Archives par mot-clé : Assertion

Arch. dép. Morbihan : N 134.

Les Conseils d’arrondissements du Morbihan en 1870

L’un des aspects les plus intéressants du récent ouvrage de J. Foa sur la Saint-Barthélemy est ce qu’il dit du regard nécessairement biaisé de l’historien, vision prompte à déceler dans la moindre archive une trace ayant trait à ce qu’il étudie, comme si le temps se réduisait au champ d’étude. Or, « il y a de fait toujours une pluralité de contextes, qui se recouvrent à la manière des tuiles, partiellement »[1]. Autrement dit, y compris pendant l’Année terrible, on se marie, on se dispute, on entreprend, on paie ses impôts, même sur les portes et fenêtres… bref, on vit. Or cette réalité vient indéniablement diminuer la portée de ce concept d’Année terrible[2]. Dès lors, pour tenter de saisir non plus la guerre de 1870-1871 mais cette séquence chronologique marquée certes par un conflit majeur mais que celui-ci ne saurait résumer intégralement, il convient de consulter des archives adjacentes, conférant un regard sur la période renvoyant à un réel advenu mais non nécessairement militaire ou institutionnel. C’est là qu’interviennent, pour le propos de ce billet, les Conseils d’arrondissement du département du Morbihan. Véritables angles morts de l’historiographie, ces assemblées, qui feront prochainement l’objet d’un colloque organisé par mes amis M. Boisdron et F. Prigent pour la Société française d’histoire politique, constituent de ce point de vue une porte d’entrée particulièrement intéressante.

Continuer la lecture de Les Conseils d’arrondissements du Morbihan en 1870

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Léon Lescœur : histoire d’un patriotisme d’État ?

Le livre que publie T. Montbazet aux éditions Passés composés est intéressant à plus d’un titre[1]. Analyse de diverses archives produites pendant et bien après le siège de Paris par Léon Lescœur, un haut fonctionnaire, cet ouvrage permet par ricochet de saisir quelques bribes de l’expérience de guerre de bien des unités de mobiles enfermées dans la capitale au cours de « l’année terrible »[2]. On pense par exemple au 31e régiment du Morbihan, unité dont le sculpteur Auguste Nayel est probablement l’un des vétérans les plus connus. Mais il y a plus dans ce volume assurément stimulant et c’est ce dont il sera essentiellement question dans cette brève recension.

Continuer la lecture de Léon Lescœur : histoire d’un patriotisme d’État ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Apprendre de la guerre de Sécession avec V. Bernard

Il y a quelque chose d’incongru à rendre compte d’un ouvrage traitant d’un conflit dont on ignore tout, en l’occurrence la guerre civile américaine. C’est pourtant ce à quoi j’entends m’atteler dans ces quelques lignes avec cette recension de la belle synthèse que propose chez Passés Composés V. Bernard[1]. Ouvrage de facture classique, accordant une large place à la scansion des combats, ce livre s’illustre par quelques pages de haute volée replaçant la guerre de Sécession dans une histoire beaucoup plus globale, celle du warfare. Ce sont d’ailleurs ces dernières qui justifient que ce carnet de recherche présente ce volume, les liens entre la péninsule armoricaine et les acteurs de ce conflit étant à ma connaissance nuls, à l’exception peut-être de l’engagement aux côtés de l’Union d’un Régis de Trobriand aux ascendances bretonnes et sur lequel nous reviendrons d’ailleurs ultérieurement[2].

Continuer la lecture de Apprendre de la guerre de Sécession avec V. Bernard

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Vue de la bataille d'Orléans, lithographie par Kurz & Allison (fin XIXe siècle), détail. The Huntington Library, Art Museum, and Botanical Gardens Digital Library : priJLC_MIL_001283.

La fonction Conlie

Grand historien de la Première Guerre mondiale, S. Audoin-Rouzeau est, avec des auteurs tels que J.-J. puis sa fille A. Becker, à l’origine du paradigme dit du consentement patriotique, grille de lecture invitant à non plus considérer les poilus – et au-delà les sociétés belligérantes – uniquement comme des victimes de la guerre mais aussi comme des acteurs de ce conflit, conflit auquel ils consentent pour des raisons idéologiques et notamment patriotiques[1]. Cherchant à conférer à cette représentation une certaine épaisseur chronologique, ce chef de file de l’approche culturelle de la séquence 1914-1918, et de ce que l’on a appelé l’École de Péronne, tente, à la fin des années 1980, de retrouver dans la guerre de 1870-1871 les racines de ces mécanismes d’adhésion nationale. Il en résulte un ouvrage fouillé, scrutant minutieusement « l’opinion », composé notamment à partir des nombreux rapports des préfets conservés aux Archives nationales et témoignant d’un réel intérêt pour l’histoire des opérations et d’un talent manifeste pour la synthèse et la formule percutante[2]. C’est d’ailleurs l’une de ces assertions que nous souhaiterions non pas discuter mais prolonger dans le cadre de ce billet et en nous penchant sur l’affaire dite du camp de Conlie.

Continuer la lecture de La fonction Conlie

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Louise Bodin, lors d’un congrès communiste en 1921 à Marseille (photographie de l’agence de presse Meurisse) : Gallica / Bibliothèque nationale de France: Meurisse, 94437.

Louise Bodin au prisme des war studies

Surnommée « la bolchevique aux bijoux », Louise Bodin n’est pas une inconnue. Eminente féministe de la première vague, elle est une figure de la gauche bretonne du premier quart du XXe siècle, une véritable pionnière du Parti communiste qu’elle contribue du reste à implanter en Ille-et-Vilaine[1]. Là est d’ailleurs l’un des premiers liens, évidents, qu’elle entretient avec la guerre, celle de 1914-1918 en particulier et avec les war studies de manière plus générale. Mais il en est d’autres, moins connus et qui méritent toutefois l’attention.

Continuer la lecture de Louise Bodin au prisme des war studies

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Résistance en ses frontières : Jade objet d’histoire ?

Faire l’histoire d’un réseau de résistance pendant la Seconde Guerre mondiale est chose éminemment difficile. Lorsqu’il s’agit en plus de Jade, structure à double blanche liée non à la France libre mais à l’Intelligence Service britannique (IS), et dont de nombreuses ramifications parcourent la Bretagne, la tâche est sans doute encore un peu plus ardue. C’est dire si la démarche entreprise par A. Kervella dans ce livre qu’il publie chez Nouveau monde éditions est complexe[1]. Le texte, semblable par bien des égards à un gigantesque kaléidoscope, le reflète pour partie et le lecteur peut parfois perdre pied face à la multitude de récits et de portraits qu’il recèle, comme dans une sorte d’interminable roman choral. C’est d’ailleurs, paradoxalement, ce qui fait la force de ce volume qui constituera, grâce à un judicieux index nominatif, qui aurait pu être doublé d’un index des lieux, un très utile outil de travail pour toutes celles et ceux dont les recherches portent justement sur la Seconde Guerre mondiale. Pour autant, il nous semble que cette enquête pâtit d’un manque de réflexion sur l’objet en lui-même.

Continuer la lecture de La Résistance en ses frontières : Jade objet d’histoire ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Fougères et la guerre de 1870

Le Pays de Fougères est une revue d’histoire comme il en existe des centaines à travers toute la France. Sa création en 1975 – la revue est publiée jusqu’en 2008 et tire à environ 600 exemplaires – doit se comprendre dans ce contexte qui, de l’enquête de Plozévet à la multiplication des écomusées, participe d’une redécouverte du « petit patrimoine local » en réaction à une modernité indexée sur l’urbanité et vécue par bien des égards comme un déracinement. Les thématiques abordées par cette publication sont d’ailleurs très nombreuses et oscillent volontiers entre histoire et ethnologie. S’il est bien évidemment question dans ces pages du mouvement ouvrier fougerais, et plus encore chaussonnier, la revue aborde régulièrement le fait militaire et guerrier au travers d’articles sur les Première et Deuxième Guerres mondiales mais aussi sur la guerre franco-allemande de 1870-1871[1]. Ce sont ces derniers, publiés en 1985 et 1986, qui nous intéresseront plus précisément dans ce billet.

Continuer la lecture de Fougères et la guerre de 1870

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

À propos de la sortie de la Grande Guerre

Curieux ouvrage que ce volume collectif dirigé par J.-P. Bled et J.-P. Deschodt et consacré aux conséquences de la Grande-Guerre sur une chronologie désormais bien connue, 1919-1923[1]. Offrant un vaste panorama centré sur les questions diplomatiques, économiques mais également culturelles et sociales, le livre manque pourtant singulièrement de liant. En effet, les communications ne sont pas regroupées en parties et le lecteur a rapidement l’impression d’un kaléidoscope d’articles à l’intérêt par ailleurs très inégal. Certes, là est une constante des volumes collectifs mais force est d’admettre que si ce livre comporte quelques très stimulants passages, il admet aussi des pages dont on est en droit de se demander s’il était bien opportun de les publier. Tour d’horizon d’un ouvrage foisonnant (plus de 600 pages) mais éminemment contrasté.

Continuer la lecture de À propos de la sortie de la Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

1870 : au-delà de l’image d’Epinal ?

Livre protéiforme que cette Guerre de 1870 publiée par F. Henryot et P. Martin chez Maisonneuve & Larose / Hémisphères éditions[1]. A la fois essai sur les sources et récit enlevé de batailles, ce volume offre une présentation accessible au plus grand nombre de ce conflit perdu de vue et dont on commémore actuellement le 150e anniversaire. En cela, il constitue un ouvrage intéressant même si le propos n’est pas sans susciter, et ce de manière fort paradoxale, un certain nombre de réserves d’ordre méthodologique.

Continuer la lecture de 1870 : au-delà de l’image d’Epinal ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn