Archives par mot-clé : Christian Bougeard

1942 en tant que concept ?

L’ouvrage que consacrent C. Azouvi et J. Peltier, et publié aux dynamiques Éditions Passés Composés, à l’année 1942 constitue une intéressante synthèse qui rendra bien des services aux étudiants qui, notamment, auraient à travailler sur la Seconde Guerre mondiale[1]. Il est vrai que, comme le rappelle O. Wieviorka dans la préface de ce beau volume, cette année a été érigée par l’historien Henri Michel en « bissectrice de la guerre » (p. 6) et qu’elle constitue à cet égard un objet particulièrement stimulant de réflexion. En d’autres termes, c’est là que, par bien des égards, bascule le sort du conflit. Situé dans une perspective résolument globale, cet ouvrage intéressera néanmoins celles et ceux qui travaillent au fait militaire et guerrier à l’échelle de la péninsule armoricaine. En effet, si le texte invite à d’incessants jeux d’échelles, conformément aux multiples inscriptions géographiques qui définissent tout objet historique, certaines omissions stimulent particulièrement la réflexion[2]. Car si la manière dont les auteurs approchent 1942 est résolument mondiale, il en résulte une analyse du warfare, tant en termes de champs de bataille que d’intériorité des ennemis combattus, qui invite d’une certaine manière à un retour au local pour, au final, mieux interroger la pertinence de ce cadre d’analyse.

Continuer la lecture de 1942 en tant que concept ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

(Hommes) politiques et fait guerrier (1972)

L’un des éléments les plus marquants des mémoires de l’emblématique maire de Rennes Edmond Hervé, pour qui s’intéresse au fait militaire et guerrier, est sans doute ce qui le sépare, justement, du port de l’uniforme[1]. Si on compare la trajectoire du natif de La Bouillie, dans les Côtes-d’Armor, alors du Nord, à quelques-uns de ses prédécesseurs, le contraste est frappant. Que l’on songe quelques instants par exemple à Jean Janvier, officier de réserve qui se sert aussi du son cursus honorum militaire pour pénétrer des cercles de notabilités auxquels son extraction modeste ne le prédestine pas ; ou encore à Henri Fréville dont les états de service dans la Résistance ne sont plus à rappeler. À l’inverse, Carle Bahon, élu en 1925, ne dispose pas de cette expérience du port de l’uniforme, et encore moins du combat dans les tranchées : souffrant de « bronchites chroniques », il est exempté définitivement en 1894. Pourtant, là s’arrête la comparaison avec Edmond Hervé, qui lui d’ailleurs effectue son service militaire : deux socialistes donc, deux rapports assez distants au fait militaire et guerrier mais qui suscitent en revanche des réactions fort contrastées de la part de leurs adversaires. En effet, si la droite conservatrice n’hésite pas à attaquer Carle Bahon sur son absence d’états de service, personne ne paraît reprocher à Edmond Hervé son inexpérience militaire, bien que Rennes soit une importante ville de garnison. Sans doute est-ce là une marque supplémentaire du processus de civilianisation de la société française – et pour ce qui nous intéresse ici bretonne – au cours lors de ces années 1968, processus qu’un certain nombre de figures politiques émergeant autour de l’année 1972 permet de circonscrire.

Continuer la lecture de (Hommes) politiques et fait guerrier (1972)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Quand l’uniforme forme la jeunesse… et le mouvement ouvrier de la IIIe République. Eléments prospectifs

Quoi de plus éloigné du mouvement ouvrier et social que la caserne et l’institution militaire ? Pas grand-chose à première vue. De la Commune de Paris au Carnet B en passant par la fusillade de Villeneuve-Saint-Georges en 1908, il est vrai que nombreux sont les éléments qui contribuent à implanter, au sein des espaces militants, l’idée d’une armée érigée en « chien de garde du capital ». C’est du reste ce qu’explique à Rennes le secrétaire de la section locale de la SFIO Eugène Leprince lors de la séance du Conseil municipal qui doit, le 2 novembre 1910, se prononcer en faveur de la construction de la caserne Margueritte :

« Je ne voterai pas les conclusions du rapport de M. le Maire pour deux raisons : d’abord parce que je ne suis pas partisan de l’augmentation des impôts, ensuite parce que j’estime qu’il y a assez de troupes à Rennes pour réprimer les camarades en grève et les remplacer au besoin sans qu’il soit utile de créer un nouveau régiment. »[1]

Pourtant, les archives, et tout particulièrement les fiches matriculaires du recrutement, invitent à dépasser ce discours. Qu’on le veuille ou non, depuis 1905 et la fin du tirage au sort, la conscription s’applique à tout le monde et même les plus antimilitaristes des anarcho-syndicalistes effectuent leur service militaire. C’est ce que rappelle du reste le parcours d’Eugène Leprince évoqué plus haut. Né le 29 mai 1879 à Rennes, ce tourneur sur métaux porte l’uniforme du 41e RI pendant un an, à l’occasion de son service militaire qu’il achève en tant que soldat de 1e classe et muni de son certificat de bonne conduite. Effectuant un période de réserve en 1902, il est ensuite classé non affecté comme chef d’équipe à l’atelier de construction de Rennes, poste qui est à l’évidence à mettre en rapport avec le métier qu’il déclare lors de son passage devant le Conseil de révision mais qui n’est pas sans interroger la réalité de son rapport à l’institution militaire. Pendant la Grande Guerre, il est d’abord placé en sursis d’appel puis rejoint en juillet 1915 l’atelier de construction de Rennes, quelques semaines donc avant la promulgation de la loi Dalbiez, avant d’être envoyé au 50e régiment d’artillerie le 1er juillet 1917 et d’être finalement démobilisé le 25 février 1919[2]. Or là n’est pas une trajectoire exceptionnelle, loin de là. Tailleur de pierre et secrétaire, à partir de 1909, de la Fédération des syndicats ouvriers de la région malouine, Jean Batas est condamné le 26 mars 1914 par le tribunal de la Seine à 6 mois de prison et 100F d’amende pour « menées antimilitaristes ». Ceci lui vaut d’être inscrit au Carnet B mais ne l’empêche pas de répondre, à l’âge de 42 ans, à l’appel de la mobilisation générale. Rien de surprenant du reste pour quelqu’un qui, indépendamment de son militantisme, souscrit à « l’impôt du temps » en effectuant entre 1893 et 1895 son service militaire au sein du 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo, puis participe à deux périodes de réserve avec cette même unité au cours des années 1900[3]. Aussi est-ce à notre sens faire erreur que de croire que la militance, et donc les réseaux qui structurent l’engagement partisan, s’arrêtent au seuil de la caserne. C’est d’ailleurs ce que rappelle le Sou du soldat, auquel Jean Batas prête son concours et ce malgré le succès tout relatif de cette œuvre.

Continuer la lecture de Quand l’uniforme forme la jeunesse… et le mouvement ouvrier de la IIIe République. Eléments prospectifs

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le congrès du centenaire de la SHAB

Reporté du fait de la pandémie de Covid-19, le Congrès du centenaire de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne se tiendra à Rennes, aux Champs libres, du 2 au 5 novembre 2021. Plus encore qu’à l’habitude, le programme s’annonce aussi riche que varié avec les interventions de chercheurs et de chercheuses de grand talent : A. Croix, R. Calvez, M. Coumert, F. Mazel, Y. Coativy, O. Chaline, P. Hamon, G. Aubert, P. Jarnoux, Y. Tranvouez, J. Sainclivier … Les conclusions de ce congrès du centenaire seront offertes par Pascal Ory, de l’Académie française.

Continuer la lecture de Le congrès du centenaire de la SHAB

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Affiche annonçant la venue à à Saint-Marcel du général de Gaulle, le 27 juillet 1947 (détail). Collection particulière.

27 juillet 1947 : Réécrire Saint-Marcel pour mieux combattre les communistes

C’est en plein été que, le 27 juillet 1947, le général de Gaulle vient honorer de sa présence le maquis de Saint-Marcel. En pleine « traversée du désert », ce qui ne signifie nullement qu’il est inactif, il profite d’une tournée en Bretagne pour visiter, entre un pèlerinage à Sainte-Anne d’Auray et un arrêt à Pontivy, ce haut-lieu de la Résistance dans la péninsule armoricaine. Mais, comme toujours lorsqu’il s’agit de mémoire, cette visite, entre mythe résistancialiste et rupture du tripartisme, a moins à voir avec le souvenir de la Seconde Guerre qu’avec les enjeux nationaux et internationaux du moment. Si Charles de Gaulle profite d’un arrêt à Paimpont pour se recueillir sur la tombe de sa mère, ce sont bien des considérations politiques qui sont, avant tout, à l’ordre du jour[1].

Continuer la lecture de 27 juillet 1947 : Réécrire Saint-Marcel pour mieux combattre les communistes

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Servant de pièce d'artillerie en Indochine, sans lieu ni date. Collection particulière.

Les 12 de Saint-Brieuc et le devoir militaire (11 mai 1950)

Le 11 mai 1950, un groupe de militants communiste s’oppose au passage en gare de Saint-Brieuc d’un train en provenance de Brest et transportant vers Rochefort des canons destinés au corps expéditionnaire français déployé en Indochine. Des sabotages sont commis sur du matériel ferroviaire et 12 « combattants de la Paix » sont arrêtés. Détenus pendant plusieurs mois à la prison de la Santé pour les hommes, à celle de la Petite Roquette pour les femmes, ces militants sont traduits devant le Tribunal militaire de Paris en janvier 1951. Peu connue, cette affaire est riche d’enseignements pour qui s’intéresse à l’intériorisation du devoir militaire au sein de la société bretonne.

Continuer la lecture de Les 12 de Saint-Brieuc et le devoir militaire (11 mai 1950)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Saint-Brieuc, la gare des chemins de fers départementaux. Carte postale (détail). Collection particulière.

Entre bifurcation des trajectoires et continuité des pratiques : Albert Mourocq

On ne dira jamais assez combien est nécessaire le croisement des historiographies, pratique qui implique, bien entendu, de recourir à des sources très diverses. L’exemple de Guillaume Le Moal montre ainsi combien la fiche matricule peut aider à combler certaines lacunes dans un parcours militant. Mais, plus que de simples détails biographiques, dimension essentielle pour qui s’adonne à la prosopographie, c’est parfois de transferts de compétences, de continuités comportementales au-delà de la pluralité des rôles sociaux, dont il s’agit. C’est en tout cas ce que suggère l’examen détaillé de la trajectoire du cheminot communiste Albert Mourocq.

Continuer la lecture de Entre bifurcation des trajectoires et continuité des pratiques : Albert Mourocq

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une nouvelle étape : le CRBC

Au cours d’un conseil de laboratoire s’étant tenu le 2 juin 2020, ma demande d’association au Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC – EA 4451 / UMS 3554) en tant que chercheur associé a été acceptée à l’unanimité. C’est bien évidemment une nouvelle dont je me réjouis tant il s’agit-là d’une étape importante dans mon parcours scientifique et professionnel : la résonnance entre le CRBC et mes activités au sein de Bretagne Culture Diversité (BCD) est en effet évidente et de nombreuses synergies sont à créer.

Continuer la lecture de Une nouvelle étape : le CRBC

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Acte d'engagement dans les Forces françaises libres (détail). Archives SD ONAC 22: dossier Yves Eouzan.

Le « réflexe patriotique » des 128 Français libres de l’île de Sein

L’histoire du ralliement de 128 Sénans dès la fin du mois de juin 1940 à la France libre est d’autant plus passionnante qu’elle est engoncée dans une chappe de gloire et d’héroïsme qui constitue un prisme éminemment déformant. Que l’on en juge par exemple par cette confession livrée au soir de sa vie par Charles de Gaulle à l’ancien chef du service de presse de l’Elysée, Pierre-Louis Blanc : « Qu’avais-je comme Français autour de moi ? Des Juifs lucides, une poignée d’aristocrates, tous les braves pêcheurs de l’île de Sein »[1]. Tous les braves pêcheurs de l’île de Sein ? Mais les hommes valides en âge de porter les armes ne sont-ils pas mobilisés depuis septembre 1939, tout particulièrement via l’inscription maritime ? Rappelons qu’à en croire les chiffres du recensement de 1936, l’île compte alors 1 328 habitants et qu’à notre connaissance la surreprésentation féminine n’y est démographiquement pas établie[2]. Il en est de même en ce qui concerne le « volontariat » de ces 128 Sénans.

Continuer la lecture de Le « réflexe patriotique » des 128 Français libres de l’île de Sein

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Shelburn : un chantier à réinvestir

A l’annonce de la sortie, aux éditions Coop Breizh, de l’ouvrage que C. Bénech consacre au réseau Shelburn, notre curiosité a été immédiatement aiguisée : qu’il y a-t-il à découvrir de neuf sur cet aspect de la Résistance en Bretagne ?[1] Qu’est-ce que les archives exhumées depuis les travaux pionniers et fondateurs de R. Huguen apportent de nouveau ?[2] Qu’est-ce que l’historiographie – particulièrement dense et notamment en ce qui concerne la Bretagne avec en particulier les travaux de C. Bougeard et J. Sainclivier – permet de mettre en relief et d’insérer dans la trame générale de notre compréhension de la Seconde Guerre mondiale ? Avouons-le de suite, notre gourmandise fut rapidement déçue. L’ouvrage de C. Bénech n’est pas de cette envergure, ce qui ne signifie pas pour autant qu’il soit dépourvu d’intérêt.


Continuer la lecture de Shelburn : un chantier à réinvestir

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De la poche au front (ou inversement ?)

Actes d’un colloque tenu à Saint-Nazaire du 11 au 13 mai 2015 dans le cadre de la commémoration du 70e anniversaire de la Libération de la poche éponyme, cet ouvrage collectif dirigé par M. Catala est intéressant à plus d’un titre[1]. Tout d’abord, il vient confirmer que non seulement la demande sociale de mémoire n’est pas l’ennemie de l’histoire, bien au contraire, mais qu’elle peut jouer un véritable rôle moteur dans la recherche. Le volume que nous avons entre les mains est en effet particulièrement bienvenu tant il s’inscrit dans un champ peu labouré et vient, à cet égard, combler un vide certain[2]. L’histoire des poches de résistance allemande à la fin de la Seconde Guerre mondiale a pour l’heure peu mobilisé et ce volume mariant subtilement les jeux d’échelles, les approches militaires, politiques, culturelles ou encore judiciaires, par des historiens professionnels ou « amateurs », est une incontestable réussite.

Continuer la lecture de De la poche au front (ou inversement ?)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn