Archives de catégorie : Divers

Quiberon au prisme du fait militaire et guerrier

Historien reconnu de la chose maritime et des mondes littoraux, G. Le Bouëdec publie aux éditions Coop Breizh une formidable synthèse sur la presqu’île de Quiberon, espace appréhendé sur une période courant du XVIIIe siècle à la Seconde Guerre mondiale[1]. Richement illustré, doté de splendides cartes et par ailleurs très accessible, cet ouvrage entend montrer comment le « pays des deux mers » passe d’un modèle socio-économique complexe, basé sur l’agriculture, la pêche et le cabotage, à une « mono-activité résidentielle et nautique » (p. 188) avec l’essor du tourisme de masse, dans la seconde partie du XXe siècle. Pour autant, c’est au prisme du fait militaire et guerrier que nous avons choisi de rendre compte de cette passionnante monographie, manière de rappeler combien ces problématiques sont centrales pour la période 1860-1962 qui préoccupe ce carnet de recherche.

Continuer la lecture de Quiberon au prisme du fait militaire et guerrier

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Sortir les flux du règne du présentisme

En s’opposant, le 11 mai 1950, au passage d’un train provenant de Brest et transportant vers Rochefort des canons destinés au corps expéditionnaire français déployé en Indochine, les « 12 de Saint-Brieuc » portent atteinte à l’effort de guerre français en Extrême-Orient. Ce faisant, ces militants communistes nous montrent, malgré-eux que la Bretagne, d’une certaine manière, a pu constituer un véritable « arrière » de ce lointain « front » situé en Asie. Autrement dit, ils nous montrent combien une mobilisation militaire est tributaire d’un certain nombre de flux que sont les acheminements en armes, munitions et hommes, mais aussi la diffusion d’informations permettant de partir à la conquête de l’assentiment des opinions publiques. Or, c’est parce que la guerre est par nature une compétence régalienne que l’histoire de ces « 12 de Saint-Brieuc » invite à se pencher sur le passionnant ouvrage collectif que viennent de publier aux éditions Arbre bleu N. Patin et D. Pinsolle, volume intitulé « Déstabiliser l’État en s’attaquant aux flux »[1].

Continuer la lecture de Sortir les flux du règne du présentisme

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Affiche de propagande soviétique : « Voilà comment mettre fin aux idées des maîtres. Longue vie à la Pologne soviétique ! » (1920). Wikicommons.

4 septembre 1920 : la mémoire pour dire le monde présent ?

Il y a bien des manières d’expliquer le silence qui entoure les commémorations du cinquantième anniversaire de la guerre de 1870. Il y a tout d’abord le contexte et notamment ce terrible poids de la Première Guerre mondiale : un deuil dont on peine aujourd’hui à prendre la mesure, des séquelles psychologiques que les archives ne dévoilent qu’avec parcimonie[1]. A n’en pas douter, en 1920, la séquence 1914-1918 agit à la manière d’un voile opaque occultant « l’année terrible » 1870-1871[2]. Mais il y a, à n’en pas douter, d’autres logiques à l’œuvre pour expliquer cette amnésie collective. La mémoire étant l’outil politique du temps présent, tout pousse en effet à ausculter 1870 sous l’angle d’une référence historique devenue inutile car très largement incapable de dire le monde de 1920. C’est en tout cas ce que suggère La Croix des Côtes-du-Nord datée du 5 septembre 1920.

Continuer la lecture de 4 septembre 1920 : la mémoire pour dire le monde présent ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Carte postale publicitaire. Musée de Bretagne: 980.0051.759.

4-5 septembre 1920 : Carhaix célèbre la République

La ville de Carhaix est l’une des rares communes bretonnes à célébrer le cinquantième anniversaire de la République, le 4 septembre 1870. Organisées par le comité des fêtes présidé par un certain « M. Portellec », les réjouissances constituent un intéressant objet de réflexion pour l’historien, ne serait-ce que parce qu’elles s’insèrent dans une actualité commémorative particulièrement dense. En effet, quelques jours plus tard, le 26 septembre 1920, c’est son monument aux morts de la Grande Guerre que la commune finistérienne inaugure en grandes pompes[1]. Une concordance des temps qui, bien entendu, n’est pas sans interroger.

Continuer la lecture de 4-5 septembre 1920 : Carhaix célèbre la République

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

De la contagion comme concept en histoire

Il n’est pas certain que ce dense, et particulièrement stimulant, volume collectif dirigé par B. Delaurenti et T. Le Roux rencontre un large public[1]. En ces temps de crise sanitaire liée au Covid19, il n’est pas sûr que les lecteurs aient envie de se plonger dans un ouvrage intitulé « De la contagion ». Comment d’ailleurs les en blâmer ? On ne peut toutefois que le regretter tant ce recueil participe d’une démarche éditoriale aussi rare que profitable. En effet, ce qu’offrent ces quelques cinquante notices embrassant des sujets et des approches disciplinaires forts variés, de la noblesse aux reliques, est moins une histoire de la contagion qu’une réflexion à partir de cette notion entendue comme processus historique (p. 5).

Continuer la lecture de De la contagion comme concept en histoire

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Jean Janvier lors de la venue à Rennes du maréchal Foch le 7 juillet 1921 (détail). Musée de Bretagne: 2005.0050.3.

Jean Janvier et l’Armée : la marque de « l’esprit militaire » ?

Les Souvenirs publiés par Jean Janvier sont une source bien connue. Publié par les Presses universitaires de Rennes, ce texte autobiographique de l’emblématique maire du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine est accessible, gratuitement, depuis le début de l’année 2018, sur le portail OpenEditions Books. Les historiens de la Grande Guerre n’ignorent pas cette archive puisqu’elle donne un intéressant point de vue sur la vie municipale pendant le conflit, dans une ville confrontée à l’afflux de blessés, de réfugiés et de prisonniers ainsi qu’à une inflation galopante. Mais le fait militaire n’est pas présent dans ce récit composé à la première personne que lors de la séquence 1914-1918. Au contraire, l’Armée s’y révèle omniprésente, ce qui n’est pas sans interroger. Dès lors, il nous importera de bien faire la part des choses entre ce qui relève de l’inclination personnelle, puisque Jean Janvier confesse lui-même avoir « l’esprit militaire », et ce qui découle d’un cadre plus général, c’est-à-dire la centralité, y compris en Bretagne mais plus encore à Rennes, de l’institution dans cette France des années 1880-1914.

Continuer la lecture de Jean Janvier et l’Armée : la marque de « l’esprit militaire » ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Lors d'une réunion du CELIB, le 27 octobre 1973 à Pontivy (détail). Arch. dép. I&V: 30 J 376.

Quelle caution gaulliste à la naissance du CELIB ?

Dans l’imaginaire collectif breton, le Comité d’études et de liaison des intérêts bretons (CELIB) tient à n’en pas douter une place à part. Ayant réussi à mettre de côté les clivages partisans, un certain nombre d’élus locaux auraient uni leurs forces pour la Bretagne… tout en cultivant un certain nombre de relations privilégiées avec le pouvoir en place, notamment gaulliste. C’est ainsi par exemple que le géographe et militant socialiste Michel Phlipponneau fustige dès 1964 le poids des gaullistes et des « centristes mous » au sein du CELIB[1]. Or la mémoire n’étant pas l’histoire, l’examen minutieux des archives contribue à forger un récit différent, plus nuancé et d’une certaine manière complexe, que ce que peut bien supposer la vulgate. C’est ce que montre le parcours du Français libre et parlementaire finistérien Joseph Halléguen.

Continuer la lecture de Quelle caution gaulliste à la naissance du CELIB ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

2020 : retrouver Stéphane Audoin-Rouzeau ?

Nous ne saurions trop conseiller ce recueil d’articles de l’historien S. Audoin-Rouzeau, série de textes méconnus opportunément publiée par les Editions du Félin[1]. Car en permettant de (re)découvrir des articles anciens, publiés dans des catalogues d’exposition, diffusés en allemand ou en espagnol et donc trop souvent sortis des radars bibliographiques, voire même en donnant à lire des textes inédits, ces « petits sujets sur la violence de guerre » permettent de revenir sur l’œuvre d’un intellectuel important et dont la pensée dépasse de très loin le strict cadre de la discipline historique. Comme une sorte de bilan devenu nécessaire dans la mesure où, de l’aveu même de l’auteur, « s’achève un parcours de recherche rendant inévitable un bref retour sur le travail accompli, au moment où l’on dresse l’inventaire des forces et des faiblesses d’une proposition scientifique étendue sur quarante années et touchant nécessairement à son terme » (p. 8).

Continuer la lecture de 2020 : retrouver Stéphane Audoin-Rouzeau ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

L'USS Badger dans les années 1930. Wikicommons.

Quand les Américains débarquent à Saint-Nazaire… en 1939

A partir du 3 août 1939, le port de Saint-Nazaire accueille une escadre américaine composée du croiseur de 7 000 tonnes USS Trenton et des torpilleurs de 1 100 tonnes USS Jacob Jones et USS Badger[1]. 20 ans après le départ des derniers Doughboys[2], une telle escale constitue un passionnant objet d’histoire permettant d’appréhender, certes, cet aspect de la mémoire de la Grande Guerre mais aussi quelques-unes des permanences du rapport qu’entretient le port de l’estuaire de la Loire à l’Oncle Sam. Y compris en cet été 1939 pendant lesquels s’amoncellent bien des nuages sombres…

Continuer la lecture de Quand les Américains débarquent à Saint-Nazaire… en 1939

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le général de Gaulle faisant le V de la victoire, carte postale (détail). Collection particulière.

1946 : quand Charles de Gaulle fait sa rentrée politique à l’île de Sein

Charles de Gaulle n’est assurément pas un Français comme les autres. Néanmoins, comme tous les hommes politiques, il effectue tous les ans sa « rentrée politique ». Il s’agit là d’un exercice délicat et peu codifié destiné à mettre fin au silence médiatique des deux mois d’été pour créer une vertueuse dynamique journalistique censée attirer à soi, en dernier ressort, les intentions de vote. Et en 1946, c’est à l’île de Sein que Charles de Gaulle décide d’effectuer sa rentrée politique. C’est donc un moment important pour celui qui, bien qu’auréolé de son statut d’homme du 18 juin et de restaurateur de l’honneur de la France, a échoué à imposer ses vues institutionnelles et a été obligé de tenter un redoutable coup de poker quelques mois plus tôt en quittant la tête du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF), le 20 janvier 1946. Comme en 1940 donc, la reconquête de Paris démarre à l’île de Sein. Pourtant, rien ne va se passer comme prévu. C’est du reste ce qui permet à l’historien de rappeler que si les liens du Général avec la Bretagne sont forts, ils ne sont pas nécessairement ceux, complaisamment relayés par la presse d’alors et entretenus par Charles de Gaulle lui-même, que relaye la vulgate mémorielle.

Continuer la lecture de 1946 : quand Charles de Gaulle fait sa rentrée politique à l’île de Sein

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Servant de pièce d'artillerie en Indochine, sans lieu ni date. Collection particulière.

Les 12 de Saint-Brieuc et le devoir militaire (11 mai 1950)

Le 11 mai 1950, un groupe de militants communiste s’oppose au passage en gare de Saint-Brieuc d’un train en provenance de Brest et transportant vers Rochefort des canons destinés au corps expéditionnaire français déployé en Indochine. Des sabotages sont commis sur du matériel ferroviaire et 12 « combattants de la Paix » sont arrêtés. Détenus pendant plusieurs mois à la prison de la Santé pour les hommes, à celle de la Petite Roquette pour les femmes, ces militants sont traduits devant le Tribunal militaire de Paris en janvier 1951. Peu connue, cette affaire est riche d’enseignements pour qui s’intéresse à l’intériorisation du devoir militaire au sein de la société bretonne.

Continuer la lecture de Les 12 de Saint-Brieuc et le devoir militaire (11 mai 1950)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Affichette (sans date). Musée de Bretagne: 986.0019.324.

L’armée et la reconnaissance de la langue bretonne

Poser la question de la reconnaissance de la langue bretonne par l’armée française, sur la période 1860-1962, pourrait paraître de prime abord relever de la pure provocation. Pourtant, au-delà des idées reçues et des crispations qu’une telle interrogation peut susciter, il apparaît qu’il y a là un vrai sujet pour l’historien s’intéressant au fait militaire dans la péninsule armoricaine.

Continuer la lecture de L’armée et la reconnaissance de la langue bretonne

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Des actes aux discours : les socialistes finistériens et l’Armée (1910)

Si la SFIO est bien une section de l’Internationale ouvrière, on oublie trop souvent qu’elle est aussi et peut-être même surtout, française. L’internationalisme ne doit en effet pas tromper. Loin d’être un post-nationalisme, comme une sorte de dépassement de cet horizon patriotique, il s’agit le plus souvent d’une juxtaposition en un même lieu d’identités nationales. C’est précisément ce que montre l’historien  P. Alayrac à propos du Congrès socialiste international de Londres, en 1896[1]. Il en résulte un positionnement par rapport à l’institution militaire, bras armé de la Nation, qui ne doit pas tromper. C’est ce que rappelle la profession de foi des candidats socialistes aux législatives dans le Finistère lors du scrutin de 1910[2].

Continuer la lecture de Des actes aux discours : les socialistes finistériens et l’Armée (1910)

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Page d’accueil du webdocumentaire "A Bientôt de vos nouvelles. Correspondances de 8 poilus bretons pendant la Grande Guerre" produit et conçu par Bretagne Culture Diversité (détail).

A Bientôt de vos nouvelles : retour sur un webdoc

Mis en ligne au cœur de l’été 2020, les deux premiers numéros de la revue Humanités numériques constituent une excellente nouvelle pour celles et ceux qui s’intéressent aux rapports féconds entre l’histoire et les possibilités offertes par l’informatique moderne, qu’il s’agisse de traitement de bases de données ou de restitution de recherches sur le web. C’est d’ailleurs de cette question que traite l’article que publie A. Klein dans la deuxième livraison de cette nouvelle revue, texte consacré à un « outil numérique innovant au service de l’enseignement, de la recherche et de la valorisation », à savoir le webdocumentaire[1]. Fort bien documenté et basé sur une impressionnante habitude de ce format, cette réflexion enthousiaste me semble toutefois devoir appeler quelques nuances émanant de ma propre expérience professionnelle.

Continuer la lecture de A Bientôt de vos nouvelles : retour sur un webdoc

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Signature du Guillaume Le Moal sur son acte de mariage, 9 janvier 1914. Archives départementales de Seine-Maritime: 4E 19922.

De l’intérêt de recourir aux fiches matricules pour écrire l’histoire du mouvement ouvrier : Guillaume Le Moal

Il est des silences qui constituent de magnifiques sources. Tel est le cas de la notice biographique de Guillaume Le Moal publiée par le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social, le Maitron. Un texte qui rappelle combien la fiche matricule du recrutement, archive bien connue des historiens du fait militaire et de la guerre, est utile à celles et ceux qui s’intéressent à l’histoire syndicale.

Continuer la lecture de De l’intérêt de recourir aux fiches matricules pour écrire l’histoire du mouvement ouvrier : Guillaume Le Moal

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le musique du 48e RI de Guingamp, carte postale (détail). Collection privée Cyrille L'Hénoret.

La naissance de la clique de binious du 48e RI

Taldir Jaffrennou est un personnage absolument central du premier Emsav, la première génération de militants du mouvement breton. Eminent celtisant, il est en quelque sorte, dans ce milieu bien particulier, une figure d’autorité. Aussi ne peut-on lire qu’avec un intérêt appuyé l’historique des binious aux armées qu’il publie en 1931 dans la revue An Oaled qu’il dirige, propos qui ne tarde pas à s’ancrer autour du 48e RI de Guingamp[1] : on sait en effet que c’est l’une des unités tenant garnison dans la péninsule armoricaine où l’affirmation de l’identité bretonne est la plus marquée.

Continuer la lecture de La naissance de la clique de binious du 48e RI

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Fiche matricule de Jean Moulin (détail). Arch. dép. Hérault : 1 R 1328.993.

Fiches matricules et domiciliation

Bien connues des historiens du fait militaire et guerrier, les fiches matricules du recrutement sont des archives précieuses qui jouissent d’une réputation flatteuse. Produits le plus achevé de la science administrative de l’époque, elles sont censées ne contenir que peu d’erreurs et retranscrire fidèlement le parcours des individus auxquels elle se rapportent[1]. C’est d’ailleurs bien ce qui conduit un historien comme S. Chatillon à centrer sur cette archive son étude sur les poilus de Haute-Savoie. Pour autant, la réalité est sans doute plus complexe que cela… ce qui inévitablement conduit à interroger la fiabilité de la source.

Continuer la lecture de Fiches matricules et domiciliation

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Insigne du 35e RAD. La devise de l'unité est « Mourir en chantant ». Musée de Bretagne : 2010.0035.31.

14 juillet 1938 : accident du travail au 35e RAD

Les Archives municipales de Ploemeur conservent une passionnante liasse improprement – et pour une raison qui nous échappe – intitulée « Dossier Le Bruchec »[1]. Passionnants, les documents qu’elle contient permettent, dans le prolongement de nos travaux de thèse sur la culture professionnelle des combattants de la Première Guerre mondiale, d’approfondir pour les années 1930 le lien entre uniforme et travail[2]. Car c’est bien sous l’angle du « métier militaire » que les appelés envisagent leurs périodes sous les drapeaux, ce qui n’est pas sans mettre en lumière certains vides juridiques en termes de protection sociale.

Continuer la lecture de 14 juillet 1938 : accident du travail au 35e RAD

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le fameux général présent à ce mariage et que l'on cherche à identifier (capture d'écran). Cinémathèque de Bretagne: Saint-Brieuc et divers : 1927-1934 {rushes} [3849] 1927 à 1934 | Louis Bogrand.

Mais que fait le général Léon Godfroy à ce mariage ?

Il n’aura donc fallu que quelques minutes à Kevin Maggi pour identifier cet officier général convié au printemps 1933 à un mariage à Saint-Brieuc, individu que l’on a découvert grâce à une passionnante archive issue des collections de la Cinémathèque de Bretagne. La réponse se trouvait dans les colonnes du Moniteur des Côtes-du-Nord, mais dans un article qui avait manifestement échappé à notre vigilance. Même si cela n’excuse en rien notre erreur, on profitera de l’occasion pour souligner l’intérêt de l’OCRisation pour ce type de recherches… Mea culpa donc, même si demeure tout de-même une question lancinante : que fait le général Léon Godfroy, puisque c’est bien de lui dont il s’agit, à ce mariage célébré au printemps 1933 à Saint-Brieuc ?

Continuer la lecture de Mais que fait le général Léon Godfroy à ce mariage ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le fameux général présent à ce mariage et que l'on cherche à identifier (capture d'écran). Cinémathèque de Bretagne: Saint-Brieuc et divers : 1927-1934 {rushes} [3849] 1927 à 1934 | Louis Bogrand.

Qui est ce général ?

A la faveur du confinement imposé par l’épidémie de Covid-19, la Cinémathèque de Bretagne a ouvert ses collections au plus large public et propose ainsi, gratuitement, plus de 6 000 films, soit autant d’archives absolument passionnantes, y compris pour un historien du fait militaire et guerrier. Parmi les documents qui ont attiré notre attention, il y a une séquence tirée d’un montage de rushes tournés par un certain Louis Bogrand à Saint-Brieuc, entre 1927 et 1934[1]. Il n’en faut pas plus pour être interpellé par la source et mener l’enquête…

Continuer la lecture de Qui est ce général ?

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

La force du rite comme continuité biographique ? Maurice Laval

Si l’on devait choisir un mot pour qualifier le volume que B. Salaün consacre à Maurice Laval, ouvrage publié aux éditions Locus Solus, cela serait sans doute « multiple »[1]. Multiple tant sont nombreuses les vies de cette grande figure du XXe siècle mais aussi multiple tant, au final, est protéiforme ce volume : entre biographie, source pour l’historien – on pense notamment à la personne qui se chargera de compléter la notice que lui consacre le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social – et hommage admiratif, ce petit livre est indéniablement à part.

Continuer la lecture de La force du rite comme continuité biographique ? Maurice Laval

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Portrait d’un fantassin du 48e RI, cliché conservé dans un album ayant appartenu à François-Marie Luzel. Bibliothèque municipale de Rennes / Les Tablettes rennaises : I-2015-0010118.

François-Marie Luzel et trois portraits de fantassins

La bibliothèque municipale de Rennes conserve un album de 70 photographies, consultable via Les Tabette rennaises, ayant manifestement appartenu au folkloriste breton François-Marie Luzel. A travers les dizaines de clichés qu’il renferme, se dévoile une évidente volonté ethnographique. On connaît en effet le rapport qu’entretient cet éminent celtisant à la photographie et cet objet a, selon toute vraisemblance, pour fonction de compiler un certain nombre de « types bretons » : des membres de sa famille – comme par exemple Séraphine Luzel, sa sœur – mais également des anonymes retenus à n’en pas douter pour un détail bien particulier, comme par exemple un costume spécifique. Si la mise en collection ayant présidé à la constitution de cet album ne pose globalement pas de soucis en termes d’interprétation, trois portraits ne manquent pas d’attirer l’attention : trois clichés remarquablement semblables immortalisant des fantassins des 48e, 74e et 102e RI et dont on se demande bien, à la vérité, pourquoi ils ont ainsi attiré l’attention de François-Marie Luzel.

Continuer la lecture de François-Marie Luzel et trois portraits de fantassins

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Tracts de la Ligue internationale des combattants de la paix. Collection particulière.

La LICP de Brest : aux sources du pacifisme des années 1930

Le nom de Jules Le Gall – aucun lien de parenté avec l’auteur des présentes lignes – est à peu près complètement tombé dans l’oubli. Seuls quelques spécialistes de l’histoire du mouvement ouvrier finistérien, et plus encore de l’anarchisme, le connaissent, à commencer par René Bianco qui rédige l’une de ses deux notices biographiques pour le Maitron. Pourtant, le parcours de cet individu est particulièrement stimulant pour qui s’intéresse aux mondes militaires et, plus spécifiquement, aux individus qui les contestent. En effet, l’exemple de Jules Le Gall montre que la généalogie de l’engagement pacifiste et antimilitariste est parfois beaucoup plus difficile à établir que ce que l’on pourrait, de prime abord, penser.

Continuer la lecture de La LICP de Brest : aux sources du pacifisme des années 1930

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Georges Pompidou au prisme de l’histoire militaire

Les boites à livres devraient être reconnues d’utilité publique en ce qu’elles permettent d’avoir l’attention attirée vers des ouvrages que l’on aurait, en d’autres circonstances, jamais eu l’idée de feuilleter. Et encore moins de lire. Tel est le cas de cette biographie de Georges Pompidou – homme politique dont les liens avec la Bretagne sont bien connus, qu’il s’agisse de villégiature estivale ou de sa proximité avec Olivier Guichard. Œuvre du journaliste P. Rouanet, ce volume est publié en 1969 et, à l’évidence, est préparé dans la perspective de la succession du général de Gaulle[1].

Continuer la lecture de Georges Pompidou au prisme de l’histoire militaire

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Briquet en or Flaminaire. Collection particulière.

Fête des pères, briquets et nouvelle masculinité

C’est une affiche publicitaire de 1959 qui le proclame fièrement : « Louison Bobet a déjà reçu son cadeau de fête des pères: un Flaminaire! Car dimanche prochain, 21 juin, il ne sera plus là auprès de ses enfants… Il court ». Un Flaminaire ? Autrement dit un briquet à gaz produit par l’entreprise du même nom qui, sur un véritable coup de génie marketing, invente la fête des pères et offre à l’historien, par la même occasion, un passionnant sujet à explorer[1].

Continuer la lecture de Fête des pères, briquets et nouvelle masculinité

Erwan Le Gall

Docteur en histoire contemporaine, je m'intéresse à l'histoire du fait guerrier et militaire en relation avec la Bretagne.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn