Archives par mot-clé : Choc

La guerre et les temps des baraques

L’ouvrage que E. Blanchet, M. Câtel et M. Sendra consacrent aux maisons préfabriquées d’après-guerres, la Seconde Guerre mondiale bien entendu mais aussi la Première, pose de manière aiguë la question du temps en Histoire, ou plus précisément des temps[1]. Traditionnellement, le bornage des conflits est produit par une succession d’événements relevant peu ou prou de la diplomatique : au début la déclaration de guerre puis, à la fin, l’armistice et le traité de paix ou la capitulation sans condition. Mais en s’intéressant à ces baraques, les auteurs montrent tout l’intérêt qu’il y a à raisonner à partir d’une chronologie ressentie par les sociétés belligérantes. C’est du reste là un axe privilégié depuis un certain nombre d’années par l’historiographie mais qui, dans le cas présent, fait à dire vrai merveille.

Continuer la lecture de La guerre et les temps des baraques

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Quand l’uniforme forme la jeunesse… et le mouvement ouvrier de la IIIe République. Eléments prospectifs

Quoi de plus éloigné du mouvement ouvrier et social que la caserne et l’institution militaire ? Pas grand-chose à première vue. De la Commune de Paris au Carnet B en passant par la fusillade de Villeneuve-Saint-Georges en 1908, il est vrai que nombreux sont les éléments qui contribuent à implanter, au sein des espaces militants, l’idée d’une armée érigée en « chien de garde du capital ». C’est du reste ce qu’explique à Rennes le secrétaire de la section locale de la SFIO Eugène Leprince lors de la séance du Conseil municipal qui doit, le 2 novembre 1910, se prononcer en faveur de la construction de la caserne Margueritte :

« Je ne voterai pas les conclusions du rapport de M. le Maire pour deux raisons : d’abord parce que je ne suis pas partisan de l’augmentation des impôts, ensuite parce que j’estime qu’il y a assez de troupes à Rennes pour réprimer les camarades en grève et les remplacer au besoin sans qu’il soit utile de créer un nouveau régiment. »[1]

Pourtant, les archives, et tout particulièrement les fiches matriculaires du recrutement, invitent à dépasser ce discours. Qu’on le veuille ou non, depuis 1905 et la fin du tirage au sort, la conscription s’applique à tout le monde et même les plus antimilitaristes des anarcho-syndicalistes effectuent leur service militaire. C’est ce que rappelle du reste le parcours d’Eugène Leprince évoqué plus haut. Né le 29 mai 1879 à Rennes, ce tourneur sur métaux porte l’uniforme du 41e RI pendant un an, à l’occasion de son service militaire qu’il achève en tant que soldat de 1e classe et muni de son certificat de bonne conduite. Effectuant un période de réserve en 1902, il est ensuite classé non affecté comme chef d’équipe à l’atelier de construction de Rennes, poste qui est à l’évidence à mettre en rapport avec le métier qu’il déclare lors de son passage devant le Conseil de révision mais qui n’est pas sans interroger la réalité de son rapport à l’institution militaire. Pendant la Grande Guerre, il est d’abord placé en sursis d’appel puis rejoint en juillet 1915 l’atelier de construction de Rennes, quelques semaines donc avant la promulgation de la loi Dalbiez, avant d’être envoyé au 50e régiment d’artillerie le 1er juillet 1917 et d’être finalement démobilisé le 25 février 1919[2]. Or là n’est pas une trajectoire exceptionnelle, loin de là. Tailleur de pierre et secrétaire, à partir de 1909, de la Fédération des syndicats ouvriers de la région malouine, Jean Batas est condamné le 26 mars 1914 par le tribunal de la Seine à 6 mois de prison et 100F d’amende pour « menées antimilitaristes ». Ceci lui vaut d’être inscrit au Carnet B mais ne l’empêche pas de répondre, à l’âge de 42 ans, à l’appel de la mobilisation générale. Rien de surprenant du reste pour quelqu’un qui, indépendamment de son militantisme, souscrit à « l’impôt du temps » en effectuant entre 1893 et 1895 son service militaire au sein du 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo, puis participe à deux périodes de réserve avec cette même unité au cours des années 1900[3]. Aussi est-ce à notre sens faire erreur que de croire que la militance, et donc les réseaux qui structurent l’engagement partisan, s’arrêtent au seuil de la caserne. C’est d’ailleurs ce que rappelle le Sou du soldat, auquel Jean Batas prête son concours et ce malgré le succès tout relatif de cette œuvre.

Continuer la lecture de Quand l’uniforme forme la jeunesse… et le mouvement ouvrier de la IIIe République. Eléments prospectifs

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De la portée de Clausewitz

Sans doute pourrait-on à juste titre se demander pourquoi recenser ici, en des pages consacrées à la Bretagne et au fait militaire et guerrier entre 1860 et 1962, le livre qu’H. Drévillon consacre à Carl von Clausewitz, volume publié chez Passés composés[1]. Si l’on ne devait avancer qu’un seul argument, outre la remarquable qualité de l’ouvrage, on renverrait probablement à la courte biographie qu’un certain « commandant Chaperon » publie en janvier 1915 dans les colonnes de La Dépêche de Brest – un quotidien généraliste donc – et qui affirme que « le célèbre écrivain militaire allemand qui s’appelle Clausewitz a eu une telle influence sur la formation des cerveaux d’outre-Rhin que l’on peut faire remonter jusqu’à lui leurs dispositions d’aujourd’hui ». En plein « tournant » de la  « guerre totale »[2], un tel propos pourrait étonner. La suite du discours montre qu’en réalité la démonstration est indissociable de la culture du conflit en cours : « Clausewitz a été pour la guerre ce que Kant fut pour la philosophie ; comme pour le solitaire de Königsberg, il a fait école, et à un tel point, que le grand état-major de l’armée allemande est incontestablement l’héritier direct de sa doctrine stratégique et de sa quintessence de Prussien francophobe »[3]. On comprend dès lors tout l’intérêt du livre d’H. Drévillon, ouvrage qui s’apparente moins à une biographie stricto sensu de Clausewitz qu’à une étude sur la construction du champ de la pensée militaire à travers cet auteur (p. 9).

Continuer la lecture de De la portée de Clausewitz

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale (détail). Musée de Bretagne : 980.0018.2102.

La fable de la langouste et du 219e RI

Dans son édition du 31 octobre 1914, le quotidien catholique breton L’Ouest-Eclair publie un intéressant article intitulé « La langouste du 219e »[1]. Non signé, ce « fait divers de guerre »[2] a, à première vue, tout du « bourrage de crâne » et de l’anecdote insignifiante : grâce à un fantassin obèse, un certain Le Goaziou, les réservistes du 219e RI de Brest peuvent déguster alors qu’ils sont aux tranchées des huitres ainsi qu’une langouste. Mais pour qui sait le lire, ce texte se révèle être en réalité un propos d’une grande subtilité et un fascinant objet d’histoire.

Continuer la lecture de La fable de la langouste et du 219e RI

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale (détail). Collection particulière.

La glorieuse défaite de Lucien Burlet

Journaliste prolifique, rédacteur en chef au début des années 1880 du quotidien caennais L’Ordre et la liberté puis collaborateur régulier du Gaulois, où il est chargé de la rubrique des informations parlementaires, Lucien Burlet est aussi un vétéran de 1870[1]. C’est d’ailleurs son expérience de guerre, et de captivité, qu’il choisit de coucher sur le papier dans un court ouvrage publié en 1882, et n’ayant visiblement rencontré aucun succès à en juger par le nombre de recensions qui ont pu y être consacrées dans la presse[2]. Ce volume ne m’aurait d’ailleurs sans doute pas attiré l’œil, perdu dans la masse des témoignages parus après le conflit, si Lucien Burlet n’avait pas, en 1870, porté l’uniforme du 47e de ligne, régiment alors en garnison à Chambéry, en Haute-Savoie. Tour d’horizon d’une source beaucoup plus complexe qu’il n’y parait de prime abord.

