Archives par mot-clé : 118e RI

De l’incapacité de 1870 à dire le monde de 1920

La scène se passe à Quimper, en la caserne La Tour d’Auvergne, où les vétérans de la guerre de 1870 se réunissent le 12 septembre 1920 pour leur congrès annuel. Comme un passage de témoin obligé d’une génération du feu à l’autre, le président de l’amicale, « en ouvrant la séance, […] dit que sa première parole sera pour exprimer au colonel Dizot, la fierté qu’éprouvent les vétérans en le voyant prendre place parmi eux et le remercie de la sympathie qu’il professe pour les vieux combattants de 1870 »[1]. On pourra toujours arguer d’une forme de courtoisie entre officiers, il n’en demeure pas mois que le symbole est très fort : le lieutenant-colonel Roudière, engagé volontaire fait prisonnier à Metz, rend hommage à l’officier commandant alors le 118e RI, régiment tenant garnison à Quimper et s’étant couvert de gloire pendant la Grande Guerre[2]. En d’autres termes, le vaincu d’hier s’incline devant le vainqueur du moment. En quelques mots est ainsi résumée toute l’ambiguïté du souvenir de la guerre de 1870 cinquante ans plus tard, au lendemain de la Grande Guerre[3]. Si celui-ci peine à s’imposer en 1920-1921, c’est bien entendu parce qu’il est occulté par le « souvenir écran » des tranchées[4]. Mais il n’y a pas que le poids des morts, des blessés – pour ne citer qu’un exemple, l’association des mutilés du canton de Malestroit revendique, à elle seule, en septembre 1920 pas moins de 350 membres[5]  – des veuves, bref du deuil, pour expliquer cette situation. La mémoire est l’outil politique du temps présent et si le souvenir de la guerre de 1870-1871 peine à s’imposer en ce début des années 1920, c’est qu’il échoue à dire le monde d’alors.

Continuer la lecture de De l’incapacité de 1870 à dire le monde de 1920

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Des actes aux discours : les socialistes finistériens et l’Armée (1910)

Si la SFIO est bien une section de l’Internationale ouvrière, on oublie trop souvent qu’elle est aussi et peut-être même surtout, française. L’internationalisme ne doit en effet pas tromper. Loin d’être un post-nationalisme, comme une sorte de dépassement de cet horizon patriotique, il s’agit le plus souvent d’une juxtaposition en un même lieu d’identités nationales. C’est précisément ce que montre l’historien  P. Alayrac à propos du Congrès socialiste international de Londres, en 1896[1]. Il en résulte un positionnement par rapport à l’institution militaire, bras armé de la Nation, qui ne doit pas tromper. C’est ce que rappelle la profession de foi des candidats socialistes aux législatives dans le Finistère lors du scrutin de 1910[2].

Continuer la lecture de Des actes aux discours : les socialistes finistériens et l’Armée (1910)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn