Archives par mot-clé : Arme

A Vannes, rue de la Monnaie. Carte postale (détail), collections Musée de Bretagne : 2017.0000.6063.

Quelques prix relevés sur les marchés bretons de l’Année terrible

Chacun le sait, la presse est une archive d’une incomparable richesse. Même en période de conflit, où elle est d’autant moins libre qu’elle doit bien souvent faire face à des restrictions de papier, elle est une source incontournable. Parmi les nombreuses rubriques qui s’offrent à la sagacité historienne, une, à première vue parfaitement anodine et indigne d’intérêt, a attiré mon attention : la mercuriale, à savoir le relevé des cours des denrées vendues sur les marchés. Présentes relativement régulièrement tout au long de la période, ces données autorisent d’intéressantes réflexions sur le coût de la vie dans la péninsule armoricaine au cours de l’Année terrible[1].

Continuer la lecture de Quelques prix relevés sur les marchés bretons de l’Année terrible

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte de la Bretagne (détail) par Félix Benoist, XIXe siècle. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.6434.

Pour une histoire connectée de la Bretagne en 1870-1871

La presse en tant que source est, pour qui travaille sur la période contemporaine, et ce quel que soit ou presque le sujet envisagé, une évidence. Le journal est quasiment un réflexe de la sagacité historienne tant nombreuses sont les informations que l’on peut y puiser. Pourtant, l’archive n’est pas non plus sans biais, notamment lorsqu’il est question d’approches genrées. Contrairement à la figure de la munitionnette pendant 1914-1918, l’ouvrière d’arsenal n’est absolument pas mise en lumière, alors qu’un certain nombre d’annonces publiées dans la presse montrent qu’elles sont recherchées par les industries de guerre, notamment pour la confection des cartouches et des obus[1]. Elles sont d’ailleurs présentes en nombre au sein des ateliers de production, comme le démontre le bilan publié par le Phare de la Loire à la suite de l’explosion, le 15 novembre 1870, d’une de ces fabriques situées près du pont de Pirmil, à Nantes[2]. Là chose est connue et je ne souhaite pas insister outre mesure sur ce point[3]. En revanche, ce qui me paraît intéressant de rappeler, c’est combien la presse témoigne d’un système médiatique globalisé reposant sur une grande circulation de l’information. Or, lorsqu’on s’intéresse à la séquence 1870-1871, cette réalité contrevient frontalement à la représentation victimaire propagée par l’historiographie identitaire bretonne, grille de lecture postulant une péninsule armoricaine coupée du monde et entièrement ou presque anéantie – volontairement de surcroît – à Conlie. Indépendamment de ce qu’elle peut dire, ou ne pas dire, c’est donc aussi en tant que réalité technique, économique et culturelle que la presse est riche d’enseignements.

Continuer la lecture de Pour une histoire connectée de la Bretagne en 1870-1871

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

César Chabrun, député de la Mayenne, 1932. Gallica / Bibliothèque nationale de France: Agence Rol / Wikicommons.

La Grande Guerre comme rupture ? A propos de César Chabrun

Curieux éditorial que celui que fait paraître le 17 juillet 1920, en première page de L’Ouest-Éclair, le député mayennais, et blessé de guerre, César Chabrun[1]. Un an presque jour pour jour après le traité de Versailles, ce texte montre combien la situation est alors encore trouble, périlleuse. Dans cet immédiat après-guerre, alors que les poilus sont démobilisés depuis bientôt plus d’un an, la rupture avec le conflit n’est pas si nette qu’il pourrait y paraître de prime abord tant le destin de la Russie, et la crainte d’une propagation de la révolution bolchevique, est dans tous les esprits, et notamment dans celui de ce parlementaire. D’ailleurs, cet article jouxte un compte rendu de « l’offensive russe contre la Pologne », illustration de cette « plus Grande Guerre » qui vient considérablement dilater les chronologies et brouiller les cartes[2]. Ce député en est d’ailleurs une bonne illustration puisque son expérience combattante, bien que brève, doit se comprendre dans une certaine forme de continuité du service de la Nation. Pourtant, il importe de ne pas faire abstraction de la perspective diachronique : si maintes permanences s’observent sur le temps long, l’Histoire – contrairement à ce que suggère l’adage populaire – ne se rejoue jamais et l’époque ne saurait être comparée à celle que l’on a qualifiée, rétrospectivement, de « Belle »[3]. Un paradoxe qui dit la grande complexité du moment, et tout l’intérêt qu’il y a à interroger la Grande Guerre sous l’angle de la rupture, ce que j’aurai l’occasion de faire lors d’un colloque international organisé par l’Université catholique de l’Ouest et qui se tiendra à Angers les 19 et 20 mai prochains.

Continuer la lecture de La Grande Guerre comme rupture ? A propos de César Chabrun

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Lars Hellwinkel : le Frieser naval

On ne peut qu’être reconnaissant envers les Presses universitaires de Rennes qui non seulement publient l’importante thèse de L. Hellwinkel sur la base navale allemande de Brest pendant la Seconde Guerre mondiale mais rendent ce texte dès maintenant librement disponible sur la plateforme OpenEdition Books[1]. Il y a là une démarche tendant à la plus large diffusion des derniers acquis de la connaissance qu’il faut souligner et qui paraît d’autant plus justifiée que ce livre rebat assez largement les cartes. Fort documenté et richement illustré – notamment à partir de clichés issus des collections de l’ECPAD mais également des archives privées de l’auteur – ce livre déconstruit dans une dimension navale le mythe de la guerre-éclair tout en montrant combien l’occupation allemande dans la péninsule armoricaine relève d’une polycratie hautement concurrentielle mais en définitive beaucoup plus vulnérable que ce que l’on a trop souvent tendance à croire.

Continuer la lecture de Lars Hellwinkel : le Frieser naval

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Apprendre de la guerre de Sécession avec V. Bernard

Il y a quelque chose d’incongru à rendre compte d’un ouvrage traitant d’un conflit dont on ignore tout, en l’occurrence la guerre civile américaine. C’est pourtant ce à quoi j’entends m’atteler dans ces quelques lignes avec cette recension de la belle synthèse que propose chez Passés Composés V. Bernard[1]. Ouvrage de facture classique, accordant une large place à la scansion des combats, ce livre s’illustre par quelques pages de haute volée replaçant la guerre de Sécession dans une histoire beaucoup plus globale, celle du warfare. Ce sont d’ailleurs ces dernières qui justifient que ce carnet de recherche présente ce volume, les liens entre la péninsule armoricaine et les acteurs de ce conflit étant à ma connaissance nuls, à l’exception peut-être de l’engagement aux côtés de l’Union d’un Régis de Trobriand aux ascendances bretonnes et sur lequel nous reviendrons d’ailleurs ultérieurement[2].

Continuer la lecture de Apprendre de la guerre de Sécession avec V. Bernard

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Embarquez avec Tim Benbow

De la même manière que nous nous étions réjouis de la traduction française de l’Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale de C. L. Symonds, nous ne pouvons que nous féliciter de la publication dans la langue de Molière de La Guerre navale 1914-1918 de T. Benbow, éminent maritimiste britannique[1]. Magnifiquement illustré, cet ouvrage d’un très haut niveau saura conquérir un vaste public et notamment celles et ceux qui s’intéressent à la péninsule armoricaine pendant la Grande Guerre. Car c’est une chose que l’on a trop rapidement tendance à oublier ; si la Bretagne est effectivement en arrière des batailles terrestres que sont Verdun ou la Somme, cet espace se trouve en revanche aux premières loges du gigantesque conflit qui se joue aussi, à cette époque, sur les mers.

Continuer la lecture de Embarquez avec Tim Benbow

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De la géographie symbolique en sortie de guerre : processions vannetaises en juillet 1919

Intercalée par un hasard de calendrier entre la signature du traité de Versailles, le 28 juin 1919, et la fête de la Victoire, organisée le 14 juillet suivant, la commémoration du 500e anniversaire de la mort de Vincent Ferrier donne lieu, à Vannes, à une vaste démonstration de force catholique orchestrée par l’évêque, Mgr Alcime Gouraud. Ni le message politique, ni la portée de ce jubilé ne sont l’objet de ce billet. Ce qui importe ici est de voir comment ces manifestations participent d’une véritable occupation de l’espace public visant à affirmer non seulement le poids de Dieu dans la victoire mais la primauté de l’Église face à tout autre pouvoir, entendu celui de la République laïque.

Continuer la lecture de De la géographie symbolique en sortie de guerre : processions vannetaises en juillet 1919

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le 47e RI, la Grande Guerre et l’idée de catastrophe

Le terme de catastrophe est relativement peu présent pendant la Première Guerre mondiale. On ne relève ainsi dans les colonnes de L’Ouest-Éclair que 418 occurrences de ce mot tout au long des 52 mois du conflit, contre 1 361 entre le 1er janvier 1909 et le 31 décembre 1913 et 882 entre le 1er janvier 1920 et le 31 décembre 1924. Pourtant, il ne fait pas de doute que celle qui devait être la der des ders et est à l’origine d’un profond pacifisme sans lequel il serait illusoire de vouloir comprendre la France des années 1920-1930, est une catastrophe. Que l’on en juge plutôt : un peu plus de 1 300 000 morts rien que pour l’armée française, soit une moyenne de 900 décès par jour à un rythme effarant de 37 par heure pendant 52 mois. Le 47e RI de Saint-Malo ne fait pas exception à cet effroyable bilan : 2 688 fantassins de cette unité sont titulaires de la mention « Mort pour la France » au titre de la Grande Guerre et, pourtant, le terme de « catastrophe » ne revient qu’exceptionnellement dans les archives, qu’il s’agisse de celles produites par l’unité ou par les combattants qui y servent. Moi-même, dans la thèse de doctorat que j’ai consacré à cette unité, je n’emploie que deux fois ce terme : une première fois en rappelant que Jean Carbonnel, un soldat de 2e classe incorporé au 47e RI le 17 août 1914 est un mineur du Pas-de-Calais ayant selon toute vraisemblance survécu à la « catastrophe de Courrières » en mars 1906 ; la seconde en citant un ouvrage de l’historien américain R. Hilberg : Exécuteurs, victimes, témoins. La Catastrophe juive 1933-1945[1]. La Grande Guerre ne serait donc pas une catastrophe, comme si la Seconde Guerre mondiale en avait par ricochet atténué l’atrocité ?

Continuer la lecture de Le 47e RI, la Grande Guerre et l’idée de catastrophe

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le poids de la carte du combattant

Et si la carte du combattant permettait de mesurer le poids de la Grande Guerre, pour reprendre l’expression de D. Fouchard ?[1] Là est un enjeu beaucoup plus important que ce que l’on pourrait bien, de prime abord, croire. Car le deuil, le chagrin, la souffrance sont difficilement quantifiables. Si l’on se doute que 12 ans après la fin du conflit, les séquelles de 1914-1918 sont encore importantes, les plaies encore béantes, il est difficile d’en mesurer précisément l’ampleur. Là est tout l’intérêt du tableau publié en 1930 dans le bulletin numéroté 8 et 9 de l’Office national des mutilés et réformés de la guerre et de l’Office national du combattant et présentant un « état récapitulatif par classes d’âge des cartes de combattant délivrées par les Comités départementaux à la date du 1er janvier 1930 »[2].

Continuer la lecture de Le poids de la carte du combattant

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale (détail). Musée de Bretagne : 980.0018.2102.

La fable de la langouste et du 219e RI

Dans son édition du 31 octobre 1914, le quotidien catholique breton L’Ouest-Eclair publie un intéressant article intitulé « La langouste du 219e »[1]. Non signé, ce « fait divers de guerre »[2] a, à première vue, tout du « bourrage de crâne » et de l’anecdote insignifiante : grâce à un fantassin obèse, un certain Le Goaziou, les réservistes du 219e RI de Brest peuvent déguster alors qu’ils sont aux tranchées des huitres ainsi qu’une langouste. Mais pour qui sait le lire, ce texte se révèle être en réalité un propos d’une grande subtilité et un fascinant objet d’histoire.

Continuer la lecture de La fable de la langouste et du 219e RI

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Tombes militaires dans le cimetière de Chalons, 20 septembre 1915. La Contemporaine : VAL 092/051.

Divisions d’élite et approches cliométriques de l’histoire

Dans la soirée du 23 avril 2021, S. Tororov a profité d’une conversation initiée sur twitter par le compte 1 jour 1 poilu pour présenter un jeu de données compilées à partir de l’indexation collaborative des fiches de morts pour la France. A l’en croire, ces éléments montreraient « un pattern très fort d’unités d’élite », position qui contrevient à ce qui est généralement admis par l’historiographie. Or non seulement cette idée ne tient pas une seule seconde la route, ce que je démontrerai dans les lignes qui suivent, mais cette manière de procéder me parait relever d’une méthode d’autant plus inquiétante qu’elle a manifestement de plus en plus pignon sur rue.

Continuer la lecture de Divisions d’élite et approches cliométriques de l’histoire

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale (détail). Collection particulière.

La glorieuse défaite de Lucien Burlet

Journaliste prolifique, rédacteur en chef au début des années 1880 du quotidien caennais L’Ordre et la liberté puis collaborateur régulier du Gaulois, où il est chargé de la rubrique des informations parlementaires, Lucien Burlet est aussi un vétéran de 1870[1]. C’est d’ailleurs son expérience de guerre, et de captivité, qu’il choisit de coucher sur le papier dans un court ouvrage publié en 1882, et n’ayant visiblement rencontré aucun succès à en juger par le nombre de recensions qui ont pu y être consacrées dans la presse[2]. Ce volume ne m’aurait d’ailleurs sans doute pas attiré l’œil, perdu dans la masse des témoignages parus après le conflit, si Lucien Burlet n’avait pas, en 1870, porté l’uniforme du 47e de ligne, régiment alors en garnison à Chambéry, en Haute-Savoie. Tour d’horizon d’une source beaucoup plus complexe qu’il n’y parait de prime abord.

Continuer la lecture de La glorieuse défaite de Lucien Burlet

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn