Archives par mot-clé : 10e région militaire

Photographie de soldat français publiée en première page du Miroir le 31 mars 1940 (détail). Gallica / Bibliothèque nationale de France.

Roger Bellégou ou l’entrée en Seconde Guerre mondiale du pays de Guingamp

Roger Bellégou est un non-seulement un quasi-inconnu mais un non-objet d’histoire. Né le 30 avril 1920 au Merzer, petite commune située à quelques kilomètres seulement de Guingamp, il est répertorié comme étant mort pour la France le 25 septembre 1939 en Sarre, alors que même pas âgé de 20 ans. Un décès prématuré qui non seulement n’est pas évoqué par la presse des Côtes-du-Nord (La Presse guingampaise, Le Moniteur des Côtes-du-Nord mais aussi des titres diffusés dans ce département comme l’édition rennaise de L’Ouest-Eclair ou encore La Dépêche de Brest), alors que ce jeune breton compte parmi les premières victimes de la campagne en cours, mais qui paraît être passé sous silence. Or celui-ci est particulièrement instructif et dit, d’une certaine manière l’entrée en Seconde Guerre mondiale du pays de Guingamp.

Continuer la lecture de Roger Bellégou ou l’entrée en Seconde Guerre mondiale du pays de Guingamp

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Louise Bodin, lors d’un congrès communiste en 1921 à Marseille (photographie de l’agence de presse Meurisse) : Gallica / Bibliothèque nationale de France: Meurisse, 94437.

Louise Bodin au prisme des war studies

Surnommée « la bolchevique aux bijoux », Louise Bodin n’est pas une inconnue. Eminente féministe de la première vague, elle est une figure de la gauche bretonne du premier quart du XXe siècle, une véritable pionnière du Parti communiste qu’elle contribue du reste à implanter en Ille-et-Vilaine[1]. Là est d’ailleurs l’un des premiers liens, évidents, qu’elle entretient avec la guerre, celle de 1914-1918 en particulier et avec les war studies de manière plus générale. Mais il en est d’autres, moins connus et qui méritent toutefois l’attention.

Continuer la lecture de Louise Bodin au prisme des war studies

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Tanguy Le Gentil de Rosmorduc : un officier de série B ?

Né le 23 novembre 1892 à Trémel, dans les Côtes-du-Nord, le lieutenant-colonel Tanguy Le Gentil de Rosmorduc commande au printemps 1940 le 48e RI, unité tenant garnison à Guingamp mais aussi à Landerneau, dans le Finistère[1]. Le parcours de cet officier nous est connu principalement par son dossier de Légion d’honneur, conservé aux Archives nationales, ainsi que par la reconnaissance optique de caractères disponible sur la presse en ligne[2]. Ces sources permettent de dessiner la carrière d’un aristocrate bien né et qu’un certain ethos familial semble promettre au métier des armes. Pour autant, ces prédispositions font-elles de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc un bon officier supérieur ? Répondre à cette question exige bien entendu de la prudence tant, en la matière, toute certitude est à proscrire. Mais une telle interrogation est d’importance en ce qu’elle semble dessiner, comme par ricochet, le niveau du 48e RI en 1939.

Continuer la lecture de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc : un officier de série B ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Insigne des blessés de la tuberculose d'Ille-et- Vilaine, 1918. Musée de Bretagne : 949.3089.

Carle Bahon au prisme du patriotisme… et de la plus Grande Guerre

Dans son édition du 6 février 1910, le quotidien catholique L’Ouest-Éclair qualifie le socialiste Carle Bahon de « plus élégant des conseillers municipaux » rennais[1]. Quand on connaît les attaques, fort peu élégantes du reste, dont fait l’objet celui qui devient maire du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine entre 1925 et 1929, un tel propos ne manque pas d’interpeller. Il est vrai que le Musée de Bretagne conserve un portrait de lui, cliché posé figurant un homme manifestement distingué, peut-être même dandy. Mais faut-il vraiment prendre au pied de la lettre ce qualificatif ? Ne faut-il pas au contraire pas y voir une marque d’ironie cinglante, quand on sait les attaques publiques dont fait l’objet ce maître de conférences en langue et littérature allemande à la faculté de Rennes ? C’est ainsi par exemple que, dans son édition du 22 mai 1926, Le Nouvelliste de Bretagne, sous la plume de Louis Téry, un ancien prisonnier de guerre pendant la Première Guerre mondiale, affirme que l’on aurait « probablement tort d’attendre » de la part du maire de Rennes « des gestes empreints d’une élégance purement française »[2]. Né d’une mère allemande, Carle Bahon voit en effet régulièrement son patriotisme mis en doute par la frange la plus xénophobe et nationaliste de l’opinion rennaise. Autant d’attaques qui méritent une mise en perspective.

Continuer la lecture de Carle Bahon au prisme du patriotisme… et de la plus Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La Bretagne des 10 et 11e régions militaires. Extrait d'une carte publiée dans les années 1880. Musée de Bretagne: 987.0083.1.7.

De l’inscription dans des territoires militaires artificiels

Dans un article de la revue Economie rurale publié en 1977, la géographe A. Guellec affirme que le département des Côtes-du-Nord, aujourd’hui des Côtes d’Armor, est « parfaitement artificiel ». A l’en croire, ce cadre géographique serait « contraire à des habitudes millénaires » et illustrerait, même, « on ne peut mieux la géographie administrative de la Révolution »[1]. Plus de quarante ans plus tard, un propos tel que celui-ci ne manque pas de laisser songeur : certes, en 1790, le département est un espace neuf donc nécessairement « artificiel » mais il n’en demeure pas moins qu’au fil du temps la population s’y identifie, voire même s’y attache réellement. En témoignent les vastes débats du tournant des années 1990 au moment de la transition des Côtes-du-Nord vers les Côtes d’Armor. Et quid des régions militaires ? Tout aussi parfaitement artificielles, elles naissent à la suite de la défaite de 1870 mais n’empêchent pas que se développe un esprit de corps propre aux corps d’armées. De quoi inciter à la réflexion !

Continuer la lecture de De l’inscription dans des territoires militaires artificiels

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Jean Janvier lors de la venue à Rennes du maréchal Foch le 7 juillet 1921 (détail). Musée de Bretagne: 2005.0050.3.

Jean Janvier et l’Armée : la marque de « l’esprit militaire » ?

Les Souvenirs publiés par Jean Janvier sont une source bien connue. Publié par les Presses universitaires de Rennes, ce texte autobiographique de l’emblématique maire du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine est accessible, gratuitement, depuis le début de l’année 2018, sur le portail OpenEditions Books. Les historiens de la Grande Guerre n’ignorent pas cette archive puisqu’elle donne un intéressant point de vue sur la vie municipale pendant le conflit, dans une ville confrontée à l’afflux de blessés, de réfugiés et de prisonniers ainsi qu’à une inflation galopante. Mais le fait militaire n’est pas présent dans ce récit composé à la première personne que lors de la séquence 1914-1918. Au contraire, l’Armée s’y révèle omniprésente, ce qui n’est pas sans interroger. Dès lors, il nous importera de bien faire la part des choses entre ce qui relève de l’inclination personnelle, puisque Jean Janvier confesse lui-même avoir « l’esprit militaire », et ce qui découle d’un cadre plus général, c’est-à-dire la centralité, y compris en Bretagne mais plus encore à Rennes, de l’institution dans cette France des années 1880-1914.

Continuer la lecture de Jean Janvier et l’Armée : la marque de « l’esprit militaire » ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De l’approche monographique avec la 13e DBLE

Le livre que publie H. Weill aux éditions Mareuil, ouvrage consacré aux Compagnons de la Libération de la 13e demi-brigade Légion étrangère (13e DBLE) ne relève pas à proprement parler de la science historique[1]. Pourvu d’un appareil critique réduit à la portion congrue, ce portrait collectif des 97 récipiendaires de cette prestigieuse décoration ayant combattu au sein de cette unité s’apparente plus à une galerie de – passionnantes – tranches de vies qu’à une étude problématisée comme sait en produire le monde académique. Il n’en demeure pas moins que l’auteur fait là œuvre utile – le style enlevé de ces quelques 300 pages séduira la plus grand nombre – mais surtout éminemment stimulante pour qui s’intéresse à la monographie en tant que genre.

Continuer la lecture de De l’approche monographique avec la 13e DBLE

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Exercice d'entraînement des sapeurs-pompiers de Paris: sauvetage d'un homme tombé dans un puits asphyxiant. Carte postale (détail). Collection particulière.

Pompiers rennais en Grande Guerre

L’historiographie est assurément un bon reflet du temps qui la produit. C’est bien pour cela, du reste, que toute écriture de l’histoire est nécessairement contemporaine. Ainsi, la multiplication des travaux portant sur les forces de l’ordre et sur les logiques de répression n’est-elle pas avant tout l’écho de notre obsession pour la sécurité ? Autrement dit, dans quelle mesure l’essor que connaissent actuellement les « études gendarmiques » n’est-il pas imputable à l’instauration, sous la présidence de François Hollande, de l’état d’urgence ? C’est là un vaste débat, et que nous n’entendons nullement mener ici sauf à souligner que l’intérêt historiographique pour les forces de police et de gendarmerie se double d’un mouvement strictement inverse, le désamour dont font l’objet les pompiers. Car si l’on fait exception de la thèse en cours de C. Tropeau, travail effectué à l’Université de Bretagne-Sud sous la direction de F. Ploux et qui ne concerne qu’à la marge les soldats du feu[1], force est de déplorer la rareté des enquêtes portant sur cette institution pour le moins essentielle.

Continuer la lecture de Pompiers rennais en Grande Guerre

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le musique du 48e RI de Guingamp, carte postale (détail). Collection privée Cyrille L'Hénoret.

La naissance de la clique de binious du 48e RI

Taldir Jaffrennou est un personnage absolument central du premier Emsav, la première génération de militants du mouvement breton. Eminent celtisant, il est en quelque sorte, dans ce milieu bien particulier, une figure d’autorité. Aussi ne peut-on lire qu’avec un intérêt appuyé l’historique des binious aux armées qu’il publie en 1931 dans la revue An Oaled qu’il dirige, propos qui ne tarde pas à s’ancrer autour du 48e RI de Guingamp[1] : on sait en effet que c’est l’une des unités tenant garnison dans la péninsule armoricaine où l’affirmation de l’identité bretonne est la plus marquée.

Continuer la lecture de La naissance de la clique de binious du 48e RI

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Capture d'écran du site « Territoire et Trajectoire de la Déportation ».

Pour une approche spatiale de la Shoah en Bretagne

Durant les années 1930, la péninsule armoricaine n’est pas ce que l’on peut appeler un important foyer de peuplement juif. Cela ne signifie pas que l’antisémitisme n’y est pas présent, bien au contraire. On se rappelle d’ailleurs qu’à l’été 1899 tous les projecteurs sont braqués sur Rennes, puisque le chef-lieu de la 10e région militaire accueille le procès en révision du capitaine Alfred Dreyfus. Mais le fait est que la déportation par mesure de persécution est statistiquement moins importante en Bretagne que dans d’autres régions de l’hexagone. C’est ce que montre de manière très éloquente la cartographie des enfants juifs déportés depuis la France de juillet 1942 à août 1944, remarquable travail, consultable en ligne, que l’on doit à J.-L. Pinol, E. Debono et S. Zeitoun. Ces historiens invitent en effet à une approche spatiale de la Shoah, démarche à laquelle on ne peut que souscrire et qui nous semble d’autant plus féconde que le numérique permet justement de se livrer à ces stimulants jeux d’échelle[1].

Continuer la lecture de Pour une approche spatiale de la Shoah en Bretagne

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Couple de sonneurs (détail). Musée de Bretagne: 2007.0012.77.

Jean Choleau, les binious du 270e RI et la misère militaire

Le 38e numéro, daté du 4e trimestre 1931, d’An Oaled publie un intéressant témoignage concernant la musique du 270e RI, formation comportant pendant la Première Guerre mondiale des binious[1]. La chose pourra paraître surprenante pour une unité tenant garnison en Haute-Bretagne, elle n’en était pas moins déjà connue et, du reste, signalée par Y. Lagadec[2]. Pour autant, cet article, intéressant à plusieurs égards, permet de mieux comprendre la genèse de cette formation et de revenir sur les ambiguïtés et les frustrations d’un militant de l’Emsav, Jean Choleau.

Continuer la lecture de Jean Choleau, les binious du 270e RI et la misère militaire

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Affiche publicitaire pour le quotidien L'Ouest-Eclair (détail, vers 1914). Musée de Bretagne: 999.0021.1.

L’essai comparatif de L’Ouest-Eclair : 1870 et 1914

Dans son édition du 9 août 1914, le quotidien catholique breton, mais rallié à la République, L’Ouest-Eclair publie un court article intitulé « 1870 et 1914 »[1]. Visiblement produit par la rédaction parisienne du journal, cet encart paru en pages intérieures témoigne d’un traitement journalistique particulièrement moderne : à l’instar des multiples « essais comparatifs » qui jonchent la presse du XXIe siècle, il s’agit ici de confronter l’actualité du moment à la situation qui prévalait 44 ans plus tôt, et ce au moyen de quelques citations dûment sélectionnées. Cette démarche ne doit pas surprendre tant on sait combien la mémoire de 1870 est solidement ancrée dans les consciences en 1914, à telle enseigne qu’on a pu évoquer à ce propos, dans d’autres pages, une véritable « protoculture » de la Grande Guerre[2]. Toutefois, il semble que ce court article permette d’aller plus loin dans l’analyse.

Continuer la lecture de L’essai comparatif de L’Ouest-Eclair : 1870 et 1914

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Portrait d’un fantassin du 48e RI, cliché conservé dans un album ayant appartenu à François-Marie Luzel. Bibliothèque municipale de Rennes / Les Tablettes rennaises : I-2015-0010118.

François-Marie Luzel et trois portraits de fantassins

La bibliothèque municipale de Rennes conserve un album de 70 photographies, consultable via Les Tabette rennaises, ayant manifestement appartenu au folkloriste breton François-Marie Luzel. A travers les dizaines de clichés qu’il renferme, se dévoile une évidente volonté ethnographique. On connaît en effet le rapport qu’entretient cet éminent celtisant à la photographie et cet objet a, selon toute vraisemblance, pour fonction de compiler un certain nombre de « types bretons » : des membres de sa famille – comme par exemple Séraphine Luzel, sa sœur – mais également des anonymes retenus à n’en pas douter pour un détail bien particulier, comme par exemple un costume spécifique. Si la mise en collection ayant présidé à la constitution de cet album ne pose globalement pas de soucis en termes d’interprétation, trois portraits ne manquent pas d’attirer l’attention : trois clichés remarquablement semblables immortalisant des fantassins des 48e, 74e et 102e RI et dont on se demande bien, à la vérité, pourquoi ils ont ainsi attiré l’attention de François-Marie Luzel.

Continuer la lecture de François-Marie Luzel et trois portraits de fantassins

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn