Archives par mot-clé : Allemand

Vue du cargo Frank Delmas, sans lieu ni date. Collection particulière.

Irénée Audrain, le Frank Delmas et l’idée de front intérieur

Les informations maritimes publiées par le quotidien catholique rennais L’Ouest-Eclair, et la presse de manière plus générale, donnent une bonne idée de la géographie subjective qui peut être celle des Bretons pendant la Grande Guerre. Ce faisant, il ne s’agit pas de désigner l’inscription physique qui peut être la leur mais bel et bien de tenter de circonscrire leur univers géographique mental, cet espace étant bien entendu beaucoup plus vaste. C’est ainsi par exemple que ce journal mentionne par deux fois au cours de l’année 1915 le cargo Frank Delmas : une première fois en mai 1915 à l’occasion de son arrivée à Sagres, au Portugal, en provenance d’Alger ; une seconde fois en septembre 1915 alors qu’il croise, toujours revenant d’Afrique du Nord et selon toute vraisemblance à destination du Pays de Galles, sous les îles Scilly[1]. La présence de ce bâtiment basé à La Rochelle dans les colonnes de L’Ouest-Eclair pourra étonner. Pourtant, ses liens avec la péninsule armoricaine sont réels et attestés par les sources. En janvier 1914, on sait par exemple qu’il décharge à Nantes 2 849 tonnes de phosphate en provenance de Bougie, aujourd’hui Béjaïa, en Algérie[2]. Une autre escale ligérienne est attestée en novembre 1916 quand ce cargo décharge dans la Cité des Ducs une cargaison de charbon en provenance de Swansea, au Pays de Galles[3]. De plus, on sait qu’un certain nombre de membres de l’équipage du Frank Delmas sont bretons, à l’instar d’Irénée Audrain, natif de Plancoët et inscrit maritime de ce même quartier[4].

Continuer la lecture de Irénée Audrain, le Frank Delmas et l’idée de front intérieur

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le professeur Mangin faisant son cours au Muséum d'histoire naturelle (détail). Carte postale. Collection particulière.

Eté 1870 : des zoologistes à Roscoff

Si le nom d’Henri de Lacaze-Duthiers est régulièrement associé à la commune de Roscoff, dans le Finistère, puisqu’il est le fondateur de la célèbre Station biologique, ce que cette création a à voir avec la guerre de 1870 est en revanche beaucoup moins connu. Or il nous semble pourtant que, bien que fragmentaires, les quelques traces dont nous disposons et qui nous renseignent quant à cette fascinante aventure scientifique nous offrent un intéressant coup de projecteur sur la Bretagne d’alors et cette guerre franco-allemande qui éclate le 18 juillet 1870.

Continuer la lecture de Eté 1870 : des zoologistes à Roscoff

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L’aporie nationale du socialisme du XIXe siècle.

Centrée principalement sur l’Allemagne et l’Europe centrale, la vaste enquête que J.-N. Ducange consacre aux rapports qu’entretiennent les théoriciens socialistes du XIXe siècle – et non de la seule Belle époque comme suggéré abusivement dans le titre du volume, la part des soubresauts de 1848 étant ici prépondérante – n’a de prime abord qu’un rapport lointain avec le fait militaire et guerrier vécu de et en Bretagne entre 1860 et 1962[1]. Cela serait pourtant faire gravement fausse route que d’ignorer ce riche volume et ce pour deux raisons. En premier lieu parce que l’Allemagne socialiste rayonne alors sur toute l’Europe, et donc y compris sur la péninsule armoricaine comme le rappelle par exemple le parcours d’un Carle Bahon ; en second lieu parce que la guerre reste, quoi qu’on en dise, un fait politique décidé par le politique, dimension qui rend obligatoire le passage par l’histoire des idées.

Continuer la lecture de L’aporie nationale du socialisme du XIXe siècle.

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Dans un cimetière provisoire des environs d'Arras (détail). Carte postale, collection particulière.

A propos des pertes du 71e RI (août-octobre 1914)

Evaluer les pertes d’une unité de l’armée française au cours de la Première Guerre mondiale tient souvent de la gageure tant les sources sont difficiles d’emploi. Tel est du reste plus encore le cas lorsqu’on s’intéresse aux premiers mois du conflit, ceux qui sont caractérisés par les plus forts taux de pertes et de mortalité mais aussi par une guerre de mouvements qui ne facilite pas les choses[1]. Aussi est-ce pourquoi les chiffres que l’abbé Alphonse Lelivier, curé de Pordic mobilisé au 71e RI de Saint-Brieuc, donne dans ses carnets constituent une source qui ne peut qu’attirer l’attention. Sa fonction de cycliste devenue inutile par l’enlisement dans les tranchées, il est affecté au secrétariat du « lieutenant Bauduin pour faire le relever des pertes subies par le régiment depuis le commencement de la campagne »[2]. Autant dire donc que les données qu’il couche dans son carnet le 14 octobre 1914 sont celles qui, au sein du 71e RI, font alors foi. Pour autant, n’y aurait-il pas un intérêt à les confronter à celles des titulaires de la mention « Mort pour la France » qui ont été indexées tout au long du défi 1 Jour 1 Poilu sur le site Mémoire des hommes ? Les chiffres correspondent-ils ou au contraire font ils apparaitre d’importantes différences, et dans ce cas quelle signification leur attribuer ?

Continuer la lecture de A propos des pertes du 71e RI (août-octobre 1914)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale (détail). Collection particulière.

La glorieuse défaite de Lucien Burlet

Journaliste prolifique, rédacteur en chef au début des années 1880 du quotidien caennais L’Ordre et la liberté puis collaborateur régulier du Gaulois, où il est chargé de la rubrique des informations parlementaires, Lucien Burlet est aussi un vétéran de 1870[1]. C’est d’ailleurs son expérience de guerre, et de captivité, qu’il choisit de coucher sur le papier dans un court ouvrage publié en 1882, et n’ayant visiblement rencontré aucun succès à en juger par le nombre de recensions qui ont pu y être consacrées dans la presse[2]. Ce volume ne m’aurait d’ailleurs sans doute pas attiré l’œil, perdu dans la masse des témoignages parus après le conflit, si Lucien Burlet n’avait pas, en 1870, porté l’uniforme du 47e de ligne, régiment alors en garnison à Chambéry, en Haute-Savoie. Tour d’horizon d’une source beaucoup plus complexe qu’il n’y parait de prime abord.

Continuer la lecture de La glorieuse défaite de Lucien Burlet

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Fougères et la guerre de 1870

Le Pays de Fougères est une revue d’histoire comme il en existe des centaines à travers toute la France. Sa création en 1975 – la revue est publiée jusqu’en 2008 et tire à environ 600 exemplaires – doit se comprendre dans ce contexte qui, de l’enquête de Plozévet à la multiplication des écomusées, participe d’une redécouverte du « petit patrimoine local » en réaction à une modernité indexée sur l’urbanité et vécue par bien des égards comme un déracinement. Les thématiques abordées par cette publication sont d’ailleurs très nombreuses et oscillent volontiers entre histoire et ethnologie. S’il est bien évidemment question dans ces pages du mouvement ouvrier fougerais, et plus encore chaussonnier, la revue aborde régulièrement le fait militaire et guerrier au travers d’articles sur les Première et Deuxième Guerres mondiales mais aussi sur la guerre franco-allemande de 1870-1871[1]. Ce sont ces derniers, publiés en 1985 et 1986, qui nous intéresseront plus précisément dans ce billet.

Continuer la lecture de Fougères et la guerre de 1870

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une prosopographie aux rayons X (1901)

L’idée sous-tendant l’ouvrage que publie l’historien H. Joly est aussi simple qu’efficace : ausculter méthodiquement le destin des 180 élèves de la promotion 1901 de l’École polytechnique et, à partir de cette minutieuse prosopographie, proposer une analyse fine de cette jeunesse brillante et appelée, par la grâce d’un concours, à assurer les plus hautes fonctions[1]. Cette intention est d’ailleurs rappelée par la formule choc « Ils étaient l’élite de la Belle Époque. Qu’ont-ils accompli ?» figurant sur la couverture de l’ouvrage. En d’autres termes, il s’agit de vérifier « preuve à l’appui » si cette « noblesse républicaine » (p. 15) est bel et bien digne du piédestal sur lequel elle trône. C’est parce que l’excellence est une notion subjective (p. 24) que porter un tel regard critique est nécessaire.

Continuer la lecture de Une prosopographie aux rayons X (1901)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Couverture du troisième numéro de Sao Breiz (détail). Collection particulière.

Sao Breiz : au-delà des clichés bretons

L’association Sao Breiz, qui prend à partir du 18 juillet 1942 la succession de Fidel Armor, regroupe pendant et après la Seconde Guerre mondiale un certain nombre de Bretons de la France libre[1]. Cette institution n’est pas inconnue et a notamment été mise largement à contribution lorsqu’il s’est agi pour certains d’écrire l’histoire de la « conscience bretonne » en Seconde Guerre mondiale, tout du moins lorsque celle-ci était investie aux côtés de la Résistance[2]. Bien évidemment, une telle approche n’a pas été sans susciter un certain nombre de polémiques. C’est néanmoins sur un autre terrain que nous souhaiterions nous situer dans le cadre de ce billet, celui d’une approche fonctionnaliste tendant à objectiver cette dimension régionale dans le but de la resituer dans un cadre à la fois spatial et chronologique plus vaste.

Continuer la lecture de Sao Breiz : au-delà des clichés bretons

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale. Collection particulière.

Quand Lénine naît à la Bretagne

Venu au monde selon l’état-civil le 10 avril 1870 – selon le calendrier julien, le 22 avril 1870 selon le calendrier grégorien – à Oulianovsk – anciennement Simbirsk – en Russie, Lénine naît vraisemblablement à la Bretagne au printemps 1917. C’est en effet le 17 avril 1917 que les lecteurs de L’Ouest-Eclair et de l’édition du soir de La Dépêche de Brest peuvent découvrir pour la première fois son nom. Une apparition qu’il est intéressant d’analyser tant elle est riche d’enseignements en ce qui concerne les modalités de production, mais également de réception de l’information.

Continuer la lecture de Quand Lénine naît à la Bretagne

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Affiche annonçant la venue à à Saint-Marcel du général de Gaulle, le 27 juillet 1947 (détail). Collection particulière.

27 juillet 1947 : Réécrire Saint-Marcel pour mieux combattre les communistes

C’est en plein été que, le 27 juillet 1947, le général de Gaulle vient honorer de sa présence le maquis de Saint-Marcel. En pleine « traversée du désert », ce qui ne signifie nullement qu’il est inactif, il profite d’une tournée en Bretagne pour visiter, entre un pèlerinage à Sainte-Anne d’Auray et un arrêt à Pontivy, ce haut-lieu de la Résistance dans la péninsule armoricaine. Mais, comme toujours lorsqu’il s’agit de mémoire, cette visite, entre mythe résistancialiste et rupture du tripartisme, a moins à voir avec le souvenir de la Seconde Guerre qu’avec les enjeux nationaux et internationaux du moment. Si Charles de Gaulle profite d’un arrêt à Paimpont pour se recueillir sur la tombe de sa mère, ce sont bien des considérations politiques qui sont, avant tout, à l’ordre du jour[1].

Continuer la lecture de 27 juillet 1947 : Réécrire Saint-Marcel pour mieux combattre les communistes

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Insigne des blessés de la tuberculose d'Ille-et- Vilaine, 1918. Musée de Bretagne : 949.3089.

Carle Bahon au prisme du patriotisme… et de la plus Grande Guerre

Dans son édition du 6 février 1910, le quotidien catholique L’Ouest-Éclair qualifie le socialiste Carle Bahon de « plus élégant des conseillers municipaux » rennais[1]. Quand on connaît les attaques, fort peu élégantes du reste, dont fait l’objet celui qui devient maire du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine entre 1925 et 1929, un tel propos ne manque pas d’interpeller. Il est vrai que le Musée de Bretagne conserve un portrait de lui, cliché posé figurant un homme manifestement distingué, peut-être même dandy. Mais faut-il vraiment prendre au pied de la lettre ce qualificatif ? Ne faut-il pas au contraire pas y voir une marque d’ironie cinglante, quand on sait les attaques publiques dont fait l’objet ce maître de conférences en langue et littérature allemande à la faculté de Rennes ? C’est ainsi par exemple que, dans son édition du 22 mai 1926, Le Nouvelliste de Bretagne, sous la plume de Louis Téry, un ancien prisonnier de guerre pendant la Première Guerre mondiale, affirme que l’on aurait « probablement tort d’attendre » de la part du maire de Rennes « des gestes empreints d’une élégance purement française »[2]. Né d’une mère allemande, Carle Bahon voit en effet régulièrement son patriotisme mis en doute par la frange la plus xénophobe et nationaliste de l’opinion rennaise. Autant d’attaques qui méritent une mise en perspective.

Continuer la lecture de Carle Bahon au prisme du patriotisme… et de la plus Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L'épave du Crapaud, devant le bâtiment K3 de la base de sous-marins de Keroman. Au fond, le port du Kernevel. Wikicommons.

Le Crapaud qui protégeait les U-Boot

Ce sont deux épaves qui obstruent volontairement l’accès aux alvéoles du bloc K3 de la base sous-marine de Lorient : le Strasbourg et le Crapaud. Echoués là par les Allemands en 1944 et reliés par des filets métalliques, ces deux navires, ou plutôt ce qu’il en reste, ont pour fonction d’empêcher que des torpilles lancées par l’aviation alliée viennent attaquer les U-Boot réfugiés dans leurs tanières de béton. L’histoire du Strasbourg, un croiseur allemand lancé sous le nom de Regensburg et remis à la France au titre des dommages payés après la Grande Guerre est bien connue. Celle du Crapaud, en revanche, l’est beaucoup moins.

Continuer la lecture de Le Crapaud qui protégeait les U-Boot

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Quiberon au prisme du fait militaire et guerrier

Historien reconnu de la chose maritime et des mondes littoraux, G. Le Bouëdec publie aux éditions Coop Breizh une formidable synthèse sur la presqu’île de Quiberon, espace appréhendé sur une période courant du XVIIIe siècle à la Seconde Guerre mondiale[1]. Richement illustré, doté de splendides cartes et par ailleurs très accessible, cet ouvrage entend montrer comment le « pays des deux mers » passe d’un modèle socio-économique complexe, basé sur l’agriculture, la pêche et le cabotage, à une « mono-activité résidentielle et nautique » (p. 188) avec l’essor du tourisme de masse, dans la seconde partie du XXe siècle. Pour autant, c’est au prisme du fait militaire et guerrier que nous avons choisi de rendre compte de cette passionnante monographie, manière de rappeler combien ces problématiques sont centrales pour la période 1860-1962 qui préoccupe ce carnet de recherche.

Continuer la lecture de Quiberon au prisme du fait militaire et guerrier

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Affiche de propagande soviétique : « Voilà comment mettre fin aux idées des maîtres. Longue vie à la Pologne soviétique ! » (1920). Wikicommons.

4 septembre 1920 : la mémoire pour dire le monde présent ?

Il y a bien des manières d’expliquer le silence qui entoure les commémorations du cinquantième anniversaire de la guerre de 1870. Il y a tout d’abord le contexte et notamment ce terrible poids de la Première Guerre mondiale : un deuil dont on peine aujourd’hui à prendre la mesure, des séquelles psychologiques que les archives ne dévoilent qu’avec parcimonie[1]. A n’en pas douter, en 1920, la séquence 1914-1918 agit à la manière d’un voile opaque occultant « l’année terrible » 1870-1871[2]. Mais il y a, à n’en pas douter, d’autres logiques à l’œuvre pour expliquer cette amnésie collective. La mémoire étant l’outil politique du temps présent, tout pousse en effet à ausculter 1870 sous l’angle d’une référence historique devenue inutile car très largement incapable de dire le monde de 1920. C’est en tout cas ce que suggère La Croix des Côtes-du-Nord datée du 5 septembre 1920.

Continuer la lecture de 4 septembre 1920 : la mémoire pour dire le monde présent ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Estampe de Jean-François Huguet représentant le grand incendie qui ravage Rennes en 1720 (détail). Musée de Bretagne: 2016.0000.3389

L’Invisible 150e anniversaire du grand incendie de 1720

Le grand incendie qui ravage une grande part de la ville de Rennes du 22 au 29 décembre 1720 compte assurément parmi les pierres angulaires de la mémoire de la ville[1]. Le processus de reconstruction qui fait suite au sinistre accouche d’ailleurs de l’urbanisme que nous connaissons encore aujourd’hui et dit, d’une certaine manière, combien cette catastrophe est physiquement inscrite dans les murs du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine. En cette année de tricentenaire, et malgré les aléas de la crise sanitaire du Covid-19 qui ont conduit au report d’un certain nombre de manifestations scientifiques, ce souvenir est particulièrement présent. Mais tel n’a pas toujours été le cas. C’est ainsi que le 150e anniversaire de la tragédie est complètement passé sous silence. Il est vrai que le contexte – la France est alors en pleine de guerre de 1870 – n’est pas particulièrement favorable.

Continuer la lecture de L’Invisible 150e anniversaire du grand incendie de 1720

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Joconde, Brest et la guerre de 1870

Le livre que P. Gourlay consacre, aux excellentes éditions Locus Solus, au transfert à Brest, pendant la guerre de 1870, de 293 chefs-d’œuvre du musée du Louvre pourrait apparaître de prime abord anecdotique[1]. Certes, il s’agit-là d’une histoire originale et de surcroît truffée de grands noms puisque s’y croisent Léonard de Vinci, Le Caravage, Véronèse, Rubens et Raphaël mais aussi l’impératrice Eugénie, Jules Simon, Gustave Courbet ou encore Edmond de Goncourt. Mais ne voir dans ce volume qu’un simple « coup éditorial » serait passer à côté de l’essentiel puisque cet ouvrage permet de tirer un certain nombre d’enseignements qui, indéniablement, contribuent à une meilleure compréhension de l’histoire de la guerre de 1870. En effet, comme dans tout bon essai de micro-histoire, les conclusions de ce Louvre au secret dépassent de très loin le cadre de la seule cité du Ponant.

Continuer la lecture de La Joconde, Brest et la guerre de 1870

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Portrait de Georges Rivollet publié le 1er novembre 1934 par Le Journal. Georges Rivollet, ministre des Pensions, visite un cimetière militaire.

Georges Rivollet : le vaguemestre devenu ministre… et collabo

Joseph Le Barh et Pierre-Marie Lec’hvien ont tous deux en commun d’être des hommes d’église et d’être mobilisés au 47e régiment d‘infanterie de Saint-Malo pendant la Première Guerre mondiale. Mais cette fraternité d’armes et de sacerdoce ne doit pas leurrer. En effet, c’est bien de deux trajectoires radicalement différentes dont il s’agit ici. Recteur de la paroisse de Sainte-Anne d’Auray, haut-lieu du souvenir de la Grande Guerre en Bretagne[1], Joseph Le Barh est assassiné par les Allemands, en tant qu’otage, le 5 août 1944[2]. Vicaire dans les Côtes-du-Nord, Pierre-Marie Lec’hvien trouve lui la mort 4 jours plus tard. Mais, proche de l’abbé Perrot et de la mouvance collaborationniste bretonne, il est liquidé par la résistance communiste[3]. Parcours radicalement opposés mais néanmoins uniques que ceux-ci ? Pas vraiment lorsqu’on compare l’itinéraire du parlementaire socialiste et résistant-déporté Albert Aubry à celui du ministre et collaborateur Georges Rivollet. Deux hommes qui portent tous les deux l’uniforme du 47e RI au début des années 1910, deux individus qui choisissent des voies radicalement différentes et, ce faisant, invitent à mettre en garde contre l’unité que pourrait suggérer l’idée de régiment. Ensemble comportant plus de 3 300 hommes en 1914, le régiment d’infanterie, malgré le singulier que suggère cette expression, constitue au contraire le reflet de la société qui lui donne naissance par la grâce de la conscription.

Continuer la lecture de Georges Rivollet : le vaguemestre devenu ministre… et collabo

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De la contagion comme concept en histoire

Il n’est pas certain que ce dense, et particulièrement stimulant, volume collectif dirigé par B. Delaurenti et T. Le Roux rencontre un large public[1]. En ces temps de crise sanitaire liée au Covid19, il n’est pas sûr que les lecteurs aient envie de se plonger dans un ouvrage intitulé « De la contagion ». Comment d’ailleurs les en blâmer ? On ne peut toutefois que le regretter tant ce recueil participe d’une démarche éditoriale aussi rare que profitable. En effet, ce qu’offrent ces quelques cinquante notices embrassant des sujets et des approches disciplinaires forts variés, de la noblesse aux reliques, est moins une histoire de la contagion qu’une réflexion à partir de cette notion entendue comme processus historique (p. 5).

Continuer la lecture de De la contagion comme concept en histoire

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

1870 : au-delà de l’image d’Epinal ?

Livre protéiforme que cette Guerre de 1870 publiée par F. Henryot et P. Martin chez Maisonneuve & Larose / Hémisphères éditions[1]. A la fois essai sur les sources et récit enlevé de batailles, ce volume offre une présentation accessible au plus grand nombre de ce conflit perdu de vue et dont on commémore actuellement le 150e anniversaire. En cela, il constitue un ouvrage intéressant même si le propos n’est pas sans susciter, et ce de manière fort paradoxale, un certain nombre de réserves d’ordre méthodologique.

Continuer la lecture de 1870 : au-delà de l’image d’Epinal ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

2020 : retrouver Stéphane Audoin-Rouzeau ?

Nous ne saurions trop conseiller ce recueil d’articles de l’historien S. Audoin-Rouzeau, série de textes méconnus opportunément publiée par les Editions du Félin[1]. Car en permettant de (re)découvrir des articles anciens, publiés dans des catalogues d’exposition, diffusés en allemand ou en espagnol et donc trop souvent sortis des radars bibliographiques, voire même en donnant à lire des textes inédits, ces « petits sujets sur la violence de guerre » permettent de revenir sur l’œuvre d’un intellectuel important et dont la pensée dépasse de très loin le strict cadre de la discipline historique. Comme une sorte de bilan devenu nécessaire dans la mesure où, de l’aveu même de l’auteur, « s’achève un parcours de recherche rendant inévitable un bref retour sur le travail accompli, au moment où l’on dresse l’inventaire des forces et des faiblesses d’une proposition scientifique étendue sur quarante années et touchant nécessairement à son terme » (p. 8).

Continuer la lecture de 2020 : retrouver Stéphane Audoin-Rouzeau ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Bretagne au cœur de la Seconde guerre mondiale (navale) ?

Parmi les nombreuses qualités qui sautent aux yeux du lecteur de cette Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale que publie C. L. Symonds aux éditions Perrin, il y a cette manière assez extraordinaire d’articuler récit haletant et analyse méticuleuse[1]. Autrement dit, comment concilier dans la même plume la verve d’un Douglas Reeman – ou d’un Nicholas Monsarrat, que l’auteur cite (p. 162) – et d’un Philippe Masson ? Là n’est pas la moindre prouesse d’un ouvrage volumineux, vaste fresque frôlant le millier de pages et naviguant sur tous les océans du globe ou presque. Or, pour qui s’intéresse à l’histoire de la péninsule armoricaine, ce livre pose nécessairement la place de la centralité de la Bretagne dans la dimension maritime de la séquence 1939-1945.

Continuer la lecture de La Bretagne au cœur de la Seconde guerre mondiale (navale) ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

LOUIS, Désiré, Souvenirs d’un Prisonnier de Guerre en Allemagne (1870-1871), Paris, F. Juven, Editeur, 1898. Cliché Erwan Le Gall.

Désiré Louis : 1870 en germination

Publiés en 1898, ces « Souvenirs d’un prisonnier de guerre en Allemagne » dénommé Désiré Louis constituent un véritable défi pour l’historien[1]. En effet, ce texte paraît non seulement plus de 25 ans après la guerre de 1870-1871 mais, de surcroît, en pleine cœur de cette affaire Dreyfus dont on connaît la propension à revivifier le sentiment de Revanche. Dès lors, Gustave Geoffroy aura beau insister dans la préface de l’ouvrage sur le souci de réalisme manifesté par l’auteur, c’est au contraire en tant que fragment d’un discours renseignant moins sur « l’Année terrible »[2] que sur le rapport de cette société française de la Belle époque au fait militaire, à l’idée de guerre et à la question allemande, qu’il nous semble opportun d’appréhender cet ouvrage.

Continuer la lecture de Désiré Louis : 1870 en germination

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn