Archives par mot-clé : Active

Quelques réflexions sur l’indexation collaborative à partir de la prosopographie d’un régiment dans la Grande Guerre

J’ai eu l’honneur et le privilège d’être invité par la Caverne du Dragon et F. Viltart à participer à une journée d’études intitulée 14-18 sur le web : Archives en ligne & généalogie. À cette occasion, j’ai pu revenir sur l’expérience accumulée au cours de ma thèse sur deux types d’archives, la fiche de mort pour la France d’une part, la fiche matricule de recrutement d’autre part. Ceci m’a permis de revenir sur le manque fondamental d’intérêt que porte l’histoire académique à ces sources, la discipline tendant à privilégier l’histoire de la guerre au détriment de celle des armées. Dès lors, il n’est pas étonnant que l’indexation collaborative – celle engagée par le défi 1 jour 1 poilu pour les fiches de morts pour la France mais aussi les programmes en cours se rapportant aux fiches matricules de recrutement – échappe complètement à la recherche universitaire, quand bien même celle-ci se piquerait d’humanités dites numériques. Pourtant, il y a là une pratique nouvelle qui, à mon humble avis, doit intéresser les sciences sociales bien au-delà des éventuelles retombées historiographiques qu’il y a en attendre.

Continuer la lecture de Quelques réflexions sur l’indexation collaborative à partir de la prosopographie d’un régiment dans la Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Malbouffe, 47e régiment d’infanterie et Grande Guerre

Alors qu’en pleine seconde bataille de la Marne, le 27 juillet 1918, le 47e régiment d’infanterie (RI) de Saint-Malo prend position dans le secteur du bois de Rarrey, au nord de Chatillon-sur-Marne, le sous-lieutenant Fredéric Aubert de la 7e compagnie écrit dans ses carnets :

« Halte. Nous nous installons dans le fossé pour manger sur le pouce, mais nous nous sauvons en découvrant sous des branchages un stère de cadavres allemands empilés comme dans bûcher.

Nous allons un peu plus loin : un caisson renversé sur deux chevaux crevés… […] Décidément nous ne mangerons pas. »[1]

Glaçantes, ces quelques lignes ne décrivent toutefois qu’une partie de ce que peut recouvrir l’idée de « malbouffe » dans unité d’infanterie d’active pendant la Première Guerre mondiale. Car si le rythme des combats empêche bien des fois les combattants de manger, l’ordinaire est le plus souvent en quantité insuffisante et d’une qualité toute relative, voire même suspecte. On voit donc combien l’idée que les fantassins du 219e RI de Brest puissent manger aux tranchées des huitres et même de la langouste relève de la fable. En tant que discours, ce récit constitue néanmoins une formidable archive qui dévoile le rapport qu’entretient la société française de 1914-1918 à la nourriture mais aussi, par ricochet, à la « malbouffe ». Or ce sont précisément ces « mauvaises pratiques alimentaires » qui seront l’objet du colloque organisé par S. Le Bras et qui se déroulera à Clermont-Ferrand les 13 et 14 juin 2022, manifestation à laquelle j’aurai l’honneur et le privilège de participer pour évoquer le 47e RI[2].

Continuer la lecture de Malbouffe, 47e régiment d’infanterie et Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La carte postale ancienne : l’impossible source ?

Publié sous la direction de B. Tillier aux éditions du CRNS, ce beau livre consacré aux cartes postales pendant la Première Guerre mondiale intéressera un lectorat très large : chercheurs confirmés, étudiants ayant à plancher pour une séance de travaux dirigés basée sur ce type d’archives ou encore collectionneurs, puisqu’on les sait nombreux à se passionner pour ces petits rectangles cartonnés et illustrés[1]. Composé de contributions d’auteurs venant d’horizons disciplinaires complémentaires, historiens et historiens de l’art pour l’essentiel, ce riche volume propose une réflexion d’autant plus utile que les conclusions qu’il apporte dépassent de très loin le strict cadre chronologique imposé par la séquence 1914-1918 – quand bien même celui-ci est en train de se dilater comme le rappellent fort justement les développements actuels autour de l’idée d’une plus Grande Guerre[2]. C’est donc d’un ouvrage éminemment digne d’intérêt dont il sera question ici.

Continuer la lecture de La carte postale ancienne : l’impossible source ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Quand l’uniforme forme la jeunesse… et le mouvement ouvrier de la IIIe République. Eléments prospectifs

Quoi de plus éloigné du mouvement ouvrier et social que la caserne et l’institution militaire ? Pas grand-chose à première vue. De la Commune de Paris au Carnet B en passant par la fusillade de Villeneuve-Saint-Georges en 1908, il est vrai que nombreux sont les éléments qui contribuent à implanter, au sein des espaces militants, l’idée d’une armée érigée en « chien de garde du capital ». C’est du reste ce qu’explique à Rennes le secrétaire de la section locale de la SFIO Eugène Leprince lors de la séance du Conseil municipal qui doit, le 2 novembre 1910, se prononcer en faveur de la construction de la caserne Margueritte :

« Je ne voterai pas les conclusions du rapport de M. le Maire pour deux raisons : d’abord parce que je ne suis pas partisan de l’augmentation des impôts, ensuite parce que j’estime qu’il y a assez de troupes à Rennes pour réprimer les camarades en grève et les remplacer au besoin sans qu’il soit utile de créer un nouveau régiment. »[1]

Pourtant, les archives, et tout particulièrement les fiches matriculaires du recrutement, invitent à dépasser ce discours. Qu’on le veuille ou non, depuis 1905 et la fin du tirage au sort, la conscription s’applique à tout le monde et même les plus antimilitaristes des anarcho-syndicalistes effectuent leur service militaire. C’est ce que rappelle du reste le parcours d’Eugène Leprince évoqué plus haut. Né le 29 mai 1879 à Rennes, ce tourneur sur métaux porte l’uniforme du 41e RI pendant un an, à l’occasion de son service militaire qu’il achève en tant que soldat de 1e classe et muni de son certificat de bonne conduite. Effectuant un période de réserve en 1902, il est ensuite classé non affecté comme chef d’équipe à l’atelier de construction de Rennes, poste qui est à l’évidence à mettre en rapport avec le métier qu’il déclare lors de son passage devant le Conseil de révision mais qui n’est pas sans interroger la réalité de son rapport à l’institution militaire. Pendant la Grande Guerre, il est d’abord placé en sursis d’appel puis rejoint en juillet 1915 l’atelier de construction de Rennes, quelques semaines donc avant la promulgation de la loi Dalbiez, avant d’être envoyé au 50e régiment d’artillerie le 1er juillet 1917 et d’être finalement démobilisé le 25 février 1919[2]. Or là n’est pas une trajectoire exceptionnelle, loin de là. Tailleur de pierre et secrétaire, à partir de 1909, de la Fédération des syndicats ouvriers de la région malouine, Jean Batas est condamné le 26 mars 1914 par le tribunal de la Seine à 6 mois de prison et 100F d’amende pour « menées antimilitaristes ». Ceci lui vaut d’être inscrit au Carnet B mais ne l’empêche pas de répondre, à l’âge de 42 ans, à l’appel de la mobilisation générale. Rien de surprenant du reste pour quelqu’un qui, indépendamment de son militantisme, souscrit à « l’impôt du temps » en effectuant entre 1893 et 1895 son service militaire au sein du 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo, puis participe à deux périodes de réserve avec cette même unité au cours des années 1900[3]. Aussi est-ce à notre sens faire erreur que de croire que la militance, et donc les réseaux qui structurent l’engagement partisan, s’arrêtent au seuil de la caserne. C’est d’ailleurs ce que rappelle le Sou du soldat, auquel Jean Batas prête son concours et ce malgré le succès tout relatif de cette œuvre.

Continuer la lecture de Quand l’uniforme forme la jeunesse… et le mouvement ouvrier de la IIIe République. Eléments prospectifs

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Un manuel pour saisir l’armée française de Terre de 1939-1940

À force de rappeler que l’armée française de 1939-1940 est engluée dans l’ombre portée de 1914-1918, ce qui est vrai, on en finit par la méconnaître profondément en suggérant l’idée, fausse cette fois-ci, qu’elle en est un strict décalque. Rien n’est en effet plus inexact. Non seulement les équipements évoluent mais l’organisation n’est plus la même, comme le rappelle un parcours tel que celui de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc : sous-lieutenant au 160e RI, une unité d’active, au début de la Première Guerre mondiale, il sert au sein d’une division dite de série A en 1939, un cadre qui n’existait pas 20 ans auparavant. D’où l’intérêt du judicieux manuel que fait paraître chez Economica É. Denis, volume consacré à « l’armée de Terre française du 10 mai 1940 »[1]. Fort pédagogique et très détaillé, ce livre constitue un outil de travail qui se révèlera, à n’en pas douter, indispensable pour toutes celles et ceux qui s’intéressent à cette période.

Continuer la lecture de Un manuel pour saisir l’armée française de Terre de 1939-1940

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Couple de sonneurs du 73e RIT en couverture de L'Illustration du 3 juillet 1915 (détail). Musée de Bretagne: 983.0044.1.

Les binious du 73e RIT

Si le rôle effectif du colonel Paul-Prosper Vermeil de Conchard dans la création de la clique de binious du 48e RI au début des années 1900 reste encore nébuleux, le personnage essentiel de cette histoire semblant avoir été le capitaine Henri Miche de Melleray, l’implication du colonel Aymar Quengo de Tonquédec dans la mise en place, 15 ans plus tard, de celle du 73e RIT ne semble en revanche pas faire de doute. Publié en 1931 dans la revue An Oaled dirigée par Taldir Jaffrennou, le témoignage de Jacques Moreau de Bellaing est à cet égard particulièrement explicite : « Cette fanfare a été créée en Belgique en 1915 sous les auspices du Colonel de Tonquédec et les instruments ont été offerts à la suite de dons d’officiers ou de veuves d’officiers du régiment de la 87e division »[1].

Continuer la lecture de Les binious du 73e RIT

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn