À propos

Ar Brezel. La guerre en breton. Parce que depuis que je pratique la discipline historique, c’est bien le phénomène guerrier et militaire, tout particulièrement appliqué à l’espace singulier qu’est la péninsule armoricaine, qui guide mes recherches. 

Si je devais revenir sur mon parcours, je devrais sans doute distinguer trois périodes et autant de décennies.

Les années 2000 sont celles des premiers pas. Après un mémoire de maîtrise effectué à l’Université Rennes 2 sous la direction de Luc Capdevila, enquête portant sur la mémoire comparée des guerres de 1870-1871, 1914-1918 et 1939-1945 à travers les noms de rues de Rennes, je débute ma carrière professionnelle en rejoignant les rangs de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre. Débuts difficiles, ingrats et peu rémunérateurs mais, il faut bien le reconnaître, particulièrement enrichissants et, sans doute même, fondateurs. Lors de mes pérégrinations au sein de trois services départementaux (Eure-et-Loir, Côtes d’Armor et Ille-et-Vilaine), je manipule des dizaines de milliers de dossiers individuels d’archives et développe, par la même occasion, une certaine sensibilité pour la méthode prosopographique. Mes travaux portent alors essentiellement sur la Seconde Guerre mondiale et la Résistance, d’abord sur le maquis de Plainville, en Eure-et-Loir, puis sur la France libre.  Mais j’ai également le temps de beaucoup lire sur la Grande Guerre et suis en prise directe avec quelques rudes secousses mémorielles liées à la période 1954-1962 : des révélations du général Aussaresses sur la torture en Algérie jusqu’à l’instauration du 19 mars comme journée commémorative, les polémiques ne manquent pas.

Grâce à mon maître et ami Yann Lagadec, les années 2010 sont celles d’un basculement vers la Première Guerre mondiale et l’approche régionale, à la faveur du centenaire bien entendu mais aussi d’une thèse de doctorat entreprise à l’Université Rennes 2 sous la direction de Luc Capdevila et soutenue le 13 décembre 2019 devant un jury composé de Stéphane Tison, Heather Jones, Anne Rasmussen (rapporteuse), Julie d’Andurain (rapporteuse) et Thomas Hippler (président). Parallèlement à ces recherches, je développe une activité libérale d’ingénierie culturelle tout en devenant chargé de cours, principalement à l’Université catholique de l’Ouest – Bretagne-Sud. Parmi mes réalisations les plus notables au cours de cette période, mentionnons plusieurs expositions (une à Saint-Malo en 2014, une à Montfort-sur-Meu en 2018 et même une sur le Queen Mary 2 en 2017 à l’occasion du centenaire du débarquement des premiers éléments du corps expéditionnaire américain à Saint-Nazaire) mais également un webdocumentaire réalisé à partir de la correspondance de 8 poilus bretons. Investi sur les commémorations des 80 ans du Front populaire et des 60 ans de l’avènement de la Ve République, toujours à l’échelle de la péninsule armoricaine, je publie en 2019 avec Patrick Harismendy un ouvrage sur les (im)matérialités militaires en situation de post-guerre. Ce volume collectif a compté parmi les dix ouvrages sélectionnés pour le Prix des lecteurs du Service historique de la Défense.

Le 1er août 2018, je rejoins l’équipe de Bretagne Culture Diversité en tant que Responsable de la vulgarisation de la matière culturelle de Bretagne. En 2020 j’ouvre le carnet de recherche Ar Brezel et décide, dans le cadre d’une habilitation à diriger des recherches, de consacrer la prochaine décennie à un nouveau terrain d’enquête : la guerre de 1870-1871 et plus spécifiquement encore l’affaire du camp de Conlie, dernier « pot de pus » mémoriel breton. Le 2 juin 2020, je rejoins, en tant que chercheur associé, le Centre de recherche bretonne et celtique.

Depuis novembre 2020, je produis pour le compte de Bretagne Culture Diversité le podcast L’Almanac’h, les grandes dates de l’histoire de la Bretagne réalisé par Antoine Gouritain. Ce programme est disponible sur le Mur des podcasts de Ouest-France ainsi que sur toutes les applications de podcasts.

Depuis janvier 2021, je produis pour le compte de Bretagne Culture Diversité et co-anime avec Arnaud Wassmer le podcast L’Abécédaire, émission qui met à l’honneur la recherche en sciences humaines et sociales en Bretagne. Ce programme est disponible sur le Mur des podcasts de Ouest-France ainsi que sur toutes les applications de podcasts.

Qualifié depuis mars 2021 aux fonctions de maître de conférences en section 22 du Conseil national des universités, je siège au Conseil de l’Ecole doctorale Société, Temps, Territoires.

Afin de saisir plus en détail mon parcours, vous pouvez consulter mon curriculum vitae ainsi que ma bibliographie.

Ar Brezel n’est pas qu’un simple carnet de recherche. S’il s’agit à travers ces quelques pages web de donner à voir une recherche en cours, l’idée est aussi d’échanger avec les internautes. N’hésitez donc surtout pas à laisser un commentaire dans les champs prévus à cet effet !

Nous pouvons aussi, si vous le souhaitez, dialoguez via les réseaux sociaux. N’hésitez donc surtout pas à me suivre sur les différentes plateformes numériques !

2 réflexions sur « À propos »

Les commentaires sont fermés.