Continuer la lecture de La glorieuse défaite de Lucien Burlet

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale. Collection particulière.

Les obsèques de Fortuné Guézel, sous-marinier sur le Lutin

Les collections en partage du Musée de Bretagne offrent à la sagacité des curieux douze documents relatifs aux obsèques, en novembre 1906, de Fortuné Guézel, un homme ayant disparu dans le naufrage du sous-marin le Lutin au large des côtes tunisiennes. Non seulement ces archives offrent un passionnant témoignage quant à la vivacité de la sensibilité militaire dans la presqu’île de Quiberon, d’où est originaire ce sous-marinier, mais elles délivrent un point de vue singulier sur la séparation des Églises et de l’État.

Continuer la lecture de Les obsèques de Fortuné Guézel, sous-marinier sur le Lutin

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Couverture de ROUSSET, commandant Léonce, Histoire populaire de la guerre de 1870-1871, Paris, La Librairie illustrée, sans date (détail).

A propos d’une histoire populaire… de la guerre de 1870-1871.

Malgré le succès rencontré ces derniers mois par M. Zancarini-Fournel, G. Noiriel ou par A. Croix, G. Guillaume, D. Guyvarc’h et T. Guidet avec leurs « histoires populaires » respectives, force est de constater que cette expression n’est pas neuve[1]. En témoigne notamment un volume célèbre, L’Histoire populaire de la guerre 1870-1871, publié vraisemblablement au mitan des années 1890 par le commandant Léonce Rousset, alors professeur à l’Ecole de guerre[2]. Mais reste une question qui demeure entière : qu’est-ce au juste que l’histoire populaire ? En nous basant sur l’exemple particulier que constitue cet ouvrage sans pour autant nous livrer à un exercice exégétique, nous tenterons d’avancer ici quelques éléments de réponse et pistes de réflexion.

Continuer la lecture de A propos d’une histoire populaire… de la guerre de 1870-1871.

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Joconde, Brest et la guerre de 1870

Le livre que P. Gourlay consacre, aux excellentes éditions Locus Solus, au transfert à Brest, pendant la guerre de 1870, de 293 chefs-d’œuvre du musée du Louvre pourrait apparaître de prime abord anecdotique[1]. Certes, il s’agit-là d’une histoire originale et de surcroît truffée de grands noms puisque s’y croisent Léonard de Vinci, Le Caravage, Véronèse, Rubens et Raphaël mais aussi l’impératrice Eugénie, Jules Simon, Gustave Courbet ou encore Edmond de Goncourt. Mais ne voir dans ce volume qu’un simple « coup éditorial » serait passer à côté de l’essentiel puisque cet ouvrage permet de tirer un certain nombre d’enseignements qui, indéniablement, contribuent à une meilleure compréhension de l’histoire de la guerre de 1870. En effet, comme dans tout bon essai de micro-histoire, les conclusions de ce Louvre au secret dépassent de très loin le cadre de la seule cité du Ponant.

Continuer la lecture de La Joconde, Brest et la guerre de 1870

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Oeuvre d'Auguste Nayel (détail). Archives Elisabeth Loir-Mongazon.

D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918

Sur une invitation de la Région Bretagne, j’ai eu le plaisir de donner le 23 septembre 2020, au Ti Ar Vro de Saint-Brieuc et dans le cadre des Journées européennes du patrimoineune conférence intitulée « D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918 ». Prenant acte d’une part du foisonnement des questionnements relatifs à la séquence 1870-1871, d’autre part des perspectives offertes par l’exploration de la chronologie ressentie, et non plus strictement diplomatique, du conflit, j’ai procédé à l’analyse de l’une de ces passerelles permettant de dérouler le fil de ces représentations mentales qui, comme en germination, semblent éclore pendant la Première Guerre mondiale. C’est le verbatim de cette conférence que je vous propose de découvrir dans les lignes qui suivent.

Continuer la lecture de D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn