cliché

Grâce à Codex, retrouvez-moi sur OpenEditions !

Outil au service de la diffusion de la recherche, les Éditions Codex ont l’ambition de valoriser les études académiques en rapprochant ces deux mondes qui trop souvent s’ignorent : celui de la sphère universitaire, et celui du grand public friand d’une littérature de vulgarisation. Pour remplir au mieux la tâche qu’elle s’est assignée, cette maison d’édition propose les ouvrages de sa collection « Une plus Grande Guerre », dénommé d’après le réseau de jeunes chercheurs éponyme, sur la plateforme de livres en sciences humaines et sociales OpenEdition Books. Conséquence directe de ce partenariat, deux de mes livres sont désormais disponibles en accès libre et gratuit sur cette plateforme.

Continuer la lecture de Grâce à Codex, retrouvez-moi sur OpenEditions !

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale. Collection particulière.

Les obsèques de Fortuné Guézel, sous-marinier sur le Lutin

Les collections en partage du Musée de Bretagne offrent à la sagacité des curieux douze documents relatifs aux obsèques, en novembre 1906, de Fortuné Guézel, un homme ayant disparu dans le naufrage du sous-marin le Lutin au large des côtes tunisiennes. Non seulement ces archives offrent un passionnant témoignage quant à la vivacité de la sensibilité militaire dans la presqu’île de Quiberon, d’où est originaire ce sous-marinier, mais elles délivrent un point de vue singulier sur la séparation des Églises et de l’État.

Continuer la lecture de Les obsèques de Fortuné Guézel, sous-marinier sur le Lutin

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Couverture du troisième numéro de Sao Breiz (détail). Collection particulière.

Sao Breiz : au-delà des clichés bretons

L’association Sao Breiz, qui prend à partir du 18 juillet 1942 la succession de Fidel Armor, regroupe pendant et après la Seconde Guerre mondiale un certain nombre de Bretons de la France libre[1]. Cette institution n’est pas inconnue et a notamment été mise largement à contribution lorsqu’il s’est agi pour certains d’écrire l’histoire de la « conscience bretonne » en Seconde Guerre mondiale, tout du moins lorsque celle-ci était investie aux côtés de la Résistance[2]. Bien évidemment, une telle approche n’a pas été sans susciter un certain nombre de polémiques. C’est néanmoins sur un autre terrain que nous souhaiterions nous situer dans le cadre de ce billet, celui d’une approche fonctionnaliste tendant à objectiver cette dimension régionale dans le but de la resituer dans un cadre à la fois spatial et chronologique plus vaste.

Continuer la lecture de Sao Breiz : au-delà des clichés bretons

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Insigne des blessés de la tuberculose d'Ille-et- Vilaine, 1918. Musée de Bretagne : 949.3089.

Carle Bahon au prisme du patriotisme… et de la plus Grande Guerre

Dans son édition du 6 février 1910, le quotidien catholique L’Ouest-Éclair qualifie le socialiste Carle Bahon de « plus élégant des conseillers municipaux » rennais[1]. Quand on connaît les attaques, fort peu élégantes du reste, dont fait l’objet celui qui devient maire du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine entre 1925 et 1929, un tel propos ne manque pas d’interpeller. Il est vrai que le Musée de Bretagne conserve un portrait de lui, cliché posé figurant un homme manifestement distingué, peut-être même dandy. Mais faut-il vraiment prendre au pied de la lettre ce qualificatif ? Ne faut-il pas au contraire pas y voir une marque d’ironie cinglante, quand on sait les attaques publiques dont fait l’objet ce maître de conférences en langue et littérature allemande à la faculté de Rennes ? C’est ainsi par exemple que, dans son édition du 22 mai 1926, Le Nouvelliste de Bretagne, sous la plume de Louis Téry, un ancien prisonnier de guerre pendant la Première Guerre mondiale, affirme que l’on aurait « probablement tort d’attendre » de la part du maire de Rennes « des gestes empreints d’une élégance purement française »[2]. Né d’une mère allemande, Carle Bahon voit en effet régulièrement son patriotisme mis en doute par la frange la plus xénophobe et nationaliste de l’opinion rennaise. Autant d’attaques qui méritent une mise en perspective.

Continuer la lecture de Carle Bahon au prisme du patriotisme… et de la plus Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L'épave du Crapaud, devant le bâtiment K3 de la base de sous-marins de Keroman. Au fond, le port du Kernevel. Wikicommons.

Le Crapaud qui protégeait les U-Boot

Ce sont deux épaves qui obstruent volontairement l’accès aux alvéoles du bloc K3 de la base sous-marine de Lorient : le Strasbourg et le Crapaud. Echoués là par les Allemands en 1944 et reliés par des filets métalliques, ces deux navires, ou plutôt ce qu’il en reste, ont pour fonction d’empêcher que des torpilles lancées par l’aviation alliée viennent attaquer les U-Boot réfugiés dans leurs tanières de béton. L’histoire du Strasbourg, un croiseur allemand lancé sous le nom de Regensburg et remis à la France au titre des dommages payés après la Grande Guerre est bien connue. Celle du Crapaud, en revanche, l’est beaucoup moins.

Continuer la lecture de Le Crapaud qui protégeait les U-Boot

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le général de Gaulle faisant le V de la victoire, carte postale (détail). Collection particulière.

1946 : quand Charles de Gaulle fait sa rentrée politique à l’île de Sein

Charles de Gaulle n’est assurément pas un Français comme les autres. Néanmoins, comme tous les hommes politiques, il effectue tous les ans sa « rentrée politique ». Il s’agit là d’un exercice délicat et peu codifié destiné à mettre fin au silence médiatique des deux mois d’été pour créer une vertueuse dynamique journalistique censée attirer à soi, en dernier ressort, les intentions de vote. Et en 1946, c’est à l’île de Sein que Charles de Gaulle décide d’effectuer sa rentrée politique. C’est donc un moment important pour celui qui, bien qu’auréolé de son statut d’homme du 18 juin et de restaurateur de l’honneur de la France, a échoué à imposer ses vues institutionnelles et a été obligé de tenter un redoutable coup de poker quelques mois plus tôt en quittant la tête du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF), le 20 janvier 1946. Comme en 1940 donc, la reconquête de Paris démarre à l’île de Sein. Pourtant, rien ne va se passer comme prévu. C’est du reste ce qui permet à l’historien de rappeler que si les liens du Général avec la Bretagne sont forts, ils ne sont pas nécessairement ceux, complaisamment relayés par la presse d’alors et entretenus par Charles de Gaulle lui-même, que relaye la vulgate mémorielle.

Continuer la lecture de 1946 : quand Charles de Gaulle fait sa rentrée politique à l’île de Sein

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une étude de référence sur 1870

Disons-le clairement : l’étude que N. Bourguinat et G. Vogt proposent sous le titre La guerre franco-allemande de 1870. Une histoire globale est un ouvrage absolument remarquable et qu’il faut impérativement connaître[1]. Sous l’apparence d’une classique mais bienvenue, commémoration du 150e anniversaire oblige, synthèse, les auteurs offrent un regard très neuf sur ce conflit. L’approche connectée de cette guerre pourrait de prime abord faire craindre à un effet de mode. Elle se montre ici éminemment profitable car, et c’est là une dimension trop souvent oubliée, « les résonances internationales de ce choc entre deux grandes nations européennes […] permettent de donner la mesure de son rayonnement en tant qu’événement global sollicitant et mobilisant les opinions publiques bien au-delà du Vieux continent et même de l’aire atlantique » (p. 12). Deux éléments frappent néanmoins tout particulièrement à la lecture de ce volume.

Continuer la lecture de Une étude de référence sur 1870

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Saint-Brieuc 39-45 par le négatif

Le livre que publient aux éditions À l’ombre des mots, maison bien connue pour ses ouvrages sur la Grande Guerre, V. Picaut, M. Piéto et Y. Kerhousse est de ceux qu’il est difficile d’appréhender tant il se révèle être inclassable[1]. A la fois outil de travail et album de photographies, cet ouvrage invite au vagabondage et conduit, en définitive, à une féconde réflexion quant aux sources et à l’intérêt de leurs silences. Mais avant de conclure avec les auteurs que, oui, « l’image révèle l’histoire », de nombreuses circonvolutions sont nécessaires.

Continuer la lecture de Saint-Brieuc 39-45 par le négatif

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn